La prog d’Avril de l’Empreinte !

Ciné concert, musique, théâtre, conférence et scène ouverte : entre Tulle et Brive, Meyssac et Bort-Les-Orgues, la scène nationale de l’Empreinte va encore fait briller bien des yeux en ce mois d’Avril !

Mardi 2 Avril / 20H30 / The Angelic Conversation / La grande Mêlée / Ciné concert / Durée : 1H20 / Théâtre de Tulle

« Un monde de rêve, un monde de magie et de rituel, bien qu’il y ait des images de voitures brûlées et de système radar qui nous rappellent qu’il y a un prix à payer pour gagner ce rêve face à un monde de violence. » C’est ainsi que Derek Jarman décrit son essai cinématographique The Angelic Conversation réalisé en 1985 en super 8 puis transféré en 35 mm. Il consiste en une juxtaposition d’images photographiques au ralenti et de sonnets de Shakespeare. Les images représentent une rencontre amoureuse et des paysages à travers lesquels deux personnages voyagent à leur gré. Grâce à la vitesse lente, six images par seconde, équivalant à peu près au rythme du cœur humain, le spectateur baigne dans les sons de la musique et des sonnets, véritable immersion dans l’image. Avec quatre des membres de l’équipe de Chroma, Olivier Normand en tant que récitant, les Mount Analog pour la musique et Quentin Vigier à la régie technique, Bruno Geslin questionne les différents types d’écriture scénique pour une expérience immersive d’une douce poésie.

Jeudi 4 Avril / 21H / Le ballon rouge / Le Cabaret Contemporain / Ciné concert / Durée : 36 minutes / Théâtre de Brive

Cabaret Contemporain crée et interprète une musique originale sur le film Le Ballon rouge d’Albert Lamorisse (Film français de 1956 avec Pascal Lamorisse, Sabine Lamorisse, Georges Sellier). Dans le Paris des années 50, un petit garçon trouve un gros ballon rouge accroché à un réverbère. Commence alors une histoire d’amitié avec ce ballon qui le suit de lui-même dans les rues de Paris.

Vendredi 5 Avril / 20H30 / Vivaldi, le souffle des saisons / Les Musiciens de Saint-Julien / Musique / Durée : 1H20 / Théâtre de tulle

L’originalité et l’alternance spectaculaire des instruments solistes et flûtes – toutes jouées par François Lazarevitch – entraîne la première métamorphose de ces Quatre Saisons atypiques : au Printemps revient la musette, requise par la version fantaisiste et très exigeante imaginée par Chédeville en 1739, tandis qu’aux trois autres concertos, adaptés d’après les originaux pour cordes, sont dévolues flûtes à bec et traversière. Ces variations de timbres, leur vélocité et leur inventivité défient toutes les subtilités de la nature contrastée pensée par Vivaldi. Cette relecture festive s’étend à l’ensemble des concertos, revisités à la lumière des recherches sur le phrasé en musique ancienne et des accointances avec les musiques traditionnelles de François Lazarevitch : ils font entendre autrement les danses de bergers, le déchaînement des éléments ou le chant des moissons. Des partitions transfigurées !

Samedi 6 Avril / 19H / Scènes improbables / Arts croisés / Rencontre / Théâtre de Tulle

Une scène ouverte, habituellement, est l’occasion pour les artistes de monter sur les planches pour montrer ce qu’ils savent faire, et l’occasion pour le public de découvrir de nouveaux talents. Mais nous, on a voulu aller plus loin, on a voulu que ce soit encore plus de rencontres ; alors on a imaginé que les artistes, en plus de pousser leur chansonnette, de ferrailler leur biniou ou d’entonner leur gaudriole, et bien, les artistes, ils allaient passer une journée ensemble, à mélanger ensemble, à s’imbriquer les uns les autres, comme une journée de création, comme si qu’on fabriquait un vrai spectacle avec des morceaux de ce qu’on est chacun, et tout ça, en une journée. Voilà donc le concept. Alléchant, non ? Artistes amateurs, contactez Mélissa Trouillard : tel :05 55 26 99 24 / Mail : melissa.trouillard@sn-lempreinte.fr

Lundi 8 Avril / 20H30 / Mardi 9 Avril / 19H / Un ennemi du peuple / Compagnie Tabula Rasa / Théâtre / Durée : 2H10 / Théâtre de Tulle

À la veille de l’inauguration du nouvel établissement thermal qui doit assurer la prospérité économique et l’avenir d’une petite ville d’eau de province, le Docteur Stockmann découvre que les eaux qui l’alimentent sont sérieusement polluées et contaminées par les rejets d’une industrie locale. Alors qu’il entend rendre publics les faits, il se heurte à l’opposition de son frère, le maire de la ville, qui, au regard des conséquences financières que cela entraînerait, préfère étouffer l’affaire. Commence le jeu d’une comédie féroce des opinions et des intérêts. Avec un humour énergique et grinçant, la satire y pointe les magouilles, mensonges et autres intimidations, le rôle des médias, les pièges de la démocratie… Quelle place dès lors pour la vérité dans un monde pris entre les dangers de l’utopie et les brutalités du réel ? Théâtre populaire et inventif, cette comédie politique acerbe portée par d’excellents interprètes interroge sans détours les travers d’une humanité à la dérive.

Jeudi 11 Avril / 20H30 / Chroma / La Grande Mêlée / Théâtre / Durée : 1H30 / Théâtre de Brive

Touche-à-tout de génie, Derek Jarman fut peintre, plasticien, jardinier, metteur en scène, cinéaste, écrivain, scénographe… Quand il entreprend l’écriture de Chroma, il est séropositif depuis plusieurs années et est sur le point de devenir aveugle. De ce combat contre l’obscurité, il fait surgir un texte d’une énergie vitale insensée. Mêlant tour à tour ses souvenirs d’enfance, ses interrogations d’artiste ainsi que son journal d’hôpital, il crée un récit qui n’a de cesse d’en découdre avec la fatalité. Tous les moyens sont bons pour repousser les assauts de la maladie, la tenir à distance et Derek Jarman s’y emploie avec force et fantaisie. Chroma est comme le jardin que cultive dès la fin des années 80 Derek Jarman. Il est né de ce rêve. Faire pousser des couleurs alors même que l’œil ne peut presque plus les voir. Sur un plateau baigné de couleurs franches, trois interprètes et deux musiciens nous convient à une exploration visuelle, sonore et physique de l’univers de cet homme qui détestait le blanc.

Jeudi 11 Avril / 20H30 / Salle Jean Moulin à Bort-Les-Orgues / Vendredi 12 Avril / 20H30 / Salle Versailles à Meyssac / Lettres jamais écrites / Compagnie Hippolyte a mal au coeur / Théâtre / A partir de 14 ans / Durée : 1H15

Des mots d’adolescents qui racontent tout autant nos vies d’adultes, faites de fragilité, de sauts dans le vide, de deuils, d’amours malmenées ou infinies, d’espoirs et de solidarité… Ces mots, jamais dits, sont ceux d’élèves de seconde d’un lycée de Cavaillon. Pendant un an, ils sont entrés en laboratoire avec Estelle Savasta, autrice et metteur en scène. Ensemble, ils ont façonné cette matière brute, incandescente, intime. Puis, d’autres lettres d’adolescents de Lille se sont ajoutées au projet. Chacune a ensuite été confiée à un auteur, qui y a répondu comme s’il en était le destinataire. Lettres jamais écrites ouvre une correspondance entre un adolescent et un adulte, un lycéen et un auteur, entre une réalité et une fiction. Dans une grande intimité de jeu, deux acteurs font se rencontrer ces voix, et résonner, tout contre nous, ces puissants éclats de vie.

Samedi 13 Avril / 10H30 / Les luttes, le militantisme, les « révoqués » : on était Manu / Conférence / Projection / Théâtre de Tulle / Entrée libre et gratuite

Dans le cadre du projet Tulle, c’était l’esprit Manu, en partenariat avec la ville de Tulle et l’association Peuple et Culture, Projection suivie d’une discussion avec Patrick Mortal, historien de la mémoire ouvrière. Prochaines projections : samedi 4 mai 10h30 (Scène nationale L’Empreinte, théâtre de Tulle) / mardi 4 juin 2019 (La Papèterie d’Uzerche) / jeudi 8 août ( La boite en Zinc de Chanteix, dans le cadre du Festival aux champs). A partir des années 1950, la Manu va vivre différents époques difficiles dont celle dites des « révoqués ». 45 ouvriers militants syndicaux engagés dans la lutte des droits des travailleurs vont être licenciés. Plusieurs témoignages vont se suivre dans ce montage pour nous dire la dureté de certains événements et rappeler la mémoire de ces hommes et femmes. La plus emblématique est sûrement celle de  Jeannot Eyrolles qui a été déporté en camp de concentration le 9 juin 1944, en est revenu miraculeusement, a repris le  travail au cul de sa machine pour être ensuite révoqué pour faits de militantisme et enfin réintégré en 1983. « Je ne sais pas pourquoi je suis parti, mais je sais pourquoi je suis revenu », disait-il.         

Mardi 30 Avril / 20H30 / Des territoires (… D’une prison l’autre…) / L’annexe / Théâtre / Durée : 2H05 / Théâtre de Brive

En février, sur le plateau de Tulle, Baptiste Amann présente le premier volet de sa trilogie Des territoires nous sifflerons la Marseillaise… Ce second volet prolonge le premier. Nous retrouvons la fratrie, trois frères et une sœur, dans le pavillon de banlieue de leurs parents disparus. Passé le déni traumatique (sujet du premier volet), ils reviennent de l’enterrement et découvrent chez eux Lahcen et Moussa venus les prévenir qu’une violente émeute gronde dans le quartier. Contraints au confinement par la Mairie, les voici enfermés ensemble, à la fois protégés du monde et prisonniers du deuil et de la difficile relation à l’autre. Une certaine Louise Michel, militante activiste luttant contre le projet d’extension du centre commercial, est également avec eux… Baptiste Amann choisit un territoire qu’il connaît bien, une cité peu radieuse, un pavillon témoin dans une résidence HLM et une famille banale, pour écrire une chronique sociale et politique actuelle. S’y croisent, sur un ton féroce et quotidien, des enjeux contemporains : démocratie, crise identitaire, racisme, solidarité…

Quelques infos pratiques !

Théâtre de Brive, Place Aristide Briand 19100 Brive
Théâtre de Tulle, 8, quai de la République 19100 Tulle

Tél. : 05.55.86.01.10 / Mail : contact@sn-lempreinte.fr

La billetterie du Théâtre : Tél : 05.55.22.15.22

Mail : billetterie@sn-lempreinte.fr

Pour acheter vos billets directement sur le site, cliquez ici ! (Tarifs de 7 à 21 €, sauf mention spéciale)

Pour vous abonner directement sur le site, cliquez ici !

Christine Le Garrec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *