La prog de Mars des Lendemains qui chantent !

Du tout bon à la salle des Lendemains qui Chantent pour fêter l’arrivée du printemps !!! Allez, on sort de l’hibernation !

Jeudi 14 Mars / 18H30 / Le Jeudi du conservatoire / Gratuit

Pendant une soirée, la scène du bar est ouverte à trois groupes issus de la classe musiques actuelles du Conservatoire à Rayonnement Départemental de Tulle.

Enjoy the Noise

Formé en 2015 et suivi par le CRD de Tulle, le groupe se compose de Lillian, Julian, Léo, Maxime et Thibault. Originaires de Tulle, ils ont entre 14 et 16 ans mais ont déjà l’expérience d’une petite dizaine de concerts autour de la ville. Ils jouent leurs propres compositions, avec des textes en français appuyés par une rythmique énergique et résolument rock.

Desert Dew

Desert Dew est un groupe de rock électro basé à Limoges formé en 2017 par le bassiste Timothée, le batteur Valentin et le guitariste Jillian. Le groupe trouve sa forme finale en 2018 avec l’arrivée d’un deuxième guitariste Romain et des voix Nicolas et Eloïse. Ensemble ils font de Desert Dew un son puissant et moderne.

Darlingz Trema et Modis

Lycéens à la ville, rapper à la scène, Darlingz Trema et Modis jouent ensemble depuis un an. Leur set, en plein développement, est construit autour de textes aussi conscients que véritables, qui racontent des histoires, qui parlent d’eux, de la société et du monde qui nous entoure. La musique est leur échappatoire et ils laissent leur conscience raconter le réel, pas la vérité. 

Samedi 16 Mars / 20H30 / The legendary Tigerman / Bigger / Round Stones / 12€50

The Legendary Tigerman

Pour son sixième opus, Misfit, The Legendary Tigerman a écrit et composé lors d’un road-trip entre Los Angeles et la Death Valley. Mixé par Johnny Hostile (Savages, John & Jehn), ce concept-album accompagné du film How to Become Nothing (Super 8 & 35 mm) offre un singulier carnet de bord, un guide de voyage version sweat & dust. Motels, étendues désertiques, abandon(s), (sur)tension. A la fois épique et étrange, un nouveau son rock’n’roll.

Bigger

Réunis en 2016, les 5 musiciens de Bigger auraient très bien pu sortir du Cavern Quarter de Liverpool. Bercés à la British Beat Sixties de  leurs aînés, ils s’immiscent avec autant d’aisance dans la mélancolie et la noirceur de Nick Cave ou Anna Calvi que dans les arcs-en-ciel mélodiques des Beatles. Leurs influences ne suffisent pourtant pas à étouffer leur singularité, taillant un rock sombre que seuls des refrains étrangement lumineux viennent éclairer. Un univers trouble et cinématographique, où l’on se balade le long de la rivière Mersey, se jetant tout droit dans la mer d’Irlande, patrie du chanteur Kevin Twomey. En live, Bigger devient deeper : plus profond, plus dense ! Possédé par les mots, le corps désarticulé de Kevin s’anime, et impose son intrigante présence, hypnotique. Le groupe cultive son art de la scène entre envolées pop et noirceur rock, et nous livre un set d’une réelle intensité, privilégiant les mélodies et les harmonies vocales.

Round Stones

Round Stones explore les horizons Folk et Rock, de l’acoustique à l’électrique, de l’onirique au gros son qui tâche au fond du garage. Une batterie, une gratte, du chant.

Jeudi 21 Mars / 18H30 / Breaking Tag / Michael Bucquet Trio / Gratuit

Breaking Tag

Breaking Tag, power trio qui vient de pas très loin (entre Argentat et Limoges), sans prétention. Entre le punk rock mélo à tendance indie voire folk. Bref ça pétille, parfois ça va vite même, mais surtout c’est entraînant ! Le groupe est parti d’Argentat en Corrèze en 2014. Après plusieurs changements de lineup et de configuration, le groupe trouve sa voie dans un power trio guitare basse batterie accrocheur et efficace, 3 chants, des mélodies et de la puissance, c’est tout ce qui compte…

Michael Bucquet Trio

Du rock, de la folk, un soupçon de pop et du coeur à l’ouvrage. Bienvenue dans l’univers de Michael Bucquet ! Le jeune songwriter, accompagné de ces musiciens, nous invite dans son train mélodique, pulsé par la voix, la batterie, la guitare électrique. Tantôt supersonic tantôt poétique. Mais aussi quelques escales folk en acoustique. Un artiste aux inspirations « vintage », empruntant les codes des 60’s au 90´s, pour nous livrer des compositions originales et pleines de personnalités.

Vendredi 22 Mars / 20H30 / Lacraps / Fury 1991 / 8-Beats X Keuss10 / 12€

LaCraps, aka l’Enfoiré, c’est d’abord une Poignée de Punchlines, puis 6 albums qui n’ont pas déçus les fans. Du rap traditionnel, influencé par Beat de Boul, Salif, NTM, FF, Arsenik mais aussi par le rap américain, du Wu Tang à Kendrick. Toujours caché sous une casquette ou un chapeau, vous ne verrez jamais ses yeux… du moins pas en photo. Sur scène, peut-être ! Alors venez voir ce que ça donne en live !

Samedi 23 Mars / 20H30 / La Maison Tellier / Phaon / Samaka / 15€50

La Maison Tellier

Dans les villes traversées à l’occasion des tournées, en face de l’île Tatihou, aux studios ICP de Bruxelles, dans des studios implantés dans la campagne normande ou au coeur du Massif central, le sixième album de La Maison Tellier s’est patiemment construit. C’est le disque du grand retour des guitares et de chansons enregistrées vives – « live ». Plus que jamais, La Maison Tellier est la réunion de cinq musiciens qui offrent le meilleur d’eux-mêmes pour délivrer des chansons qui s’impriment dans nos mémoires et nous ramènent à nos adolescences, quand tout se noue et que se décide notre aptitude à nous engager, nous lier, nous confronter.
Après les premiers albums qui portaient le regard vers un ailleurs, après Beauté pour tous qui parfois contemplait le passé, après Avalanche qui scrutait en lui-même, Primitifs Modernes semble regarder droit devant, et tout autour. La musique épouse cet élan en un disque physique et charnel, incarné en onze chansons qui se fraient leur chemin jusqu’à nous, convoquant la mélancolie douce des textes d’Alain Souchon ou Yves Simon, galvanisée par l’électricité d’un rock au classicisme élégant hérité du rock américain des années 90 à la manière de R.E.M

Phaon

Phaon n’est pas un mythe. Il est tel Bambi dans les feux envoûtants d’une Auverland roulant à toute berzingue sur les routes sinueuses d’une pop-rock revêtue d’électro (Métronomy / BRNS / Camille / Dépêche Mode). Les synthés analo dépoussiérés sont tantôt délicats, tantôt sombres mais surtout savamment léchés, dignes d’une première toilette autonome sans l’aide maternelle d’un cervidé fraîchement disparu. Leurs brames, maniant les racines gréco-latines de l’hexagone, partent en puissance, décrassant les hanches, attisant les tympans par des structures élaborées. Les mélodies lumineuses se cabrent face à des textes plus sombres, aux multiples facettes. Ainsi, le quatuor expose ses premières ramures avec les morceaux Lidice, Sapho et Carambolage. C’est avec bienveillance et à la seule volonté de ses auteurs que Phaon dévoile ses sentiers obscurs excités par la lueur opaline d’une lune rutilante.

Samaka

Au carrefour d’une rencontre entre deux Français originaires de Corrèze, se cache parfois des influences multiculturelles. Samaka, duo pop folk guitare/voix, nous évoque la nouvelle génération d’artistes qui façonne les musiques actuelles. La guitare rythmique, menée par Lenny Demeyer appréhende les vagues émotionnelles, en jouant sur les sentiments, entre le noir et le blanc, comme une ambivalence. La voix d’Axelle Perrier, quant à elle, oscille entre puissance et légèreté avec des accents rock, soul et parfois même ethnique. Samaka c’est une plume qui traduit des émotions brutes de décoffrage sur lesquelles sont posées des images qui pourront évoquer in fine, des sensations distinctes en fonction de l’auditeur.

Jeudi 28 Mars / 18H30 / The Ghost Towns / Gratuit

Une guitare et une batterie, oscillant entre légèreté et puissance, entre douceur et colère. Deux voix envoûtantes faisant se mélanger les graves profonds de l’une et la sensibilité saisissante de l’autre. Enfin, un véritable univers musical et visuel, voici l’expérience que vous propose ce duo « The Ghost Towns » à la musique teintée de folk et de post-rock. Un projet inspiré de ce concept de villes fantômes, qui sont à la fois belles, fascinantes, envoûtantes, calmes et en même temps effrayantes, empreintes d’une certaine violence. Le duo propose une musique qui veut ressembler à ça, à une inquiétante attirance. Nous suivons donc les aventures de ces deux personnages mi-humains, mi-robots, explorant ce monde atemporel pratiquement désert à la recherche d’étranges histoires et mélodies passées que l’on peut entendre le soir dans certaines de ces villes fantômes. « Chapter 1 » était donc le premier volet d’une trilogie dont le second EP « Chapter 2 » est à venir (enregistrement début février).
Tels des manuscrits sacrés, ce sont des recueils des découvertes musicales de nos deux héros Samo et Towny au travers de leurs expéditions…

Vendredi 29 Mars / 19H / Chorale electro acoustique / Gratuit

Depuis septembre, la Manufacture (association Lost in Traditions) s’associe aux élèves de l’école primaire de Chamboulive dans la création d’une grande chorale electro acoustique qui nous fait voyager dans l’imaginaire des enfants. Le projet porte sur la création de chants et d’univers sonores. Venez voyager !

Infos pratiques !

Des Lendemains Qui Chantent : Avenue du lieutenant colonel Faro 19000 Tulle / Téléphone : 05 55 26 09 50 / Billeterie ici !

Christine Le Garrec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *