Juke box N°31

De la musique encore et toujours !!! Ambiances tour à tour sombres, festives, feutrées ou planantes, du swing, du groove, du slam, des voix magiques, des textes ciselés… Nul doute que vos oreilles savoureront un pur miel à l’écoute de cette sélection !

Pochette nacrée pour cet EP aux ambiances crépusculaires… Entre slam et trip-hop, le duo limousin « Novembre » nous décline en quatre titres leur univers sombre et envoûtant sous une musique qui habille à la perfection la noirceur des textes, travaillés et ciselés, qui égrènent en chapelets de mots le désespoir, les chagrins d’amour et autres accidents de la vie… « Une toile de fond » visuelle et poignante où se projettent des instantanés oniriques : éclipse espérée par un « voyeur » de nuit qui a dédié son âme à la lune, boîte à musique oubliée dans un grenier poussiéreux, dans laquelle évolue une ballerine gracieuse, toute en arabesques, sur des notes sucrées qui s’envolent… Où est le rêve, où est la réalité ? Dans le monde de Novembre, l’ombre prédomine sur la lumière : la vie lourde et fourbe apporte son lot de fractures, les caresses sont poisseuses, les chats noirs rôdent sous le grésil et Novembre dépose ses cendres dans une oraison funèbre en forme de compte à rebours… Des mots lâchés comme des bombes à retardement sur une bande-son lancinante parsemée de choeurs et de notes légères… En autant d’espoirs ? Novembre avait fait un passage remarqué aux Inouïs du printemps de Bourges, l’an dernier. Cet EP hypnotique et ténébreux, aiguisé comme le tranchant d’une d’épée… Ne restera certainement pas un coup d’épée dans l’eau !

« Nacre » / Novembre / Pias France / 2018 / téléchargement ici !

Voix soul, ambiance feutrée de club de jazz enfumé, éclairs de trompettes que Miles Davis ne renierait pas, textes rappés, choeurs harmonieux… Supachill vous plonge plus vite que la lumière dans un bain groovy, jazzy, electro dub où le passé et le futur se rejoignent avec une belle harmonie, le mariage des instruments et de l’electro, dosé aux petits oignons, apportant à l’ensemble un son classieux d’une totale liberté de ton qui défie toute mise en « étiquettes ». Gorgé d’ondes positives, ce premier album plus que prometteur s’écoute tranquilou, bien calé au fond de son « sofa », pelotonné sous une douillette couverture… Mais bien vite, les pieds et la tête marquent le tempo car il est difficile de ne pas succomber à la magie de ces dix titres qui vous mettent tour à tour en apesanteur dans des ambiances planantes ou vous mettent le groove direct en perfusion ! « Mars en jazz » ou « life on Mars », les Supachill nous offrent avec « Sofa » un voyage au coeur de l’hiver, réchauffent les frimas et nous donnent des envies de printemps ! Deux « feats » (Youthstar et Skarra Mucci) ont donné de leur talent sur cet album de partage et de fête, à l’image de l’esprit distillé par ces huit musiciens qui n’ont pas fini de faire parler d’eux !

« Sofa » / Supachill / Banzaï Lab / 2018 / 15€ le CD, 20€ le vinyle (téléchargement ici ! )

Le répertoire de la grande Ella Fitzgerald, revisité par un Big Band de 17 musiciens et interprété par Célia Kameni dont la tessiture et le feeling n’ont rien à envier à la « first lady of swing »… ça fait boum ! Tout au long des neuf titres de cet album, The Amazing Keystone Big Band (nominé meilleur orchestre de jazz aux victoires de la musique 2018) nous délivre à sa sauce jazzy swing les standards d’Ella, habillés d’arrangements classieux qui mettent en lumière l’esprit du jazz et ses racines : joyeux ou feutrés (avec un magistral exercice de style sur le dernier titre, avec l’époustouflant scat de Célia), les morceaux s’enchaînent harmonieusement, nous faisant onduler en tapant du pied et en claquant des doigts ! The Amazing Keystone Big Band est en tournée depuis la fin de l’année 2018 et vous pourrez les retrouver en concert un peu partout en France jusqu’à cet été. Ils se produiront notamment dans la prestigieuse salle Pleyel le 16 Mars prochain (accompagnés de prestigieux invités!) Quant aux plus jeunes, ils ne sont pas oubliés… Vous pouvez vous procurer le conte musical (CD et livre CD), « La voix d’Ella« , raconté par Vincent Dedienne sur une bande son de la même formation, pour faire découvrir à vos enfants cette grande dame du swing (le spectacle se produira lui aussi à Pleyel le 17 Mars !). Esprit d’Ella, es-tu là ? Oui, grâce à ces virtuoses qui la ressuscitent à la perfection… Car si Ella, elle l’a, les « amazing » nous en offrent la substantifique moelle !!! Un superbe hommage qui a du chien et du feeling à revendre !

« We love Ella » / The Amazing Keystone Big Band / Nome / 2018 / 12,99€

Cet énigmatique patronyme, qui n’a rien à voir avec la tauromachie, puise son sens dans l’univers de Nietzche (« Par delà le bien et le mal ») qui décrivait ainsi la sipomatador : « Cette plante grimpante, avide de soleil, qui enserre de ses multiples lianes le tronc d’un chêne, tant qu’elle s’élève bien au-dessus de lui, mais appuyé sur ses branches, développant sa couronne »…  Les SipoMatador n’auraient pu mieux choisir leur nom, tant il colle à l’esprit de leur musique ! Savant mélange harmonieusement orchestré de jazz, blues, rock, groove, rap et électro, transcendé par la voix envoûtante de Valérie Brochard, la musique de SipoMatador élève l’âme, la fait planer aux rythmes d’instruments acoustiques, parsemés de touches electro qui zèbrent l’ensemble comme des éclairs éclairant le ciel les soirs d’orage… Et c’est beau, puissant, enivrant comme le parfum d’une fleur sauvage indomptée, que l’on ne peut dénicher que loin des sentiers battus… Une grande douceur et une belle énergie émanent de ce premier EP atypique, en cinq titres que l’on goûte suavement en attendant la première cueillette de leur futur album… Qu’on attend avec impatience !

SipoMatador/ iM SipoMatador / 2018 / 4,04€ (télécharger ici !)

Christine Le Garrec

Après « La Vie cajun » aux doux accents de la Louisiane (2010) et « Silbo », vibrant hommage à la langue sifflée des habitants de l’île de La Gomera aux Canaries (2013), Féloche nous embarque avec son nouvel album « Chimie vivante » pour un voyage beaucoup plus personnel. Dans son labo (le « Silbo Records »), il s’est immergé dans la matière et les sons pour en extirper une structure musicale atomique. Triturant l’envers et l’endroit, le dessus ou le dessous, puisant dans un arsenal de synthés mutants et armé de sa mandoline fétiche en guise d’arme lourde, on pourrait croire que Féloche veut nous mettre les pétoches ! Pourtant, ce qu’il résulte à l’écoute de ce onze titres, c’est un superbe habillage sonore expérimental où se côtoie tout un artifice aux mille et une facettes émotionnelles : Féloche renverse les certitudes tout en bousculant l’ordre du désordre sur des thèmes tels que l’enfance, la mémoire ou simplement la passion de vivre en ayant pour seul guide… Sa fantaisie jubilatoire. Une alchimie parfaite avec juste le petit frisson venant titiller nos oreilles sur des morceaux tel que « Chimie vivante » où, par son lyrisme, Julia wischniewski vient révolutionner cette structure musicale atomique, « Manjo » avec Naïf Herin, en gouailleuse italienne ou « Tara tari » qui raconte l’histoire de sa copine Capucine Trochet, jeune femme ayant une maladie des articulations, qui a traversé l’océan sur un petit bateau… Alors, puisque l’on ne revient pas « Des crocodiles », Monsieur Féloche… Votre « Chimie vivante » c’est du super concentré de « Rock steady sauvage » laissant derrière lui une trainée de poudre, un affolement cellulaire bousculant les images en une comète synthétique d’où naissent les étoiles. Coup de génie où… De folie ? En attendant… Cap sur le pays des merveilles !

Féloche / Chimie vivante / Silbo Records / septembre 2018 / CD : 11,99€ – Vinyle : 18,99€

Bruno Robert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *