Histoire(s) de lire… N°29

Nouvelle sélection de romans pour démarrer l’année sous le signe de la sensibilité et des belles lettres ! Joachim Schnerf nous éblouit de son talent en évoquant le deuil avec émotion et humour, nous faisant passer sans transition du rire aux larmes… La liberté chèrement gagnée de la regrettée Evelyne Pisier se dévoile dans un roman vérité écrit à quatre mains avec la complicité de son éditrice, Caroline Laurent, qui révèle un sens profond de l’amitié autant qu’une belle plume… Cécile Reyboz, quant à elle, nous embarque dans l’univers d’une avocate en droit du travail qui se débat avec courage et humanité pour tenter de faire régner la justice… Dans l’espace confiné et rassurant de son konbini, Sayaka Murata nous convie à un moment de lecture aussi malin que délicieux… Pour finir, je vous propose un petit voyage en Sicile en compagnie de Dominique Fernandez, sur fond de désordres conjugaux… Bonnes lectures à toutes et à tous !

 

 

 

Ce soir, Salomon devra procéder aux rites du Seder sans sa douce Sarah, son épouse adorée décédée depuis peu : il va lui falloir affronter sa tumultueuse famille en plus de son chagrin et sa solitude tout neufs…  Mais si Salomon est triste et malheureux, il n’en perd pas pour autant son sens de l’humour noir « concentrationnaire »qui fait grincer bien des dents, y compris celles de ses proches ! Sous cet humour grinçant, le viel homme cache avec pudeur ses blessures jamais refermées de rescapé des camps de la mort… Ce soir, donc, toute sa famille sera réunie auprès de lui pour célébrer la Pâque juive : Michelle, sa fille cadette, autoritaire et perpétuellement furibarde, Patrick, son mari, hyperémotif qui a quelques soucis pour maîtriser ses sphincters, leurs enfants, Samuel et Tania (accompagnée de sa correspondante allemande… Aïe ! ), Denise, la fille aînée, effacée et totalement terrorisée par sa sœur, qui calme son stress à grandes goulées d’alcool, et son mari, Pinhas, un rien affabulateur. S’il y a de l’amour au sein de cette tribu, les reproches et animosités fusent néanmoins de toutes parts ! Et ce soir, Sarah ne sera pas là pour apaiser son petit monde… Joachim Schnerf signe avec « Cette nuit » un roman qui oscille entre gravité et burlesque avec maestria. La solitude et la douleur de Salomon nous bouleversent mais on ne peut s’empêcher d’éclater de rire à ses interventions désopilantes, typiques de l’humour juif, qui sont véritablement irrésistibles ! Ce roman aussi drôle qu’émouvant qui traite avec une belle sensibilité les thèmes de la mémoire et du deuil, possède la qualité essentielle pour ne pas sombrer dans le pathos : celle de Salomon qui, pour survivre, même au pire, préfère rire que tomber dans le désespoir…  La politesse même. Gros coup de coeur !

Cette nuit de Joachim Schnerf, Zulma, 2018 /16,50€

 

 

 

Le roman de « Mona et Lucie », les deux protagonistes de cette biographie romancée, c’est celui d’Evelyne Pisier et de sa mère, de l’Indochine de la seconde guerre mondiale en passant par la Nouvelle-Calédonie, jusqu’au retour en France, comme une délivrance après la rupture avec un mari et un père autoritaire et réactionnaire, adepte de Maurras et pétainiste convaincu… Un nouveau départ, une nouvelle vie, une libération où la petite fille devenue femme va s’émanciper auprès d’une mère engagée sur tous les fronts : planning familial, libération sexuelle, droit à l’avortement, égalité homme/femme, mais aussi engagement contre la colonisation dont elles ont pu apprécier les méfaits dans leur « première vie »…. Lucie, à l’opposé des convictions de son père, adhèrera à L’UEC et partira pour Cuba où elle rencontrera le Che, mais aussi et surtout Fidel Castro avec qui elle vivra une passion amoureuse… Une vie de combats et de passions mais aussi de violences et de chagrins, parsemée de morts violentes et de deuils douloureux : Mona mit fin à ses jours, Marie-France, la petite sœur, disparut elle aussi tragiquement… « Et soudain, la liberté » n’est pas un roman comme les autres. Evelyne Pisier n’a pas eu le temps de le terminer avant que la mort ne l’emporte, en février 2017… Une profonde amitié  l’unissait à Caroline Laurent, sa jeune éditrice, qui lui fit la promesse de mener à terme ce beau projet qui leur tenait à cœur à toutes deux. Avec une belle sensibilité doublée d’honnêteté, Caroline s’est attelée à la tâche, par fidélité envers son amie, et le livre a vu le jour quelques mois plus tard… Un livre fort qui nous embarque au cœur des tourments de l’histoire et des esprits, auprès d’une femme libre et solaire qui n’a jamais renoncé… Merci à Caroline Laurent d’avoir passé le flambeau pour nous restituer cette tranche de vie avec tant de grâce… Bouleversant.

Et soudain la liberté d’Evelyne Pisier et Caroline Laurent, Les Escales, 2017 /19,90€

 

 

 

Avocate en droit du travail, notre narratrice, loin des effets de manches et des affaires (juteuses) à sensation, défend au jour le jour, avec empathie et humanité, les éjectés du système : abattus ou agressifs, déterminés ou incrédules, ses clients viennent d’être licenciés plus ou moins abusivement. Son rôle est d’évaluer les infractions commises à leur égard et de porter leur voix aux Prud’hommes afin d’obtenir réparation… Entre les délais et les recours, plusieurs mois (voire années…) sont nécessaires pour obtenir des dédommagements dérisoires au vu des préjudices subis… Une fois sortie de son bureau, désireuse d’oublier la désespérante injustice du système, elle aime flâner, s’étourdir, devenir à son tour « cliente » de choses et d’endroits futiles et légers, seule ou en compagnie de son amoureux… Cécile Reyboz (elle-même avocate) nous dresse le portrait sensible d’une femme engagée et altruiste dans un monde où ces mots ne sont plus des valeurs, mais des faiblesses… Un constat assez sombre mais réaliste de notre société qui privilégie le paraître, nie les valeurs humaines et malmène nos relations aux autres, notre confiance en nous et en l’avenir… Profit, pouvoir, consommation sont devenues les règles suprêmes, au détriment de l’humain qui vole en éclat sur de simples décisions arbitraires… A l’heure où le code du travail ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir, les mots de Cécile Reyboz résonnent comme autant de résistances, celles des femmes et des hommes qui se démènent contre l’injustice, avec de moins en moins d’armes efficaces pour lutter contre un système qui se verrouille chaque année un peu plus… Un roman intimiste et social, fort et juste.

Clientèle de Cécile Reyboz, Actes Sud, 2018 /19€

 

 

 

Imprévisible et impulsive, Keiko Furukura, depuis sa plus tendre enfance, a toujours rencontré des difficultés pour se conformer au monde des adultes. Leurs réactions et comportements étant pour elle une énigme, elle s’est repliée dans son univers, une bulle où elle se sent en sécurité, comme dans un refuge confortable. Alors qu’elle était étudiante, ses pas l’amenèrent devant la devanture d’un « konbini » (nom donné aux supérettes au Japon) où une affichette annonçait sa prochaine ouverture et la recherche de personnel… Keiko postula et fut embauchée illico. Cela fait maintenant dix huit ans qu’elle travaille dans cet « aquarium », qui la rassure comme l’enfant dans le ventre de sa mère… Sérieuse et assidue, motivée et efficace, elle a trouvé dans ce lieu ouvert 24 h/24 la routine qui l’apaise et la rassure : même gestes, mêmes mots, tout au long de la journée, les rituels sont réglés comme du papier à musique. Elle a maintenant trente cinq ans, n’est toujours pas mariée et vit dans une précarité financière qui inquiète son entourage… Sa famille, mais aussi ses « amies » toutes mariées et mères de famille ne cessent de la questionner sur ses projets d’avenir. Que va-t-elle devenir ? Quand Shiraha, lui aussi célibataire et âgé de trente cinq ans est embauché au konbini, celui-ci n’a qu’une seule idée en tête : trouver une femme et se faire entretenir ! Le courant passe mal  avec les employés de la petite entreprise… Le comportement de ce râleur compulsif doublé d’un fainéant de la pire espèce en irrite plus d’un et il est finalement licencié. Keiko va alors lui proposer un arrangement qui devrait leur permettre à tous deux d’éviter le jugement de leurs familles et de paraître enfin conformes aux yeux de la société…  L’univers de Sayaka Murata (qui travaille elle-même dans un konbini malgré l’énorme succès de son livre au Japon !) est terriblement attachant et d’une simplicité qui confine à la sagesse. Son personnage, qualifiée de « bizarre », ne manque pas de bon sens et se joue des codes sans capituler pour finir par vivre la vie qu’elle a choisie ! Ne pas « rentrer dans le moule »… Qui n’en rêve pas ?  Un roman étrange… Et furieusement adddictif !

Konbini de Sayaka Murata (traduit du japonais par Mathilde Tamae-Bouhon), Denoël, 2018 /19,50€

 

 

 

Lucien, français et artiste peintre, et Maria, sa compagne ethnologue native de l’Italie du nord, sont en vacances en Sicile lorsque Lucien est pris d’un vrai coup de foudre pour une maison isolée et un peu délabrée, perchée sur une falaise, non loin du village de Marzapolo. Si ce n’est un panorama incomparable sur la mer, le paysage alentour n’est que lande rocheuse battue par les vents… Maria est beaucoup moins enthousiaste que son mari, notamment à cause de la mentalité sicilienne qu’elle juge archaïque par ses coutumes, ses traditions barbares et autres superstitions d’un autre temps. Le machisme ambiant et la nostalgie du fascisme encore fortement ancrée dans cette région l’insupportent par ailleurs au plus haut point… Hostile à ce projet contraire à ses convictions et choix de vie, Maria va néanmoins céder et le couple va acquérir la maison comme lieu de villégiature, dans l’espoir que cet environnement sera propice à l’inspiration artistique de Lucien… Ligne de partage entre les mers Tyrrhénienne et Ionienne, ligne de séparation entre deux cultures et point de rupture d’un couple, « Là où les eaux se partagent » nous embarque dans les méandres complexes de l’intimité amoureuse, ballottée entre incompréhensions et désirs, au cœur d’une Sicile austère et dure, allégée par une galerie de personnages truculents qui apportent au récit une note nécessaire d’humanité et d’humour. A la manière d’un peintre, Dominique Fernandez nous dessine en mots justes, par petites touches délicates et traits rageurs, une fresque tourmentée sur le lien amoureux, sur fond de passion pour la Sicile, palpable à chaque mot de ce très beau roman.

Où les eaux se partagent de Dominique Fernandez, Philippe Rey, 2018 /20€

 

Christine Le Garrec

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *