L’Empreinte saison 1 : Demandez le programme !

Brive et Tulle, réunies en Scène nationale pour laisser leur Empreinte, nous offrent un début de saison « illumineux » : une nuit entière au théâtre de Brive qui sera folle ou sage selon vos envies, un bal atypique pour fêter cette inauguration, du théâtre pour savoir et réfléchir, de la photo pour être surpris, de la danse, de la  musique : le programme est incandescent !

 

 

Exposition photo Faux-jumeaux de Mathias Ridde / du 04 au 16 Octobre, à Brive et à Tulle / pendant les horaires d’ouverture des billetteries : du mardi au vendredi de 12h à 17h, le samedi de 10h à 13h et 1h avant le début des spectacles /Entrée libre et gratuite.

 

Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre. Entre Brive et Tulle, c’est peut-être de cela dont il s’agit ?! Mathias Ridde, photographe, a réalisé en 2005 une série de vrais portraits façon reportage, pour créer de faux jumeaux. Le résultat est troublant. La fiction se mêle à la réalité. L’étrangeté des situations interroge notre regard. Une oeuvre en résonance avec toutes les questions que nous nous posons. Duplication, ressemblance, dédoublement, semblable et différent en même temps… Avec humour, cette série initiale, complétée par une commande réalisée in situ avec sept spectateurs des théâtres de Brive et de Tulle, interroge les notions d’identité et de ressemblance. « Certains jumeaux sont très semblables, d’autres sont presque invraisemblables, voire parfois étranges. Un visage très symétrique aboutira sur des individus presque identiques à la personne ayant servi de modèle. En cas inverse, on obtient deux nouveaux individus très différents dans lesquels on retrouve certains traits du modèle autant que l’on s’interroge sur l’identité de ces nouveaux visages. ». Mathias Ridde

 

 

Le procès de Philippe K. ou la fille aux cheveux noirs / Julien Villa / Compagnie vous êtes ici / Théâtre/ 11 Octobre à Tulle / Durée : 1H30

 

Nous sommes à Berkeley, le 7 novembre 1972, le jour des élections présidentielles américaines. Richard Nixon brigue un second mandat. Philip K., quarante-quatre ans, est un auteur de science-fiction. Voici plus de vingt ans qu’il passe ses nuits à écrire des romans d’anticipation. Un an plus tôt, lors du cambriolage de son appartement, le manuscrit de son dernier livre a été dérobé. Depuis, il tente de réécrire ce roman, mais n’y parvient pas. Il oublie toutes ses œuvres et des événements étranges se succèdent… Blade Runner, Total Recall, The Man in the High Castle… Si l’œuvre de Philip. K. Dick inonde aujourd’hui la pop culture, l’écrivain d’anticipation demeure lui un mystère. Julien Villa s’est fasciné pour ce personnage énigmatique, reflet fou d’une Amérique des extrêmes et de la démesure. Paranoïaque, addict, cet écrivain de science-fiction a navigué aux marges de la psyché humaine. Julien Villa et ses camarades de jeu nous entraînent dans un vrai-faux récit de ses obsessions, naviguant de la violence de l’ultra-capitalisme à la conviction d’avoir voyagé dans le temps. Dans ce chassé-croisé entre réalité et hallucinations, anarchisme et complotisme, on croise une nuée de personnages atypiques, on parle du Watergate, on écoute planer l’ombre de Don Quichotte. Une plongée vertigineuse dans l’Amérique déjantée des années Nixon.

 

 

La visite déguidée Brive-Tulle / Tulle-Brive en transport en commun de Bertrand Bossard et Thomas Pouget / Théâtre / du 04 au 13 Octobre / Durée estimée 1h30 aller-retour / Spectacle gratuit / Réservation obligatoire au 05.55.22.15.22

 

La Visite déguidée, c’est un spectacle qui revisite ou qui dévisite tous les poncifs de la visite guidée. Ici, point de bâtiment, ni de patrimoine. Deux villes, distantes de 30 km et une histoire. Faire la visite en transport en commun… Je n’ai jamais compris ce qui était mis en commun dans cette idée du transport.
Des gens ? On met des personnes dans un lieu ou un véhicule commun pour les transporter ? Ou bien alors on met nos existences en commun dans les mains d’un chauffeur ou d’un pilote. On met nos existences, notre présent et donc notre futur dans les mains d’un seul individu ! Si on met en commun notre futur, on met aussi notre passé ça semble évident… Dans la visite déguidée en bus, qui ira de Brive à Tulle ou de Tulle à Brive, les spectateurs vont mettre leur futur entre les mains d’un chauffeur de bus et leur passé entre les mains d’un acteur qui va en faire quelque chose… Le passé entre Brive et Tulle est une rivalité et une rivalité ça se règle au présent ; et on pourrait en faire un spectacle si on veut avancer en commun. Bertrand Bossard

 

Nuit ouverte au théâtre de Brive Avec Barbara Métais-Chastanier / Rencontre/ Nuit du 12 au 13 Octobre / 20h – 8h / Entrée libre et gratuite / Réservation conseillée au 05.55.22.15.22.

 

Une invitation à rêver la nuit, et habiter votre théâtre, autrement… Pour bien passer cette nuit blanche , n’oubliez pas de venir avec un plat et votre kit de sommeil (duvet, doudou, rituel chamanique de conjuration des mauvais songes, etc.) Et pour les plus fêtards ce sera le moment de ressortir vos déguisements, celui de Batman par exemple, la tenue de jour de l’an que vous n’avez jamais re-portée, vos paillettes de Queen of the night, votre pyjama-doudou, les sapes pour marche-de-nuit, les perruques, les falbalas, bref, tous ce qui fait soirée déguisée. Nous avons proposé à Barbara Métais-Chastanier, dramaturge associée à L’empreinte, de composer une nuit pour le théâtre de Brive. Avec la complicité d’artistes que vous retrouverez dans la saison, nous vous proposons de vivre ensemble une expérience insolite, une nuit ouverte sur le thème de la nuit… « Créer un point d’insistance, d’occupation, de partage. Toute la nuit faire la nuit. Et ainsi faire que le théâtre ait lieu. Qu’il ouvre ses portes comme il ouvrirait l’année. Vivre ensemble l’intensité d’une nuit occupée d’occupations, une nuit ouverte et vivante de 20h à 8h au théâtre. Y venir pour deux heures, y venir pour dix heures. Circuler entre les lieux, entre les moments. Croiser les expériences, les plaisirs, les possibles. Venir dormir, danser, manger, lire, écrire, partager, écouter. Une nuit durant. Pour vivre l’expérience et s’interroger : qui sommes-nous, nous qui veillons ? Petits et grands, jeunes et moins jeunes, libres de circuler dans l’expérience unique : partager une nuit et en faire notre lieu. » Barbara Métais-Chastanier

Au programme : 20h/23h : Plateau : Festin Festin partagé, soirée costumée, dégustation à l’aveugle de bons vins du coin, interventions philosophiques de Jean-Christophe Angaut sur l’expérience de la nuit et lecture musicale de l’Empreinte de P. Bergounioux par Babx.

23h/2h : Plateau : « La nuit est sublime, le jour est beau » Dance-floor et DJ-Set avec Mika Rambar

23h/7h : Salle de réunion : le théâtre en sommeil

23h /7h : Petite Salle : « La nuit fait son cinéma » Projection de films

2h/4h : Plateau : « Nuits sensibles » Atelier chorégraphique avec La Zampa et Marc Sens

2h/7h : La Faille/Toit : Les Fleurs bleues de Queneau avec Julie Moulier

7h/8h : Petite salle : Petit déjeuner avec DJ Set de Mika Rambar et intervention de Jean-Christophe Angaut

 

 

Soirée de clôture : 13 Octobre / Pyromènes : de 19h30 à 21h00 à Tulle / Incandescences : de 21h30 à 22h30 à Brive suivi de Embrasement urbain avec Pierre de Mecquenem – Compagnie La Machine / Performance /  La piste à dansoire / collectif Mobil Casbah / Parvis du Théâtre de Brive / Dès 22h30 / Durée 3h30 / Gratuit / Spectacle en plein air

 

Une célébration du feu dans l’espace public de Brive et de Tulle, pour une soirée de clôture festive et spectaculaire de ce temps fort de lancement de la saison et d’inauguration de L’empreinte – Scène nationale Brive-Tulle. « La flamme et le feu ont une place particulière dans nos vies et dans la perception que nous avons du monde sensible. Ils ont permis notre survie et notre évolution. Mais s’ils sont toujours omniprésents dans notre quotidien, ils sont désormais contenus. Mon travail m’a d’ailleurs souvent amené à comparer le feu à un fauve : nous devons en rester maître. » Pierre de Mecquenem.  Avec ses installations de flammes, Pierre de Mecquenem scénographie la nuit et poétise la ville.

Pyromènes #1 : de 19H30 à 21h. Mais qui sont ces personnages qui arpentent les rues une torche à la main ? Les Pyrophiles sont dans la ville et cherchent à se rassembler. Suivez-les vers le lieu du grand embrasement et de la fête qui célèbre le feu en mouvement. Laissez-vous envahir par cette lueur qui se propage, celle des flammes qui aimantent les corps, absorbent les regards et révèlent les âmes… Pyromènes célèbre le feu en mouvement et l’intimité mystérieuse qu’il engendre. Le grand embrasement final chorégraphie des corps et des flammes et s’emballe vers un crescendo pyrotechnique. Trois rendez-vous possibles : 1/ devant l’église St Jean, rue de la barrière, 2/ fontaine du parc de la mairie, 3/ place du carrefour du Trech (en face des Clampes). Plan disponible à la billetterie. Personnes à mobilité réduite, contactez-nous pour plus de renseignements.

Incandescences : de 21h30 à 22h30. Incandescences dessine un paysage enflammé, une scénographie de feu poétisée par la lumière en mouvement. Ici, un mur de bougies qui offre de la hauteur, là, des braseros qui structurent l’espace, ailleurs, des éléments mobiles qui invitent au mouvement… Les spectateurs sont invités à déambuler en toute liberté. Chacune des Incandescences est unique, minutieusement élaborée en fonction du lieu qu’elle embrase. C’est un tableau vif, rythmé, procédant par paliers chromatiques progressifs pour un final pyrotechnique immersif et spectaculaire autour du Théâtre de Brive. Rendez-vous Parc de la Guierle, côté Corrèze. A l’issue des Incandescences – Embrasement urbain

 

 

« Le bal où l’on écoute la musique avec ses pieds !» Sur la Piste à Dansoire, on vient danser, on vient apprendre à danser, on invite et on est invité. On goûte à différents styles musicaux, on s’essaie à plusieurs pas, on voyage au gré des époques, des géographies, ou des atmosphères musicales et chorégraphiques. On danse seul, à deux, à dix, à cent. En couple, en cercle, en carré, en ligne, en foule. On change de partenaire, on rencontre son voisin. La piste, ça tourbillonne ! C’est un grand jeu collectif orchestré par les musiciens et les meneurs de piste. La Piste à Dansoire, c’est un drôle de nom, non ? C’est un drôle de nom et c’est un drôle de bal. Pourquoi ? Parce que c’est à la fois un parquet de danse avec son orchestre, un spectacle et surtout un grand jeu collectif. La danse est un jeu, les danseurs sont des joueurs, et les meneurs de piste, des meneurs de jeu. Vous suivez ? Pour que le voyage soit fluide, les pisteurs sont là. Ce ne sont pas des professeurs, ce ne sont pas non plus des animateurs ou des démonstrateurs. Ce sont des meneurs de foule, de jeux et d’ambiance. Ce sont des caractères, des fous de danse. Ils ont chacun leurs dadas qu’ils n’hésitent pas à partager. L’orchestre, lui, emmène l’ensemble de la Piste aux quatre coins du monde. Leur répertoire balaie les continents, les époques et les styles. Et comme ce sont aussi de grands joueurs, ils s’amusent à mélanger les influences et métisser les couleurs musicales. Par exemple, grâce à eux, danser la scottish sur une musique Forro, c’est possible, eh oui !

 

 

Un pays dans le ciel  / Compagnie du Veilleur / Théâtre / Brive Centre Raoul Dautry / 17 Octobre à 18 h 30 et 20 h 30

 

Un pays dans le ciel est une pièce rare et nécessaire. L’auteur, Aiat Fayez, a été pendant plusieurs semaines le témoin silencieux du quotidien de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA). Chaque jour, des centaines de demandeurs d’asile pénètrent dans des bureaux anonymes pour raconter leur histoire, portée par un traducteur, à un officier de la République chargé de statuer sur leur sort. Lieu d’attente et de crainte, le bunker de l’OFPRA peut incarner la délivrance comme le couperet. Un petit théâtre sordide où se jouent de véritables tragédies, et où il est question de vie et de mort, de vérité et de mensonge, de pouvoir et d’impuissance. Les trois comédiens mènent le jeu avec proximité et distance, gravité et humour. Ils interprètent tour à tour le demandeur d’asile, le traducteur et l’officier. Sans artifice technique et avec une grande sincérité, Matthieu Roy et ses comédiens donnent à entendre le parcours kafkaïen, dramatique ou fantasque des demandeurs d’asile.

 

 

Tordre de Rachid Ouramdane / CCN2 – Centre chorégraphique national de Grenoble / Danse /  Tulle le 18 Octobre / Navette au départ de Brive / Durée 1h

 

TORDRE est le portrait sensible de deux danseuses stupéfiantes de force et de fragilité mêlées. Mais plutôt qu’un duo, il faut ici évoquer deux soli en miroir, composés par le chorégraphe Rachid Ouramdane pour deux interprètes qui l’accompagnent depuis plusieurs années. Dans un écrin éclatant de blanc lumineux, le spectacle s’ouvre sur la musique de Funny Girl, film musical américain de William Wyler. Mais de quels corps glorieux s’agit-il ici ? Annie Hanauer danse en de grands mouvements souples, infiniment gracieux, intenses et engagés. Lora Juodkaite, quant à elle, lance son corps dans une double ronde, une giration infinie et vertigineuse sur elle-même et dans l’espace du plateau. La virtuosité de la performance fascine. Puis, par strates successives, grâce aux qualités de mouvement et à ce qu’ils laissent entrevoir de leur nécessité, elle vous touche au plus intime.

 

 

Jeanne Added / Le 25 Octobre  / Salle Des Lendemains Qui Chantent / Durée 2 heures / Tarif unique 18 euros / Navette au départ de Brive

 

Élevée dans l’apprentissage du violoncelle et de la musique classique, Jeanne Added bifurque vers le jazz. Passée par le Conservatoire national supérieur de Paris et la Royal Academy of Music de Londres, Jeanne Added affirme un talent de vocaliste qui l’amène à côtoyer des pointures tels John Greaves, Baptiste Trotignon, Pierre de Bethmann… En 2015, Jeanne Added sort un premier album, Be sensational. Comme un titre prémonitoire, le succès est immédiat, les critiques unanimes. Sur des arrangements signés Dan Levy de The Dø, on y découvre un chant multiple et racé, où la force incantatoire des scansions rap flirte avec une soul épique, la no wave et le rock, tout en s’offrant la variété mélodique de la pop. En mai 2018, Mutate, premier titre d’un second album très attendu, est une flèche qui perce le cœur. La voix, magistrale, de Jeanne Added puise dans des nuances ondulatoires qui explorent avec une émotion épidermique, contagieuse, les vertiges et les promesses de la vie.

 

Swaz

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *