Le Festoche à Flayat ! Part two : vendredi 14 juillet

Vous l’avez passé où, vous, votre 14 juillet ? Nous… à Flayat ! Le « Mini Festoche » avait tout prévu ! Camping gratos (oui m’sieurs dames !), food truck et plein d’activités en tous genres… Et cerise sur le gâteau, une prog d’enfer ! La fête nationale, elle était là ! Et… ça l’a fait, ça l’a fait, ça l’a fait !!!!!

 

Pour faire patienter petits et grands, la Cie « le chaudron ambulant » a offert un spectacle théâtral, sonore et clownesque intitulé « Mon petit ordinaire » et tout ça, à l’ombre de la guinguette de l’espace ! 

 

 

 

Ce n’’était pas la première fois qu’ils grimpaient sur la scène du « Café de l’espace », mais allumer la mèche de cette deuxième soirée de festival n’était pas forcément une chose aisée… Même pas peur ! The Crappers nous l’ont démontré en nous proposant un set énergique et bien rock, cocktail à base de compos bien ficelées, saupoudrées de bonnes petites reprises ! Rien de tel pour chauffer un public venu en nombre et qui n’en attendait pas moins. Les quatre musiciens (Allan Moeuf/batterie, Rodolphe Normand/clavier, Laurent Ravel/basse, Baptiste Ventadour/guitare, chant) ont su brillamment mettre l’ambiance qu’il fallait, une mise en condition de grande qualité, prémices d’une soirée « tout feu, tout flamme ! »

 

 

 

Allez, on reprend son souffle, on respire un bon coup ! Car, pour accueillir  Barrio Populo , tête d’affiche de ce festoche, il valait mieux s’y préparer à l’avance ! Trois albums à leur actif, plus de six cent concerts à travers le monde depuis 2008, leur notoriété n’est plus à faire. Alors, retrouver cette super formation au fin fond de la Creuse dans un p’tit café associatif, ça tient du miracle (mais comment ont-ils fait pour les faire venir ?) En attendant, ils sont bien là, en chair et en os ! La scène n’a plus de secret pour eux et leur seule motivation pour ce concert c’était de nous faire partager cette musicalité qui coule dans leurs veines. Du rock brut qui claque en passant par des chansons plus pop  d’une profonde sensibilité, ils nous ont fait découvrir leur univers rempli de superbes compositions où la folie des mots, portée par Victor Coulomb (guitariste et charismatique chanteur du groupe), a transporté de façon festive et magistrale le café de l’espace… dans l’espace ! Les huit musiciens de Barrio Populo  (Victor Coulomb (chant, guitare), Maxence Melot (guitares, chœurs), Thomas Carricondo (basse), Arthur Parmentier (batterie, chœurs),Thomas Pero (percussions, chœurs), Yoann Aujard (claviers, chœurs), Antoine Guirimand (trombone), Anthony Tournier (trompette, chœurs),  ont offert aux festivaliers une prestation sur mesure  d’une rare intensité… Un moment inoubliable !

 

 

 

Pour continuer dans la joie et la bonne humeur, quoi de mieux qu’un petit périple du côté des tropiques tropicaux (quand c’est trop …) au son de la cumbia et de la salsa, histoire de mettre un peu plus le feu aux poudres ! Venus tout droit de Barcelone, avec du soleil et de la chaleur à revendre et surtout « el ritmo latino » dans le sang, Calle sol a littéralement enflammé le cœur du festival  avec sa fusion latine, mélangeant salsa, reggae, cumbia, le tout pimenté d’un puissant gros son rock, donnant à leur musique ce côté festif, contagieux et surtout très original. Et ça fonctionne a merveille ! Ils ont retourné la salle en deux temps, trois mouvements avec une simplicité et une générosité incroyable. Le feu d’artifice, ce sont eux qui l’on tiré (Pierre Minetti /guitare, chant, Martin Fox / batterie, Capo Arno /  basse, accordéon et Miguelon / trombone), en nous offrant en ce 14 juillet un superbe bouquet final, rempli de danses et de partages. Le concert de Calle Sol restera restera dans nos mémoires un instant magique et sans frontières, une grande et belle communion avec une foule en délire… Superbe !

Bruno Robert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *