Arts et essais ! N°16

Avec trois superbes catalogues d’exposition, une balade sur les chemins de Compostelle ou dans les rues de Paris à la recherche d’oeuvres de street art, cette dernière série devrait vous donner des envies d’évasion ! Amoureux des livres, adeptes des voyages immobiles, je vous propose également un ouvrage sur le livre d’artiste …  Enjoy !

 

 

 

« Bistrot » est le catalogue de l’exposition qui a lieu jusqu’au 21 juin prochain, à « La cité du vin », à Bordeaux . Si vous avez la chance de pouvoir aller la visiter, vous aurez même l’occasion de déguster des bons vins, petits veinards ! Sinon, il vous reste ce magnifique ouvrage que vous pouvez toujours déguster tranquillement chez vous, un verre de nectar à la main ! Bistrot, guinguette, café concert, bar prestigieux ou boui-boui, le « café » se décline à volonté, en fonction du quartier où il se situe et des classes sociales qui le fréquentent. Lieu de retrouvailles amicales ou amoureuses, parfois de ruptures, terrain de chasse pour les dragueurs, refuge pour les solitaires, le bistrot est une scène ouverte à tous les comportements humains, exacerbés par l’ivresse ou la convivialité : fanfarons, braillards, batailleurs, dépressifs, tous s’y retrouvent pour partager un moment, ensemble… On peut même y refaire le monde ! Pas étonnant donc que ces lieux, véritables laboratoires pour un œil exercé, aient attiré bon nombre d’artistes. En cinq chapitres richement documentés de dessins et de peintures, mais aussi de portraits d’artistes, de textes en rapport avec la chanson ou le cinéma, de photographies et d’affiches, cet ouvrage nous immerge dans cette « poésie du zinc ». A travers cette centaine d’œuvres, on revisite « nos » propres bistrots, admirés dans des toiles de maîtres, immortalisés sur pellicule pour des moments d’anthologie, ou fredonnés dans des chansons intemporelles …  Qu’ils soient « sélect » ou emblématiques, populaires ou bohèmes, ces bistrots nous laissent un héritage d’une richesse incroyable, grâce au talent immense de tous ces artistes qui ont su retranscrire leur univers. Au-delà de la beauté même de cet ouvrage et de sa richesse iconographique, « Bistrot ! » est un superbe hommage à ces lieux de convivialité ou de perdition, selon le regard que l’on pose sur eux… Incontournable !!!

Bistrot ! de Baudelaire à Picasso, Gallimard, 2017 / 29€

 

 

 

Robert Doisneau restera à jamais le photographe des petites gens dont il savait extraire par l’acuité de son regard toute la substance, la beauté et la grandeur. C’est « LE » Doisneau le plus connu de tous, mais ce n’est pas le seul comme vous allez le découvrir dans ce somptueux ouvrage, catalogue d’une exposition qui a lieu à Versailles jusqu’au 28 mai prochain. Et oui ! Doisneau fut aussi, l’espace de trois ans (entre 1949 et 1952), photographe de la vie artistique et mondaine pour le très sélect magazine Vogue… Cette expérience, dans un milieu très éloigné de ses racines, il l’évoquait en disant qu’il se sentait « comme le fils du jardinier invité à venir avec les enfants du château à condition d’apporter avec lui un regard neuf ». Et bien sûr, le regard est là, et bien là !!! En six chapitres, à travers l’objectif de ce maître incontestable et incontesté de la photographie, on s’immerge dans l’univers de la mode et au cœur de la richesse de la vie artistique de toute une époque, en faisant un petit tour dans le faste des bals et mariages mondains,  et dans les coulisses du spectacle où officient ses artisans… Doisneau y a mis court assez rapidement cependant, préférant la simplicité des prolétaires et des petits bals musettes… Avec ses fabuleux portraits des personnalités du monde de la chanson, du théâtre, du cinéma ou de la danse, Doisneau capte avec sa belle humanité l’essence même de la France d’après guerre, avide de divertissement et de légèreté. Un chapitre est également consacré aux grandes villes françaises (Bordeaux, Lille, Lyon et Marseille) où l’on retrouve toute la poésie de l’auteur du « Baiser de l’hôtel de ville » … Un document exceptionnel à tous points de vue !

Robert Doisneau, les années Vogue, Flammarion, 2017 / 49,90€

 

 

 

« Notes sur l’asphalte » est le catalogue éponyme de l’exposition qui a lieu au pavillon populaire de Montpellier jusqu’au 16 avril prochain. Les photographies regroupées dans cette expo et donc dans cet ouvrage, n’ont jamais été exposées en Europe et sont très peu connues outre Atlantique… Ce ne sont pas des œuvres artistiques à proprement parler, même si elles en recèlent les qualités pour beaucoup d’entre elles ! Réalisés par des photographes « amateurs », ces clichés (tirés sur diapositives pour faciliter leur classement et leur utilisation au cours de conférences) sont surtout les documents de travail de chercheurs universitaires ayant œuvré dans des domaines comme les études paysagères, urbaines et visuelles ou l’architecture commerciale… Leurs choix sont clairement guidés par le but d’effectuer des « prélèvements de fragments de réel », dans une instantanéité peu soucieuse de l’esthétisme pour éclairer notre vision d’une Amérique précaire où architecture et consumérisme occupent une place prépondérante. John Brinckerhoff JacksonDonald Appleyard, Allan Jacobs, Chester Liebs, Richard Longstreth et David Lowenthal ont ainsi sillonné tout le continent américain sur plusieurs décennies, photographiant durant leurs longs périples quartiers pauvres et délabrés, zones industrielles et commerciales, bords de route, monde rural et voies routières, dans l’optique de révéler le paysage social et vernaculaire américain. Deux autres expositions prendront la suite de celle-ci au pavillon de Montpellier dans un cycle « saison américaine » consacré à la photographie patrimoniale. Une étude géographique et sociologique qui nous révèle le vrai portrait de l’Amérique : passionnant !

Notes sur l’asphalte : une Amérique mobile et précaire, 1950 /1990, Hazan, 2017 / 24,95€

 

 

 

Totalement perdue et désespérée après la mort d’une amie, Céline Anaya Gautier, alors qu’elle se trouve dans le métro, entend fortuitement un couple s’entretenir de son projet de faire le pèlerinage de Compostelle… Elle a alors vingt-six ans et décide de partir elle aussi, sac au dos, pour parcourir ce chemin initiatique. Elle en reviendra submergée d’émotions, et ce premier voyage sera suivi de six autres en quatorze ans… Elle nous offre, avec ce magnifique ouvrage, ses voyages photographiques entremêlés des témoignages des pèlerins qui ont croisé sa route. Et c’est magnifique ! La beauté des paysages, à couper le souffle, donne envie de prendre à notre tour notre bâton de pèlerin pour s’immerger dans cette nature sauvage et s’en remplir les yeux… Et puis, il y a les rencontres, les regards heureux et empreints de plénitude (et de fatigue, aussi…) de ces gens de tous âges et de tous horizons venus partager cette expérience humaine intense, tant physiquement qu’émotionnellement… Céline capte avec une sensibilité rare ces moments de lâcher prise et de communion entre les hommes qu’elle nous restitue avec une profonde humanité à travers son beau regard. « Faire » Compostelle n’est pas anodin… C’est, au-delà de toute croyance, effectuer son propre cheminement intérieur, à la rencontre de soi, des autres, et de la nature. « Accepter de se perdre pour retrouver le chemin » …

Compostelle : paroles de pèlerins de Céline Anaya Gautier, Flammarion, 2017 / 29,90€

 

 

 

Visiter Paris, quand on est provincial, est toujours une expérience chargée d’émotions. Dégagé de tous les inconvénients de la capitale, de ses métros bondés aux heures de pointe et de ses embouteillages, rien n’est plus agréable que d’y flâner, le nez au vent, au gré de ses envies et de son inspiration, pas pressés par le temps et par un emploi du temps surchargé… Si vous avez déjà fait le tour des monuments « incontournables », peut-être êtes-vous passés à côté de certaines merveilles, comme les œuvres de street art qui recouvrent les murs de certains quartiers ? Ce guide, abondamment illustré, ne se contente pas seulement de les reproduire, mais vous invite à travers huit itinéraires, à aller les découvrir par vous-mêmes : cartes pour s’orienter, durée de chaque parcours, infos et adresses utiles vous aideront à préparer vos chasses aux trésors autour de l’art urbain du cœur de Paris jusqu’en banlieue. Dans ce guide de référence, vous trouverez également des portraits d’artistes mais aussi la présentation d’associations qui dynamisent et mettent en lumière la vitalité de cette forme d’expression. Avec son format poche, ce « routard du street art » vous offre un joli tour d’horizon de la diversité d’un art qui, pour le bonheur de tous, semble s’implanter durablement dans les rues et dans les esprits. Chaussez vos baskets pour vous en prendre plein les mirettes !!!

Guide du street art à Paris de Stéphanie Lombard, Alternatives, 2017 / 13,50€

 

 

 

Catherine Liégeois est une artiste passionnée du livre sous toutes ses formes. C’est cette passion, doublée d’une belle érudition qu’elle déroule pour nous dans cet ouvrage de référence, richement illustré de plus de quatre cent illustrations. Remontant le temps deux mille ans en arrière pour un cours passionnant sur l’histoire du livre, elle déploie ensuite par petites touches un panorama exhaustif du livre d’artiste, de sa conception à sa réalisation en présentant cent cinquante créateurs (elle-même réalise estampes et livres d’artistes) dont la formidable imagination semble sans limites. Le livre tactile, riche de matières et de procédés d’impression, se découvre autant avec les yeux que par le toucher. Objet expérimental de création et d’innovation à ses débuts, il est également utilisé aujourd’hui dans un but pédagogique en étant décliné sous différentes formes en direction des jeunes enfants. Les réalisations d’auteurs comme Christian Voltz, Bruno Munari, Hervé Tullet, Kveta Pacovska (et bien d’autres encore !) en attestent la belle vitalité ! Collages, volumes, livres tissu, livres brodés, géants ou minuscules, livres-jeux, en relief, la palette de ces livres à toucher et caresser se décline à l’infini ! Œuvres uniques dans leur conception et par le choix des matériaux utilisés, ces livres d’artistes sont un plaisir des yeux et de tous les sens… Catherine Liégeois, avec compétence et enthousiasme, nous en offre toute la diversité à travers ce magnifique et passionnant ouvrage.

L’art du livre tactile de Catherine Liégeois, Alternatives, 2017 / 32€

 

Christine Le Garrec

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *