Culture Geek ! N°2

Ça vous a plu le Culture Geek ? Et bien en revoilà un ! Aujourd’hui, encore un peu de BD avec deux nouveautés du Label 619 qui sortent le 21 septembre et la présentation d’une petite perle du monde des jeux vidéo… Le tout dans une ambiance teintée d’horreur et de bizarrerie mystérieuse !

 

 

DoggyBags Présente : Beware of Rednecks

 

 

Et on commence avec cette nouvelle BD tout droit sortie de l’imagination des auteurs et dessinateurs du Label 619 que je ne vous présente plus !  Avec la collection DoggyBags Présente, le Label propose trois courtes histoires sur une même thématique tout en restant dans le registre horrifique inspiré des vieux films du genre. Ce nouvel opus nommé Beware of Rednecks, nous invite à plonger dans les contrées américaines quelques peu délaissées par le gouvernement.

 


La première histoire écrite par Armand Brard et illustré par Toth’s, nous invite dans les Appalaches, où un journaliste d’une grosse télé est convié à filmer le concours de danse d’un petit bled paumé afin de faire découvrir un jeune talent. Bien entendu, rien ne se passe comme prévu et notre reporter se retrouve plongé dans un monde aussi imprévisible que dément... Une histoire assez surprenante qui nous met dans la peau de ce journaliste qui découvre ce “monde” à part sans trop savoir dans quoi il s’embarque. Les couleurs flashy et les traits assez “brouillon” viennent renforcer cette impression de folie ambiante.

 

 

 

 

 

Pour la seconde histoire, direction l’Oregon  où Tomeus nous embarque dans le bunker d’un survivaliste. Hamilton, vieil homme qui a perdu sa femme dix ans auparavant, y vit reclus avec son fils difforme et rejeté des autres. Quand deux jeunes enfants pénètrent dans le bunker, bien sûr, les choses se gâtent ! Surtout lorsque les deux mômes font une découverte bien étrange… Les dessins, constitués de traits épais peu détaillés, apportent un côté très cartoonesque fort agréable à cette histoire bien prenante qui s’achève en une superbe chute !

 

 

 

 

 

Pour la dernière histoire, Mud et Prozeet aux commandes nous embarquent pour un western moderne : quatre types, le désert, une baraque, une histoire de vengeance, un récit à la chronologie déstructurée… le tout nous offre un petit puzzle fort sympathique ! Chaque séquence portant le titre d’un morceau de musique, en écoutant ce titre durant votre lecture, vous vous immergerez encore plus dans le rythme de l’histoire ! Quant au dessin, dynamique et fourmillant de détails, c’est un régal pour les yeux ! Une très bonne BD  que je ne peux que chaudement vous recommander !

 

 

DoggyBags Présente : Beware of Rednecks : 13,90 € (sortie le 21 Septembre 2018) -> https://www.ankama-shop.com/fr/livres/1744-doggybags-presente-beware-of-rednecks.html

 

 

DoggyBags : Sangs d’Encre

 

 

Sangs d’Encre n’est pas une BD. Comment ça, c’est pas une BD ? Et oui ! Le Label 619 nous propose ici une bien belle nouveauté : un recueil de 21 nouvelles dans l’esprit DoggyBags, illustré par les auteurs du label. De quoi offrir une belle diversité en un seul ouvrage, une fois de plus !  Ça, c’est un bouquin qui a de la gueule ! Déjà rien que de le tenir entre les mains, c’est un plaisir…  mais quand on se plonge dedans, là, ça devient du pur bonheur !

 

 

 On passe d’une nouvelle de 5-6 pages, voire plus, à une de deux pages. J’ai eu un peu de mal à rentrer dans les deux premières, d’un style horrifique qui ne m’a pas plus envoûté que ça… Mais dès la troisième, ça commence à monter en force ! Histoire de maison hantée dans le bayou, meurtre passionnel, youtubeuse réalisant une vidéo des plus malaisantes, histoires de vengeance, enquêtes sur des phénomènes paranormaux, jusqu’à une “pause” avec une histoire nous plongeant dans l’imaginaire des enfants… Difficile de vous en dire davantage sans vous spoiler !

 


En plus de la variété des histoires, ce DoggyBags bien particulier nous offre également une grande diversité dans le dessin : quinze dessinateurs du Label 619 ayant travaillé dessus, le style BD se mélange à un style plus classique, les deux s’associant par moments en intégrant des bulles de dialogues dans le récit aux coté d’illustrations plus conventionnelles.

 

 

Sangs d’Encre, c’est décidément un régal d’histoires regorgeant de frissons, de suspense et d’un certain goût pour l’humour noir! On se ballade d’histoire en histoire, ne sachant jamais sur quoi on va tomber sans jamais deviner l’issue de chacune d’entre elles, le tout sublimé par des illustrations toutes plus variées les unes que les autres… Un véritable ovni littéraire qu’il est fort agréable de posséder dans sa bibliothèque pour le compulser à loisir ! Alors que vous soyez amateurs de nouvelles, d’horreur, de suspense ou bien de bandes dessinées, je vous conseille fortement de foncer en librairie afin de vous le procurer!

DoggyBags : Sangs d’Encre : 13,90 €  (sortie le 21 Septembre 2018) -> https://www.ankama-shop.com/fr/label-619/1776-doggybags-sangs-dencre.html

 

 

Inside

 

Parlons jeu vidéo maintenant ! Bon, certes, il n’est plus vraiment dans l’actualité… Mais si vous êtes passés à coté de ce jeu, c’est vraiment dommage ! Développé par le studio danois Playdead , Inside, sorti en 2016 sur PS4, X box One et PC, se distingue par son style graphique à la fois simpliste et élégant et s’installe dans un style de jeu en défilement horizontal.

 

 

Lorsque vous le lancez, le titre apparaît sur un petit coin de forêt et dès que vous appuyez sur une des touches, un petit garçon sans visage portant un tee-shirt rouge sort des buissons…  Aucun texte, aucune cinématique, aucun dialogue du début à la fin… Vous évoluez avec ce petit garçon sans savoir quel est ce monde étrange, sombre et froid. On comprend juste que cet enfant au tee-shirt rouge fuit des personnes semblant appartenir à une société autoritaire et dystopique.  A chacun d’interpréter ce qu’il voit !

 

 

On évolue donc dans un parcours linéaire offrant de superbes visuels et effets de perspective, malgré la caméra toujours de profil. On traverse différents décors, de la forêt à la traversée d’une ville où la population est “zombifiée” pour atterrir dans des ruines englouties par les eaux. Pour avancer, vous devez résoudre des énigmes en vous aidant de certains éléments du décor, celles-ci se corsant au fur et à mesure de l’histoire. Se mêlent à ces casse têtes de nombreuses séquences de plateforme (une longue séquence dans un mini sous-marin nous offre de magnifiques jeux de lumières). Le gameplay quant à lui tient sur trois touches : une pour diriger, une pour sauter et une pour interagir avec des éléments du décor. Un jeu à la portée de tous, donc, déconseillé néanmoins aux jeunes enfants car son univers est parfois violent dans sa mise en scène (ce jeu, classé PEGI 18, est destiné à un public mature.)

 

 

Le travail sur les décors et les personnages ainsi que sur les couleurs et les lumières est vraiment splendide. Les effets, qu’ils soient sonores ou visuels apportent un côté froid et mystérieux, presque mystique dans certaines scènes. Quant aux mouvements de caméra, ils sont toujours bien faits et le cadrage est juste parfait sur chaque séquence.

Inside, c’est un jeu qui vous angoisse, vous intrigue, vous hypnotise, mais qui vous émerveille aussi par l’élégance et la simplicité de son graphisme. Une version d’essai existe. Je ne peux que vous conseiller d’y jeter un œil afin de vous faire votre propre opinion sur cet univers singulier.

Inside, disponible en téléchargement sur XboxOne, PS4, Steam, Origin, IOS pour 19,99€

 

 

 

Alex

Un commentaire Ajoutez le votre

  1. Televisione dit :

    Alexandre Vergne, thanks so much for the post.Really thank you! Keep writing.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *