Papiers à bulles ! N°10

Quatre BD au programme de ce dernier papiers à bulles ! Et de programme… électoral, il est justement question avec le roman photos de Grégory Jarry, « savoir pour qui voter est important ». Furieusement d’actualité dans cette période électorale des plus troublée… C’est ensuite au portrait de l’anarchiste Alexandre Marius Jacob que vous convient Matz et Chemineau, Fane quant à lui, nous embarquant dans les coulisses d’une course extrême en plein désert. Pour terminer, l’histoire glaçante d’un enfant tueur qui devrait vous amener à vous inquiéter au moindre bruit bizarre dans votre moteur… Tomber en panne peut se révéler… Mortel ! Bonnes lectures à toutes et à tous !!!

 

 

 

A chaque élection présidentielle, le même cirque recommence … Sondages, discours et promesses des politiques, tous censés laver plus blanc que blanc, nous étourdissent sous le regard des médias qui orchestrent et manipulent l’opinion dans une comédie grotesque qui nous ferait marrer si l’enjeu n’était pas le choix crucial qui va conditionner notre sort pour les cinq années à venir… L’ouvrage que je vous présente a été réalisé en 2007, pile poil pour l’élection qui a opposé Royal et Sarkozy, mais il est hélas, toujours d’actualité. On change les noms et on recommence !!! Grégory Jarry nous offre avec « Savoir pour qui voter est important » une irrésistible chronique politique d’une actualité brûlante à la veille de ce second tour des présidentielles 2017… Sous la forme d’un roman-photos, il a imaginé des dialogues fictifs (mais réalistes !) entre politiques de tous bords, joués par des inconnus, et a imaginé un plateau de télévision un soir de résultats. Un procédé original qui amène, sous couvert d’humour grinçant, à nous pencher sur des questions sérieuses.  Comment choisir ? Qui écouter ? Qui croire ? Décryptés avec un humour décalé, les petits arrangements entre amis, les trahisons et les ralliements opportunistes, les compromissions et le populisme latent deviennent un jeu de gros chats où nous sommes les souris. Les « politiques » de Grégory se réclament du petit Jésus ou du général de Gaulle, la grande urne de France est un conteneur à poubelles, tous les candidats sans exception projettent de déclarer la guerre à la Belgique et au final, Damien Bokassa, mélange de dictateur et d’ultra libéral, est élu à 50,1 % des suffrages… Ne soyons pas dupes de la comédie du pouvoir, ne nous faisons pas d’illusions, mais gaffe, le pire peut toujours se produire… Savoir pour qui voter ? La question taraude aujourd’hui bon nombre d’électeurs…

Savoir pour qui voter est important de Grégory Jarry, FLBLB, 2007 / 15€

 

 

 

 

Palais de justice d’Amiens : 1905. Alexandre Marius Jacob est sur le banc des accusés. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne s’en laisse pas conter et que s’il est jugé coupable, il se sera défendu avec humour, audace et panache ! Mais de quoi l’accuse ton ? C’est ce que nous découvrons, sous forme de flashbacks, dans cette superbe bande dessinée qui retrace l’histoire vraie de cet anarchiste flamboyant qui a réellement existé. L’itinéraire d’Alexandre est un véritable roman d’aventures : engagé comme mousse à l’âge de douze ans, il déserte après avoir été agressé sexuellement par le maître d’équipage. S’ensuivent ensuite différentes expériences à bord de bateaux comme marin (entre autres, dans un baleinier qui s’avèrera être un bateau de pirates !) Alexandre est intelligent. Il se lance dans les études pour devenir officier de marine jusqu’à ce qu’une maladie contractée en Afrique brise à jamais son rêve : pour lui, la mer, c’est terminé… Retour à la case départ, à Marseille, où il trouve un boulot de typographe dans une imprimerie où est imprimée clandestinement le journal « L’agitateur ». Alexandre commence à fréquenter les milieux anarchistes… Dénoncé et harcelé par les flics, il plaque tout et monte un gang de cambrioleurs : les travailleurs de la nuit. Les butins de leurs larcins volés aux riches sont distribués aux plus nécessiteux, dans un souci de justice sociale, sans intention d’enrichissement personnel … Arrêté sur un cambriolage, il est jugé et condamné à purger sa peine à perpétuité au bagne de Cayenne … Alexandre aurait inspiré à Maurice Leblanc son personnage d’Arsène Lupin … Il en avait certes la puissance romanesque et la carrure, que Matz et Chemineau ont su retracer à merveille ! Narration fluide et parfaite, dessins reconstituant à la perfection les ambiances des époques abordées, tout dans cette BD sonne juste et vrai … Alexandre, épris de liberté et de justice, a consacré sa vie à lutter contre la misère, par des moyens parfois contestables, mais toujours dans un souci de générosité, convictions chevillées à l’âme…En retraçant son destin exceptionnel, Matz et Chemineau nous offrent l’occasion de découvrir ce personnage méconnu en lui rendant un bel hommage. Captivant !!!

Le travailleur de la nuit de Matz et Chemineau, Rue de Sèvres, 2017 / 18€

 

 

 

 

 

Une route désaffectée en plein désert, au milieu de nulle part… Devant un vieux bombardier qui sert d’habitation, trône la station service Lisa Dora, tenue par Cristal, la fille du vieil O’Neil, ancien champion de Streamliner, confit dans l’alcool … L’endroit est plutôt paisible jusqu’au moment où débarque, flegmatique, séduisant et sûr de lui à bord de sa Ford V8, Billy Joe. Chef du gang des Red Noses, Billy a choisi ce coin paumé et particulièrement propice (des kilomètres de désert, propriété privée inaccessible aux autorités) pour remettre en jeu son titre de leader au cours d’une course de vitesse … Cristal comprend que sa tranquillité et celle de son père vont être mises à mal et que les jours suivants risquent d’être éprouvants … Bingo ! Toute une bande de barjots furieux ne tarde pas à débarquer, excités et prêts à tout pour remporter le trophée tant convoité, suivi par un gang de filles en motos, aussi sexy que teigneuses … L’ambiance devient de plus en plus tendue … D’autant plus que le vieil O’Neil, au cours d’une soirée un peu trop arrosée, remet en jeu et perd la station au cours d’une partie de poker, obligeant Cristal à rentrer dans la compétition pour tenter de sauver leur bien … Dans le même temps, autorités et médias ont eu vent de ce qui se prépare chez les O’Neil et comptent bien profiter de la situation pour coffrer d’une part un dangereux assassin infiltré parmi les participants et d’autre part pour gagner des points d’audimat en retransmettant la course … Grosses bagnoles, flingues et adrénaline sont au programme de ce western rock’n’roll tout de bruit et de fureur ! Fane, repreneur de « Joe Bar Team » et amateur de sports mécaniques, réalise avec Streamliner, une pépite qui décoiffe avec un humour aussi désabusé qu’irrésistible ! Dialogues savoureux, dessin réaliste dans les tons couleur désert, on est tout de suite en prise directe avec cette aventure aux senteurs de gas oil, de sueur et de compétition virile !!!  On a hâte de connaître la suite et fin ! Mais il faudra patienter jusqu’en septembre prochain…

Streamliner : Bye-bye Lisa Dora (T.1) de Fane et Isabelle Rabarot, Rue de Sèvres, 2017 / 22,50€

 

 

 

 

Un village sinistre et paumé, en bordure d’une route qui mène à la grande ville … Rien ne pousse dans cette terre inhospitalière, entourée de marécages putrides et dangereux … Affreux, sales et méchants, les habitants de ce village maudit sont à l’image du lieu et réunissent à eux seuls la totalité des péchés capitaux . Au milieu de cette misère sociale et morale, un petit garçon survit avec le rêve de partir vers la grande ville, loin de ses congénères. Un pauvre gosse ? Sous ses airs de petit ange, se cache un être totalement psychotique … Le gamin est persuadé qu’il est responsable de la mort de sa mère, décédée en le mettant au monde … Menteur, manipulateur, glacial et haineux, il déteste tout le monde et décide de mettre son plan diabolique à exécution : buter tous ceux qui l’entourent … Il commence par son demi-frère (son père s’est remarié et il le déteste autant que sa belle-mère) et continue froidement à planifier l’assassinat de l’institutrice, d’Adrien, le fils débile des paysans, de la prostituée qui vit dans la forêt, du curé … Dans sa folie meurtrière, le serial killer en culottes courtes va décimer le village en son entier… Reste Laurie, victime des pulsions sexuelles des mâles du village, la seule que le môme aime bien (du moins, il la déteste moins que les autres) … Adaptée du roman éponyme de Jean-Luc Luciani, Cette BD d’une totale noirceur vous plonge d’emblée dans une ambiance oppressante … Le choix de mettre le gamin comme narrateur, avec son langage de petit garçon, amplifie l’horreur du récit, renforcé par le dessin en tons bruns sombres et bleu nuit, les expressions à faire peur des protagonistes, les décors glauques, la pluie, la boue, le sang … Rien n’est laissé au hasard pour glacer d’épouvante et provoquer un malaise crescendo chez le lecteur… « Welcome in the nightmare », au royaume de la folie, de l’avarice, de la luxure, de l’inceste, de l’infidélité et du racisme … Troublant et …Horrifique !

Un léger bruit dans le moteur de Gaet’s et Jonathan Munoz d’après le roman de Jean-Luc Luciani, Petit à Petit, 2017 / 16,90€

 

 

Christine Le Garrec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *