En Avril aux « lendemains qui chantent ! »

Chaud, Chaud, Chaud, avril va être chaud à la salle « Des lendemains qui chantent« ! San Salvador, Vlad, Güzu, It It Anita, Cadillac (Stupeflip Crous) et bien d’autres… vont animer vos p’tites soirées entres potes ! Allez, ne laissez pas cette super prog vous filer entre les doigts… C’est du lourd !

Le nouveau visuel par Berfroi Romain.                                     

Passionné par le monde des arts graphiques, il a grandi dans un milieu multiculturel avec diverses richesses artistiques (île de la Réunion). Il commence par le dessin, puis sur divers supports papiers et numériques. Toujours en quête des tendances, de divers styles graphiques, il passe son temps à peindre, à dessiner, afin d’en sortir le meilleur. Travaillant sur tous ce qui touche à l’image (graphisme, art, illustrtaions, design ) et s’adaptant à votre demande pour vous offrir le meilleur de lui-même.

Mercredi 03 avril : 15h : Concert jeune public avec San Salvador – Grande Salle – Tarif : 5€

San Salvador n’est pas un concert de musique d’îles lointaines… San Salvador c’est un concert radical chanté à six voix, deux toms, douze mains et un tambourin. Alliant l’énergie et la poésie brute des musiques populaires à une orchestration savante, le concert est l’alchimie subtile d’harmonies vocales douces et hypnotiques sauvagement balayées par une rythmique implacable. Il en résulte un moment déroutant dans un mix entre tragique et joyeux, d’une rare intensité à la croisée de la transe, d’un chœur punk et de constructions math-rock, dansant et chaleureux, hyper-rythmiques et haletant. Formation intégralement vocale, San Salvador, a entrepris depuis plusieurs années un travail de recherche artistique autour de la polyphonie. S’intéressant davantage à une forme de renouvellement (détournement) poétique des musiques traditionnelles et du monde, plus qu’à l’expression d’un « folklore authentique », d’un patrimoine soi-disant « sauvegardé », la musique du San Salvador saute, au contraire, de planètes en planètes.

Jeudi 04 avril : 19h30 : Concert avec Vlad + Ktykeen Conasse – Petite scène – Gratuit – Restauration sur place.

Ktykeen Conasse

Pour ouvrir dignement cette soirée de prestige, le ministère de la propagande invite Ktykeen Conasse. La chanteuse burlesque et engagée nous promet des rythmes punk-pop-love en mode chanson française. Déjà un grand succès chez les sourds et muets.

DJ Vlad

Le Vladkistan étant un pays de tradition festive, nous ferons de vos fins de soirée notre spécialité. DJ Vlad le célèbre DJ vladkistannais vous propose de danser sur les rythmes endiablés de la musique balkano-vladkistannaise. De façon spontanée ou planifiée, sur le CDN du Vladkistan ou ailleurs, la boom du Vladkistan peut surgir n’importe quand après minuit. A noter que votre dictateur préféré sort enfin un nouvel album, ça se fête ! Sobrement intitulé “Vlad, ses plus grand poèmes volume I“, cet EP événement a été entièrement enregistré et produit en caravane Adria 520, une performance !

Vendredi 05 avril : 20h30 : Concert « Carte blanche a Güzu » – Grande salle – Tarif : 8,50€

GÜZU a sa carte blanche et ça va être du lourd ! On confie les clefs de la salle au combo d’origine corrézienne pour une soirée fun et fluo. L’électro-pop du groupe va se tordre dans tous les sens grâce à la complicité de leurs invités. Le quatuor sera rejoint sur scène par le vielliste Grégory Jolivet, l’electro raffinée de Temper et par une section de cuivres rutilants. La prise de risque est totale mais Güzu n’est pas du genre à se laisser impressionner et voit dans ce défi qu’il se lance une façon d’augmenter sa musique, de la repenser de fond en comble. Pour le warm-up et l’aftershow c’est Dj Charly Cut qui viendra poser ses platines. Cet expert du scratch et du turntablism, qui collabore avec de nombreux artistes en live et en studio, va nous ambiancer jusqu’à plus soif. On ajoute à tout ça une ambiance fluo, des boissons phosphos, du graff en expo et voilà que votre bonne vieille salle rock’n’roll se transforme en club électro.

Güzu

Trois mecs diplômés de jazz, électrisés par la musique pop, et une chanteuse à la personnalité décalée, entre candeur et puissance électro.Avec leurs mélodies minimalistes et leurs rythmes fous, Suzanne, Paul, Auxane et Damien proposent une formation qui sort de la norme : par son écriture aux formes progressives et son instrumentation mêlant acoustique et électronique, Güzu vous transporte dans sa représentation du monde de la nuit.

Grégory Jolivet – Guest

Gregory Jolivet débute la vielle en 1991 à l’école nationale de musique de Bourges. Depuis, il a fait et continue à faire beaucoup de chemin ! Il parcourt le Monde, l’Europe, la France, au sein de plusieurs formations, La Machine, Blowzabella, Rue Pascale, Le Grand Barouf, Organic Bananas présentes sur des grands festivals tels que« Le Printemps de Bourges, Les Trans Musicales, Festival Terres Du Son, Festival Les Vieilles Charrues. 2019 marque 10 ans de parcours musical depuis son premier album. Mais 2019 c’est surtout l’arrivée de son premier album solo « Alt’O Solo ». C’est l’occasion de poser les choses, comme l’aboutissement d’un travail artistique, d’une maturité, de rencontres musicales pendant près de 10 ans. En tout, il a enregistré et participé jusque-là à plus d’une vingtaine d’albums. Grégory créé une musique originale grâce à ses vielles à roue, une Trois alto « Mousnier » et une soprane « Kerboeuf ». Il enrichit aujourd’hui sa pratique de la vielle alto en développant plusieurs techniques « électro » : tapping à une ou deux mains pour se libérer de l’usage de la roue, l’utilisation d’effets tel que le looper, le beat box et la guitare lapsteel, pour composer une musique encore plus personnelle.

Temper – Guest

Luc est un jeune violoncelliste talentueux. De formation classique au conservatoire de Toulouse, il va très vite se rapprocher des musiques actuelles en adaptant son instrument. Il l’électrise en passant par des effets qui sont généralement utilisés par les guitaristes. On découvre alors Luc dans le groupe Temper, mais aussi avec BigFlo et Oli. Le soutien des 2 frérots, producteurs du projet Temper, promet à Luc un beau début de carrière. En 2018, Temper enchaine les premières parties du duo de rappeurs – bien connus des français – sur la tournée des zéniths. On le découvre aux claviers, à la guitare et au chant. Plus besoin de justifier sa singularité au travers de sa musique qui mêle la mélodie et l’électro avec finesse.

DJ CharlyCut

Charly Cut commence le scratch en 2006 sur des beats hip hop oldschool. Durant son passage à Londres, il décide de se concentrer sur l’esthétique D&B. A son retour sur Montpellier en 2012, il intègre le groupe Neil Conti and The LazySundaze. Charly Cut explore les groove funk, hip hop, jazz, trip hop, bass music en y ajoutant des techniques de scratch et de turntablism. Il collabore aujourd’hui avec beaucoup d’artistes pour du live et du studio (Hydro, Let’sFuck, Le Traitement, Davodka, Split Prophets, Swift Guad, Katherine Ellis, Moonson, Late Notice, 16 mg, Lacraps& studio laclassic). Depuis ses débuts il aura également la chance de faire des sessions avec des artistes prestigieux tel que Keziah Jones, Kevin Amstrong, Otto William, War, Mateba, Gunston et Laura B.

Samedi 06 avril : 19h à l’Empreinte – Théâtre de Tulle «  Scène Improbable » – Gratuit.

Une scène ouverte, habituellement, est l’occasion pour les artistes de monter sur les planches pour montrer ce qu’ils savent faire, et l’occasion pour le public de découvrir de nouveaux talents. Mais nous, on a voulu aller plus loin, on a voulu que ce soit encore plus de rencontres ; alors on a imaginé que les artistes, en plus de pousser leur chansonnette, de ferrailler leur biniou ou d’entonner leur gaudriole, et bien, les artistes, ils allaient passer une journée ensemble, à mélanger ensemble, à s’imbriquer les uns les autres, comme une journée de création, comme si qu’on fabriquait un vrai spectacle avec des morceaux de ce qu’on est chacun, et tout ça, en une journée. Voilà donc le concept. Alléchant, non ?Vous retrouverez lors de cette scène ouverte : Oxtanda, duo percussions et voix, La Luette Agile, groupe d’improvisation vocale, Clément, en solo chant et guitare et Charivari, un quintet instrumental.

Jeudi 11 avril : 19h30 : Concert avec It It Anita – Petite scène – Gratuit – Restauration sur place.

Les rockeurs belges de It It Anita donnent tout. Adoubés sur scène depuis plusieurs années, ils dévoileront à la rentrée un deuxième album, qui les révélera par-delà les frontières du Royaume. Evacuons d’entrée une première rafale de namedropping : les quatre garçons de It It Anita citent comme influences fondatrices Pavement, Grandaddy, Weezer, Mogwai, SonicYouth, Dinosaur Jr., Hot Snakes, etc. Si l’énumération de références ne trace pas convenablement les poreuses frontières de leur musique, c’est en effet du côté indie/alternative de la force rock que se trame l’histoire. Pour ce deuxième album, les It It Anita ont fait ce qu’il fallait faire : la même chose mais en beaucoup plus radical. Plus puissant mais plus mélodique, plus survolté mais plus construit, plus fédérateur mais plus personnel. It It Anita se place en position de choix parmi des contemporains comme Metz, And So I Watch You From Afar, Idles, Lysistrata, Shame, Girl Band… nouvelle génération de musiciens hyperdoués qui, tout en respectant la maison noise/rock 90’s, en défonce les murs pour mieux faire jaillir son énergie et sa sensibilité d’aujourd’hui.

Jeudi 18 avril : 19h30 : Concert avec l’Etrangleuse – Petite scène – Gratuit – restauration sur place.

Dix  ans que Mélanie Virot et Maël Salètes réunissent la harpe d’orchestre et la guitare électrique pour créer une musique singulière, puisant son inspiration dans les airs traditionnels d’un pays qui n’existe pas. Trois ans après « Memories To Comme »(réalisé par John Parish), le duo revient avec un troisième album, « Dans Le Lieu Du Non-Où », intégralement chanté en français. Entre danses d’envoûtement et ballades de fin du monde, ce nouveau disque fait la part belle aux tourneries du jeli n’goni (luth malien), tandis que la harpe emprunte saturations et ruptures à la guitare électrique.

Samedi 20 avril : 20h30 : Concert avec Cadillac ( Stupeflip Crous) + Angle Mort & Clignotant – Grande salle – Tarif : 15,50€

Cadillac ( Stupeflip Crous)

Il ne s’agit pas ici d’Antoine de Lamothe Cadillac, émigré au nouveau monde, dont le patronyme fut emprunté pour une marque d’automobiles américaines superlatives, ni du paisible village de Cadillac en Gironde, d’où il était parti, mais bien de l’acolyte de King Ju dans l’entité Stupeflip. Complice de prédilection du grand sorcier du StupCrou, Cadillac participe depuis les origines à l’aventure, éructant ses fabliaux et ses raps de sous-préfecture, mettant en son et lumière les spectacs, réalisant une partie des vidéos, composant ou participant à l’écriture d’une part notable de la discographie foutraque du groupe mystérieux et néanmoins populaire. Aujourd’hui, Cadillac s’émancipe de Stupeflip avec un album solo dont il a composé et réalisé tous les titres, toutes les chansons, convoquant les autres membres de Stup pour des featuring. De Stupeflip, on connaît la trajectoire unique, passée des majors à l’indépendance en multipliant les succès. Un univers inclassable, engagé et délirant, un discours de proximité qui a consolidé une fan base incomparable, qui a permis récemment au projet d’exploser les records mondiaux en termes de crowdfunding. Stupeflip ne fait rien comme les autres, et concasse rap brut, rock sale, variété hardcore, punk coloré et électro malade dans des albums richement enluminés qui soudent entre eux une confrérie d’aficionados qui ont pour Stupeflip un rapport qui s’apparente à la foi. MaisStupeflip ne s’accommode pas des rythmes imposés par le show business, et accouche de sa musique quand ça lui chante, ce qui implique des délais parfois longs entre deux albums. Le projet de Cadillac, qui prolonge l’expérience du terrorisme bienveillant vient à point pour satisfaire l’appétit des légions combatives du Crou. Le virus se propage, encore et toujours.

Angle Mort & Clignotant

Angle Mort & Clignotant sont deux chauffards de Trap Music, qui la recrachent version Technoboom et stroboscopique. Une performance zapping martelée d’hymnes féria/rugby à l’énergie punk où copulent l’esthétique clubbing de campagne, des slogans ravageurs et quelques centimes d’euros.

Jeudi 25 avril : 19h30 : Concert avec Under Old Trees – Petite scène – Gratuit – Restauration sur place.

Under Old Trees est un trio sous perfusion de groupes tels que Russian Circles, Red Sparowes ou Explosions in the Sky. Under Old Trees a déjà sorti deux EP aux reliefs cinématiques. Issus de divers horizons musicaux, les trois vieux arbres cultivent des titres entièrement instrumentaux, contrastés entre mélodie et âpreté. Leur premier album album est en préparation.

Bruno Robert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *