Première soirée « Du Bleu en Hiver »… ça jazz Amor !

L’événement devenu incontournable de ce début d’année en Corrèze et plus exactement à Tulle est bien évidement le festival « du Bleu en hiver » !  En ce jeudi 25 janvier, il fut inauguré à la salle Latreille sous l’égide de sa présidente, Dominique Grador, entourée de tous les partenaires soutenant cette superbe manifestation. Un moment convivial et rempli d’émotion au cours duquel le violoniste Théo Ceccaldi accompagné de son guitariste Giani Cassetto nous ont donné un avant goût et une bien belle mise en bouche de cette treizième édition… prometteuse de trois journées de festivités d’un jazz sans frontières !

 

 

C’est au théâtre « Les sept collines » que nous avons assisté au premier concert de cette 13ème  édition avec l’entrée en scène du cosmopolite «Rhythms of Résistance», le quintet de Naîssam Jalal. Une immersion totale aux portes de l’orient au style musical nomade dont l’objectif premier est d’ouvrir les esprits. Tout en subtilité et finesse, les compositions de la  « lady flûte on the groove » entremêlent la beauté des traditions et l’art de l’improvisation. La flutiste franco syrienne accompagnée de ses frères musiciens : Mehdi Chaîb (sax ténor, soprano et percussions), Karsten Hochapfel (guitare, violoncelle), Zacharie Abraham (contrebasse), Arnaud Dolmen (batterie), nous ont embarqués dans un sublime répertoire aux puissantes et généreuses mélodies d’un jazz en quête de justice et de liberté. Naîssam nous a insufflé le souffle de sa résistance en faisant chanter, crier et sangloter ses flûtes, distillant des émotions qui se sont propagées, touchant au plus profond un public venu nombreux assister à ce magnifique concert.

 

 

Interview

 

Almot Wala Almazala – Naîssam Jalal & Rhythms of Résistance – Nov. 2016

 

 

 

 

Pour poursuivre cette soirée, le violoniste Théo Ceccaldi accompagné de sa nouvelle et monstrueuse formation « Freaks », nous a présenté un set jazz punk psychédélique énergique et déroutant. En entrant dans l’univers musical de ce monstre à six têtes, on se demande sur quelle planète on vient d’aborder ! Questionnement bien vite oublié lorsqu’on s’abandonne dans l’antre de cette créature, jalonnée d’un répertoire redoutable et inventif. Entre jazz, musique classique et contemporaine, Théo Ceccaldi  explore et façonne avec subtilité une musique libre, audacieuse, explosive et communicative. Une prestation surprenante où Benjamin Dousteyssier (saxophones), Quentin Biardeau (saxophone, claviers), Giani Casserotto (guitare), Valentin Ceccaldi (violoncelle, basse), Etienne Ziemniak (batterie) ont déployé toute l’immensité de leurs talents d’improvisateurs chevronnés, dirigé d’une main de maître par le virtuose du violon. un spectacle sonore et visuel hors normes !

 

 

Amanda Dakota – Théo Ceccaldi – Freaks – Le 08 Fév. 2018

 

Bruno Robert

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *