La prog de novembre « Des Lendemains Qui Chantent ! »

Encore du « lourd » pour ce mois de novembre ! La salle Des lendemains qui chantent s’arrange toujours pour avoir une programmation aux multiples horizons musicaux. De l’électro au reggae, du trip-hop au folk électronique, il n’y a que l’embarras du choix ! Alors, n’hésitez pas un seul instant… Tous à vos agendas…Et bonnes soirées !

 

Mardi 7 et 28 novembre : 20h – Bœuf au labo – Gratuit – Le Labo, 18 avenue du Lieutenant Colonel Faro – Tulle

 

Toute personne ayant envie de partager du son, de rencontrer d’autres musiciens ou de passer une soirée en musique est conviée à participer à ces soirées d’improvisation. Le Labo est équipé avec de supers amplis, micros, sono et batteries à disposition ! Invitez vos amis, musiciens ou simples aficionados, à venir profiter des boeufs !

 

Jeudi 9 novembre : Concert : 19h – Soirée Electro-Aérien – Petite scène –Gratuit – Une programmation Elizabeth My Dear !

Tiny Feet

 

Tiny Feet chante en anglais et en breton et sort son 2ème album « As and end to death » à l’automne 2017. Ce disque nous plonge dans une atmosphère hors du commun, plus proche des vrais émois que des faux sourires. Il s’agit de cela : entrer dans le silence sans trop le violenter.

 

 

Vendredi 10 novembre : 19h – Bœuf au Café Ô Soleil – Gratuit –  Café Ô Soleil, Place Antoine et Antoinette Farges – Tulle

 

Le café associatif Ô Soleil est un endroit très convivial et sera équipé avec amplis, micros, sono et batteries, à disposition de tous… Invitez vos amis à participer à ces soirées d’improvisation !

 

Samedi 11 novembre : Concert : 20h30 – Soirée  Electro Slam cinématographique – Grande salle – 10,50€ (5€ sur présentation d’un ticket du cinéma Veo Tulle pour les séances du film Les Valseuses mercredi 8 novembre à 20h30 et dimanche 12 novembre à 18h30. Tarifs spéciaux du cinéma : 6€ – réduit à 4€ sur présentation du billet pour le concert.

 

Cabadzi x Blier

 

Cabadzi livre un troisième album, plus électro, librement inspiré de l’oeuvre cinématographique de Bertrand Blier. Dès la première écoute, l’immortel auteur des Valseuses donne son accord et suit ensuite avec enthousiasme la création morceau après morceau. Cabadzi x Blier est né. Cabadzi n’en est pas à sa première réincarnation. A l’origine une compagnie de cirque contemporain dont la carrière musicale a commencé en 2009 pour promouvoir un spectacle, le groupe s’est totalement réinventé avec ce projet, sans se départir de l’esprit punk des débuts, ni abandonner les thèmes chers au hip-hop, mais en les explorant ailleurs et autrement : chez Blier, dont ils ont revu toute l’oeuvre pour l’occasion, une oeuvre qui tourne entièrement autour de l’amour, la liberté, la précarité, y compris choisie. Ni Dieu ni maitre chez Blier. Idem chez Cabadzi.

 

 

Jeudi 16 novembre : Concert : 19h – Soirée Trip-Hop – Petite scène – Gratuit – Restauration 

So Lune

 

Romane, violoncelliste de formation classique et Joseph, beatmaker autodidacte, se rassemblent en un mélange de genres, d’influences et d’énergies. A l’instrumentation s’ajoutent des voix : chant, rap et beatbox. So Lune se retrouve dans un style trip hop, hip- hop et downtempo.

 

 

Vendredi 17 novembre : Concert : 20h30 – Soirée Reggae -10€ (Organisateur : Grive La Braillarde/Restauration sur place – Stadium Café Bowling, 6 avenue Léo Lagrange, Brive – Places en vente sur place et à Bulles De Papier 21 rue du Lieutenant Colonel Faro à Brive)

Tchong Libo (reggae, hip hop / chanteur de Broussaï)

 

Après avoir parcouru le monde avec le groupe Broussaï pendant des années, Tchong Libo se lance en solo pour mixer avec soin les influences qu’il chérit. Un périple d’un mois à Kingston, puis un séjour à New York City, nourrissent les fondations de son premier album « Influence ». Un trait d’union entre reggae et hip hop moderne dont la colonne vertébrale sont les textes intimistes et engagés de l’auteur compositeur qu’il est. Un show riche et plein de good vibes à venir découvrir si ce n’est pas déjà fait !

 

 

Leaft (ragga) 

 

C’est en commençant la guitare à l’âge de huit ans que Quentin (aka Leaft) eu un vrai déclic dans sa volonté à jouer et créer de la musique. C’est plus tard, à l’adolescence, qu’il se découvrit un amour puissant pour le reggae. Il apprit ainsi à mêler sa guitare et sa voix au travers des chansons qu’il reprend et qu’il compose. En parallèle, Quentin s’intéresse aussi à la production et commence à maquetter des titres, aussi bien les siens que ceux d’autres artistes. Le projet Leaft est le résultat de toute cette période d’apprentissage : réalisé en collaboration avec le beatmaker BlueHarbor, les titres de Leaft, chantés en patois Jamaïcain, mélangent énormément de sonorités en passant par le Roots, le Raggamuffin, le Hip-Hop ou encore le Dub. Leaft grandit et s’auto-produit en région bordelaise.

 

BOOM! Session acoustique sur une reprise de Can't cool de Mr.Alborosie en attendant mon EP qui sortira en octobre! Toujours bien accompagné par le frère Hugo à la gratte, appuie sur HD, bless up !

Publié par Quentin Delmas sur mardi 22 août 2017

 

Koxinhell (selecta reggae dub) 

Koxinhell nous fera le plaisir de nous passer du bon son reggae et dub pour finir la soirée!

 

 

 

Samedi 18 novembre : Concert : 20h30 – Soirée de soutien à l’association  Zygocactus – Grande scène – Prix libre

 

 

Suite à l’annulation de la soirée du samedi 6 mai dernier, Des Lendemains ouvre ses portes au festival Zygocactus 2017, le samedi 18 novembre. Pour cette soirée, toute l’équipe du festîval vous recevra avec l’esprit du Zygo. Déco, bon esprit, bières et restauration seront au rendez-vous. Différents groupes viendront mettre le feu et feront l’animation de cette soirée piquante en émotions. Les bénéfices de cette soirée seront reversés à l’association Zygocactus. L’équipe du Zygo compte sur vous !

 

Jeudi 23 novembre : Concert : 19h – Soirée Folk-électronique – Petite scène – Gratuit

June Bug

 

June Bug se forme et se transforme au fil des rencontres en un projet espiègle, une musique bricolée de samples, de profondeur et de folie, comme un bonbon sucré d’enfant, bien plus acide qu’il n’en a l’air, où l’on fait vibrer les percussions et l’on triture les guitares.

 

 

Bruno Robert

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *