Pleins feux sur Claude Bourgeyx à La Chélidoine !

Vous connaissez Claude Bourgeyx ? Non ? Mais si, voyons ! Vous avez déjà forcément eu en mains une de ses créations ! Romans, nouvelles, théâtre, cet auteur à la douce folie a également écrit pour les enfants. La Chélidoine le met à l’honneur du 13 au 15 avril prochain avec deux pièces de théâtre et une lecture : l’occasion, si vous ne le connaissiez pas encore, de faire connaissance avec cet auteur à l’univers enchanteur et farfelu et à l’humour décapant, car, cerise sur le gâteau, il sera là en chair et en os ! Pensez à réserver !

 

 

 

Un adjudant (Claude Montagné) et sa fille, mademoiselle Werner, (Sylvie Peyronnet) se livrent au jeu de la vérité en s’épanchant sur leurs états d’âme et leur façon d’appréhender le monde. Les situations exubérantes côtoient l’imprévisible dans ce cabaret drolatique où un pianiste (Bernard Audureau) accompagne les utopies et les angoisses des deux protagonistes. Cette pièce, créée à partir de trois textes de Claude Bourgeyx : « Petites fêlures », « Dernières fêlures » et « Mademoiselle Werner », devrait vous dérider les zygomatiques tout en vous tendant un miroir vers vos propres… fêlures !

Les chiens ne font pas des chats (théâtre) les 13 et 14 avril à 21 heures

Cette lecture à trois voix, celles de Claude Bourgeyx, Sylvie Peyronnet et Claude Montagné, semble se présenter comme une biographie à la première personne du singulier … Semble, car l’annonce de cette lecture reste assez mystérieuse quant à son contenu ! J’adore les surprises ! Et avec cette fine équipe, gageons qu’elle sera à la hauteur de nos espérances !

Des gens comme ça / Chacun pour soi (Lecture) le 15 avril à 18 heures

 

 

Interprété par Jean-Claude Falet, ce « one man show » met en scène un homme en proie à la solitude et au manque d’amour. Pour combler l’un et l’autre, il s’invente des échanges épistolaires, jouant à « je t’écris, tu me réponds » avec un(e) correspondant(e) imaginaire. Pathétique ? Je dirai plutôt désopilant, si j’en crois le pitch de ces écrits d’amour ! Ces correspondances débridées où alternent déclarations d’amour enflammées, échanges de mauvais souvenirs ou confessions de fantasmes inavouables (mais avoués) promettent un délicieux moment de sourires, de tendresse et d’éclats de rires !

Écrits d’amour (théâtre) le 15 avril à 21 heures

 

 

 

Prenez un petit moment pour flâner autour de l’exposition photographique en cours au sein de La Chélidoine ! Olivier Gouéry vous y propose ses « Chroniques de la campagne » dans un noir et blanc aussi somptueux que troublant…

 

Christine Le Garrec

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *