13éme édition « Du Bleu en Hiver »… Laissez-vous surprendre !

Du 25 au 27 janvier, le jazz se dévoile sous toutes ses coutures. Pour cette 13ème édition, le festival « Du Bleu en Hiver » nous convie à une aventure festive et généreuse. Saveurs multiples, folles découvertes et rencontres improvisées… Laissez-vous surprendre !

Le Festival du Bleu en Hiver deviendrait t-il une évidence comme le froid qui sévit en cette saison ? Cela fait treize ans déjà que le jazz éclaire de sa lumière les paysages en bord de rivière comme une invitation à sortir quand même. Sortir, juste le temps qu’il faut, pour entrer au spectacle dans la chaude ambiance du théâtre des sept Collines, des Lendemains qui Chantent et de la salle Latreille transfigurée pour l’occasion. Sortir, juste le temps qu’il faut, pour prendre l’air des inspirations multiples du jazz et des musiques improvisées d’aujourd’hui. La treizième édition ouvragée à plusieurs mains comme les précédentes sera foisonnante de créativité généreuse, d’ouverture au monde, de gaieté. Vous pourrez tout voir, tout écouter, tout partager grâce au Pass du Festival. Bref, une promesse de bonheur nécessaire pour vous public fidèle, curieux et, nous l’espérons, toujours plus nombreux !

Dominique Grador, Présidente de L’association « Du Bleu en Hiver » 

 

Jeudi 25 janvier : 20h – Théâtre des Sept Collines – plein tarif-20€ – réduit – 10€ – enfant – 8€

Naîssam Jalal & Rhythms of Resistance – Genre : jazz oriental

 

Virtuose de la flûte traversière et du nay, la franco-syrienne Naïssam Jalal compose avec son très cosmopolite quintet Rhythms of Resistance une musique libre et engagée, en écho au monde. Entre jazz et musique savante, musique européenne et orientale, un répertoire sublime qui se joue des frontières. Puissant, généreux, d’une grande inventivité mélodique… Une perle rare.

Compositions, flûte, nay : Naïssam Jalal, Saxophones ténor et soprano, percussions : Mehdi Chaïb, Guitare, violoncelle : Karsten Hochapfel, Contrebasse : Zacharie Abraham, Batterie, percussions : Arnaud Dolmen

 

 

Jeudi 25 janvier : 21h30 – Théâtre des Sept Collines – plein tarif – 20€ – réduit – 10€ – enfant – 8€

Théo Ceccaldi – Freaks – Genre : jazz punk

 

Freaks est une bande joyeuse et décalée de musiciens made in Tricollectif, emmenée par l’épatant violoniste Théo Ceccaldi. Ils échappent à tous les tiroirs, avec ce répertoire de compositions inédites, et c’est tant mieux ! Une écriture audacieuse et une énergie communicative, portées par des musiciens virtuoses et aventureux… Psychédélique, surréaliste et franchement drôle, on adore !

Violon, compositions : Théo Ceccaldi, Sax alto & baryton : Benjamin Dousteyssier, Sax tenor & claviers : Quentin Biardeau, Guitare électrique : Giani Caserotto, Violoncelle & horizoncelle : Valentin Ceccaldi, Batterie Etienne Ziemniak

 

 

Vendredi 26 janvier : 12h30 – Salle Latreille – Gratuit

Trio M.Bobo, J.J.Goichon, E.Ziemniak – Genre : jazz frais

 

Un trio saxophone, contrebasse et batterie qui s’aventure vers un jazz libre, lyrique et joyeux. Une fraîcheur bienvenue qui nous entraîne vers des envolées quasi chamaniques mais toujours lumineuses.

Saxophone : Maxime Bobo, Contrebasse : Jean-Jacques Goichon, Batterie : Etienne Ziemniak

 

 

Vendredi 26 janvier : 19h – Théâtre des Sept Collines – plein tarif – 20€ – réduit – 10€ – enfant – 8€

Ork – Genre : jazz électro rock

 

Ork est une formation musicale hybride, propulsée depuis 2013 par Olivier Maurel au vibraphone et Samuel Klein à la batterie. Un duo improbable, qui a su créer un univers propre, fantasmatique et résolument hypnotique, à découvrir autant par les oreilles que par les yeux… Slalomant entre les genres électro, jazz, rock et musique répétitive, le duo se lance dans des improvisations, boucle les sons et repousse les limites de ses instruments, transformant le concert en show où l’étonnement des auditeurs/spectateurs n’est jamais en reste.

Batterie, chant, clavier, programmation : Samuel Klein, Vibraphone, chant, programmation, bug, clavier : Olivier Maurel, Ingénieur son, chant : Éric Gauthier-Lafaye, Scénographie, vidéos, ingénieur lumière : Raphaël Siefert

 

 

Vendredi 26 janvier : 21h30 – Théâtre des Sept Collines – plein tarif – 20€ – réduit – 10€ – enfant – 8€

Leîla Martial – Baa Box – Genre : jazz électro

 

Véritable acrobate vocale, la chanteuse Leïla Martial joue de sa voix avec une grande liberté et expressivité, en grande complicité avec Pierre Teregeol à la guitare et Éric Perez à la batterie. Lyrisme mélodique et improvisations vocales parsèment cette exploration musicale oscillant entre jazz, rock et électro.

Voix, claviers : Leïla Martial, Batterie, voix, sampler : Éric Perez, Guitare voix : Pierre Tereygeol

 

 

Vendredi 26 janvier : 23h – Salle Latreille – Gratuit

Żądza – Genre : Jazz tribal indus

 

Formation du Maxiphone Collectif, ce trio contrebasse, piano et percussions mâtiné d’électronique, témoigne d’une grande diversité d’influences : des couleurs acoustiques effleurant la musique de chambre aux grooves mi-tribals, mi-indus menés par les percussions.

Compositions, piano, rhodes, machines : Nicolas Granelet, Contrebasse, effets : Dominique Bénété, Percussions, effets : Alban Guyonnet

 

 

Samedi 27 janvier : 11h – Médiathèque Eric Rhomer – Gratuit

Vil François – Genre : solo guitare acoustique

 

Une guitare, six cordes nylons, un renard empaillé, tous réunis pour une musique contemplative, coloriste et doucement mélodique : de longues pièces oniriques basées sur des plages de couleur évolutives. Sur scène, Vil François ponctue ses prestations d’intermèdes saugrenus, avec son fidèle compagnon Colonel, renard empaillé à qui il confie ses états d’âmes.

 

 

Samedi 27 janvier : 12h30 – Salle Latreille – Gratuit

Nox.3 & Linda Oláh – Genre : jazz électro

 

De l’électro jazz transcendé par la voix singulière de la chanteuse suédoise, un assemblage d’abîmes délicieux.  Nox.3 fait dans l’électrojazz mais voilà, la précision est telle que le trio transcende carrément le genre.

Voix et FX : Linda Oláh, Saxophones et FX : Rémi Fox, Piano, moog et FX : Matthieu Naulleau, Batterie et pads électroniques : Nicolas Fox

 

 

Samedi 27 Janvier : 14h30 – Café Ô Soleil – Gratuit

Etienne Ziemniak – Genre : solo batterie

 

Étienne Ziemniak débute très tôt son parcours par la percussion classique et découvre le jazz et l’improvisation à travers des ateliers et master classes. Il intègre l’école Jazz à Tours puis la classe de jazz de Guillaume De Chassy. Traversé par l’improvisation et l’expérimentation, il joue rapidement avec des musiciens actifs de la scène free jazz.

 

Samedi 27 janvier : 17h – Théâtre des Sept Collines – plein tarif – 10€ – réduit – 8€

Petite Vengeance – Genre : jazz du monde

 

Un étonnant mariage entre saxophone, percussion et guitare autour d’une Amérique fantasmée où l’improvisation flirte avec le blues, le rock ou la country. Un duo défricheur, pétillant et plein d’humour.

Saxophones, cornemuse, voix : Raphaël Quenehen, Batterie, guitare : Jérémie Piazza

 

 

Samedi 27 janvier : 21h – Salle « Des Lendemains Qui Chantent » – plein tarif – 20€ – réduit – 10€ – enfant – 8€

Electric Vocuhila + Piniol + Dj Guillermo Martinez – Soirée de clôture

PinioL

 

Deux batteries, deux basses, deux claviers, deux guitares, des amplis américains, double dérouillée. Maudit, inexorable, matheux sadique, PinioL n’a pas vraiment une gueule de porte-bonheur. Assemblée en funambulisme insolent sur les esthétiques non identifiées du rock, du jazz, de la noise et du crime organisé, PinioL est une meute à sept têtes née de la fusion héroïque et consanguine des musiciens de PoiL et de Ni.

Clavier, chant : Antoine Arnera, Basse, guitare, chant : Boris Cassone, Batterie : Jean Joly et Guilhem Meier, Guitare, chant : Anthony Béard et François Mignot, Basse, chant : Benoit Lecomte

 

 

Electric Vocuhila

 

Né en duo saxophones / batterie à Berlin en 2009, devenu 4tet électrique en 2011, Electric Vocuhila mêle des rythmiques inspirées de diverses musiques urbaines africaines à une conception orchestrale issue du jazz. Sur une base rythmique tour à tour hypnotique et frénétique, leur musique se construit librement autour de motifs répétitifs. Un appel joyeux et urgent à la danse.

Saxophones, clavier & composition : Maxime Bobo, Guitare : Boris Rosenfeld, Basse & guitare : Jean-François Riffaud, Batterie : Etienne Ziemniak

 

 

Guillermo Martinez [DJ]

Collectionneur de vinyles obscurs, Guillermo Martinez, fondateur du collectif toulousain « Kalakuta Selectors », creuse le sillon de l’afrobeat de Fela et des musiques afro-tropicales depuis plus de 10 ans. Pionniers de la reconnaissance à Toulouse du  highlife, de l’afrobeat, du semba, de l’ethio-jazz, de la cumbia et autres compas, ce collectif, également organisateur des fameuses « afro-tropical party », est une véritable machine à faire danser. On les a vus en after de Seun Kuti, The SoulJazz Orchestra, El Hijo de la Cumbia, Calle 13, Ebo Taylor, Mulatu Astatké, Anthony Joseph, Amadou & Mariam; aux festivals Rio Loco, Convivencia, Emmaüs Pau et bien d’autres. Un mix à ne pas manquer pour tout amateur de microsillons poussiéreux et groovy à souhait, dénichés aux quatre coins du globe. Pour eux, un seul mot d’ordre : Music is The Weapon !

 

Dans le cadre du festival du Bleu en Hiver, une exposition vous est proposée du 20 janvier au 27 février 2018 par « La cour des arts » au « Point G » Place Mgr Berteaud (place de la cathédrale) à Tulle

 

Univers parallèle II – Béatrice Chastagnol – Vernissage le samedi 20 janvier à 12h

 

Cette installation est la suite d’une série d’expositions débutée en 2013. Passionnée d’astronomie depuis longtemps, Béatrice Chastagnol a passé des nuits à contempler cet Univers qui nous entoure et en même temps à prendre conscience de notre place dans cette immensité. Pourquoi ? Une question que l’on ne prend plus le temps de se poser, tellement nos vies sont trépidantes, chaque journée bien orchestrée, conditionnée et remplie. Empêtré dans cette matière, on en oublie de regarder, d’écouter, de ressentir, de s’émerveiller. Ce « pourquoi » l’a mené sur bien des chemins, guidée par d’étranges coïncidences. Ses questions trouvaient, comme par hasard, des réponses dans des rencontres, des lectures et des conférences. Et c’est une conférence de Philippe Guillemant, sur le « hasard » qui l’a particulièrement intriguée. « Ayez les yeux ouverts sur le monde, car les plus grands secrets se trouvent toujours aux endroits les plus inattendus. Ceux qui ne croient pas à la magie, ne les connaîtront jamais. » Roal Dahl

 

Infos Pratiques : Points de vente, restauration et accès.

 

Bruno Robert

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *