De la rumba dans l’air au « Théâtre des Sept Collines » avec ¿ Que Vola ? !

Quelle surprise de voir autant de monde, un lundi soir à tulle ! Certes, l’affiche que nous proposait le « Théâtre des Sept Collines » ce 20 novembre était franchement alléchante. Une fusion entre un septet de jazzmen français et un trio de rumberos fraichement débarqués de la Havane, ne pouvait pas passer inaperçu dans la cité de l’accordéon. Mais de là, à faire salle comble, ça fait super plaisir…  La culture, d’ici et d’ailleurs, a encore de beaux jours devant elle !  

 

 

Bousculer les traditions tout en les respectant, ce n’est pas une mince affaire. Fidel Fourneyron, tromboniste reconnu de la scène jazz hexagonale, après de multiples voyages à Cuba, ne s’est pas seulement épris de la rumba et de sa musicalité hors normes, il a aussi ramené dans ses valises trois piliers du jeune orchestre cubain « Osain del monte », pour un projet inédit. C’est ce projet que nous avons découvert sur la scène du théâtre des Sept Collines avec la prestation de cette super formation ¿ Que Vola ? (quoi de neuf ? en cubain). Ce ne sont pas moins de dix musiciens talentueux et enthousiastes qui nous ont embarqués pour un voyage métissé entre traditions et jazz contemporain, avec une énergie communicative ! Caramba ! Quel concert ! Tambours Batas et congas (Adonis Panter Calderon, Barbaro Crespo Richard, Ramon Tamayo Martinez),dans la plus pure tradition cubaine, nous ont mis en transes et immergés dans une musique sacrée envoûtante et rythmée, entourés d’une section cuivres à couper le souffle (Fidel Fourneyron : trombone, Aymeric Avice : trompette, Raphaël Quenehen : Saxophone alto et baryton, Benjamin Dousteyssier : saxophone, Bruno Ruder : clavier, Thibaud Soulas : contrebasse, Élie Duris : batterie) . Un mariage heureux entre modernité et rites ancestraux qui nous a tenus en haleine près d’une heure et demie, sans que l’on voit le temps passer… Déjà fini ? On en aurait bien demandé davantage !!! Une soirée « caliente » où la virtuosité, les sourires et le plaisir de « jouer » s’est montré sous toutes ses facettes pour le plus grand plaisir des mélomanes qui n’en n’ont pas perdu une miette.  Quoi de Neuf ? On a assisté hier à un concert d’exception !

 

 

Bruno Robert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *