Nuits de Nacre : dernier jour ! Sous la pluie… Mais motivés !!!

Toutes les bonnes choses ont une fin et il faudra désormais attendre l’année prochaine pour retrouver l’ambiance magique des Nuits de Nacre. On en a bien profité jusqu’au bout malgré la pluie qui nous a quelque peu gâché la fin de soirée. Son of Dave, Tribal Jâze, Délinquante, Michel Macias et Fouad Achkir, Thomas Schoeffler, Marc Berthoumieux jazz trio, Motivés ! … Tous ces beaux artistes, chacun dans leur registre, nous ont fait vivre de sacrés beaux moments d’émotion et de liesse !!!

 

 

Impressionnant ce bluesman londonien !  Son Of Dave, muni de son accordéon à bouche et débordant d’une énergie explosive, nous a proposé un set composé essentiellement d’une sélection de reprises, revisitées et passées à la moulinette. Un « One man show » délirant, ou le beatboxing côtoie les loops (boucle musicale), sur des rythmiques percutantes sublimées par cet harmoniciste hors pair. Un moment festif où l’on a pu danser et reprendre en chœur de bon vieux hits tel que « Téquila », « Black Betty »…  Magique le son de Dave !

 

 

« Explosive hits », Son of Dave / 2016 / 14,48€

 

 

 

Le concert des trublions de Tribal Jâze a démarré devant le « 5 », autant pour profiter des (rares) rayons du  soleil, que pour rameuter les passants ! Le trio (Accordéon diatonique, sax baryton et tambour) a continué son set dans le bar (une fois de plus plein comme un œuf), mêlant avec une énergie harmonieuse free jazz, rock’n’roll et musique trad, entrainant la nombreuse assemblée dans un bal festif aux accents déjantés ! La passion anime ces trois là… Celle de la musique, bien sûr, mais aussi celle du partage et de la joie de vivre ! Ils en débordent… Et sont contagieux, attention !

 

 

Interview

 

« Bestial », Tribal Jâze / Auvergne Diffusion / 2017 /10€

 

 

 

Elles ont encore cassé la baraque ! Qui ça ? Mais, Délinquante peuchère ! Sœurs, copines… avant tout, Claire et Céline sont deux femmes joliment sexy, mais surtout sacrément douées au piano à bretelles,  maniant, cerise sur le gâteau, le verbe d’une fort belle manière ! On pourrait trouver tout un tas de superlatifs pour décrire leur spectacle, du genre drôle, délicat, tendre, sensuel, délicieux…, Elles ont tout simplement un don très prononcé pour mettre une ambiance finement déjantée, avec pour leitmotiv une complicité et un plaisir indiscutables à jouer ensemble. Une propension inépuisable et communicative à la bonne humeur, qu’elles ont propagée avec malice et talent.

 

 

« Copines ! 10 ans déjà ! », Délinquante / Absilone/Ulysse productions / 2016/ 19€  (1 CD, 1 DVD)

 

 

Les regards et les sourires de ces deux musiciens semblaient se répondre en écho avec leurs instruments dans une osmose parfaite. Il faut dire que l’improvisation étant la base de leur travail, la complicité est de rigueur… Et celle de Michel Macias et de Fouad Achkir se voit comme le nez au milieu de la figure… Et surtout s’entend à chaque note ! « Jouer » prend tout son sens avec ces talentueux musiciens qui s’amusent visiblement sur scène, nous faisant généreusement partager leur passion. Voix, accordéon et percussions harmonieusement mêlés nous ont charmés par leur accord parfait tout au long de ce  spectacle délicieux, tout en finesse et en puissance, en force et en légèreté, qui a littéralement subjugué les spectateurs du théâtre des Sept Collines…

 

 

 

Une guitare, un harmonica, Thomas Schoeffler n’a pas besoin de plus pour faire groover son univers musical. Une fusion entre le blues et la country à l’énergie rock des plus communicative, c’est brut, précis et direct. Son charisme décalé, son humour et sa voix pénétrante ont emmené les spectateurs présents à ce concert… ailleurs. Du côté des Appalaches et des grandes plaines américaines… Un dépaysement rythmé, chaleureux et sans artifices.

 

 

« The hunter », Thomas Schoeffler / Sauerkraut Records / 2017 / 15€

 

 

 

Est-il encore nécessaire de présenter Marc Berthoumieux ? Allez,  juste pour la forme ! Il a accompagné les plus grands noms de la scène française et internationale (Nougaro, Aznavour, Grand Corps Malade, Dee Dee Bridgwater, Didier Lockwood…), bref la liste est longue !  Aujourd’hui, son nom est associé à d’innombrables projets. Ce n’était pas sa « première » aux Nuits de Nacre, et c’est avec un grand plaisir qu’il est venu souffler sur les bougies de cette trentième édition. Toujours entouré de musiciens de premier ordre, Giovanni Mirabassi (piano) et Laurent Vernerey (basse), Marc Berthoumieux complète cette belle affiche du théâtre « les Sept Collines ». De Pat Metheny à Astor Piazzola (morceaux revisités par ses soins), en passant par des compositions inédites qui figureront certainement sur son prochain album, le trio à transporté son auditoire dans les profondeurs d’un jazz aux sonorités world music imprégné de solos d’une virtuosité époustouflante.

 

 

 

Bien m’en a pris d’arriver un quart d’heure à l’avance sous le chapiteau ! Car, en moins de dix minutes, une marée humaine l’a envahi !!! Quand les Motivés sont enfin arrivés sur scène (pile à l’heure) l’ambiance  et la motivation des nombreux spectateurs étaient à son comble ! Toujours autant la pêche, les toulousains ! Entourés de « guests », ils nous ont offert un spectacle du feu de dieu, festif à souhait, composé de chants révolutionnaires de tous les coins du monde… On a chanté en choeur « Bella Ciao », Léo Ferré, « Che Guevara » et autres chants de lutte dans une atmosphère chauffée à blanc, dans l’enthousiasme et la liesse générale. Un concert des Motivés, ça se mérite !!! Si on avait le malheur de sortir du chapiteau, on ne pouvait plus y rentrer… C’est malheureusement ce qui m’est arrivé… Et une pluie battante m’attendait à l’extérieur…. Arghhhhhhhhh !!!! C’est trempée comme une soupe que j’ai terminé le concert avec un oeil envieux sur les gens, bien plus malins que moi, qui n’ont pas mis un orteil à l’extérieur ! Un concert « politique » a clôturé ce trentième anniversaire des Nuits de Nacre… Dans cette période de mouvements sociaux, gageons que les Motivés vont décupler leurs forces pour nous donner le courage de ne pas accepter les « arrangements » que l’état tente de nous imposer ! Democracia en las obras ! Viva companeros !!!

 

 

« Y’a toujours pas d’arrangement », Motivés ! / Tactilkollectif / 2017 / 11,99€

 

Un grand bravo à toute l’organisation, aux bénévoles et à tous ceux qui ont participé à l’aventure ! Merci pour l’accueil et la bonne humeur de vous toutes et tous !!!

 

Photos, compte-rendus : Christine Le Garrec, Bruno Robert / Vidéos et interviews : Bruno Robert

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *