Juke Box N°56

Un juke box qui vous promet de jolis moments d’évasion dans cette interminable période de confinement ! Blues Rock de grande classe avec l’incontournable Popa Chubby mais aussi avec Paco Duke qui nous offre un premier album furieusement abouti en forme de kaléidoscope musical, Pop Rock élégante et mélodique avec Salt, Electro Jazz World lumineux et transcendant avec Shama Rahman, Jazz explosif avec Ozma qui nous invite avec maestria à un trip musical autour du monde, et enfin Reggae Soul avec Mystical Faya qui nous réchauffe le coeur et réveille nos consciences avec leur dernier EP ! Bonne écoute à toutes et à tous… Et prenez soin de vous !

Pour célébrer ses trente ans de carrière (et après une trentaine d’albums… Quel appétit !) Popa Chubby nous a mitonné avec amour ce délicieux album qu’il a réalisé comme un grand à la maison. Un album lumineux et généreux où cet épicurien nous balade de mélodies cool en pétillants et dansants titres blues rock où ses riffs de guitare nous plongent dans le meilleur des années 70. On y retrouve tout l’esprit des maîtres du genre (Canned Heat, Allman Brothers, Hendrix…) que Popa assaisonne de pimentés accents jazzy ou soul, et même un brin funky avec son irrésistible version du « Kiss » de Prince que l’on déguste à la toute fin de cette galette de 15 titres. Entre vintage nostalgique et modernité imaginative, le talent de l’ogre du blues rock explose en milliers de saveurs dans ce dernier opus à écouter à fond les ballons, fenêtres grandes ouvertes… Et par ces temps moroses, je vous garantis que ça fait un bien fou ! Rendez-vous est pris le 11 Octobre prochain à L’olympia pour fêter dignement l’anniversaire de ce « fat boy » qui illustre à la perfection le dicton de Karadoc : « le gras, c’est la vie »… Et le blues rock, c’est Popa Chubby !

It’s a mighty hard road / Popa Chubby / Dixie Frog / Février 2020 / 19€

Paco Duke, à l’origine du Blues Power Band, signe avec « Only dreams come true » son premier album solo. Alors, en v’là du blues en v’là ? Oui, indéniablement ! Mais pas que… Car au fil des 10 titres de cette pépite qui « fait de nos rêves une réalité », Paco nous offre un patchwork musical de haute volée qui plonge ses racines dans la richesse des seventies, en mêlant habilement sonorités blues rock, folk, rockabilly et mélodies planantes. Si la couleur est annoncée dès le premier titre avec un hommage flamboyant à Johnny Winter, Paco Duke, qui joue avec les genres comme un magicien avec sa baguette, nous embarque ensuite dans une multitude d’univers tout au long de cet album inclassable qui a non seulement du peps à revendre mais qui démontre aussi la belle âme et la conscience du Duke pour les combats d’aujourd’hui, dans un titre pop rock en hommage aux gilets jaunes. Blues lancinants où sa guitare pleure, consolée de nappes d’orgue Hammond et de délicates touches de piano, songe des 1001 nuits avec le planant « Zenobia » à l’atmosphère envoûtante… Paco Duke avec ses riffs de guitare ensorcelants et sa voix au feeling fort agréable, nous offre un album punchy qui nous met une patate d’enfer ! Il n’y a plus qu’à guetter ses futures dates de concert quand « la guerre » sera terminée et qu’on pourra enfin reprendre le chemin des salles de spectacle ! En attendant ces jours bénis, branchez vos amplis et faites péter la musique à fond, Paco Duke en tête !

Only dreams come true / Paco Duke / Paco Duke Music / Février 2020 / 15,20€

Leur admiration pour Scott Miller avec qui ils ont tous collaboré, a réuni les membres de Salt qui ont enregistré dans le mythique studio d’Abbey Road un de ses derniers titres composés avant sa mort. Et c’est donc cette belle histoire d’amitié et de reconnaissance artistique qui a donné naissance à ce premier album qui nous embarque dans un voyage nostalgique et joyeux aux accents d’une pop rock classieuse nappée de chœurs que ne renieraient pas les Beatles. Beatles dont l’ombre plane avec celles de bien d’autres belles âmes de la pop rock des années 80 au fil des dix titres de ce premier opus… Vaporeuse et planante, la musique de Salt nous invite autant à tutoyer les nuages qu’à saluer un lumineux soleil à travers des mélodies toniques et mélodieuses où l’on surfe avec insouciance. Ce mélange harmonieux de douceur et d’énergie qui fait tout leur charme et leur talent, nous met d’emblée de bonne humeur et nous donne des ailes pour fuir la morosité ambiante. Un album séduisant en diable et résolument optimiste… décidément bien précieux dans cette période Ô combien anxiogène !

The loneliness of clouds / Salt / Beehive Records / Mars 2020 / lien achat ici !

Compositrice, multi instrumentiste (piano, violon, sitar), chanteuse, actrice, et cerise sur le gâteau jolie comme un cœur, Shama Rahman a de plus une tête bien faite puisqu’elle est détentrice d’un doctorat en neurosciences ! Autant vous dire que la belle est née sous une bonne étoile qui devait briller dans le ciel du Bengladesh la nuit de sa naissance ! Pour ce troisième album, elle nous offre un étincelant bouillon de cultures brassé aux confluents du monde et habillé d’un électro jazz qui nous attire irrésistiblement comme un papillon vers la lumière. Au fil des huit pistes de cet album envoûtant, on se laisse porter par les vibrations colorées et puissantes qui s’en  dégagent en ondes positives, éclairées par la voix sensuelle et ensorcelante de Shama qui nous guide tout au long de ce « trip sensoriel » dont on ne ressort pas indemne. L’écoute de « Let the light in » nous  ressource de l’intérieur, nous arme pour mieux affronter les tracas quotidiens, comme après une bonne séance de méditation. Magnifique et précieux, cet album est carrément incontournable ! Gros coup de cœur !!!

Let the light in / Shama and friends / NarRator Records / Mars 2020 / lien achat ici !

Jamais le terme de « trip musical » n’aura été aussi approprié qu’avec cet album qui nous immerge en profondeur dans la richesse des cultures du monde entier. Beijing, Hambourg, Marrakech, Ahmedabad, Mumbaï, Jakarta, Lübeck, Bulawayo : des villes, des ambiances rencontrées par les cinq membres d’Ozma lors de leur longue tournée de 2018. Des escales qui leur ont inspiré cette fresque époustouflante qu’ils ont mise avec une sacrée virtuosité en musique dans un jazz explosif où l’électro et le rock s’immiscent dans une totale osmose, en autant de cartes postales sonores qui restituent avec sensibilité et avec une incroyable énergie la palette de leurs émotions. Tour à tour frénétiques, hypnotiques ou mélancoliques, chaque titre nous invite à vibrer, danser ou méditer dans un foisonnement de sons qui éclatent en bulles de plaisir. La chaleur, le plaisir et la générosité transpirent à chaque plage de cet album qui nous offre un voyage spirituel et musical de haute volée… Encore un gros coup de cœur !!! .

Hyperlapse / Ozma / Cristal Records / Février 2020 / 13€

Si au fil des huit titres de cet EP, Mystical Faya nous fait vibrer et danser au son d’un excellent reggae roots métissé de dub et de soul, il nous invite également à réfléchir sur notre humanité et à nous rassembler autour de la cause écologique face aux dérives d’un système à bout de souffle. Et en cette période de totale remise en question de nos valeurs et de nos modes de consommation, on peut dire que cet album tombe vraiment à pic ! Composé de ballades envoûtantes nappées de chœurs somptueux et de titres dansants et ondulants, « Born again », sous la voix d’un Mystic Loïc inspiré et inspirant, nous envoie des messages d’espoir et de paix pour qu’enfin renaisse un monde respectueux des hommes et de la nature, sous un groove magique constellé de vibrations positives. Un album profond, aussi bien par la qualité des textes que par celle de la musique distillée par le groupe de reggae « le plus soul » de la scène française qui s’est fait accompagner sur certains titres par de prestigieux feats (Derajah, Marcus Gad et la section cuivres de Tribuman). Chaleureux, généreux et profondément humaniste, « Born again » est décidément l’idéale bande son « reggae » du moment ! Mystical Faya se produira sur la scène du Nouveau Casino à Paris le 14 Octobre prochain.

Born again / Mystical Faya / Khanti Records / Novembre 2019 / 10€

Repose en paix, Manu…

Christine Le Garrec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *