Programme du théâtre de la Chélidoine en janvier !

Ce mois-ci, La Chélidoine vous propose deux pièces de théâtre de grande qualité : « Le quatrième mur » de Sorj Chalandon et « L’hiver, quelle tonalité ? » De Philippe Crubézy, toutes deux adaptées dans des  mises en scène audacieuses par la compagnie « Mise en œuvre ». Pour terminer ce premier mois de l’année, l’astrophysicien Raymond Piccoli donnera une conférence, « Des orages et des hommes », sur le thème des cultes et croyances autour de la foudre. Une exposition de ses photographies « États de ciel ! » sera visible dans le hall du théâtre jusqu’au mois de mars. Coups de foudre en vue à La Chélidoine ! Profitez-en bien… La belle aventure brille, hélas, de ses derniers feux… La Chélidoine fermera ses portes en juin 2018…

 

Jeudi 11 janvier / 21H / Le quatrième mur de Sorj Chalandon / Tarif : 15 € (réduit 11€)

Réservation au 05 55 72 55 84 ou reservation@lachelidoine.fr

 

« L’idée de Samuel était belle et folle : monter l’Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth. Voler deux heures à la guerre, en prélevant dans chaque camp un fils ou une fille pour en faire des acteurs. Puis rassembler ces ennemis sur une scène de fortune, entre cour détruite et jardin saccagé. Samuel était grec. Juif, aussi. Mon frère en quelque sorte. Un jour, il m’a demandé de participer à cette trêve poétique. Il me l’a fait promettre, à moi, le petit théâtreux de patronage. Et je lui ai dit oui. Je suis allé à Beyrouth le 10 février 1982, main tendue à la paix. Avant que la guerre ne m’offre brutalement la sienne. »  Sorj Chalandon.

« Un acteur s’en va en guerre avec un nez de clown et son plus beau rêve en bandoulière. Il va proposer à des belligérants de jouer la paix. « Le quatrième mur » est un roman qui m’a bouleversé. En tant que comédien, je me suis aussitôt imprégné du personnage autour duquel va s’articuler le drame. L’adapter à la scène sous cette forme particulière du Théâtre Récit m’est apparu comme une évidence tant l’intensité dramatique est puissante. Le titre, puis la forte proximité que le récit entretient avec le théâtre, la vie de Georges liée intimement à la pièce qu’il doit monter, les personnages qu’il ne voit plus comme tels mais comme l’incarnation de leur rôle, nous entraînent dans une tragique épopée. Les circonstances de sa quête vont l’amener à habiter, malgré lui, par ses actes et ses choix, les personnages d’Antigone. La terrible réalité contemporaine rejoignant ainsi la tragédie antique… Jouer cette histoire m’est apparu comme une urgence, tant les conflits sans fin entre les communautés sont hélas, toujours d’actualité. Voilà pourquoi, j’ai voulu, contrairement au roman cette adaptation intemporelle. Elle se terminera dans tous les cas, simplement, par la traversée du quatrième mur, « celui qui protège des vivants ». Florian Albin

Acteur : Florian Albin /  Mise en scène : Gilles Guérin / Florian Albin / Compagnie Mise En Œuvre

 

 

Vendredi 12 janvier / 21H / L’hiver, quelle tonalité ? De Philippe Crubézy / Tarif : 15 € (réduit 11€)

Réservation au 05 55 72 55 84 ou reservation@lachelidoine.fr

 

À la veille de prendre l’avion vers les scènes européennes où il doit se produire pour la première fois depuis de longues années, un chef d’orchestre argentin se souvient, tout au long d’une nuit d’insomnie, d’un premier voyage qui n’a jamais eu lieu… Comment faire pour résister à la douleur, à la peur ? En cherchant quelle est la tonalité de l’hiver. Le grand pianiste argentin Miguel Angel Estrella a été emprisonné sous la dictature militaire argentine en 1977. Il est devenu « un disparu » parmi tant d’autres. Grâce à une vaste campagne internationale de solidarité il a été libéré en 1980. Durant sa détention il a continué à jouer sur un clavier muet en carton… À lui, à tous les autres qu’ils aient eu ou non la force de résister à la persécution en chantant, dansant, dessinant, écrivant ou rêvant encore et toujours à leurs amours.

Un jour, (ou était-ce une nuit ?), ce pianiste argentin de renommée internationale, qui jouait avec les plus grands chefs, dans les plus grandes salles de concert du monde entier avait disparu du monde des vivants… pour renaître à la vie trois années plus tard. Ces trois années il les avait passées au fond d’une geôle en Uruguay… Son crime ? Avoir partagé son amour de la musique, avoir joué du piano pour les plus pauvres, pour les malades et les prisonniers, pour tous ceux qui n’avaient pas les moyens d’accéder à une salle de concert… et par ce geste simple, évident, artistique autant que philosophique, avoir affirmé ses opinions politiques et civiques.

Mise en scène : Gilles Guérin et Florian Albin / Acteur : Gilles Guérin / Compagnie Mise En Oeuvre

 

 

Vendredi 26 janvier / 21H / Conférence « Des orages et des hommes » par Raymond Piccoli / Entrée libre

Réservation au 05 55 72 55 84 ou reservation@lachelidoine.fr

Astrophysicien, Raymond Piccoli est directeur du Laboratoire de Recherche sur la Foudre. Expert international dans l’étude et l’analyse des effets de la foudre au point d’impact, il est spécialiste du phénomène orageux depuis plus de 25 ans. Ancien membre du « Horvard-Smimthsonian Center for astrophysics », il préside le Comité Scientifique du Symposium International sur la Foudre et les Phénomènes Orageux. Expert pour plusieurs agences gouvernementales il a participé à de multiples programmes et projets de recherches en France et à l’étranger. Auteur de plusieurs livres de vulgarisation, il donne chaque année de nombreuses conférences.

Partons à la découverte de la mythologie, des cultes, des croyances et du symbolisme de la foudre et des orages. Les diverses manifestations des éclairs et du tonnerre sont à l’origine d’un très grand nombre de traditions souvent teintées de craintes dès les premiers âges de l’humanité. Depuis la préhistoire avec l’appropriation du feu grâce à la foudre jusqu’à la peur du châtiment divin au Moyen-âge, parcourez les époques au travers des traditions et des croyances, comme les fameuses « pierres de tonnerre » que portaient les travailleurs de la terre et ce jusqu’à notre époque contemporaine avec l’invention du paratonnerre. Cette conférence propose un tour du monde de la présence culturelle de la foudre dans notre vie quotidienne. De nos jours, certaines traditions existent toujours. C’est la marque profonde de l’influence de la peur de l’orage dans l’inconscient collectif.

 

Christine Le Garrec

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *