La prog d’automne Des Lendemains Qui Chantent… Mise à jour !

Festivals annulés, concerts sous conditions drastiques… L’année 2020 s’est révélée bien sombre pour le monde du spectacle vivant. Espérons que nous allons revenir vite à la normale car, sans concerts, la vie est bien fade ! Des Lendemains qui Chantent ont programmé pour cet automne encore incertain des évènements d’envergure qui nous font saliver par avance… On croise les doigts pour qu’ils soient maintenus !

Jeudi 24 Septembre / 19H30 / Quai Baluze / Concert Gratuit / Lucien Chéenne / (de 18 à 19H30 : activités ludiques avec Air de jeux)

Lucien Chéenne a l’originalité qui déborde. Mais une originalité d’historien de la musique populaire. Johnny Cash, Bob Dylan, Hank Williams d’un côté. Léo Ferré, Serge Gainsbourg, Félix Leclerc, de l’autre. Et l’amour sans limite de ses aïeuls folk aussi : Michel Corringe, Jean-Roger Caussimon, Michel Tonnerre. En les écoutant, il récolte des moissons célestes. Fantasme le chaînon manquant entre la réalité des champs et les immenses étendues de l’ouest américain. Réussit cette greffe inespérée en décors naturels et odorama. Lucien nous présente Pied-Tendre un disque chaleureux et accueillant d’un chanteur en liberté. Lucien Chéenne ne se la raconte pas. Il enfourche autant le vieux canasson country-folk que la bécane vrombissante d’un blues-rock brut de décoffrage. Il peut se le permettre puisqu’il chante à cœur ouvert.

Festival hors les murs du 8 au 11 Octobre : concerts en extérieur sur le parvis de la cathédrale !

Jeudi 8 Octobre / 20H (ouverture du bar à 19H) / We Hate You Please Die + Blackbird Hill

Une bouffée d’oxygène et de l’électricité dans l’air. La tension nécessaire. Beaucoup de tension. L’orage guette. Dents serrées, cordes vocales rougies. Lutins bondissants, boucles blondes, brunes, bleues, des filles, des garçons, des garçons filles et des filles garçons, on s’en fout, l’époque est transgenre. Ils.elles sont la fureur et le chaos et peu importe qui ils .elles sont.
We Hate You Please Die cherche une certaine transe, celle qui ne s’encombre de rien. Du brut et de l’électrique, la volonté de concerts énergiques et cathartiques durant lesquels l’équation se ferait avec Ty Segall, les Cramps, Fucked Up ou The Vines.

Imaginez-vous sur la route, le paysage défilant sous vos yeux, le vent vous caressant le visage. Vos sens en éveil, vous voilà à la découverte de régions sauvages. Le power duo Blackbird Hill, autant influencé par l’histoire du blues que la modernité des groupes de rock, met en musique ce que Jack London ou Kerouac racontaient si bien dans leurs livres.

Vendredi 9 Octobre / 20H (ouverture du bar à 19H) / KT Gorique + Illustre + Darlingz

KT Gorique est née à Abidjan en Côte d’Ivoire mais depuis ses 11 ans, elle vit en suisse et ces deux origines coulent dans ses veines. Qu’on ne lui dise surtout pas qu’elle ne vient pas d’ici, ça la blesserait profondément. Donc, cette enfant du pays à la peau basanée, aux dreadlocks et aux baskets chante, danse, rappe, écrit dans une catégorie musicale encore peu ou mal connue dans nos contrées valaisannes, le hip hop. Et dans ce domaine, on ne triche pas. « On ne fait pas du hip hop, on EST hip hop, un point c’est tout. Tu vis, tu bouges, danse, pense hip hop. On transmet de l’amour au travers de notre art… ». Durant chaque concert ou évènement majeur, la jeune rappeuse arbore un visage grimé tracé de motifs blancs, en référence à ses origines africaines. Et quand on lui demande ce que signifient ces dessins, elle explique le plus simplement du monde : « Ce soir, je vous offre mon plus beau visage. » Et on se dit définitivement : « Pourvu que ça ne s’arrête pas trop vite. ».

Comme les deux pôles d’un iceberg, ILLUSTRE cherche à assembler les différences. Créer une cohésion, une alchimie, dans une société en plein bouleversements. Hors des codes et non-binaire, remettant en question les clichés sur le genre, elle aime rendre complémentaire ce qui tend à s’éloigner. Et s’adresse à toute une génération, qui doit puiser dans ses complexes les plus enfouis, pour devenir enfin soi-même. Cette identité singulière se retrouve dans son premier album, ILLE, une ode musicale rap soutenue par des productions modernes entre chill trap et turn up hip hop. A travers un jeu de miroirs entre féminin et masculin, elle parle de notre monde, de notre identité, du lâcher prise, de la place de la femme, elle parle de persévérance, d’émotion… ILLUSTRE a mis un peu de son histoire, de son chemin personnel, dans une robe soyeuse, classe et accessible. Car elle fait du rap pour les gens. L’art pour rassembler, connecter les énergies, raconter un possible, élargir les frontières et oublier les limites. L’album ILLE sera la première pierre de ce puissant édifice. La scène sera son terrain de jeu.

Local de l’étape, Darlingz ouvrira la soirée avec son rap conscient teinté de trap. Jetez un oeil à ses dernières prods prometteuses réalisées avec le 26 Rigny Crew, dont il y aura des représentants qui l’accompagneront sur la scène. Sa prochaine sortie « KVLTVR » est prévue au 6 mars. Soyez attentifs.

Samedi 10 Octobre / 20H (ouverture du bar à 19H) / Bul + The Fat Badgers + Péroké

BUL, c’est le nouveau nom que vient d’adopter le trio Raqoons qui s’est formé à Saint-Etienne en 2016. Un premier EP et plus d’une centaine de concerts plus tard (dont un Olympia en ouverture de Broken Back), le groupe s’affranchit des barrières musicales, faisant évoluer le groove-rock de ses débuts vers une pop funky et solaire. Album à paraître en 2020 !

Plus funky que jamais les Fat Badgers rendent hommage à l’émission télévisée des années 70, avec leur premier double LP “Soul Train” sorti sur le label Black Milk Music en novembre 2019. Emmenés par le prolifique Leopard DaVinci, The Fat Badgers portent une vision du funk délirante ! De pool party en jacuzzi, de festivals en barbecues, c’est avec autodérision et un groove implacable que les Strasbourgeois sèment la P-funk galactique sur notre planète. Après leurs 3 EPS The Fat, The Bad & The Gers, les Fat sortent leur album Soul Train chez BMM. L’opus est une compilation de 14 titres en double LP vinyl, mélangeant electro, funk, nu-disco et lyrics déjantées.

The Fat Badgers se produira également le Dimanche 11 Octobre à 16H, toujours sur le parvis de la cathédrale de Tulle, pour un concert en famille en direction du jeune public

Péroké est un bien drôle d’oiseau au plumage aussi déluré que leur son est bariolé…. ou l’inverse. Entre electro, grooves éthiopiens et afrobeat, c’est aux machines et à leurs claviers qu’ils ont fabriqué de leurs 20 doigts un véritable « boulet ensoleillé ». Péroké cherche donc un univers musical singulier entre une modernité dans le son avec des outils actuels et des couleurs acoustiques plus traditionnelles. La transe est au cœur du projet, car nous la retrouvons dans la musique africaine et la musique électronique.

Jeudi 15 Octobre / 19H / Salle des Lendemain Qui Chantent (spectateurs assis et masqués…) / Danzin

Danzin, c’est une voix légèrement rocailleuse, habitée et mélodique, une écriture poétique, ciselée et précise ( dans la lignée des Leprest, Nougaro, Ferrer ), des mélodies généreuses que l’on retient et qu’on entonne en choeur naturellement. Les mots sonnent, résonnent et racontent des histoires de gens qui traversent la vie quotidienne. Il porte un regard humaniste, attentif, tendre, parfois corrosif sur le monde d’aujourd’hui. Il nous emmène ailleurs, ses chansons sont des voyages, et quelle joie de pouvoir l’y accompagner le temps d’un spectacle.

Jeudi 22 Octobre / 19H / Salle des Lendemain Qui Chantent (spectateurs assis et masqués…) / Equipe de Foot

Dès sa formation en 2015, ÉQUIPE DE FOOT est  un terrain de jeu pour alex et Mike au sein duquel rien n’est interdit : être deux et sonner comme dix, écrire des chansons-exutoires alliant spontanéité et complexité, noise et pop, garage et lo-fi, affirmer les influences naturellement diverses ayant forgé le duo : de Nirvana aux Beatles, de Blur aux Breeders, de Sparklehorse à Fidlar. ÉQUIPE DE FOOT présente son premier album en octobre 2017,  Chantal, sorte de journal intime sur le thème de l’amour, de la rupture, de la solitude, de l’amour encore, de la rupture peut-être. Un premier LP et une tournée remarqués qui imposent immédiatement le duo comme l’une des révélations de rock indé en France. Aujourd’hui ÉQUIPE DE FOOT revient avec  Marilou, un nouvel album d’une densité vertigineuse, où l’essence d’une pop aventurière se fond aux entrailles du grunge, où la mélodie se réinvente sans cesse entre flegme et clameur, célébrant avec panache un rock garage totalement revisité. ÉQUIPE DE FOOT offre avec ce second LP une synthèse habitée des émotions qui le hantent, se parant d’un son ambitieux et toujours plus imposant. Sur scène, ÉQUIPE DE FOOT est un bulldozer, qui fait dans la joaillerie. Un son qui avale tout, une musique qui nous soulève, nous chérit, nous écrase, nous relève, nous émeut, nous galvanise. Le duo démontre une irrésistible aisance lorsqu’il s’agit de balancer des lives surpuissants et fédérateurs, tout en semblant ne parler qu’à nous seul, dans un face à face privilégié qui nous connecte à quelque chose de profondément humain.

Jeudi 29 Octobre / 19H / Ciné concert live par Texas Texas / La nuit des morts vivants

Le thriller horrifique culte de George A.Romero, produit en 1968, a posé les bases d’un univers ultra populaire encore exploité aujourd’hui sous de nombreuses formes (cinéma, TV, littérature, bandes dessinées).
Ce film, chef de file du genre, s’érige toujours en référence et son actualité stylistique, politique et sociale marque encore le spectateur de son empreinte rugueuse. De part sa construction formelle constituée d’actions, de tensions, d’attentes puis d’efficacité et d’énergie brute, l’adaptation de ce film en ciné-concert apparaît aux membres de Texas Texas comme un choix évident et pertinent, en lien étroit avec leur direction artistique et musicale. De plus, les thématiques de ce long métrage (ségrégation raciale, omniprésence des médias, allégorie de la guerre du Vietnam) dissimulées sous une bonne couche d’horreur et d’ironie, font de cette oeuvre cinématographique un objet résolument rock. Ajoutons à cela l’esthétique globale de l’univers des morts-vivants (aujourd’hui totalement absorbé par la pop culture) et nous obtenons un terrain fertile et cohérent pour une création électrique et séduisante. La place de la musique est claire dans la version originale du film: elle apparaît sur les scènes d’actions, principalement sans dialogues et disparaît lors des conversations. Texas Texas souhaite réinterroger les thèmes et l’esthétique de ce film à travers le prisme de leur univers sonore composé de rythmiques lancinantes aux mutations syncopées, de guitares hypnotiques aux accents bruitistes et de textures analogiques massives, afin de se substituer à l’orchestration classique du film. Le trio vise ainsi une réinterprétation en direct, personnelle mais fidèle à la dynamique et au sens de l’oeuvre originale…

Jeudi 5 Novembre / 20H30 / Salle Des Lendemains Qui Chantent (spectateurs assis et masqués…) / Concert acoustique / Babylon Circus / Tarif en prévente : 12€

Babylon Circus revient  en force avec « Monster », un titre au mantra répété presque à l’infini, histoire de conjurer définitivement toutes ces années où la bête dormait : « Wanna dance around with you
Wanna see the animal, see the animal in you tell me are you gonna dance ? Are we gonna see the monster ? ». Appel au public flirtant allègrement avec le rock anglais, même s’il est toujours très difficile d’effacer complètement les gènes jamaïcains de la bande. Ici, le côté dub est passé à la moulinette de l’emportement. « Monster » est porté par un clip à la fois drôle et décalé réalisé par Julien Reymond (Tryo, Cocoon, Cali…) qui annonce la sortie d’un nouvel album et une tournée anniversaire en 2020 pour fêter les 25 ans du groupe. La tribu du Babylon Circus est de retour plus en forme que jamais, et oui, ça va faire mal !

Vendredi 20 Novembre / 20H30 / Salle Des Lendemains Qui Chantent / Ko Ko Mo / Tarif en prévente : 10€

Deux ans après la sortie de son premier album Technicolor Life, KO KO MO présente aujourd’hui son second opus. À l’image du premier, Lemon Twins est puissant, déborde d’énergie et nous entraîne dès les premières notes dans l’univers très rythmé de ce duo rock explosif. La complicité et la générosité de Warren (voix, guitares) et K20 (machines et batterie) sont bel et bien toujours là, voire plus palpables encore, rodées par plus de 250 concerts donnés à travers le monde. De Nantes, leur port d’attache, à Tokyo, Melbourne ou encore Pyeongchang… Mais Lemon Twins est bien plus qu’une suite à Technicolor Life. Au-delà de la rythmique aussi impeccable qu’implacable et de ses riffs de guitare toujours aussi enivrants, ce second opus prouve que KO KO MO a son propre univers et sait s’éloigner, sans jamais les renier, de ses influences musicales, aussi prestigieuses soient elles. Grâce à des arrangements plus poussés et à une présence de la batterie et de l’électro plus affirmée, le duo Power Rock a su donner encore plus de puissance et de force aux dix morceaux qui composent Lemon Twins.

infos pratiques ici !

Christine Le Garrec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *