Juke Box N°45

Voyages sans paroles en compagnie de Yosta et de Thomas Grimmonprez qui nous offrent chacun dans leur registre de fabuleuses immersions au pays du blues et du jazz… Puis, retour vers le futur avec Magon qui nous embarque dans ses ballades Pop rock planantes inspirées du meilleur des années 70/80 ! Un peu de bossa ensoleillée aux accents jazzy façon Vitto Meirelles, juste avant de plonger avec délices dans la BO idéale de Pierre Daven-Keller… Du hip-hop d’enfer avec ASM et de la bonne, de l’excellente chanson à texte avec Clio et Marie Sigal pour terminer ce Juke Box sur une note féminine ! Bonne écoute à toutes et à tous… Et à tout bientôt pour de nouvelles découvertes !

Si son nom ne dit rien au commun des mortels (le talent est rarement reconnu à sa juste valeur…),Yosta a néanmoins derrière lui une longue route de musicien mais aussi de compositeur et d’arrangeur. Et il nous offre aujourd’hui un pur joyau avec « Hybrid »… Cet album uniquement instrumental qui comporte pas moins de 17 pistes fait éclater au grand jour l’immense talent et la sensualité de ce guitariste de génie qui «roule » tous sens aiguisés, sans interdits, entre jazz et blues ! Sous des influences telles que Santana, Ry Cooder et autres J.J Cale que loin de copier il honore de la plus belle manière qui soit, Yosta fait scintiller la magie du meilleur des 70’s par son toucher précis et voluptueux, son audace et sa dextérité, toute personnelle… On s’enroule dans sa musique, elle nous habille d’harmonie et de douceur, de peps et de tonus, elle nous embarque pour des escales en Inde ou en Afrique, elle va et vient en vagues bienfaisantes, nous berçant de sax langoureux ou de chœurs délicieusement soul, la guitare de Yosta toujours accompagnée de l’harmonica bluesy de Joe Hanriot, dans un duo qui fonctionne à la perfection. Cet album flamboyant, racé et classieux, sans parole et sans blabla, dessine une bande son idéale, sans faire de cinoche, avec une efficacité redoutable. La marque des grands… Chapeau !

Hybrid / Yosta / WNTS / Juin 2019 / 10€

Le jazz est une musique vivante et libre qui envoie des images à travers les ondes, permettant à chacun de laisser libre cours à son imaginaire en créant ses propres univers à son écoute. C’est toute la magie de cette musique insolente et virtuose qui se joue des modes et des conventions ! Et en matière de magicien, Thomas Grimmonprez se pose là, il faut dire très bien entouré de musiciens qui, tout comme lui, jouent dans la catégorie « classe internationale » ! Son troisième et dernier album, « Big Wheel », solaire, planant et inventif, nous embarque en neuf titres à bord de la grande roue du temps, dans des ambiances tour à tour feutrées et ondulantes, joyeuses ou inquiétantes, entre échos du passé, inconscience du présent et avenir fantasmé… La grande roue de Thomas tourne, déroulant des paysages sonores qui nous entraînent au creux de torrents tumultueux, au cœur d’un désert de sable au rythme nonchalant d’une marche sous un soleil de plomb, sous une pluie froide aux détours de ruelles sombres où le danger rôde, dans un monde sous-marin où le chant des baleines répond à celui des sirènes ou encore sur une mer d’huile aux parfums d’embruns… Les instruments s’apprivoisent, se répondent et se séduisent dans un langage que chacun interprètera selon son envie… « Big Wheel » ouvre la porte à nos sens et fait s’épanouir une multitude de sensations vertigineuses dans une parenthèse au temps, délicate et fragile, comme le temps qui nous file entre les doigts… Tout simplement époustouflant de beauté !

Big Wheel / Thomas Grimmonprez Quartet / Outnote records / 23 Août 2019 / 16€

12 titres courts, mais efficaces et percutants, pour plonger dans une autre dimension, dans un melting pot pop rock chic aux accents psychédéliques parsemé de riffs punk bien crades, comme on les aime ! Magon, c’est un peu le fils spirituel de Lou Reed et de Jim Morrison, un enfant du rock né du Velvet dont le parrain pourrait être Robert Smith… Un délicieux mélange que Magon porte avec ses trois compères chevelus au look 70’s, avec une élégance racée, un brin dandy et carrément séduisante ! On fond littéralement de plaisir à l’écoute de cet album à l’énergie sombre et vénéneuse où les mélodies se fredonnent avec une douce légèreté… Ce contraste entre ténèbres et lumière qui fait tout le charme de « Out in the dark », nous rend  irrémédiablement «accro » dès la première écoute… Je vous aurai prévenus !

Out in the Dark / Magon / December Square / 11 Octobre 2019 / acheter ici !

La bossa  prend un sacré coup de neuf sous les arrangements aussi jazzy que classieux de Vitto Meirelles ! Habillés de chœurs, d’onomatopées, de percussions et bien sûr d’une  guitare qui égrène ses notes cristallines sous les doigts experts et déliés de Vitto, les 15 titres de cet album nous embarquent du Brésil jusqu’aux tropiques dans des rythmes sensuels et ondulants qui se jouent des normes en mariant reggae et flamenco à la plus pure bossa. La voix langoureuse et envoûtante de Vitto, qui susurre plus qu’elle ne chante, renforce cette atmosphère apaisante où on se laisse bercer avec délices, totalement sous le charme, la tête ailleurs, au soleil, loin de la grisaille ambiante… En plus de ses compos personnelles, vous trouverez dans cet album chaleureux aux couleurs de l’été, deux reprises assez exceptionnelles par leur originalité : « Tu te laisses aller » d’Aznavour (qui aurait sans nul doute apprécié ce bel hommage), et « Les eaux de Mars », standard de Carlos Jobim immortalisé entre autres par Stan Getz et Joao Gilberto ou Georges Moustaki. Vitto Meirelles se produira en concert le 2 Novembre à Marseille, le 24 Janvier 2020 à Bischheim et le 25 Mars 2020 à Paris au New Morning ! A vos agendas !

Da Hora / Vitto Meirelles / Cooking Vinyl / 13 Septembre 2019 /14€

Avec une belle sensualité doublée d’une rare élégance, Pierre Daven-Keller nous dévoile la BO du film de ses rêves dans ce « Kino music » qui s’écoute des images plein les yeux… Si l’hommage à Ennio Morricone s’entend dès la première écoute, on perçoit néanmoins les échos de tous les compositeurs prestigieux qui ont marqué la bande son du cinéma des années 60 et 70, du western spaghetti au film noir en passant par les films de série B, dont certains ne sont restés dans la mémoire collective que par la magie déployée par ces magiciens de l’orchestration. Pierre Daven-Keller, indéniablement imprégné par ces maîtres, nous offre « à la manière de », sa vision personnelle de la musique de film, sublimement orchestrée en autant de clins d’œil appuyés que l’on découvre avec un indicible plaisir ! Majoritairement instrumental, cet album donne toutefois voix au chapitre à de drôles de dames (Helena Noguerra, Claire Tillier, Arielle Dombasle et Mareva  Galanter) qui apportent LA touche féminine empreinte de sensualité sophistiquée à cinq des 14 titres qui le composent. A chacun de mettre les images qui lui viennent en tête sur cette bande son intimiste et respectueuse, flamboyante et créative que nous offre Pierre Daven-Keller avec un immense talent… Pour ma part, j’y ai croisé Morricone bien sûr, avec son bon, sa brute et son truand, Clint Eastwood poncho crado et cigare au bec, mais aussi les « chabada » de Francis Lai, Delon, Ventura et Belmondo, professionnels en doulos adeptes du rififi à Paname ou à Rio, des silhouettes longilignes et sexy en minijupe et bottes de cuir, des garçons dans le vent, coupes « Beatles » en sous-pull acrylique et pattes d’eph… Pour une poignée d’euros, offrez vous ce « Kino music » qui va vous jouer « Il était une fois » le cinéma de la grande époque… Avec Maestria. Sublime !

Kino Music / Pierre Daven-Keller / Kwaidan Records / 27 Septembre 2019 / Acheter ici !

De la couleur, de la vie, un grain de folie… ASM nous offre avec « Color Wheel », un album pétillant comme les bulles d’un champagne millésimé, précieux comme une dégustation d’Aloxe-Corton, à savourer comme un grand cru ! Leur hip hop toujours aussi groovy et puissant se la joue jazzy soul, ondulant et sensuel, parfois même symphonique, tout au long des 15 titres de ce dernier opus drapé d’or et de lumière qui nous embarque bien loin des frontières du genre. Parsemé de chants d’oiseaux sur ciel bleu d’azur, de flamants roses et de paons fiers faisant la roue, cet album épicurien et bucolique vous donne indubitablement la pêche et l’envie d’onduler de la tête aux pieds pour célébrer le meilleur de la vie. Accompagnés de nombreux feats de tous horizons (Cutty Ranks, Marcus Paul James, La Fine Équipe et Astrid, Stogie T., Miscellaneous, Mattic et Youthstar, Mali Hayes, Chinese Man, Charles X, Mr Gib), les ASM nous font rougir de plaisir avec cet album somptueux qui pousse l’originalité jusqu’à la conception de sa pochette, dont chaque modèle est une création unique signée par l’artiste japonais Nearski. Pour toutes ces bonnes raisons, je n’ai qu’un conseil à vous donner : filez acheter ce petit bijou !!! Et ne ratez pas ASM sur scène (dates ici), ça doit être quelque chose, nom de Zeus !

Color Wheel / ASM / Chinese Man Records / 25 Octobre 2019 / 13€ le CD, 20€ le vinyle

Un joli minois, une voix comme un souffle délicat, doux et caressant… Et des mots, des mots précis, poétiques, ciselés au plus juste, au plus près des sensations qu’ils veulent décrire… Des mots pour dire l’amour, le frisson, l’intime, mais aussi le déchirement… Des mots d’amoureuse au cœur d’artichaut, des mots pour peindre l’amour fugace et volatile, insaisissable, l’amour gourmand qui comble le corps et l’esprit avant de fuir comme le temps qui passe, emmenant dans son sillage rêves et illusions… L’amour conté en histoires de peaux et de tempos, de traces, de blessures, de doutes et de certitudes, au fil des onze titres de cet album époustouflant de délicatesse qui décline en autant d’histoires le sentiment amoureux sur une bande son pop électro suave et sensuelle dont on ressort totalement sous le charme. Raffiné et chic dans sa sobriété heureuse, « Déjà Venise » nous offre un moment de plénitude et de grâce mais aussi d’émotion purement littéraire… Je suis restée, vous l’aurez compris, totalement scotchée par le talent de cette jeune auteure compositrice interprète que je vous invite vivement à découvrir avec cet album bien sûr, mais aussi sur scène, car Clio est actuellement en tournée (dates ici !)

Déjà Venise / Clio / Un Plan Simple / 30 Août 2019 / 15€

Marie Sigal nous dévoile à travers les six titres de cet EP au titre fleuri, un univers  aquatique et amniotique empreint d’une poésie étrange et hypnotique, qu’elle porte d’une voix claire et puissante jusqu’aux étoiles… En touches délicates, cette belle sirène dessine à la manière des impressionnistes un tableau sonore mouvant où la pop se mêle à des accents jazzy : un tableau où par éclats fugaces, au cœur d’un arrangement, d’un éclat de voix ou d’une posture, on peut entrevoir l’ombre bienveillante de Bashung, avec qui Marie partage une parenté assez troublante… Cet EP  à l’élégance vénéneuse, annonciateur d’un bel album, nous embarque de la plus jolie manière qui soit dans un monde onirique fascinant par son originalité, sa richesse et sa diversité, qu’elles soient musicale ou littéraire. Si Marie Sigal a chanté tout l’été (désolée, je n’ai pas pu m’en empêcher !), elle est  toujours en tournée cet automne (dates ici !). Ne loupez pas sa prestation si elle passe près de chez vous, vous ne le regretterez pas !

Les géraniums / Marie Sigal / Khânopé / Microcultures / Kuroneko / 4 Octobre 2019 / 10€

Christine Le Garrec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *