La prog d’avril « Des Lendemains Qui Chantent »

le

Les prog  « Des lendemains Qui Chantent » s’enchaînent et celle  du mois d’avril est comme à l’accoutumée excellente ! Je vous laisse y jeter un coup d’œil… Bonnes soirées musicales !

 

Dimanche 1 avril : Concert : 21h – The Limiñanas + Escobar + Hinin -Une soirée en partenariat avec « Elizabeth My dear« – Entrée : 15,50€

The Limiñanas

« Faire du neuf avec du vieux » … L’expression est à ce point galvaudée que plus personne ne la prend à sa juste mesure : tout le monde entend « vieux », lorsque c’est « neuf » qui compte. Faire du neuf avec du vieux est un acte alchimique. C’est très compliqué. On prend du plomb rouillé, on le transmute en or étincelant… Velvet Underground, Stooges, Standells, Chocolate Watchband, Billy Childish et autres héros du garage ; Ennio Morricone, John Barry et chansons sixties italiennes ; Can, Neu ! et tous les chevaliers teutoniques du groove motorik, Cramps bien sûr, Nick Cave, Gainsbourg et psyché tonique : Lionel et Marie des Limiñanas connaissent tout cela par cœur, c’est leur catéchisme. Ils s’y abreuvent puis, après malaxation intense et cuisine interne, en font autre chose. « Nous ne donnons pas dans le revivalisme », affirme Lionel derrière sa barbe. D’ailleurs, certains puristes nous accusent déjà d’être des vendus, c’est bon signe ».

 

 

Escobar

« D’aucuns pleureront les réductions d’effectif, même lorsqu’il s’agit d’aller à l’essentiel. Cet ovni à deux têtes qu’est Escobar pourrait les faire mentir. Entre le rock’n’roll extasié de l’hémisphère guitare/voix et le coup d’épée glacée, enfoncée droit dans le dos par son binôme rythmique, Escobar dérive entre plusieurs tripots à la solde de Suicide ou celle de Jack White… Tradition du two man band ébranlée par une mécanique fatidique, héritage rock’n’roll vinifié au vitriol, Escobar est un galion pirate, opérant dans les mers froides, un Cerbère à deux têtes, encore ensanglanté du festin de la troisième, inutile. »

 

 

Hinin

Hinin (post-punk) ouvre le bal ! Un duo qui ne laisse pas indifférent avec un son explosif. À ne pas manquer !

 

 

 

 

Dimanche 1 avril : Concert : 20h30 – Guerilla Poubelle + Charly Fiasco + Mr Godson – Organisateur : Grive La Braillarde au Stadium Bowling Café – 6 avenue Léo Lagrange à Brive – Entrée : 10€

 

Guerilla Poubelle

Que dire sur Guerilla Poubelle qui n’ait pas déjà été dit… Que depuis 12 ans c’est 666 concerts partout en France du plus petit bar à la plus grande scène ou festival. Ils n’oublient personne tout en gardant leur éthique du début : celle du DIY et de l’honnêteté. C’est aussi 3 albums, des 45 tours et un troupeau de participations avec d’autres groupes sur tous les supports possibles et imaginables… Cette année, Guerilla Poubelle revient avec Amor Fati, un nouvel album rempli de titres pleins de slogans et de cynisme, d’humour acide passé au vitriol noir. Des hits punk rock jetés devant le tabernacle de la médiocrité de l’époque…

 

 

Charly Fiasco

Fondé en 2005 en banlieue péri-urbaine Toulousaine, Charly Fiasco est un orchestre de punk rock chantant dans la langue de Coluche. Trois albums, des splits, des 45 tours, des tournées européennes, des virées canadiennes trônent avec pudeur sur un curriculum vitae jamais mis à jour. De l’amateurisme passionné et DIY, sans nul autre véritable objectif que celui de continuer d’exister.

 

 

Mr Godson

Un nouveau groupe punk rock de Limoges, avec des membres des Jackballs, ou encore de the Frolics. Un punk inspiré tant par la vague de groupes rugueux mais mélodiques comme OFF WITH THEIR HEADS, the BUSHMEN ou LEATHERFACE, que par l’atmosphère viciée des anciens cachots de la police nationale où ils répètent. Pour eux, pas de prétention d’être les premiers en quoi que ce soit, mais plutôt les derniers à survivre.

 

 

 

Jeudi 5 avril : Concert : 20h – Black Knights  – Petite scène –  Gratuit

Black Knights

C’est au milieu des années ’90, dans la banlieue de Los Angeles – entre Long Beach et Compton – que se regroupent de jeunes ados sous l’égide de RZA. Bien que basé sur la côte Ouest, le groupe s’affilie rapidement aux New-Yorkais du Wu Tang Clan avec qui ils enchainent featurings, mixtapes et autres productions. Rebaptisé rapidement Black Knights, Crisis The Sharpshooter, The Rugged Monk, Warcloud et le défunt Doc Doom partent dans une croisade hip hop qui perdure encore et toujours ! On compte parmi leurs faits d’armes nombreux featurings avec le Wu Tang dont le magistral Sword in Stone mais aussi une participation à la BO de Ghost Dog de Jim Jarmusch – Zip Code. En 2014, Black Knights rencontrent l’es-guitariste des Red hot Chili Peppers : John Frusciante, qui va produire leurs trois derniers long formats en date et s’offrira même quelques solos de guitares aériens. Résultat, leur hip hop se drape de nappes synthétiques, se nimbe de chœurs soul et gospel pour se poser à la croisée des chemins de la vieille et nouvelle école… Quelque part entre Wu Tang et Odd Future. Cette trilogie voit la nostalgie vaporeuse se mêler à la rugosité de la rue et emmène l’écouteur dans une épopée rap californien chevaleresque. Hardis soient ces Chevaliers noirs !

 

 

 

Jeudi 12 avril : Concert : 20h – Décibelles – Petite scène –  Gratuit – Une soirée en partenariat avec Elizabeth My dear

Décibelles

Décibelles est un groupe lyonnais composé de trois personnes qui aiment jouer de la musique très fort ensemble. Après dix ans, trois EP, deux albums, un nombre conséquent de concerts et un nouveau line up, le groupe continue de développer son identité musicale : un savant mélange de noise, de punk, de la tension toujours, mais le tout teinté de mélancolie pop et d’harmonies vocales pointues. Décibelles ne s’interdit aucune inspiration, court-circuitant toute intention d’apposer une étiquette définitive à leur musique. Leurs prestations live brutales et électrisantes ne laissent pas le public indifférent, et c’est portée par cet état de grâce et gonflée à bloc que la formation lyonnaise sillonne les routes d’Europe pour défendre leur dernier album en date album Tight.

 

 

 

Mardi 17 avril : Concert : 17h – Luna Llena – Pour les 0 -3 ans – Entrée 5€

Luna Llena

Edwige Bage et Sophie Mourot forment un duo original et font du conte et de la musique un voyage tout en douceur, en rêveries. Un équilibre entre le chant et l’histoire, le souffle et l’énergie, et quel voyage ! Destination : la Lune et son voyage vu par différents animaux. “Dans le ciel, la Lune brille. Grâce à elle, tout le monde s’endort, sauf l’oiseau. Il trouve qu’il ne fait pas assez noir, que l’éclat de la Lune éclabousse trop la nuit. Il la picore jusqu’à ce qu’elle ne soit plus qu’un fin rayon dans l’obscurité… » L’histoire de Luna Llena s’articule autour de la chanson “Tonada de Luna Llena”, leitmotiv du spectacle. Le jeu de l’alto et des chants du monde à deux voix ponctuent le voyage. Chaque animal est identifié par un jeu vocal qui lui est propre et est, dès son entrée dans l’histoire, représenté par une clochette posée dans un grand arbre jaune qui a pris racine au centre de la scène.

 

 

 

Jeudi 19 avril : Concert : 20h – Edgär – Petite scène – Gratuit

Edgär

Vous croiserez aussi bien Edgär dans une ruelle humide de Liverpool, sortant d’un pub une pinte à moitié pleine à la main que sur les quais de Seine, échevelé au petit matin après une nuit passée à danser dans un club. Telle une mélodie que l’on fredonne sans bien savoir d’où elle vient, ce dandy des temps modernes saute d’une époque à l’autre sans jamais se départir de son charme. Derrière ce mystérieux oiseau de nuit se cache un duo tout en harmonies. Sobriété des guitares, complexité des arrangements et voix qui s’entremêlent sont ici au service du texte et de l’émotion. Tout à la fois personnalité unique et multiple, Edgär vous fait partager ses états d’âme pop.

 

 

 

Bruno Robert

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *