Le coin des p’tits loups ! N°75

Pas facile d’occuper nos p’tits loups dans cette loooongue période de confinement ! Voici donc une sélection d’albums, de contes, de romans, de livres CD, de BD, de p’tits docs malins et de grands docs somptueux qui procureront à vos enfants de jolis moments d’évasion mais aussi d’intenses moments de réflexion ! En attendant la réouverture des librairies, vous pouvez les commander sur les sites de certaines d’entre elles (lien ici !) ou vous les procurer en numérique ! Et puis, allez jeter un oeil sur les sites des maisons d’édition qui se sont mobilisées pour offrir de nombreuses idées d’activités à vos confinées têtes blondes : sur le site de Flammarion Jeunesse, ils peuvent chaque jour écouter gratuitement les histoires du Père Castor, sur celui de Rue de Sèvres, la lecture d’un album complet est proposé chaque semaine, lectures, jeux, activités créatives et vidéos sont disponibles gracieusement sur le site de l’école des Loisirs et sur celui de La Joie de Lire… Pour ne citer que ces quatre là ! N’hésitez pas également à aller fouiner sur les réseaux sociaux où une multitude d’auteurs et d’illustrateurs offrent chaque jour tout plein d’idées à vos p’tits loups pour combattre l’ennui, intelligemment et en beauté ! Bonnes lectures à toutes et à tous… Et prenez bien soin de vous !

Le coin des tout p’tits loups !

Aujourd’hui c’est l’anniversaire de Léo la p’tite pieuvre et Lucas le p’tit lion a très envie de faire un beau cadeau à son meilleur ami ! Non, pas des moufles, hein… Il en faudrait beaucoup trop pour couvrir toutes ses tentacules ! Mais un joli bonnet, par contre… Voilà une bonne idée ! Cette toute nouvelle collection « Coupe-coupe » possède bien des atouts : son tout petit format permet aux toutes petites mains de le manipuler avec aisance et son design très original est vraiment attrayant… Autant que les petites histoires que chaque album relate en mettant en scène des petits animaux colorés à souhait, pétillants de malice et de joie de vivre ! Vous pouvez également vous procurer dans la même collection « Roméo le p’tit éléphant« , « Coco le p’tit croco » … Et « Léo la p’tite pieuvre » dans d’autres aventures ! Trop craquants !

Lucas le p’tit lion, Flammarion Jeunesse, 2020 / 5,90€ (Format 10×12)

Ce joli petit kididoc, avec ses animations en tirettes et roulettes, propose à vos tout p’tits loups une exploration ludique des cinq sens. Vos bouts de choux apprendront ainsi au fil des pages (en carton très costaud !) à les identifier et à les nommer par le biais des jolis dessins qui les illustrent (l’oiseau qui chante pour l’ouïe, le doudou tout doux pour le toucher, la bonne odeur du gâteau (et celle moins plaisante du caca !) pour l’odorat, l’acidité du citron pour le goût…) et ils s’amuseront en activant les petites animations à faire apparaître des éléments cachés qu’ils pourront ensuite commenter. Un chouette album d’éveil, interactif, ludique et éducatif !

Mon imagier des 5 sens illustré par Nathalie Choux, Nathan, 2020 / 8,40€ (Format 17×17)

Sushi et Maki sont deux adorables petits chats très différents : Sushi, tout blanc, est très familier mais aussi très gourmand ! Quant à Maki, noir comme l’ébène, il est un peu sauvage et pense davantage à jouer qu’à manger ses croquettes ! A travers leurs jeux, vos p’tits loups découvriront la personnalité de ces malicieux chatons en soulevant les nombreux flaps qui composent ce très joli album somptueusement illustré. Un régal de malice, de tendresse et de beauté ! J’adore !!!

Sushi & Maki d’Olivia Cosneau, Sarbacane, 2020 / 12,50€ (Format 16×16)

Le coin des 3/5 ans !

Écureuil adore ours qui est de loin son meilleur ami. Il partage avec lui ses jeux et ses petits bonheurs et quand il a un coup de mou, ours est toujours là pour le consoler. Toujours… C’est bien le problème ! Car ours est tout de même un peu encombrant (dans tous les sens du terme !) et écureuil aimerait bien de temps en temps savourer un peu de tranquillité… A condition que cela ne dure pas trop longtemps ! Ce bel album, avec ses illustrations irrésistibles de drôlerie, décline la beauté et les affres de l’amitié avec un humour aussi tendre que tonique ! Craquantissime ! A partir de 3 ans.

Super potes de Smriti Halls et Steve Small, Sarbacane, 2020 / 14,90€ (Format 20×28)

Lucie, une pauvre vieille dame, n’a pour seul bien que Noiraude, sa coquette petite poule qui chaque jour lui donne un œuf. Son seul repas de la journée… Avec les rares petites pièces qu’il lui reste, Lucie part un matin acheter un bout de pain à la boulangerie et croise un mendiant sur le chemin du retour : n’ayant rien d’autre à lui offrir, elle lui propose de partager son maigre repas. Pour la remercier de son immense générosité, le mendiant qui s’avère être magicien, lui dit que le lendemain matin, la première chose qu’elle fera se reproduira mille fois… Et le lendemain, en ouvrant à la Noiraude la porte du poulailler, Lucie éberluée voit sortir… Mille poules ! Ce sortilège arrive aux oreilles de la très riche et très avare Malvina qui se précipite à la rencontre du mendiant pour l’inviter à dîner….. Quelle belle occasion de faire fructifier sa fortune ! Le miracle se produira t-il une seconde fois ? Pas sûr… Ce très beau conte sur la générosité récompensée est issu de la collection « Les gourmands » qui propose pour chacun de ses albums des petites recettes de cuisine (je vous avais déjà présenté « La fée Miotte« , chroniqué ici !) .Vous trouverez donc en fin de ce chouette petit livre celle des pommes de terre œuf cocotte et celle des œufs cocotte aux épinards ou aux orties. Un concept savoureusement original ! A partir de 3 ans.

Mille cocottes à Kilukru d’Hélène Guers et Mélissa Faidherbe, Le Jardin des Mots, 2019 / 11€ (Format 18×24)

A sa naissance, Jojo est arrivé sur terre, non nu comme un ver comme tous les bébés, mais avec une armure… Une chouette armure héritée sans doute de la lignée de chevaliers dont est issu son Papa ! Bon, tout petit, il en était fier de son armure qui lui donnait un air déguisé que lui enviaient tous ses copains ! Mais en grandissant, celle-ci devint un peu encombrante… Personne ne voulait jouer avec lui et le pauvre Jojo était contraint à une solitude absolue, emmitouflé été comme hiver dans un grand manteau pour dissimuler cette étrange particularité… Jusqu’au jour où il aperçut Angèle, une petite fille qui, tout comme lui, se cachait dans de larges vêtements… Sous cette rigolote histoire de prince et de princesse, se cache une jolie réflexion sur la différence, traitée avec une belle originalité ! Largement illustré, ce petit livre au texte tout simple est idéal pour les tout jeunes lecteurs également ! A partir de 3 ans.

Pas facile d’être un chevalier de Gudule et Claude K. Dubois, Mijade, 2020 / 6€ (Format 25×28)

Sakaki ? Sakakoua ? Sac à contes ! Celui que Philippe Campiche nous ouvre pour dévoiler les fabuleuses histoires de ce chouette recueil de contes où une petite souris mène le bal. Une souris peu ordinaire qui voit les couleurs du vent et entend le chant des nuages, tellement rusée qu’elle réussit l’exploit d’échanger un grain de maïs contre un tigre féroce ! Pour calmer les peurs et la faim qui tenaille ses compagnes, cette petite souris, aussi rêveuse que futée, leur raconte des histoires fantastiques ou rigolotes, des histoires où l’on déguste des morceaux de ciel et où des jardiniers se débattent avec des carottes récalcitrantes… Des histoires à lire, bien sûr, mais aussi à écouter sur le CD qui accompagne le livre, sous la voix au pittoresque accent suisse de Philippe Campiche ! Issu de la collection « Les savoureux » (voir ma chronique de « le lapin qui voulait devenir très très grand » ici !), « le sakakoua » promet à vos p’tits loups de jolis moments d’évasion empreints d’humour et de sagesse ! A partir de 3 ans.

Le Sakakoua conté par Philippe Campiche, illustré par Sophie Hérout, musique de Jacques Bouduban (livre CD), Le Jardin des Mots, 2019 / 22€ (Format 20×19)

La collection « Raconte à ta façon » propose un concept original et innovant : aucun texte, seulement des pictogrammes représentant chaque personnage d’un conte célèbre ! Vos p’tits loups, en s’aidant de la légende (fournie sur un joli marque-page) peuvent ainsi raconter l’histoire en suivant à la lettre le déroulement du conte… Ou inventer sa propre histoire en l’agrémentant de milliers de détails tout droits sortis de son imagination ! Après « Boucle d’or » et « Le chat botté » (chroniques ici !), c’est au tour du Petit Poucet de faire rêver vos bambins au cours de passionnantes « lectures » imaginatives et ludiques ! Vous pouvez également vous procurer dans la même collection, « Le petit chaperon rouge », « Roule Galette » et « Les trois petits cochons ». Gros coup de coeur ! A partir de 4 ans.

Le petit Poucet de Sonia Chaine et Adrien Pichelin, Flammarion Jeunesse, 2019 / 10,50€ (Format 21×18)

C’est quoi l’amour ? Cette question turlupine la petite Emma qui décide d’interroger les membres de sa famille pour en savoir un peu plus sur cette chose mystérieuse qui tracasse autant les petits que les grands ! Pour sa romantique Maman, c’est comme des fleurs de toutes les couleurs qui s’épanouissent au printemps… Mais pour son Papa fan de foot, c’est rond comme un ballon et ça arrive sans prévenir comme un but à la toute fin d’un match ! Pour sa généreuse Mamie, c’est sucré, moelleux et parfumé comme un délicieux gâteau à partager… Mais pour son Papy mécano, c’est énorme et ça vrombit comme un moteur qui démarre au quart de tour ! Euh… Tout cela n’est pas très clair pour Emma ! Il lui faudra donc attendre que ce prodigieux amour se manifeste à elle pour lui donner sa propre définition… Délicieusement naïf et tendre, ce tout petit album recèle des trésors d’inventivité et d’humour pour définir l’amour ! Quant aux illustrations, elles sont tout simplement irrésistibles ! A partir de 4 ans.

C’est quoi l’amour ? de Davide Cali et Anna-Laura Cantone, Sarbacane, 2020 / 5,95€ (Format 20×28)

1, 2, 3 partez ! des p’tits docs malins pour s’interroger, découvrir et expérimenter ! Une chouette collection qui propose une multitude de titres (ici !) pour satisfaire la saine curiosité des p’tits loups !

Les adultes ont-ils toujours raison ? Rire ou se moquer, c’est la même chose ? Pourquoi il y a des méchants ? La liberté, c’est faire tout ce qu’on veut ? A quoi ça sert de vivre puisqu’on meurt un jour ? Voici quelques-unes des questions posées dans ce petit doc qui aborde habilement des questions de philosophie à hauteur d’enfant. Si sa première qualité est de favoriser le dialogue en famille sur des sujets essentiels, ce petit livre offre également des idées d’activités ludiques autour des thèmes abordés (« Dresse ton portrait chinois », « Fous rires garantis », « Voilà le bonheur », « Philosopher en famille ») et de multiples encarts « Le savais-tu ? » pour apprendre tout plein de choses ! Ces précieuses petites graines de philosophie aideront vos p’tits loups à affirmer leur personnalité et à affûter leur esprit tout en s’amusant ! A partir de 4 ans.

Pourquoi je (me) pose tant de questions ? de Stéphanie Duval (illustré par Marie De Monti), Gulf Stream, 2020 / 5,90€ (Format 17×22)

Parlons un peu maintenant de la pluie et du beau temps avec ce petit doc qui explore dix questions que se posent les enfants sur la météo. Pourquoi fait-il chaud en été et froid en hiver ? Qui fait souffler le vent ? Tous les nuages donnent-ils de la pluie ? Si vous peinez à répondre à vos chères têtes blondes sur ces questions, ce petit livre vous aidera grandement à satisfaire leur curiosité scientifique ! Tout comme le précédent ouvrage, celui-ci comporte également des petits encarts « Le savais-tu ? » et « infos » pour aller un peu plus loin sur le sujet et propose quatre activités à réaliser en famille ou entre amis avec du matériel tout simple : fabriquer un baromètre, un thermomètre, un pluviomètre et un anémomètre. De bonnes et belles idées pour occuper les jours de pluie… Ou de soleil ! A partir de 4 ans.

Qu’est-ce qui fait la pluie et le beau temps ? de Sophie Fromager et Patricia Laporte-Muller (illustré par Yannick Robert), Gulf Stream, 2020 / 5,90€ (Format 17×22)

Le coin des plus grands !

Des portes qui claquent, du tonnerre dans les voix et des pluies sur les visages. C’est l’orage à la maison lorsque les disputes éclatent entre les parents d’Arthur… Le coeur lourd et des nœuds de cordes plein le ventre, le petit garçon se réfugie dans la salle de bains et pose un coquillage sur son oreille pour ne plus entendre cette tempête domestique qui le terrifie… S’évader loin du tumulte et de sa peur d’être la cause du désamour de ses parents, se réfugier dans son imaginaire pour fuir cette douloureuse réalité… Les pensées d’Arthur l’emmènent très loin, dans un voyage initiatique et aquatique où il part en quête d’un coquillage avaleur de tempête, dans l’espoir qu’il avale celle de ses parents désunis… Ce conte sensible et délicat explore avec une rare intelligence les étapes émotionnelles d’un enfant confronté à la mésentente de ses parents : un sujet difficile qui est traité ici en mots doux et poétiques portés par la voix douce et rassurante de Mélanie Doutey, mais également en dessins délicats réalisés aux crayons de couleurs par Mathilde Bedouet. Ponctuée de chansons qui allègent le propos avec humour, la bande son s’écoute comme une méditation apaisante. Vous l’aurez compris… Ce très beau livre CD est un fort beau cadeau à offrir aux p’tits loups qui surfent sur leur vague à l’âme, perdus dans les vents mauvais qui détruisent leur innocence et leur sérénité quand leurs parents sont à la dérive. Il les aidera grandement, en les déculpabilisant, à trouver la force pour se maintenir la tête hors de l’eau… En attendant que le livre, qui devait sortir début Avril, puisse enfin voir le jour, vous pouvez télécharger ici le CD… Un must, vraiment ! A partir de 6 ans.

L’orage à la maison (livre CD) textes de Catherine Verlaguet, illustrations de Mathilde Bedouet, musique de Marc Demais, narration de Mélanie Doutey, Joyvox, 2020 / 19,90€ (Format 28×22)

Des héros, protégés dans une coquille, affrontent des monstres dans un Paris désert… On peut dire que le dernier album de Claude Ponti respire l’air du temps et que ce « monstre » de la littérature jeunesse s’avère pour le coup des plus visionnaires ! Co-édité avec le musée d’Orsay qui devait consacrer à Léopold Chauveau l’exposition « Au pays des monstres », du 10 Mars au 29 Juin (et qui devrait déménager à Roubaix du 17 Octobre au 17 Janvier 2021…), ce superbe album nous immerge dans l’univers singulier de cet auteur dont l’imagination débordante, la folie créatrice et l’immense talent ne sont depuis fort longtemps plus à prouver ! Tout est mis en scène pour transporter avec humour et beauté les « toikilis » que nous sommes dans des pays inconnus peuplés de « réductionneurs à deux gouffres », de « feuillatrompes », de « roulbouls », « d’horribiliffiants monstres kaffardeux » et « d’entonogondolos » qui nous invitent au coeur d’un délire fantasmagorique imaginatif et drôle à souhait. L’oeuvre de Léopold Chauveau est bien sûr présente dans cet ouvrage qui rend hommage à ses sept monstres baptisés avec admiration et malice « effassensonge » (qui adoucit les pensées douloureuses), « Coeur-Penché » (un rigolmarreur drôle à tics !), « Bec de calme » (régulateur de méchanceté), « Louramour » (qui rend digeste les amours), « L’Ouazo-Serein » (tueur de cauchemars) ou le copieur « Léhaut-Polnu »… Au fil des pages, le « toikili » averti découvrira une multitude de personnages de la littérature jeunesse qui s’invitent dans cette aventure hors du commun : Topor, Desnos, Maurice Sendak, Béatrix Potter, Little Nemo, Alice au pays des merveilles et bien d’autres encore en sont les jalons bienveillants, témoins de l’admiration nourrie par Claude Ponti à leur égard. En attendant de pouvoir enfin visiter cette expo, vous pouvez toujours installer vos p’tits loups sur le site « Les petits M’O » qui leur propose tout plein d’activités sur l’art, autour des artistes emblématiques du musée d’Orsay et écouter (ici !) les podcasts des cinq histoires de Claude Ponti prévues en bande son pour la visite de l’exposition ! A partir de 6 ans.

Voyage au pays des monstres de Claude Ponti, L’école des Loisirs, 2020 / 18,80€ (Format 21×32)

Treize histoires follement drôles nous attendent au fil de ce recueil écrit par la délicieuse (et regrettée…) Gudule, illustrées des dessins d’une délicatesse infinie de Claude K. Dubois. Treize histoires où l’on croise (entre autres !) des princes et des princesses qui cherchent bien évidemment l’amour (mais de manière peu académique !), des fées futées, un roi débordé par sa trop grande descendance, un « piraton » laveur de ciel et chasseur de tempêtes, un loup débonnaire et blagueur dont l’humour ne fait rire personne et un petit chevalier à l’hygiène douteuse… Un joyeux pêle-mêle où si l’imagination est reine, l’humour est indéniablement son roi ! Rafraichissantes et pétillantes de malice sous le langage fleuri de Gudule, ces treize histoires offrent à vos loupiots treize excellentes occasions pour passer de savoureux moments de lecture… A ne rater sous aucun prétexte ! A partir de 6 ans.

Les folles histoires de Gudule, illustrées par Claude K. Dubois, Mijade, 2020 / 10€ (Format 14×21)

Je vous avais déjà présenté le superbe « Egyptomania » (chronique ici !) pour lequel j’avais eu un immense coup de coeur… Et bien, après cette fantastique plongée historique et esthétique dans l’Egypte ancienne, Emma Giuliani et Carole Saturno ont à nouveau conjugué leurs talents pour nous offrir cette fois une exploration ludique de la Grèce ancienne, avec cet ouvrage qui, sur le même concept que le précédent, est éblouissant d’intelligence et de beauté. Une vraie leçon d’histoire déclinée en huit chapitres captivants (« Athènes : 5ème siècle avant J-C », « Vivre à Athènes », « L’agora et la démocratie », « Le Parthénon », « Les dieux de l’Olympe », « La guerre et la conquête », « L’épopée d’Homère », « L’héritage grec « ) sublimée par sa mise en page où de multiples rabats se déplient avec élégance pour dévoiler des trésors ! Avec son très grand format, ses illustrations somptueuses et son contenu pédagogique exemplaire, cet ouvrage est une merveille sur tous les plans ! Encore un immense coup de coeur !!! A partir de 7 ans.

Grecomania d’Emma Giuliani et Carole Saturno, Les Grandes Personnes, 2019 / 20€ (Format 28×40)

Rêves enfouis, petits mensonges et doux secrets, omissions par pudeur ou par lâcheté, peurs non avouées, lointaines bêtises jamais oubliées… On a tous un jour ou l’autre gardé enfoui au plus profond de nous des secrets plus ou moins anodins. Ceux que nous dévoilent Didier Jean et Zad au fil de ce très bel album ont été récoltés au creux de leur oreille dans un voyage tout autour du monde. Si certains sont drôles et tendres, d’autres, terriblement poignants, nous révèlent la profonde détresse de ceux qui n’ont jamais osé les avouer… Ce florilège de témoignages qui traversent les mers et le temps est furieusement attachant par sa fausse simplicité : quelques mots, justes et forts pour libérer une parole longtemps bâillonnée, illustrés en dessins incisifs ou décalés par Régis Lejonc qui en donne l’entière mesure en quelques coups de crayon et de pinceau. Un bien joli exercice, original et troublant, qui touche droit au coeur ! A partir de 8 ans.

Je n’ai jamais dit de Didier Jean & Zad et Régis Lejonc, Utopique, 2020 / 17€ (Format 32×22)

La Rousse, soeur de Raminagrobis, le caïd respecté des chats de gouttière de Montmartre, a le coeur aussi grand que son poil est hirsute : alors qu’elle allaitait ses fils Chapitre et Tchache, elle n’a pas hésité à offrir ses flancs et tout son amour à Pattes Blanches, une petite chatte abandonnée… Avec ses yeux bleu saphir et son pelage doux et soyeux, celle-ci est une vraie « aristochatte » face à ses frères à la dégaine de voyous des rues ! Ce soir, c’est la big fiesta chez les gouttières : Raminograbis fête en grande pompe l’anniversaire de son fils Snapchat et toute la famille est réunie. Famille ? C’est là où le bât blesse… Car Chatteigne, le frère de Snapchat qui a décidé de chercher la bagarre, s’en prend à Pattes Blanches qu’il traite de « demi-cousine »… La pauvre petite, triste comme un jour sans lait, prend la fuite, bien décidée à retrouver sa vraie famille… Avec autant d’humour que de tendresse, ce petit roman explore avec une belle sensibilité les thèmes de l’adoption et de la recherche d’identité. Servi par les illustrations chatoyantes de Gérard Lo Monaco pour qui une belle exposition s’est tenue en début d’année à l’école Destienne, ce petit ouvrage est aussi agréable à lire que beau à regarder ! Vous pouvez également vous procurer le livre CD « Pop-up symphonie« , un conte musical de Jean-Luc Fromental, chanté par Marina Cedro et interprété par les musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Radio France, réalisé pour ce bel et mérité hommage à ce pop-up designer de talent ! A partir de 8 ans.

Chat alors ! de Joëlle Miquel et Gérard Lo Monaco, L’école des Loisirs, 2020 / 9€ (Format 22×15)

Albrecht vit au milieu de la forêt qui entoure Metz avec ses deux enfants, Yerri et Frida, depuis que sa femme est morte. Menuisier, il enseigne à Yerri les bases de son métier et à sa fille le respect de la nature à travers de fantastiques contes qu’il relate avec ferveur. La petite fille pousse donc entourée de l’amour de son père au sein de la forêt qu’elle explore chaque jour avec bonheur… Hélas, Albrecht meurt à son tour, laissant en héritage à ses enfants un immense chagrin et des contes merveilleux plein la tête… Tandis que Yerri subvient à leurs besoins en travaillant le bois, la petite Frida passe ses journées dans la forêt, s’aventurant toujours de plus en plus loin… Un jour, ses pas la mènent au-delà des bois dans une clairière où vit la dame du lac, une vieille femme amie de son père, exilée du monde des hommes qui lui ont forgé une réputation de sorcière… Frida, un peu effrayée, découvre bien vite que la vieille dame, qui communique avec les esprits bienveillants de la forêt, tient davantage de la fée… Ce petit conte initiatique explore avec un brin de philosophie la mythologie des bois et des forêts dans une ode bienveillante sur le respect de la nature visible et invisible. Empreint de mystère et de merveilleux, « Frida et le peuple de la forêt » recèle tout le charme des contes traditionnels ! A partir de 8 ans.

Frida et le peuple de la forêt de Nicolas Schweitzer, Maïa, 2020 / 14€ (Format 15×24)

Retour sur l’île aux Moutons où vivent la petite Jeanne, son père « vétérimaire » et son adorable grand-mère excentrique ! Vous vous rappelez ? Nous avions fait leur connaissance au cours du délicieux roman « L’incroyable histoire du mouton qui sauva une école » (chronique ici) ! Non ? Alors filez vite le lire, car celui-ci, basé sur un fait ayant réellement existé, avait remporté un franc et mérité succès ! C’est à partir d’un autre fait divers que Thomas Gerbeaux a construit ce nouveau roman, illustré une fois encore des chouettes dessins flashy de sa compère Pauline Kerleroux : celui où un homard chinois a pris sa carapace à son cou pour s’enfuir d’une marmite bouillonnante (et fut gracié par le cuisinier pour son courage et sa témérité…) ! Mais ici, notre malheureux homard breton, une fois sorti de son funeste bain bouillant, se fait écraser la pince quelques mètres plus loin par la petite Jeanne qui joue à la marelle… Bien entendu, celle-ci ne l’abandonnera pas à son triste sort ! Elle le recueillera, le soignera et fomentera avec lui un plan pour sauver ses potes toujours prisonniers du vivier du restaurant d’où il s’est échappé, tous voués à une mort aussi certaine qu’horrible… Comme dans le précédent opus, l’humour est une fois encore au rendez-vous de cette histoire de grande évasion chez les crustacés qui nous offre une jolie réflexion sur le sort que les hommes réservent aux animaux à poils, à plumes, à écailles ou à carapaces. Le vent de la liberté, porté par une humanité à toute épreuve, souffle sur ce roman frais comme le vent du large ! Un régal de lecture !!! A partir de 9 ans.

L’incroyable histoire du homard qui sauva sa carapace de Thomas Gerbeaux et Pauline Kerleroux, La Joie de Lire, 2020 / 10,50€ (Format 13×18)

Des couettes à la Fifi Brindacier, un regard farouchement déterminé, un discours d’une incroyable maturité… Cette toute jeune fille, par son courage et sa détermination, a ébranlé les plus grands de ce monde en dénonçant leurs désastreux choix politiques et économiques qui mettent en péril la santé de notre planète, et par là-même la qualité de vie et le futur des nouvelles générations. Petit marin en ciré jaune, elle a affronté toutes les tempêtes et subi bien des outrages… Elle reste pourtant obstinée, inébranlablement concentrée sur le but qu’elle s’est fixé : réveiller les consciences pour agir, vite et bien, afin de stopper ce système qui mène à notre perte. A travers ce petit doc qui lui est dédié, Élise Fontenaille a retracé pour nous, avec autant de clarté que de concision, le phénomène Greta Thunberg. De son origine (la grève de l’école devant le parlement de Stockholm) à aujourd’hui, (retranscription de ses discours désormais célèbres dans le monde entier : ONU, Davos, COP24, assemblée nationale en France), elle nous dresse l’itinéraire de cette gamine hors du commun pour laquelle elle ne cache pas sa profonde admiration… Comme celle que nous devrions tous ressentir pour ce petit bout de femme qui nous montre le chemin à suivre ! Une sacrée leçon à méditer et un exemple qui créera, espérons-le, bien des émules ! A partir de 9 ans.

Greta Thunberg : sauvons la planète ! d’Élise Fontenaille, Oskar, 2020 / 8,95€ (Format 14×19)

Un peu de BD !

Londres, 1875. La petite Charity Tiddler, issue de la bonne bourgeoisie, s’ennuie ferme auprès d’une mère rigide et autoritaire et d’un père toujours absent ou réfugié le nez dans son journal. Sa seule compagnie ? Tabitha, sa nurse un peu étrange, friande d’histoires horrifiques qu’elle lui raconte chaque soir au moment du coucher… Cette vie pas vraiment réjouissante va prendre une toute autre tournure avec l’arrivée d’une toute petite souris… Une petite bestiole qui deviendra la première de ses meilleurs amis, Charity recueillant ensuite lapins promis à la casserole, escargots aux coquilles fêlées, oiseaux tombés du nid, crapauds et hérissons auprès desquels elle se trouvera une vocation de scientifique ! Une passion qui ne se démentira pas avec l’arrivée de Blanche Legros, la gouvernante française chargée de son éducation, qui l’initiera à l’aquarelle… Notre miss Charity ne connaît désormais plus l’ennui entre l’étude de ses petites bêtes et ses pinceaux et tubes de couleurs pour les immortaliser ! Loïc Clément et Anne Montel ont adapté avec une belle sensibilité le roman de Marie-Aude Murail dans ce premier opus fort prometteur. Délicatesse des illustrations, tendresse et humour, personnages attachants en diable… On plonge avec délices dans un bain de douceur et de beauté au coeur de l’univers délicieusement désuet de cette « enfance de l’art » qui nous met l’eau à la bouche… Car deux autres tomes sont en préparation ! Hâte !!!

Miss Charity : l’enfance de l’art (tome 1) de Loïc Clément et Anne Montel (d’après le roman de Marie-Aude Murail), Rue de Sèvres, 2020 / 16€ (Format 21×28)

Le coin des ados… Et des adultes !

Téléphone portable, ordinateurs, tablettes, télévision, consoles de jeux : nous sommes tous contaminés par la profusion d’images qui s’interposent entre nous et la réalité, nous confinant dans un monde virtuel de plus en plus opaque. Ce brouillard d’écrans nous isole les uns des autres… On ne se parle plus face à face, on « skype », on « like », on « post », on ne s’exprime plus qu’en textos, on délaisse le papier et la richesse de notre langue, les enfants ne savent plus jouer, confortés par leurs parents qui utilisent les écrans en autant de nounous qui veillent sur leur tranquillité… Tels des papillons, on s’est tous fait happer par la lumière factice de ces fenêtres qui se disent ouvertes sur le monde mais qui nous en cachent la beauté… On s’invente des besoins et des désirs en se laissant hypnotiser par les mirages d’une pub intrusive et omniprésente, on surfe sur les réseaux sociaux avec de faux amis pour combler notre ultra moderne solitude, on assiste blasé à la marche du monde derrière une lucarne qui déverse chaque jour son lot d’horreurs banalisées, on ne profite plus de la beauté qui nous entoure, l’oeil rivé sur nos écrans… Avec ces « Portraits au filtre des écrans », Thomas Scotto nous offre en textes lumineux un inventaire grave et poétique sur notre dépendance, à tout âge, de ces miroirs aux alouettes qui prennent désormais toute la place dans notre vie. Ceux-ci, mis en images avec force par Madeleine Pereira, nous invitent à lever les yeux de nos écrans pour les ouvrir enfin au monde, en toute lucidité. « Abreuvés d’images sans qu’on ait vraiment soif. Pétrifiés jusqu’au profond des yeux. Obéissants et fébriles. Submergés. On nous a fait cadeau de la profusion, de la facilité, du « à volonté ». Pourtant, nous sommes terriblement vieillis de lumières aveuglantes. De quoi faire chanceler les murs de nos vraies vies. Peut-être c’est imperceptible, une petite lézarde qui ne demande qu’à devenir faille. On se dit que regarder la même chose ça nous rapproche, que voir ensemble c’est discuter, et discuter, du partage. On ne doit pas refuser ce qui fera un plus grand futur commun. On sait maîtriser, se retenir, être plus adulte que ce qui nous fait écran. On a dans l’idée que si on a franchi les limites, comme pour toute chose on reviendra à la normale. Bien sûr, on reviendra à la normale. Parce qu’on ne veut pas se laisser manger cru. Parce que nous sommes propriétaires de nos lambeaux. Parce que derrière notre boulimie d’images nous gardons le goût de nos écorces plus solides ». Un livre à mettre entre les mains de tous, petits et grands… A partir de 12 ans.

Dans un brouillard de poche : portraits au filtre des écrans de Thomas Scotto et Madeleine Pereira, Pourquoi Pas, 2020 / 9,50€ (Format 15×19)

Amours débutants aux regards croisés, sourires enjôleurs et doigts entremêlés… Amour filial, amour maternel inconditionnel… Amours envolés toujours ancrés au fond des cœurs jusqu’au dernier souffle… Amours fragiles ou indestructibles, sensuels ou pudiques, amours croisés jamais assouvis, amours rafistolés, amours rêvés ou vécus jusqu’à la trame, amours abrupts mis KO par un poing final… L’amour est partout. Dans l’air, sous un petit coin de parapluie qui prend des airs de paradis, il vous foudroie quand on ne l’attend plus, il se déclare, se déclame, nous rend heureux, léger et libre, mais nous fait aussi atrocement souffrir lorsqu’il s’en va ou qu’il n’est pas partagé… A petits points délicats, Hélène Delforge a tissé en mots poétiques la trame infinie de l’amour pour nous en restituer toute la force et la beauté mais aussi toutes les failles. Ces moments volés, exprimés avec une extrême délicatesse, prennent corps et vie dans les illustrations enchanteresses du génial Quentin Gréban qui les retranscrit avec une sensibilité à fleur de peau. On ne lit pas cet album, on y plonge, on y rêve et on s’y installe pour un délicieux et intense moment de plénitude… Un immense coup de coeur !

Amoureux d’Hélène Delforge et Quentin Gréban, Mijade, 2020 / 20€ (Format 27×34)

Christine Le Garrec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *