La Trilogie THE DARK KNIGHT : Le Son de Gotham City

(RÉTROSPECTIVE 1# LA SORTIE DE TENET EST UNE OCCASION POUR SE REPLONGER DANS L’UNIVERS MUSICAL DE CHRISTOPHER NOLAN)

Réalisme et modernisme résonnent au cœur de la Trilogie The Dark Knight (2005 – 2012) placée sous l’égide du filmaker Christopher Nolan. Conviés à y prendre part, Hans Zimmer et James Newton Howard entreprennent alors une croisade contre les symphonies héroïques traditionnelles. Les compositeurs ingénieux parviennent à hybrider leurs styles distinctifs et s’émanciper de la marche gothique militarisée de Danny Elfman, enclavée dans l’esprit des mélomanes à tout jamais. Jamais l’univers de Batman n’avait sonné ainsi. Au sein de Gotham City, une révolution sonore semble en marche !

Hans Zimmer & James Newton Howard: compositeurs au service du Chevalier Noir (Source Photo: zimbio.com)

BATMAN BEGINS: LE BAT-SCORE

C’est à l’University College de Londres que le jeune Christopher Edward Nolan se lie d’amitié à David Julyan, compositeur en devenir. Quelques années plus tard, l’étudiant autodidacte échafaudera son premier son premier long-métrage, Following, le Suiveur (1999), grâce à la générosité sans pareille de ses camarades de classe. Et pour preuve : sa bande-originale atmosphérique sera conçue bénévolement ! Julyan ne récoltera qu’un lot de gratitude mais, en contrepartie, il continuera de marquer ses débuts de carrière florissants avec Memento (2000) puis Insomnia (2002) qu’il souligne d’une esthétique musicale terne et morose. On croit alors au début d’une grande collaboration… Mais lorsque Warner Bros. lui offre la possibilité de ressusciter le mythe de Batman au cinéma – dont l’aura s’est profondément altérée au travers des deux dernières adaptations colorées de Joel Schumacher (Batman Forever, 1995 puis Batman & Robin, 1997)- le cinéaste lui préfère les services d’un duo de compositeurs prestigieux, sans doute par souci de « coller » la double personnalité de Bruce Wayne. Le magnat de la musique de film Hans Zimmer, leader de Remote Control réputé pour son style tonitruant, et le mélodiste raffiné James Newton Howard, encensé pour ces travaux chez M. Night Shyamalan, unissent leurs talents et concrétisent ainsi un projet de longue date. Batman Begins (2005) se trouve être « un bon terrain de jeu où mêler [leurs] inspirations » et bouleverser leurs méthodes de travail respectives tout en cherchant à élaborer une nouvelle mythologie musicale qui rendrait justice au croiseur masqué interprété par Christian Bale. Impliqués par Nolan dès le début du projet, les deux hommes reçoivent pour consigne stricte de s’inspirer de l’histoire pour imaginer leur partition – écrite généralement en fonction du rythme des images lors de la post-production. Celle-ci est « adaptée aux instruments électroniques mais jouée par un orchestre classique » tandis que l’enregistrement subit de nombreuses métamorphoses grâce à des ordinateurs sophistiqués qui offrent une variété de textures à ce score audacieux, ténébreux et torturé.

Chacun était le filet de sécurité de l’autre. Lorsque j’écrivais un truc complètement hors de propos pour le film, Hans était là, avec sa sensibilité, pour déceler le désastre en devenir. Et je pense aussi lui avoir épargner des écueils moi. Batman Begins était le projet parfait pour éprouver cette méthode, parce que c’est un film qui peut accueillir un large éventail de genres musicaux. Nous y avions assez d’espace pour, à la fois rester nous-mêmes et bâtir un territoire commun où nos styles se mêlaient, pour ainsi éviter le syndrome du patchwork à morceaux hétéroclites.

James Newton Howard

Par le biais de l’expérimentation, ils aspirent à proposer une relecture innovante grâce à leur approche contemporaine éloignée de tout avant-gardisme – on pense ici à John Williams (Superman) et Danny Elfman (Batman, Spider-Man). Selon eux, une symphonie traditionnelle ne peut en aucun cas refléter la « complexité » ni « l’obscurité » du milliardaire orphelin entamant sa croisade contre le crime. On ne devrait pas parler de thèmes mais plutôt de motifs. D’ailleurs, Zimmer résume l’univers de Batman en deux notes jouées au cor d’harmonie, précédées d’un sample de cape conçu par son designer sonore Mel Wesson. Un morceau volontairement « inachevé » pour signifier que « Bruce Wayne est resté bloqué sur le meurtre de ses parents » (« Vespertilio »). Et lorsqu’il s’agit de sonder sa psychologie tourmentée, leurs styles distinctifs s’entremêlent d’autant plus brillamment que les émotions se télescopent. Citons le timbre élégiaque d’un jeune choriste et les touches d’un piano délicat qui cristallisent ses traumatismes enracinés dans l’enfance (« Barbastella »), mais aussi les violons initiatiques (« Eptesicus ») ou explosifs (« Myotis ») qui achèvent son entraînement par Ra’s al Ghul (Liam Neeson). Pour illustrer la romance entre Bruce et Rachel (Katie Holmes), James Newton Howard s’octroiera le luxe d’une mélodie en récupérant avec talent le « Sarabande » de Claude Debussy (1903) (« Macrotus », « Corynorhinus ») dont il est un fervent admirateur.

Bruce regagne Gotham City pour assouvir sa vengeance (« Artibeus », « Back Up » dans l’expanded score), se munit d’une panoplie sonore hors du commun dont un arsenal d’éléments percussifs épiques (la final de «Barbastella » ou le transcendant « Bruce Left For Dead » dans l’expanded score) et répand sa fureur nocturne par  le son d’un orchestre hybride aussi déchaîné qu’une nuée de chauve-souris enragées. Dans un élan d’héroïsme, des cuivres vindicatifs s’élancent, virevoltent et se confrontent (la course-poursuite en Batmobile dans le cinglant « Molossus », « Antrozous » ou « Train Fight » dans l’expanded score). Il est clair que la victoire du Chevalier Noir est aussi retentissante que son illustration sonore ! En 2006, Christopher Nolan réalise Le Prestige et en profite pour renouer avec David Julyan…une dernière fois. Hans Zimmer et James Newton Howard semblent avoir révolutionné son oreille musicale à tout jamais !

THE DARK KNIGHT: UN MAYHEM ELECTRONIQUE

Si l’on en croit Nolan, l’une des raisons l’ayant inspiré à étirer la narration de sa version de l’homme chauve-souris serait l’approfondissement de son univers musical. Ainsi, Hans Zimmer et James Newton Howard reprennent du service sur The Dark Knight : Le Chevalier Noir (2008), mais élaborent leurs partitions selon un processus créatif légèrement différent. L’introduction du Joker (éternel Heath Ledger) et de Harvey Dent/Double Face (Aaron Eckhart) entraîne une segmentation plus marquée de leurs travaux crayonnés au fil de la lecture du scénario. Nolan se veut clair : deux personnages antithétiques pour deux compositeurs. Zimmer hérite de la némésis de Batman ; symbole du nihilisme et de l’anarchie, sans toutefois pouvoir s’imprégner de la performance déconcertante livrée par l’acteur phare du Secret de Brokeback Mountain (A. Lee, 2005). Et pendant que ce dernier s’isole dans un hôtel pour y travailler la gestuelle et cerner la philosophie du prince du crime, le musicien allemand aspire à définir le son de l’anarchisme. Il aboutit ainsi à une suite particulièrement entêtante destinée à « vous faire exploser le crâne », dont l’enregistrement fut confié au cinéaste, alors prêt à embarquer pour le tournage d’une bat-séquence au cœur de Hong-Kong. De longues heures de vols mouvementées par une infinité d’expérimentations oppressantes, angoissantes, voire dérangeantes, qui s’articulent autour de deux notes : le violoncelle chaotique de Martin Tillman est loin de provoquer l’hilarité chez Christopher Nolan. Ce véritable mayhem électronique saisissant est d’ailleurs présenté dans sa quasi-intégralité dès les 9 premières minutes constituant le prologue du long-métrage (« Why So Serious ? ») ! Mais qu’entend-t ’on réellement ? « Des lames de rasoir crissant sur du métal rouillé » et autres samples dissonants (« Why So Serious ? »), quelques vieux synthétiseurs poussiéreux, des riffs de guitares électriques (« Aggressive Expansion ») sans oublier cet arsenal de percussions agressives (« Always A Catch », « You’re Gonna Love Me », « We Are A Tonight Entertainment »). Le score se peaufine, subit quelques arrangements par Henry Jackman et s’ajuste au montage jusqu’à ce que le décès prématuré de Heath Ledger vienne bouleverser les certitudes liées à l’approche musicale de son personnage. Une remise en question s’impose ! Mais s’il y a bien un écueil à éviter, c’est que ce nouveau thème éventuel s’enlise dans la commémoration au risque de devenir trop émotionnel. Le trio l’a bien compris : il décide ainsi de conserver l’idée originelle qui n’oublie pas de célébrer sa performance dantesque récompensée d’un Oscar à titre posthume.

Hans Zimmer et James Newton Howard à l’avant-première mondiale de The Dark Knight (Source Photo: Pinterest)

Avec l’élégance qu’on lui connaît, Howard contrebalance le caractère punk et freaky du Joker par un hymne patriotique dédié au Chevalier Blanc de Gotham ; le procureur Harvey Dent. Piano, violons et cors d’harmonie empreints d’espoir se coalisent contre les ré-do stridents qui gangrènent le score (« Harvey Two-Face », « Blood On My Hands »). Du côté zimmerien, on ne peut s’empêcher de relever des ressemblances avec la musique de Francis Lai pour le biopic Edith et Marcel (C. Lelouch, 1983) et de l’autre, on observe de nouvelles variations du « Sarabande » de Claude Debussy. Tels les deux côtés d’une même pièce, la dualité du personnage, hanté par la disparition de Rachel (Maggie Gyllenhaal), est représentée par un rembrunissement harmonique (les cordes tourmentées de « Watch the World Burn ») et autres chahuts synthétiques (« A Little Push »). Enfin, le duo mélomane réitère les thématiques développées précédemment dans un souci de continuité, tout en proposant une nouvelle pièce maîtresse hybride mémorable – synthèse parfaite de leurs styles respectifs – esquissée pour Batman Begins mais non retenue au montage final (« Like A Dog Chasing Cars », « A Watchful Guardian », « A Dark Knight »). Leur bande-originale se voit récompensée d’un Grammy Award en 2008 puis d’un Saturn Award en 2009 mais reste boudée des Oscars en raison d’un trop grand nombre de participants non crédités de manière officielle.

THE DARK KNIGHT RISES: LE CHANT TRIBAL DES INTERNAUTES

Préférant Hunger Games (G. Ross, 2012) et Blanche-Neige (R. Sanders, 2012) à un nouveau chapitre de Batman, James Newton Howard laisse finalement Hans Zimmer faire cavalier seul sur The Dark Knight Rises et boucler ainsi une décennie de travail acharné à redorer l’aura du caped crusader. « Il y a trois films. Mais pour Chris et moi, c’est douze années de notre vie » ne manquera pas de rappeler ce dernier. Les idées fusent au sein de sa « Batcave » de Santa Monica où il exprime très tôt une volonté de créer un score plus « massif », « iconique » et « militaire » que les précédents ; tel un témoin du dénouement spectaculaire annoncé. Le background mystérieux et les motivations séditieuses du mercenaire charismatique Bane (impeccable Tom Hardy), vestige humain de La Ligue des Ombres venu terroriser Gotham, font émerger un premier concept. Zimmer imagine inclure dans son thème un chant rythmique aux accents tribaux, tel un mystérieux mantra « entonné par des milliers de gens », qui suggère une culture éloignée de toute civilisation. Au cours de ses investigations, il parvient à dénicher un dialecte marocain archaïque – prononcé phonétiquement « dé shé bah sah rah » et signifiant « rises » (comprendre « il se lève ») – qu’une poignée de choristes s’approprie dans les premières démos réalisées. Perfectionniste, l’autodidacte ne cache pas son insatisfaction et persiste à pourchasser ces « milliers de voix » nécessaires à la concrétisation de son idée…pour le moins révolutionnaire ! C’est alors qu’il décide de se tourner vers le fandom de Batman, où chaque membre de cette vaste communauté se voit offrir la possibilité de participer à la conception musicale du film en enregistrant leurs voix, ou même leurs cris, sur une page du site internet Ujam spécialement dédiée à son projet très participatif. Les fans hardcores fondent…et les serveurs aussi ; seulement quelques secondes après la première annonce postée! « Une première mondiale ». Zimmer se félicite d’avoir « pu unir ces voix venues des quatre coins du globe » (tendez l’oreille, on y entend celle de l’auteur de cet article).

A la fin de l’opération, le verdict tombe. Techniciens et ingénieurs déclarent avoir glané et archivé 180 000 chants d’internautes fanatiques ; tous classés puis superposés afin de conférer à ce chant un caractère purement viscéral, d’autant plus renforcé par la bestialité du jeu de l’orchestre – ici transformé en une « sorte d’ensemble tribal ». Et pendant les musiciens violentent littéralement leurs instruments, un essaim de violons grinçants ; tantôt inspiré par Verdi, tantôt par Goldfrapp (« The Fire Rises »), se greffe à des cuivres impétueux sur un fond de synthétiseurs assourdissants (« Gotham’s Reckoning ») venus propager la terreur dans les rues de Gotham City. Pendant ce temps, le croiseur masqué reprend peu à peu du service. Ecroué, brisé, dépossédé, Bruce Wayne (Christian Bale) sombre dans le désespoir au rythme de sonorités accablantes, parfois fantomatiques, par lesquelles Zimmer continue d’explorer son psyché (« On Thin Ice », « Born in Darkness »). Plus tard, le crescendo épique « Why Do We Fall ? » viendra magnifier la renaissance métaphorique du Chevalier Noir qui trouvera la force de vaincre Bane, au cours d’un véritable embrasement orchestral dominé par un rappel du thème triomphant de Batman Begins (« Imagine The Fire »). Toute cette violence observable à l’écran finit malheureusement par rattraper la dure réalité. Lors de l’avant-première de The Dark Knight Rises dans la ville d’Aurora aux Etats-Unis, une fusillade fait rage, causant la mort de plusieurs américains impatients de découvrir la suite du prestigieux The Dark Knight. En hommage aux victimes, le compositeur, particulièrement dévasté, leur consacre une pièce commémorative intitulée « Aurora » – une reprise du titre « Rise » de la soundtrack – mis en vente sur internet dans le but de reverser les fonds aux familles des défunts. Il est maintenant l’heure pour Christopher Nolan de tourner la page des productions super-héroïques. Cela ne l’empêchera pas d’officier en qualité de producteur sur Man of Steel (Z. Snyder, 2013) en hissant par la même occasion son dévoué Hans Zimmer aux manettes auditives de ce reboot explosif du mal-aimé Superman. Soyons honnêtes, lui aussi avait besoin d’un bon dépoussiérage…

J’explore les différents niveaux de l’écriture de Chris : ses scénarii ne manquent pas de profondeur et regorgent de questions philosophiques. Ce sont aussi des épopées pleines d’émotions et d’entrain. Ce dernier film fut pour moi un cadeau : le terrain de jeu idéal pour expérimenter des idées que je gardais en moi… depuis l’enfance, à dire vrai !

Hans Zimmer

(Photo de couverture: IGN)

David-Emmanuel – Le BOvore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *