Juke Box N° 12

Pour cette nouvelle publication, je vous propose un méli-mélo musical, passant de la world music au post-punk ou tout simplement de la folk song à l’électro pop. Un juke box au goût sucré salé qui,  je l’espère, ne manquera pas de titiller vos papilles auditives!

 

 

Partons maintenant si vous le voulez bien sous le soleil des tropiques ou plus exactement là ou se jouent les rythmiques afro cubaines, en compagnie de Natascha Rogers. Pour son deuxième album, « Your Face », cette jeune artiste nous offre un délicieux bouquet de treize titres aux douces senteurs de l’Amérique latine : de la world music aux accents jazzy, agrémentée d’une pointe de folklore, une « culture passion qu’elle cultive à la perfection ! D’origine néerlandaise et américaine, Natascha Rogers a commencé la musique en autodidacte dès l’enfance et a longtemps pratiqué le piano avant de découvrir, à l’âge de seize ans, les percussions (mandingues puis afro-cubaines) par le biais de la danse africaine. A Bordeaux, elle intègre le CIAM puis le conservatoire et travaille avec Jean-Marc Pierna et Olivier Congar et suit des stages de musiques populaires : salsa, musique folklorique avec Maximino Duquesne, Alberto Villareal, Ernesto gatel «El gato» …  C’est en 2005 qu’elle compose les premiers morceaux et textes qui constitueront son futur et premier album «Rise Of Soul » qui verra le jour fin 2012. Elle le défendra sur une tournée de deux ans sur des festivals tels que Jazz in Casablanca, Jazz drammen en Norvège… En parallèle, elle collabore avec des artistes et groupes comme  Zap Mama, Munir Hossn, Oum… en assurant à la fois les percussions et le chant qui font d’elle une artiste unique. Pour « Your Face » l’envie de faire un disque plus intimiste et roots que le précédent s’est imposée. Plus acoustique, ce dernier CD  s’articule autour de nombreux instruments en bois (guitare acoustique, contrebasse) et diverses percussions à peaux (Batas, congas, cajoles …) Les textes de l’album sont écrits en anglais, espagnol et français, avec sur quelques morceaux des références de Yoruba et Congo (chants traditionnels). Un album qui parle de l’Identité, inconnue ou connue, celle de son père entre autres, de rencontres, de voyages, de coutumes, parsemé d’anecdotes vécues sur place… Et bien sûr, d’amour et d’espoir ! Entourée de ses fidèles et talentueux musiciens : Lucas St Cricq (Saxophone soprano et baryton, voix), Anthony Jambon ( guitare et chœurs), Swaéli Mbappé, (basse et chœurs), ainsi que de quelques guests: Pedro Barrios, (chant, percussions afro-cubaines), Anthony Hocquart, (basse, guitare, maracas), Sebastian Quezada, (percussions), Marie Jouis, (violon), Guillaume Latil, (violoncelle), Damián Nueva, (contrebasse-basse), Rosa Ines Villegas, (chant, chœurs), Carlos Hernàndez Miguel, (chant, chœurs), Aude Publies Garcia, (chœurs), Nelson Palacios, (chant), Natasha Rogers nous donne l’occasion d’avoir entre les oreilles un disque très authentique, simple, intimiste, collectif et d’une belle humanité, avec pour seul prétention d’exprimer un moment de vie, de questionnement et de le partager avec de bons musiciens. L’enregistrement de « Your face » s’est déroulé dans les studios de Midilive à Villetaneuse par Sébastien Berteau et mixé par Timour Cardenas à Diaspora.

« Your Face », Natascha Rogers, Music & Rythmic, 14 avril 2017,  CD-15€

 

 

 

 

 

Après un premier album (« Elements ») sorti en novembre 2015, où la quintessence du punk new-yorkais (Talking HeadsVoidoids, James Chance, Wendy James), avaient été invités, Republik a resserré ses rangs pour les compositions de leur nouvel opus « Exotica » autour de son noyau dur : Stéphane Kérihuel (guitare), Robin Poligné (claviers, chœurs) et Franck Darcel (chant, guitare). Cet album a été enregistré de juillet à novembre 2016 dans leur fief breton, au studio « NDE » de Saint Jean du Doigt, avec aux manettes Sébastien Lorho et Jacques Ehrhrart. Leader de cette formation, Franck Darcel n’a cessé depuis des années de multiplier expériences et escapades : co-créateur de « Marquis de Sade », fondateur de « Octobre et de Senso », il a accompagné les balbutiements glorieux d’Étienne Daho, lancé le crooner Paulo Gonzo sur les ondes portugaises, écrit trois romans et édité une somme encyclopédique sur la musique électrique en Bretagne ! Bref, il traîne derrière lui un sacré bagage ! Mais ce qui nous intéresse ici , c’est l’habit qu’il endosse comme résident du groupe « Republik ». Pour ce projet, douze titres ont été créés, aux sonorités post-punk où plane un univers singulier et familier, résolument contemporain et curieusement intemporel. Les thèmes déclinés en anglais nous relatent des flirts risqués avec des femmes magiques et dangereuses (« Magic girls are back in town ») ou à l’image de cet « Exotica » qui donne son titre à l’album, symbolisent une cité idéale, ville utopique basée sur l’échange et l’entraide  (un doux rêve… ) Les deux compos « I wanna be your car » (feat Dominic Sonic) et « Berlin » (feat Xavier Géronimi), auraient, quant à elles,  pu être chantées par Iggy Pop et Lou Reed en personne. Pour véhiculer les quelques tempos plus lents qui précisent les couleurs de cet album, on retrouve des textes en français où la voix de Franck Darcel , guitariste aguerri et chanteur habité, se fait sensuelle entre les incisions métalliques de Stéphane Kérihuel et les claviers avisés de Robin Poligné. Pour les accompagner dans cette aventure, on retrouve des proches du groupe tels que les batteurs Franck Richard, Pierre Marolleau, Julien Bonnet ainsi que Eva Montfort, Marcel Aubé ou encore Nicolas Boyer à la basse, sans oublier le trompettiste Eric Le Lann qui, sur l’instrumental « Fin d’après midi à Exotica », complète cet élégant casting. Republik est en marche, la révolution peut continuer !

« Exotica, Republik, L A D T K , 31 mars 2017, CD-12€99, Vinyl-16€99

 

 

 

 

Une chambre dans un appartement et un home studio rudimentaire… Julien Bouchard n’a rien eu besoin de plus pour créer son premier album solo « Songs from la chambre ». Enfermé avec son carnet à spirales, sans aucune contrainte liée à un groupe et sans restriction de temps, il lui a fallu tout un hiver d’écriture et d’enregistrements pour aboutir à ces onze titres. Une « hibernation » qui a porté ses fruits sous la forme d’une pop song mélodieuse à l’inspiration emplie d’émotion. Multi-instrumentiste, il tire l’élégance pop et l’authenticité « do it yourself » de ses multiples projets et collaborations au sein de groupes tel que « Coco Business Plan » et «The Silent Days », (des musiciens que l’on retrouve  sur ce projet) ainsi que sa fille, Louna, venus apporter leur contribution instrumentale et vocale à ce bel édifice. Des mélodies tantôt cool ou plus énergiques, rock’n’roll sur certains morceaux, où les textes en anglais et français résonnent de façon poétique, nous livrant un univers empli de richesses sonores qui suscite une attention toute particulière à chaque titre de ce LP. Signé sous le label belge « Hot Puma Records », « Songs from la chambre » s’est achevé au moment même ou Julien Bouchard a dû quitter cet appartement et tourner une page… Ce très bel album est dans les bacs depuis le 28 avril : préparez- vous à savourer une pop malicieusement délicieuse !

« Songs From La Chambre », Julien Bouchard, Hot Puma Records, 28 avril 2017, CD-10€

 

 

Bruno Robert

 

 

Nicolas Berrivin, auteur-compositeur multi-instrumentiste, avait déjà travaillé avec différentes formations (Smooth, Stereolane, Orange Blossom et Craig Walker ancien chanteur d’Archive) lorsqu’il a croisé le chemin de Clémence Pied, lors d’une résidence musicale en 2012. Cinq ans plus tard, le premier EP puissant et raffiné de ces deux nantais voit enfin le jour, pour notre plus grand plaisir ! Mélodies douces et suaves teintées d’une électro-pop planante, invitation à la mélancolie, ces cinq titres prometteurs vous embarquent pour un voyage tout en ombres et lumières, bercé par la voix claire et limpide de Clémence qui nous envoûte aussi bien dans la langue de Shakespeare que dans celle de Molière… Affaire à suivre puisque leur premier album « La piscine » sera dans les bacs dès la rentrée prochaine. Belle découverte !

« On my way », Grand Yellow, Dify Records, 16 juin 2017 / Téléchargement sur toutes les plateformes

 

 

Yanosh

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *