Arts et essais ! N°30

La chanson française est à l’honneur de ce premier « Arts et essais ! » de l’année avec des ouvrages sur les monstres sacrés que furent Gainsbourg, Barbara et Brassens… La dernière demeure de Gainsbourg, non pas six pieds sous terre mais au 5 bis rue de Verneuil,  dévoilée par les magnifiques photos de Tony Frank, vous fera pénétrer dans l’univers fantasmagorique de « L’homme à la tête de chou »… Le catalogue de l’exposition consacrée à Barbara vous révèlera toutes les facettes de la divine interprète de « L’aigle noir » à travers une riche iconographie particulièrement émouvante pour ses admirateurs… Quant à Brassens… Vous découvrirez avec un peu de perspicacité les peaux de vaches et les jolies fleurs qui se cachent dans les chansons de cet amoureux des femmes, peut-être pas si transi que ça !  Pour trouver l’ivresse, choisissez bien le flacon… Et la bonne bande-son pour l’accompagner, en suivant le guide dans l’excellent « De la vigne aux platines » de Fabien Korbendau et Christophe Mariat ! Les Rolling Stones en images et en son dans une biographie « Bédessinée » complètent ce « spécial » musique ! Ah… L’idée de détruire des livres vous donne des boutons ? Alors, filez le 10 février prochain aux éditions Rue de l’échiquier où vous pourrez en sauver quelques-uns pour une somme modique avant qu’ils ne terminent dans les mâchoires impitoyables de l’horrible pilon ! Je vous explique tout en fin de rubrique ! Bonnes lectures musicales à toutes et à tous !

 

 

 

« Déguster des disques, écouter des vins ». Cet ouvrage épicurien nous propose de combler nos papilles épanouies autant que nos oreilles attentives autour de cinquante couples « album/cuvée » amoureusement assortis par des « alcoolytes motivés » qui ont trouvé le «la » pour aboutir à un accord parfait entre drilles et cépages ! Il fallait y penser… Et l’idée est loin d’être saugrenue ! Dans la première partie de l’ouvrage  (« Histoires »), ces accords « oeno-acoustiques », célébrés par de nombreux auteurs (écrivains, musiciens, journalistes, dessinateurs, ou (et) amis des auteurs) sont présentés sous la forme de textes courts ou de dessins qui illustrent le ressenti de chacun face à cette expérience originale. Arthur H/The Doors/Bourgueuil… Caryl Férey/The Clash/Saint Pourçain rouge… Charlélie Couture/Tom Waits / Côtes de Bergerac rouge… Charles Berbérian/Bashung/Côtes du Roussillon villages… Boualem Sansal/ America/ Banyuls rouge… Déboucher la bouteille, poser le disque sur la platine, prendre son temps pour déguster et savourer en bouche chaque lampée, entendre vraiment et ressentir chaque note… Un cérémonial ? Oui ! Mais tout comme on on n’attire pas les abeilles avec du vinaigre, on n’écoute pas Creedence Clearwater en sifflant du « Préfontaines » ! Les nectars qui vous sont présentés ici sont donc des vins d’artisans, uniquement issus de cultures biologiques et biodynamiques (index des producteurs en fin d’ouvrage). Dans la seconde partie de l’ouvrage (« Correspondances »), vous trouverez une présentation de chaque mariage heureux « album et vin », illustré par une photographie (toutes sympas !) de son « marieur » ! Comme le vin, la musique est vivante et porte ses propres couleurs… J’en connais même qui « tentent » de faire vieillir leurs bouteilles de Bordeaux au son des Rolling Stones… Alors, à vous de jouer maintenant, en savourant ces alliances… Ou en découvrant les vôtres ! A vos platines… Et à vos cavistes !

De la vigne aux platines de Fabien Korbendau et Christophe Mariat, Éditions de l’Épure, 2017 / 22€

 

 

 

 

Cet album allie avec bonheur biographie et bandes dessinées : une manière originale et ludique de retracer la vie de ce groupe mythique en illustrant les moments forts de son existence en dessins ! Cerise sur le gâteau, des QR codes à flasher avec votre Smartphone vous permettront d’accéder à des playlists sur Deezer pour savourer les incontournables titres des Stones pendant votre lecture ! La partie documentaire (richement illustrée de photographies et de citations des membres du groupe) trace les grandes lignes de la fabuleuse histoire des Stones et fourmille d’anecdotes passionnantes sur ces enfants terribles qui ont souvent défrayé la chronique par leurs frasques et leurs provocations légendaires. On y apprend des choses fort étonnantes … Un exemple ? Leur premier succès « I wanna be your man »  a été écrit par Lennon et McCartney ! Quand on connaît la rivalité entre ces deux groupes « monstres », l’anecdote ne manque pas de sel ! Quant à la partie BD, pas moins d’une vingtaine de dessinateurs (et un scénariste) s’y sont collés, nous offrant chacun leur vision, leur sensibilité et leur talent, pour un résultat d’une belle diversité dont on ne se lasse pas une seconde ! Un album parfaitement orchestré qui va combler les amoureux de ces « papys » du rock à l’énergie intacte qui repartent cette année en tournée autour du monde !

The Rolling Stones en BD (Collectif), Petit à Petit, 2017 / 19,90€

 

 

 

 

Dis-moi où tu habites et je te dirai qui tu es : l’appartement du 5 bis rue de Verneuil est le reflet de la personnalité de Gainsbourg, des passions et des contradictions de Gainsbarre… Pénétrer dans son hôtel particulier, c’est entrer dans un musée, un cabinet de curiosités d’une richesse incroyable et retrouver intact l’intimité de son illustre locataire, comme s’il s’était absenté quelques minutes jusqu’au bureau de tabac au coin de la rue… Ne vous fiez pas au désordre apparent : chaque objet, chaque tableau a été placé avec minutie par cet esthète amoureux fou des arts et collectionneur compulsif. Du salon du rez de chaussée où Gainsbourg recevait jusqu’à sa chambre à coucher, en passant par la cuisine, la bibliothèque, la chambre des poupées de Jane ou la salle de bains, c’est toute la vie intime et publique de Gainsbourg qui s’offre à vous et c’est ma foi aussi émouvant qu’oppressant ! Atmosphère confinée, éclairage artificiel, murs et plafonds noirs, pas le moindre espace n’est vide d’objets ou de meubles… La statue de l’homme à la tête de chou côtoie une lettre manuscrite de Chopin, des dessins de Dali ou de Klee, non loin d’une photo en pied de Bardot ou des portraits de Jane, Charlotte, Lulu ou Bambou… Sur un fauteuil ancien, une marionnette à son effigie, ses lunettes noires posées près d’un paquet de cigarettes et d’un cendrier rempli de mégots, des partitions écrites de sa main tout près de sa collection d’insignes et de menottes…. Une vitrine avec les distinctions reçues par ce patriote qui aimait l’ordre et l’autorité autant qu’il cultivait le goût de la provocation… Personnage ambigu, écorché vif, sensible et grossier, Gainsbourg était tout cela à la fois… Tony Frank a qui l’on doit les superbes photographies de cet album nostalgique (légendées par Jean-Pierre Prioul, le « gardien du temple »), fut l’ami de Gainsbourg et le concepteur de cinq pochettes de ses albums. Avec l’autorisation de Charlotte (qui signe la préface), il nous prend par la main pour nous montrer les facettes de cet homme complexe, compositeur de génie, qu’encore aujourd’hui on adule ou déteste… Une chose est sûre : le 5 bis rue de Verneuil est un lieu toujours habité…

Gainsbourg, 5 bis rue de Verneuil : photographies de Tony Frank légendées par Jean-Pierre Prioul, E/P/A/, 2017 / 29,90€

 

 

 

 

Vingt ans déjà que Barbara nous a quittés… Pour lui rendre hommage, diverses manifestations ont et auront lieu, dont un album de reprises de Depardieu (son partenaire dans « Lily passion »), un film de Mathieu Amalric et une exposition à la cité de la musique, débutée en octobre dernier et qui fermera ses portes dans quelques jours, le 28 janvier. Clémentine Deroudille, commissaire de l’exposition, est également l’auteur du catalogue que je vous présente aujourd’hui. Un livre grand format, superbe, qui recèle mille trésors pour les admirateurs de la « longue dame brune » : photos (sublimes, signées Jean-Pierre Leloir, Robert Doisneau, Tony Frank, Bettina Rheims, entre autres…), affiches, archives personnelles ( lettres, manuscrits, partitions…), retranscriptions d’interviews, coupures de presse… Son enfance, ses débuts au cabaret de « L’écluse », ses premiers disques, les premières compositions de ses « petits zinzins » , ses premiers succès, L’Olympia, les tournées, Göttingen, les concerts mythiques de Mogador et du Châtelet jusqu’à son dernier concert à Tours en 1994… Clémentine Deroudille a collecté tous ces petits jalons qui nous dévoilent la personnalité de cette femme engagée, forte et fragile, drôle et désespérée… Barbara ne craignait pas de sortir des sentiers balisés et de se mettre en danger au risque de déplaire à son public : sa silhouette charismatique a imprimé la pellicule  des films de Brel (Franz ») de Béjart (« Je suis né à Venise ») et de Brialy (« L’oiseau rare »), elle a aussi brûlé les planches au théâtre et chanté dans des centres pénitentiaires, a donné sa voix pour la lutte contre le sida… C’est à Précy sur Marne, loin des mondanités, qu’elle s’est réfugiée pour finir sa vie, dans une solitude qu’elle meublait, entre autres, en tricotant (une vraie passion !) pour ses amis des « pulls trop grands et des écharpes informes ». Un livre précieux et émouvant, à contempler, à lire et relire, en écoutant cette voix vibrante, celle d’une femme vivante, libre et profondément attachante, qui nous donne à chaque écoute la chair de poule…

Barbara par Clémentine Deroudille, Flammarion, 2017 / 35€

 

 

 

 

 

Emmerdeuses, emmerderesses, adultères, veuves, grivoises, pucelles ou de petite vertu, jeunes ou mûres, LA femme est la pierre angulaire de l’oeuvre de Brassens qui lui a consacré près de cent quarante chansons ! Tendres ou humoristiques, ces textes sont le reflet du vécu de Brassens si l’on en croit ses confidences… Alors, Brassens, misogyne séducteur ou timide grivois ? J’ai toujours penché, pour ma part, pour la seconde proposition ! En sept chapitres (et quelques photographies), Bernard Lonjon nous dessine la carte du tendre de tonton Georges, des femmes de sa famille aux femmes de sa vie en passant par ses amours d’adolescent, sans oublier ses amities féminines, qu’elles soient proches des milieux littéraires et du spectacle, ou pas.  Un tour d’horizon complet où l’on retrouve, sourire aux lèvres, les muses qui ont inspiré les plus savoureuses de ses chansons.  A vous de retrouver celles à qui l’on doit “Le mauvais sujet repenti”, “Mysoginie à part”, “La femme d’Hector”, “Si seulement elle était jolie” ou “Je me suis fait tout petit” ! Sacré Georges !

Brassens : les jolies fleurs et les peaux de vaches par Bernard Lonjon, L’Archipel, 2017 / 20€

 

 

 

« Bon plan » en vue ! A vos agendas !

 

Le pilon concerne essentiellement les livres dits « défraîchis », des invendus qui, après avoir passé plusieurs mois en librairie, ne peuvent plus prétendre au titre de « livres neufs ». Le libraire les renvoie au distributeur, qui les retire du circuit de vente et les classe en « indisponibles ». Pour limiter la taille de ses stocks, l’éditeur peut en demander la mise au pilon. Aujourd’hui, ce serait environ un quart des livres publiés qui part au pilon chaque année, soit 142 millions de volumes qui sont détruits sans avoir été lus… Un gaspillage considérable ! Chez Rue de l’échiquier, ils préfèrent leur donner une nouvelle chance ! Etudiants, particuliers, associations, précipitez-vous le samedi 10 février de 10 heures à 19 heures à leur grande braderie « Sauvé du pilon » (éditions Rue de l’échiquier 12 rue du Moulin-Joly 75011 Paris) ! La braderie est un des premiers événements labellisés du défi #Riendeneuf, lancé par Zero Waste France en ce début d’année 2018, qui encourage chacun d’entre nous à faire durer et circuler les objets qui nous entourent. L’occasion de se constituer une bibliothèque de livres de qualité sans se ruiner, tout en faisant la chasse au gaspi ! Relayez l’information et parlez-en autour de vous !

 

Christine Le Garrec

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *