Juke Box N°8

Deux nouveaux albums et un EP viennent alimenter et enrichir cette rubrique « Juke box ».  E-Grand, Smokey Joe & the kid et Antiloops nous livrent leurs nouvelles créations  et croyez moi… c’est du lourd!

 

 

Un grand A pour E-Grand et son nouvel album « Here they come » qui donne à ce début d’année une pulsation des plus rock. Les voilà donc les nouveaux titres du grand Didier Frahier  qui nous invite à découvrir dix compos aux sonorités extrêmement riches et inventives. S’il puise son inspiration dans la pop californienne, il n’en perd pas pour autant ses racines bien « frenchies ». C’est par une entrée en matière batailleuse que débute ce second opus qui  tout d’abord impressionne par des riffs et rythmiques de guitares omniprésents, avant de laisser place à une pop folk aux teintes rock plus insouciantes  ( » She lives on,  Pictures »). Les chansons d’E-Grand, à n’en pas douter, sont abreuvées de références « Indie » où se mêlent la fougue et l’énergie de créations fédératrices (« a sign of love », « Mémories »). Les pistes s’enchainent et l’oreille s’égare sur « Safari  » ou  » A queen of life », ballades à la mélancolie folk électrique et au doux parfum de voyage. Ces mélodies sont portées par une voix prenante et soutenue de refrains accrocheurs (« Call of life », « United ») ne laissant aucun doute sur l’immense talent d’orchestration d’E-Grand. Un album qui en surprendra plus d’un !

Here they come de E-Grand, Microcultures, 27 janvier 2017, 15 €

 

 

 

 

Le duo Smockey Joe and the kid est de retour avec un EP de remixes intitulé « Remixes to the moon » où ProleteR, Degiheugi, Kognitif, Asagaya  et Blanka se sont prêtés au jeu en remixant cinq titres du dernier album « Running to the moon  » (Chroniqué dans le Juke Box N°5). « Just Walking” (feat Chill Bump) : remixé par Blanka, producteur, réalisateur, ingénieur du son, DJ membre de « Juke box champions » et de « la fine équipe ».  Fondateur de « Kasablanka Mastering », ProleteR remixe “The Gravel Sack Incident”. ProleteR est un nouvel acteur atypique de la scène du beatmaking : guitariste rock passé au hip-hop sur le tard, le producteur a su développer une combinaison unique à base de beats hip-hop lourds et de samples de jazz et de charleston, épicés d’arrangements de guitare et de nappes de synthé bien senties.  Degiheugi, quant à lui s’est attaqué au remix de “Six Feet Below” (feat Pigeon John). Très tôt Degiheugi consume du micro-sillon et fait rugir les platines dans une formation rap. Mais la sphère du hip-hop classique s’avère vite étriquée pour faire résonner les cascades d’idées qui irriguent son hémisphère droit. Collectionneur de sons, explorateur insatiable du sample ultime, Degiheugi part déterrer des trésors dans les abysses du web ou sous la poussière du temps et des brocantes. “Bank Holiday” (feat Ua Tea) est remixé par Asagaya,  beatmaker multi-instrumentiste qui a joué et composé dans diverses formations (rock, funk, dub, musique expérimentale…) avant de se tourner progressivement vers la production hip-hop. Son premier album “Light Of The Dawn” (sorti chez Jakarta Records) réunit de talentueux interprètes, confirmés ou prometteurs : Jay Prince, Akua Naru, Lorine Chia, Leron Thomas, Afrodyete… On y retrouve aussi Mr Gib (« la fine équipe ») pour son savant mixage au studio One Two Passit, Blanka au mastering et surtout Guts à la production et à la réalisation. Kognitif remixe “Funny Guy” (feat Fred Wesley). Après le succès de son premier album « My Space World « , le beatmaker / musicien autodidacte Kognitif est rapidement devenu une figure incontournable du Trip-Hop , Abstract Hip-Hop à la Française. Son dernier album “Soul Food ” fait un carton sur le net . De quoi rassasier à nouveau les oreilles les plus gloutonnes en matière de beats soul, de trip-hop funky et de samples jazzy poussiéreux. Mais le plus beau dans tout ça c’est que Smockey Joe and the kid alias Hugo Sanchez et Mathieu Perein sont tellement généreux qu’ils nous offrent de télécharger gratuitement ces cinq titres sur « Bandcamp « . Allez, ne boudez pas votre plaisir… C’est de la bombe !!!  Pour info, le duo Bordelais prépare également un EP en featuring avec MysDiggi (sortie le 10 mars). Vous trouverez toutes leurs dates de concerts sur leur site.

Remixes to the moon, Smokey Joe and the kid, Banzai Lab, 23 janvier 2017, en Free Download sur Bandcamp.

 

 

 

 

 

Après un grand « Electroshock », titre de leur premier album sorti en 2015, Antiloops  revient avec « Lucid dream », où ils explorent de nouveaux horizons . Mélange d’instruments classiques et de sons numériques, ils en extraient une nouvelle force motrice en faisant sonner un savoureux concentré d’électro jazz. Rentrons maintenant dans le vif du sujet avec le premier titre de cet album où l’on retrouve à la baguette (oups, pardon !) à la « Magic Flutebox », Ludivine Issambourg  dans un « Flutadélik » à la mélodie rythmique hypnotisante qui nous entraine dans ce « Lucid dream » tout en douceur. Ludivine, Timothée Robert (basse), Nicolas Derand (claviers), Maxime Zampiéri,  Julien Sérié (batterie) et DJ Topic (scratch)  nous dévoilent des compositions où ils auraient actionné le commutateur des machines sur la position « groove  » tout en laissant l’énergie créatrice circuler. Cette sensation, on la retrouve  sur des morceaux comme « Sasse », « Automne one », « Misty », « Baobab » où la fusion entre les beatmachines , la basse , la batterie, les claviers et autres scratchs, fonctionne à merveille en laissant la part belle à de larges plages d’improvisations. Antiloops a également ouvert ses mesures aux voix de Nina Attal et Milena Fattah pour des inclusions de soul sur « fight » et « are we gonna make it »» ainsi qu’a  Edash Quata, Adam Vadel et Keaton Simons sur « Party » et » Leaf for others  » (nous infligeant au passage une petite claque à la sauce hip hop !) La flûte de Ludivine Issambourg s’est elle aussi infiltrée au cœur des circuits imprimés, serpentant entre les processeurs, s’habillant d’effets et de distorsions jusqu’à en faire parfois oublier ses sonorités naturelles, mais sachant toujours s’extirper des cartes sons et des logiciels pour ressortir virevolter en liberté.  Mathieu Gibert aka « Mr Gib »» s’est occupé de la réalisation et du mix de ce superbe album d’où l’on émerge avec l’agréable impression d’avoir rêvé tout éveillé !

Lucid dream de Antiloops, Ilona Records, 03 février 2017, 15 €

 

 

Bruno Robert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *