Le coin des p’tits loups ! N°38

C’est la rentrée littéraire aussi pour les p’tits loups ! En voici déjà une première sélection avec tout un tas d’ouvrages et de méthodes ludiques pour apprendre à lire et à compter… Rentrée scolaire oblige ! Mais la part belle est également laissée à la poésie, au théâtre, aux albums tendres, rigolos ou plus sérieux, avec notamment de très beaux albums sur le thème de la liberté. Côté documentaires, je vous invite à découvrir un superbe livre sur la mythologie égyptienne, un ouvrage pour tout savoir sur le fonctionnement du corps humain et un magnifique album « dessus-dessous » sur les animaux. Bien sûr, les tout p’tits loups ne sont pas oubliés avec une sélection de livres d’éveil. Bonne rentrée et bonnes lectures à toutes et à tous !

 

 

 

Un animal est présenté… On tourne la page et … Tadam ! Il apparaît en relief ! Cette originalité fait bien sûr tout le charme de la collection « Les docs emboîtés ». Mais les illustrations vives et colorées et les petits textes éducatifs et instructifs qui les accompagnent font le reste ! Pour chaque petit animal familier (chat, hamster, chien, poisson rouge et même … perroquet !) sont décrits en quelques mots les traits de leurs principales caractéristiques. Un album craquant à dévorer des yeux et à toucher du doigt ! Trois autres titres sont également disponibles dans la même collection : « Les animaux de la ferme », « Le château fort » et « Les pompiers ». A partir de 2 ans.

Les animaux de compagnie de Philippe Jalbert, Seuil Jeunesse, 2017 / 12,50€ (Format 17×17)

 

 

 

Max aimerait bien se séparer de son doudou… Il est grand maintenant et ses frères et sœurs se moquent de lui à chaque fois qu’il le prend tout contre lui ! Oui, mais comment faire ? Car ce bout de tissu qui n’a plus de forme et qui ne sent pas très bon à force de traîner partout (interdiction de le laver !) lui apporte tellement de réconfort ! Quand papa et maman ne sont pas là, Max lui fait des câlins, quand il s’ennuie il est toujours disponible pour jouer avec lui, quand il se fait gronder ou qu’il est apeuré, doudou le réconforte… Et Max lui raconte tous ses secrets ! Un doudou, ça sert à ça ! Alors, pourquoi s’en priver ? Un adorable petit album sur l’addiction au doudou qui rassurera les tout-petits : on peut être déjà grand mais éprouver le besoin de se rassurer à son contact ! A partir de 2 ans.

Un doudou ça sert à quoi ? de Sophie Bellier et Sophie Ledesma, Fleurus, 2017 / 4,60€ (Format 18×16)

 

 

 

Apprendre les chiffres, les lettres et les couleurs de manière ludique et interactive : voici ce que propose ce petit album cartonné enrichi d’illustrations craquantes en pâte à modeler ! Les tout-petits pourront également apprendre à reconnaître les sons et à identifier les cris des animaux que papa et maman se feront une joie d’imiter ! Gai et coloré, d’une conception originale, cet album tout petit format (et tout petit prix !) est plein de ressources ! En plus, il est vraiment trop joli ! A partir de 2 ans.

L’imagerie des bébé : l’éveil d’Émilie Beaumont, Nathalie Bélineau et Christelle Mekdjian, Fleurus, 2017 / 9,95€ (Format 18×16)

 

 

 

Antonin Louchard a imaginé un cours de dessin avec un petit lapin récalcitrant (et franchement désagréable) persuadé d’être Picasso (ça sent le vécu, ça !). Mais le petit prétentieux perd vite de sa morgue quand l’homme de l’art lui demande de dessiner… Sans modèle ! Ah Ah ! Ce n’est plus la même limonade que de reproduire des mickeys, hein !!! Bien évidemment, son dessin est nul (bien fait !) et censé représenter une carotte, il ne ressemble à rien. Lapin, vexé, marmonne en boucle : « Ben ouais, sans modèle, bien sûr » !  Le prof, perfide, propose alors à son élève de lui tirer le portrait … Vengeance ! Comme son nom l’indique, ce livre n’améliorera pas les qualités artistiques de votre chérubin ! Par contre, s’il (ou elle) est est un peu du genre « je sais tout », il va se révéler bien utile pour lui donner une bonne leçon ! Ce petit album malicieux à l’humour décapant est un petit bijou de drôlerie ! Gros coup de cœur ! (comme toujours avec les albums d’Antonin qui sont tous un pur régal !) A partir de 3 ans.

Le pire livre pour apprendre le dessin d’Antonin Louchard, Seuil Jeunesse, 2017 / 8,90€ (Format 18×18)

 

 

 

Tombe, tombe la pluie… Deux enfants s’ennuient en regardant avec envie les gouttes plic-ploquer à travers les vitres de la maison… C’est si rigolo de sauter dans les flaques et de jouer à « chat mouillé » ! D’ailleurs, ils aperçoivent des enfants, vêtus de cirés et chaussés de bottes qui semblent bien s’amuser… Trop de chance ! Et si eux aussi sortaient ? La pluie est partout présente dans ce bel album, lui apportant un rythme chantant, comme dans une comptine. Les illustrations qui l’accompagnent, empreintes de poésie, dégagent un charme fou, tout en douceur. J’adore ! A partir de 3 ans.

Tant pis pour la pluie ! de Stéphanie Demasse-Pottier et Lucia Calfapietra, Grasset Jeunesse, 2017 / 14,90€ (Format 20×15)

 

 

 

Papillon et chenille, abeille et guêpe, limace et escargot, jolie coccinelle… Ces deux petits livres-jeux proposent aux tout-petits de découvrir les petites bêtes du jardin tout en s’amusant. Le premier, tout costaud, contient à chaque double page un puzzle de quatre pièces à assembler ainsi qu’un court texte explicatif sur les petites bêtes en question. Le second, qui ressemble davantage à un cahier, se compose de décors avec de simples consignes où apposer les bonnes gommettes. Ces deux ouvrages sont illustrés en pâte à modeler par Christelle Mekdjian (tout comme « l’éveil » présenté plus haut !) qui apporte à ces jolis petits livres la touche de gaité et de bonhomie qui fait toute la différence ! Trop mignon ! A partir de 3 ans.

Puzzle des bébé : les petites bêtes d’Émilie Beaumont, Nathalie Bélineau et Christelle Mekdjian, Fleurus, 2017 / 4,95€ (Format 16×17)

Gommettes des bébés : les petites bêtes d’Émilie Beaumont, Nathalie Bélineau et Christelle Mekdjian, Fleurus, 2017 / 3,50€ (Format 16×17)

 

 

 

C’est la rentrée et Lison est toute excitée ! Bon, le premier jour, c’est dur de se lever de bonne heure, certes… Mais elle retrouve toutes les activités qu’elle aime bien, comme le dessin et le coloriage, la cour de récré et les copains et copines, les jeux et les fous rires, les disputes et les fâcheries… Une journée d’école, quoi ! André Bouchard s’est glissé dans la peau d’une petite écolière avec humour et beaucoup de pertinence. Après « Les nuits de Lison », on retrouve avec plaisir le travail de cet auteur, ses illustrations à mi-chemin entre album et BD et son personnage de Lison à la personnalité bien affirmée ! Un petit album délicieusement rigolo pour voir la rentrée des classes sous son meilleur jour ! A partir de 3 ans.

La rentrée de Lison d’André Bouchard, Seuil Jeunesse, 2017 / 12,50€ (Format 26×20)

 

 

 

Que ce soit en voiture, en avion, en bateau, en side-car ou en camion, ce petit chien est un grand voyageur ! Ce cartonné joliment illustré permet aux tout-petits de découvrir les différents moyens de transports tout en écoutant les sons produits par chacun d’entre eux. Il suffit de poser le doigt sur les pastilles prévues à cet effet ! Un album  de la collection « Comme les grands »… Qui va donner lieu à de nombreux bruitages !  Vroom !!!! A partir de 3 ans.

Je voyage de Jacques Beaumont et Tchatcha, Fleurus, 2017 / 12,95€ (Format 18×18)

 

 

 

Sur une page, un chiffre (représenté également en lettres et par un nombre de pastilles correspondant). Sur la seconde, de belles illustrations aux couleurs vives où un intrus s’est bien planqué… A vous de le repérer, les loupiots ! Une bien jolie manière pour aiguiser le sens de l’observation des petits tout en leur apprenant à compter ! Et dès que l’on arrive à cent, on commence à apprendre des additions toutes simples ! Un concept très original pour cet album parfait pour apprivoiser les nombres ! Malin et ludique ! A partir de 3 ans.

Les trois font la paire de Delphine Chedru, Nathan, 2017 / 14,90€ (Format 24×30)

 

 

 

Vous vous rappelez de « Plupp construit sa maison » que je vous avais présenté dans une précédente rubrique des p’tits loups ? Vous aviez aimé ce petit personnage naïf vivant au creux d’une nature sauvage ? Et bien revoilà notre petit héros scandinave de retour pour de nouvelles aventures ! Cette fois-ci, il va quitter sa hutte pour un long voyage car la grue Gurga, de retour d’Afrique, vient de lui annoncer une très bonne nouvelle : elle a retrouvé le radeau que le petit bonhomme avait dû abandonner l’hiver précédent, celui-ci étant pris dans les glaces… Chouette ! Plupp décide aussitôt d’aller le récupérer. Il confie à son amie Hermine le soin de s’occuper de sa cabane et le voilà parti sur les chemins ! Au cours de son voyage, Plupp va faire de superbes rencontres, parfois inattendues, avec les petits animaux de la Toundra…  Illustrations en aquarelle, textes en hommage à la beauté de la nature et à sa diversité, ode à l’amitié et à l’entraide, le petit personnage d’Inga Borg, malgré son grand âge (62 ans !) n’en finit pas de nous émerveiller… Magnifique ! A partir de 4 ans.

Plupp fait un grand voyage de Inga Borg, L’étagère du bas, 2017 / 14,95€ (Format 21×26)

Après « Autour du monde », « La ville » et « La nature », la collection « Dessus dessous » s’enrichit d’un nouveau titre ! Cette fois-ci, ce sont les animaux (escargot, poule, vache, vipère et requin) qui dévoilent leurs secrets grâce à l’astucieux jeu de flaps qui fait tout le charme et l’ingéniosité de cette superbe collection ! Sous les magnifiques illustrations représentant l’apparence de chaque animal se cache une multitude de surprises : sous les petits rabats à soulever, tout plein d’anecdotes se dévoilent et en déployant le grand rabat, c’est la description complète de l’animal et son anatomie qui apparaît ! Systèmes cardiaque et nerveux, appareils urinaire, respiratoire, reproducteur et digestif sont ainsi dessinés et clairement expliqués ! Pour son format, la qualité de ses illustrations, la clarté de ses informations et l’originalité de son concept, cette collection est vraiment fantastique ! A partir de 4 ans.

Dessus dessous : les animaux d’Anne-Sophie Baumann et Clémence Dupont, Seuil Jeunesse, 2017 / 15€ (Format 16×32)

 

 

Les trois superbes albums suivants, signés par Jeanne Taboni Misérazzi et Loren Bes, déclinent chacun à leur manière le thème de la liberté : celle de s’exprimer, d’être soi-même, de lutter contre l’intolérance … Et d’être heureux, tout simplement ! Un « make off » des illustrations est proposé à chaque fin d’album, mettant en lumière l’éblouissant talent de Loren Bes… Et la somme de travail nécessaire pour obtenir un tel résultat ! Textes et illustrations en parfaite harmonie pour ces albums de la collection « Messagers » de Bilboquet ! Bluffée !

 

 

Le roi Bouffon est plutôt du genre à être imbu de lui-même : il n’aime rien tant que d’être admiré par ses sujets… Mais ceux-ci, à commencer par sa propre fille, la princesse Manon, n’ont qu’une seule passion qui les rend profondément heureux : dessiner n’importe où tout ce qui leur passe par la tête ! Le bien nommé Bouffon jalouse ce talent qu’il n’a jamais possédé et qui le met en état d’infériorité envers ses sujets… Fou de colère, il ordonne alors à ses soldats de confisquer tous les crayons de couleurs du royaume ! Ah, non mais ! Ses sujets allaient enfin se consacrer à sa gloire au lieu de crayonner ! Mais Bouffon se trompait… Au lieu de passer leur temps à l’aduler comme il l’espérait, le peuple se mit à le détester franchement pour leur avoir ôté leur liberté d’expression… La princesse Manon, elle aussi privée de ses crayons, fit un rêve qui lui donna envie de se réfugier auprès de son arbre préféré qui avait été planté le jour de sa naissance. Quand elle l’enserra de ses bras, elle vit un tout petit bourgeon en forme de crayon et le prit délicatement pour écrire ses initiales sur l’écorce… Soudain, émerveillée, elle vit des centaines de crayons de toutes les couleurs pousser sur les branches de l’arbre…Jeanne Taboni Misérazzi a écrit ce texte juste après l’attentat de Charlie Hebdo qui a coûté la vie à de pacifistes dessinateurs qui se servaient de leurs crayons pour dénoncer la bêtise et l’injustice. Ce texte fort mis en images par les magnifiques illustrations de Loren Bes met en lumière la nécessité et le droit à pouvoir s’exprimer, dans le respect d’autrui, sans entraves… A partir de 5 ans.

L’arbre aux crayons de Jeanne Taboni Misérazzi et Loren Bes, Bilboquet, 2016 / 14,50€ (Format 32×24)

 

 

 

Jamais un sourire n’a effleuré et encore moins éclairé le triste visage du duc de Minallongé. Pourquoi ? Nul ne le sait … Triste, non, une vie sans joie ? On pourrait le plaindre… Mais le jour où ce triste sire devint prince du royaume, sa première mesure fut d’interdire à ses sujets… de rire ! Les malheureux qui s’y risquaient ou ne pouvaient s’en empêcher se retrouvèrent derrière les barreaux… La terreur régnait, les enfants, en particulier étaient confinés à l’intérieur de leur logis, de crainte qu’un éclat de rire fatal ne leur échappe…Les gens devinrent silencieux et aussi tristes que le prince du royaume. Un jour, un colporteur arriva sur la place du village pour vendre ses colifichets… Quand il vit les gens aussi tristes et qu’il apprit la raison de leur morosité, il partit dans un grand éclat de rire qui se termina en fou rire ! Et vous savez quoi ? Le rire est communicatif ! A son contact, les gens commencèrent à sourire puis à rire furieusement, libérant toute leur joie de vivre bien enfouie tout au fond d’eux-mêmes. Impossible de les arrêter ! Et Minallongé alors ? Il eut beau hurler à son peuple d’arrêter de rire, rien n’y fit et il ne put stopper cette déferlante qui contaminait même ses soldats… Interdire aux gens de rire, c’est leur demander d’arrêter de vivre et de respirer : c’est stupide ! Mais les puissants décident parfois de promulguer des lois injustes et arbitraires, à l’encontre de toute raison… A nous de ne pas tout accepter et de faire preuve de vigilance ! A partir de 5 ans.

J’interdis de rire ! de Jeanne Taboni Misérazzi et Loren Bes, Bilboquet, 2016 / 14,50€ (Format 32×24)

 

 

 

Si le roi Baudruchon règne en tyran sur ses sujets, ce vaniteux est en plus persuadé d’être le maître absolu de tout être vivant sur son territoire, du plus petit animal au moindre brin d’herbe… Un jour, il entendit une petite voix venue du ciel lui murmurer qu’il ne possédait ni le ciel, ni le soleil, ni les étoiles, ni la lune… Quel affront ! Fou de colère, il envoya derechef ses soldats à la recherche de l’effronté qui osait mettre en doute sa suprématie, sans succès… Depuis, Baudruchon regarde les cieux d’un mauvais œil : même la lune semble se moquer de lui et les étoiles ne lui ont jamais parues aussi brillantes ! Il tente tout d’abord de faire barricader portes et fenêtres de son château pour ne plus laisser entrer la lumière céleste… Mais c’est sous-estimer sa puissance et son impuissance à la calfeutrer ! Il décide alors d’employer les grands moyens, obligeant ses sujets à fabriquer de gigantesques échelles afin de décrocher la lune et les étoiles… Mais nul ne peut capturer l’inaccessible étoile et l’impossible quête de Baudruchon le conduira vers la folie… Entre ombre et lumière, Jeanne Taboni Misérazzi et Loren Bes pointent de la plume et du crayon qu’on ne peut tout posséder et qu’il n’en n’est nul besoin pour être heureux… Une fable magistrale à méditer ! A partir de 5 ans.

Décrochez-moi la lune de Jeanne Taboni Misérazzi et Loren Bes, Bilboquet, 2017 / 14,50€ (Format 32×24)

 

 

Deux jolies petites valisettes pour apprendre les nombres, les syllabes et les mots, avec les jolies illustrations pétillantes de Pepillo !

 

Cette méthode créée par Stella Baruk (chercheuse en pédagogie des mathématiques) est absolument géniale pour initier les jeunes enfants aux mathématiques ! Tout le monde sait que compter sur les doigts aide à créer des images mentales qui favorisent la compréhension du calcul… Et bien voilà ! C’est en partant de ce postulat tout simple que Stella Baruk a construit cette méthode d’apprentissage composée d’un livret où, sous forme de jeu, l’enfant se familiarisera avec les nombres et d’un jeu de cartes pour mettre en application les notions découvertes dans le livret. Toutes les explications sont fournies au début du petit livre pour accompagner clairement les parents dans cette démarche pédagogique et ludique. Les maths ? Un jeu d’enfant ! A partir de 5 ans.

Je joue et j’apprends : les nombres de 1 à 9 de Stella Baruk, illustré par Pepillo, Nathan, 2017 / 12€ (Format 18×21)

 

En s’inspirant de la méthode syllabique, l’orthophoniste Cécile Zamorano a créé un univers ludique où chaque lettre prend vie et personnalité, chaque caractère ayant été soigneusement choisi pour exprimer au mieux la lettre et aider l’enfant à la mémoriser. Des sons aux syllabes jusqu’à la formation de mots, l’enfant apprend ainsi à lire, en douceur et surtout, en s’amusant ! Composée d’un livret qui propose jeux et devinettes autour des lettres, cette méthode se complète d’un jeu de cartes avec trois possibilités de jeu au fur et à mesure de l’évolution de l’enfant dans son apprentissage : s’exercer à la lecture de syllabes, composer des mots en associant deux syllabes et enfin s’exercer à la lecture des mots. Comme pour la précédente valisette, des explications claires sont fournies aux parents pour utiliser au mieux cette chouette méthode ! A partir de 5 ans.

Je joue et j’apprends : les syllabes et les mots de Cécile Zamorano, illustré par PepilloNathan, 2017 / 12€ (Format 18×21)

 

 

 

Toutes les réactions de notre corps sont motivées pour de bonnes raisons, commandées par le chef suprême qu’est le cerveau. Mais comment marche cette formidable machine ? C’est ce que nous explique Sophie Ducharme sous la forme de petits chapitres nourris d’une multitude d’anecdotes. Des exemples ? Saviez-vous que tout le monde baille (y compris les animaux) à l’exception de la girafe ? Que les ongles sont les vestiges des griffes de nos lointains ancêtres ? Que la langue est composée de dix-sept muscles ? Que l’on cligne des yeux quinze à vingt fois par minute ? Ou encore que certaines études scientifiques ont démontré les qualités nutritionnelles… des crottes de nez ? Voilà une petite idée des connaissances multiples et variées que cet ouvrage documentaire apporte sur le fonctionnement du corps humain : les petits curieux y trouveront sans l’ombre d’un doute les réponses à leurs multiples questions sur ce sujet ! Illustré par les dessins très « parlants » de Magali Attiogbé, cet ouvrage est aussi ludique qu’instructif ! Le corps a ses raisons… Que la raison ignore ! A partir de 5 ans.

Dis, comment fonctionne mon corps ? de Sophie Ducharme, illustré par Magali Attiogbé, La Martinière Jeunesse, 2017 / 12,90€ (Format 19×20)

 

 

 

Après le superbe “Histoires naturelles” de Jules Renard illustré par Jean François Martin, « La collection » de Grasset Jeunesse s’enrichit d’un nouveau titre aussi séduisant que le premier avec ce magnifique « Petit jardin de poésie », adapté de l’auteur de « l’île au trésor » et magnifié par les illustrations d’Ilya Green. Cette collection très originale a pour vocation de conjuguer l’adaptation de textes du patrimoine littéraire avec la vision personnelle  d’un illustrateur. L’heureux élu ne dispose que d’une semaine pour s’imprégner du texte et réaliser ses dessins  avec la contrainte de n’utiliser qu’une palette de trois à quatre couleurs … Total respect pour la prouesse artistique !!! Ilya Green a choisi des tons orangés, jaunes et verts et un style « vintage » pour illustrer ces textes peu connus de Robert-Louis Stevenson et l’effet est d’une grâce et d’une beauté étonnante ! Un magnifique album à offrir aux enfants pour les sensibiliser à la qualité des textes « classiques » et leur offrir de belles émotions graphiques !  La suite de cette belle collection est prévue en octobre prochain avec « Valse de Noël » de Boris Vian, adapté par Nathalie Choux. Hâte de le découvrir ! A partir de 6 ans.

Petit jardin de poésie de Robert louis Stevenson et Ilya Green, Grasset Jeunesse, 2017 / 19,90€ (Format 24×31)

 

 

 

Trois contes du célèbre Perrault à jouer masqué : voici ce que ce joli coffret propose aux comédien(ne)s en herbe ! Dans un livret joliment illustré « Le petit chaperon rouge », « Cendrillon » et « Le chat botté » sont présentés dans leur version originale (avec en introduction une présentation du célèbre conteur et de son œuvre). En fin d’ouvrage, des conseils et des exercices sur la voix, la respiration, l’élocution et l’expression corporelle sont prodigués, huit masques et vingt fiches de rôle (avec des indications de mise en scène) complétant ce coffret « prêt à jouer ». Il n’y a plus qu’à apprendre son rôle, enfiler le masque correspondant … Et lever le rideau, comme au théâtre ! Pour jouer le petit chaperon rouge, trois jeunes comédiens sont nécessaires, cinq pour Cendrillon et quatre pour le chat botté : de quoi bien s’amuser avec les copains et copines et épater les parents ! D’une conception originale, ce magnifique coffret va susciter bien des vocations ! A partir de 7 ans.

Le petit théâtre de Perrault par Agnès de Lestrade et Margaux Carpentier, Seuil Jeunesse, 2017 / 16€ (Format 22×28)

 

 

 

La mythologie égyptienne est fascinante : La multitude de divinités qui la compose est non seulement foisonnante mais toujours empreinte de mystères… Somptueusement illustré par Djilian Deroche, ce magnifique ouvrage documentaire nous en expose les mythes et légendes à travers les portraits des onze principaux dieux. Pour chacun d’entre eux, les auteurs déclinent de manière claire et concise leur histoire, les symboles qui les représentent (hiéroglyphes) et les points faibles ou forts qui les caractérisent. Instructif et passionnant, ce livre aux grandes qualités artistiques est tout simplement… Incontournable ! A offrir les yeux fermés aux nombreux passionnés de ces dieux protecteurs… Ou maléfiques !  A partir de 8 ans.

Les Dieux de l’Égypte de Raphaël Martin et Jean-Christophe Piot, illustré par Djilian Deroche, La Martinière Jeunesse, 2017 / 14,90€ (Format 24×31)

 

 

 

Rentrée scolaire en Louisiane, 1960. La petite Ruby Bridges, après avoir réussi son examen d’entrée, est une des premières petites filles noires à intégrer une école où n’étudiaient jusqu’alors que des enfants de race blanche… La cour suprême des États-Unis vient enfin d’imposer la fin de la ségrégation raciale, sous la pression du mouvement des droits civiques mené entre autres par Martin Luther King. La fin de cet Apartheid est une grande victoire pour le peuple noir ! Sur le papier, du moins … Car les racistes blancs ne voient pas d’un bon œil la fin de leur suprématie… C’est entourée de quatre policiers chargés de la protéger que Ruby prendra le chemin de l’école sous les cris et la haine des blancs rassemblés devant l’établissement scolaire… Pendant de longs mois, elle étudiera seule avec son institutrice, dans une classe vide, les parents n’autorisant pas de « mélanger » leurs enfants avec des noirs… Irène Cohen-Janca s’est inspirée des souvenirs de la petite Ruby pour écrire cette histoire riche d’enseignement, hélas toujours d’actualité : les suprématistes blancs américains semblent en effet, vu l’actualité, ne jamais vouloir abandonner leur combat injuste et ridicule…Quant aux illustrations de Marc Daniau, chaleureuses et éclatantes de luminosité (littéralement ébouriffantes de beauté !) , elles ont trouvé leur source dans le tableau de Norman Rockwell« The problem we all live with » que ce dernier avait peint en l’honneur de Ruby. Cette œuvre militante, à la demande de Barack Obama, fut exposée à La Maison Blanche… L’histoire ne dit pas si elle en orne toujours les murs … Ce livre a été réalisé avec le soutien d’Amnesty International. Gros, gros coup de cœur …. A partir de 9 ans.

Ruby, tête haute d’Irène Cohen-Janca, illustré par Marc Daniau, Les éditions des éléphants, 2017 / 15€ (Format 24×33)

 

Christine Le Garrec

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *