Festival au château : prog de roi, clap 1ère !

Pas une goutte de pluie, ouf ! Les nuages menaçants du début de soirée ont laissé place …. A un froid de loup !!! Mais il en fallait plus pour décourager les festivaliers qui se sont réchauffés au talent et à l’énergie déployés sur scène par Watusi, Soldat Louis et Combo Charlie ! Suite et fin demain… Havana Sol, sous le soleil exactement !

 

 

 

Si les cinq toulousains avaient pour mission de réchauffer l’atmosphère, ils l’ont réussie brillamment : à la fin de leur premier morceau, le public jusque là frigorifié, est sorti de sa torpeur… Difficile de rester immobile et renfrogné à l’écoute de leur set ! Avec leur look « old school », on dirait les Watusi sortis tout droit des années 70 ! Sourires charmeurs, voix s’harmonisant à la perfection, les deux chanteurs multi instrumentistes (l’un joue de la trompette, l’autre est également au clavier et au sax) ont déployé une énergie 10 000 volts accompagnés d’excellents musiciens (batteur, guitariste, bassiste). Influencés par des groupes tels que « Police », « Red Hot Chili Peppers »…. Les Watusi ont su transcender leurs goûts musicaux pour faire éclore une musique qui leur appartient en propre, ne prenant que l’énergie de leurs aînés et un style « américain » de la meilleure époque qui soit ! Les Watusi n’ont pas fini de défoncer les portes de la gloire et du succès, tel leur animal totem, ils en ont la puissance !

 

 

 

Le parc du château est devenu subitement noir de monde (et un peu moins transi : merci Watusi !) à l’arrivée de Soldat Louis, acclamé par un public fervent et visiblement connaisseur ! Trente ans que ces « vieux loups de mer » baladent leur rock celtique, leur rage et leur bonne humeur sur toutes les scènes de France et du monde (presque) entier… Il semblerait que les jeunes (pas encore nés à leurs débuts) aient succombé eux aussi à l’appel des sirènes car ils étaient nombreux hier à entonner (et pas seulement les refrains) le répertoire de nos lorientais de choc, qui nous ont tous fait chalouper et chavirer, succomber à leur humour parfois grivois, aux sons des grattes électriques, de la batterie, du banjo… et de la cornemuse ! En fermant les yeux, on sentait l’iode et on entendait le cri des mouettes, face à l’océan sur une lande parsemée d’ajoncs…  Un vent frais (de saison !) a soufflé dans le parc du château hier soir, réchauffé par la chaleur des chansons à boire, à rire et à s’émouvoir des Soldats Louis particulièrement en forme ! Le pavillon noir était hissé et les pirates, sans langue de bois, nous ont pris à l’abordage ! Les bretons ont déménagé hier soir !!!! Trugarez vras !!!

 

 

 

Dommage que le public se soit un peu clairsemé au départ de Soldat Louis… Combo Charlie méritait plus large audience, même si les courageux qui ont bravé la froideur de la nuit ont largement été séduits par leur talent et leur originalité. Comment définir Combo Charlie ? « électro pop rock cajun » est encore trop réducteur tant leur musique n’a pas d’équivalent connu ! Avec Gregory à l’accordéon, le piano à bretelles a pris tout d’un coup une dimension surnaturelle, d’autant plus que le jeune homme semblait aérien et habité par une ferveur incroyable (et avec un sourire éclatant, en plus ! Quelle banane !) ….  A se demander d’où il en sortait les sons ! Quant à Charlie (violon et chant), il a bien fait de nous préciser que la foudre l’a un jour frappé… Telle une pile, il en a cumulé l’énergie ! Et quelle voix … Accompagnés de Benjamin à la guitare (de loin le plus calme… En apparence !) qui a enchaîné riffs et solos avec une force tranquille, et d’Antoine, le DJ, qui, tel un lutin facétieux, apparaissait et disparaissait derrière son pupitre,  nous distillant des sons à choper la maladie de St Guy , Les Charlie nous ont joué, non  pas un drôle de drame, mais une symphonie moderne de grande classe, qui a clôturé en beauté cette superbe première soirée !

 

Compte-rendus et photos Christine Le Garrec, photos Bruno Robert

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *