L’Empreinte ouvre de nouveau ses portes !

Alléluia !!! Après cette longue et pénible fermeture forcée, les théâtres de Tulle et de Brive ouvrent enfin leurs portes avec une programmation grand public de haute tenue, histoire de nous faire oublier tous ces tristes mois de disette culturelle ! Théâtre, danse, arts de la piste… Le spectacle vivant est de retour !!! Enfin une bonne nouvelle !

Jeudi 20 Mai / 19H / Théâtre / Noire-Roman graphique / Lucie Nicolas – Collectif F71 / Durée 1H30 / Dès 14 ans / Théâtre de Tulle / Tarifs de 5 à 21€

« Prenez une profonde inspiration et suivez-moi. Maintenant, vous êtes noire. » Noire, comme Claudette Colvin, lycéenne à Montgomery, en Alabama, en 1955. Moins connue que Rosa Parks, elle refusa dans un bus de céder son siège à une passagère blanche. Elle alla même plus loin, en attaquant la ville en justice. Une première dans l’histoire des États-Unis ségrégationnistes. Lucie Nicolas et Charlotte Melly du collectif F71 s’emparent de cette histoire méconnue dans un magnifique roman graphique et théâtral inspiré de la bande dessinée de Tania de Montaigne. Installée à une table, Charlotte Melly dessine en direct, et projette ses dessins en fond de scène. Sophie Richelieu prend en charge tous les personnages de l’affaire, chante, s’adresse directement au public. Noire est une expérience de l’empathie. C’est aussi et surtout une fabuleuse enquête historique, menée crayon battant, qui redonne forme et voix à une héroïne oubliée du XXème siècle.

Vendredi 21 Mai / 19H30 / Arts de la piste / Parbleu ! / Atelier Lefeuvre & André / Durée 1H10 / Dès 7 ans / Théâtre de Brive / Tarifs de 5 à 21€

Jean-Paul Lefeuvre et Didier André, ce sont un peu les Laurel et Hardy du burlesque artisanal, de l’acrobatie avec trois fois rien, de la poésie lunaire. Pour être dans l’air du temps, on pourrait dire qu’ils font du slow cirque ! Cela fait vingt ans que les deux complices pince sans rire conjuguent clown et acrobatie dans une ambiance minimaliste et hautement fantaisiste. Pour ce nouveau spectacle sans parole, leur terrain de jeu est un simple bac rectangulaire, espace de tous les possibles ! Terrain de pétanque, court de tennis et pourquoi pas billard géant ? Compères aux rôles complémentaires – il y a l’impassible et l’agité, le clown blanc et l’auguste –, ils sortent de leur remise une tripotée d’objets hétéroclites – pelle, masse de chantier, boule de pétanque – qui, on s’en doute, génèreront d’improbables situations, quitte à leur voler la vedette !

Jeudi 27 Mai / 19H30 / Théâtre / Dans ma maison de papier, j’ai des poèmes sur le feu / Philippe Dorin – Julien Duval – Compagnie Le Syndicat d’Initiative / Durée 55 minutes/ Dès 8 ans / Théâtre de Brive / Tarifs de 5 à 14€

À son dernier instant, le temps d’une pensée, une vieille dame ramène ses chaussures à la petite fille qu’elle était. Et, miracle du théâtre, les voilà toutes deux réunies, par-delà les âges et le temps qui passe. Entre les premiers et les derniers instants d’une vie, la pièce bouleversante de l’auteur jeunesse Philippe Dorin joue sur la simplicité d’un dialogue entre une dame de 80 ans (France Darry) et une petite fille de 8 ans (incarnée en alternance par Juliette Nougaret et Camille Ruffié). La mort rôde, l’hiver surgit, mais c’est finalement la beauté de la vie qui est célébrée ici. Les deux jeunes créateurs Julien Duval et Carlos Martins, du Syndicat d’Initiative, ont choisi cette œuvre comme première pièce commune. Parce que, disent-ils, ce texte ciselé d’une infinie délicatesse joue avec les mots et les sens avec jubilation. Parce qu’ils aiment la force métaphysique de cette pièce qui n’exclut jamais la drôlerie. L’intelligence de la mise en scène, aux éclairages doux et changeants, sans clinquant et pleine de poésie, ainsi que la création sonore attentive ajoutent l’émerveillement à ce petit bijou de pièce jeune public, d’une magie absolue.

Mardi 8 Juin et Mercredi 9 Juin / 19H30 / Danse / Queen Blood / Ousmane SyCollectif Fair-E- CCN de Rennes et de Bretagne / Durée 1H / Dès 8 ans / Théâtre de Brive / Tarifs de 5 à 21€

Ousmane Sy, figure de la French touch, adepte d’une danse house métissée, africaine, a signé une pièce pour sept guerrières des temps modernes. Sur un plateau dessiné comme un ring, la puissance de leur gestuelle, plus relâchée que celle du hip-hop, plus hybride aussi, alterne entre focus solo et séquences à l’unisson et mêle influences krump, dancehall ou encore locking. Entrant et sortant de l’espace, sous les pleins feux ou en ombre chinoise, les danseuses excellent dans un ballet multifacettes qui passe par tous les tempos. Ousmane Sy a aiguisé dans cette dernière création le portrait de danseuses toutes membres du groupe Paradox-Sal à qui il a déjà dédié des pièces fortes – Bounce ou Fighting Spirit. Ce Queen Blood affirme un pedigree encore plus abouti, où les corps expérimentés n’ont plus à prouver leur technique et éclatent dans toutes leurs individualités pour constituer un collectif virtuose et jubilatoire. Un ballet féminin qui fonctionne à la rage, à la sensualité et à la fierté.

Mardi 15 Juin à 20H30 / Mercredi 16 Juin à 19H / Arts de la piste / Là / Baro d’Evel / Durée 1H15 / Dès 7 ans / Théâtre de Tulle / Tarifs de 5 à 21€

Baro d’Evel est de retour, réjouissant duo circassien composé de Camille Decourtye et Blaï Mateu Trias, qui trempe son art dans une sauce surréaliste, poétique et animale qui laisse toujours béat. « Là » et « Falaise » (qui sera présenté à Brive la semaine suivante), constituent les deux facettes d’un même diptyque. Deux spectacles pour humains et animaux, donnés dans une sobriété de noir et de blanc. Au commencement de Là, tout est blancheur. Un homme, une femme et un corbeau esquissent un geste, brut, nu, qui circule entre les corps et la voix, entre chute et élan. Sur le plateau blanc, petit à petit, les gestes s’inscrivent et font trace. Volatile symbole de toutes les croyances et de tous les présages, l’oiseau Gus est la tâche noire et blanche qui accompagne avec malice le couple dansant au bord du déséquilibre. Dans ce numéro, rien ne se fixe, rien ne s’installe, tout dévale avec audace, humour et poésie. Petit à petit le noir grignote le blanc, comme s’ils voulaient déjà nous emporter vers la Falaise, où tout commencera dans le noir de la paroi…

Jeudi 24 Juin à 20H30 / Vendredi 25 Juin à 19H / Samedi 26 Juin à 20H30 / Arts de la piste / Falaise / Baro d’Evel / Durée 1H40 / Dès 7 ans / Théâtre de Brive / Tarifs de 5 à 21€

« Cette vie grouillante qui débordait des parois. La voilà devant nous. Inquiète. Fragile. Obstinée. Têtue. Plurielle. Elle n’en a pas fini. Elle n’a pas dit son dernier mot. Elle vient de très très loin. » Barbara Métais-Chastanier, dramaturge de Falaise et artiste associée de L’empreinte. Le dépouillement immaculé de a laissé place à un décor noir comme la pierre de lave. Sur scène, une paroi rocheuse pleine d’aspérités surgie de temps très anciens, où les corps se lovent, s’accrochent, suspendus face à au vide. Prêts à tomber. Le ballet troglodyte de Baro d’Evel arpente la verticalité sur une ligne de crête entre danse et acrobatie. La falaise semble cracher et propulser les corps dans un jeu d’apparitions et de disparitions de personnages intrigants : une mariée suspendue, une princesse sur talons hauts, ou un clochard céleste. Les pigeons blancs y volent au plus près des huit hommes et femmes, un cheval blanc magnifique désarticule ses pas. 
Camille Decourtye et Blai Mateu Trias mènent magnifiquement leur danse poétique avec toujours la même capacité à mener de front performance physique engagée et spectacle poétique, plein de dérision. Pendant que la falaise se fracture, la vie s’accroche désespérément. Peu à peu le noir s’éclaire. 

Vous trouverez toutes les infos pratiques (tarifs, pass, réservations…) ici !

Christine Le Garrec