Le coin des p’tits loups ! N°49

Et revoilà le coin des p’tits loups ! Au programme, des livres tout doux et câlins pour les bébés, une ribambelle d’albums pour les 3/6ans, dont un livre-jeu à savourer dans le noir à l’aide d’une loupiote et un livre CD du père Castor… Pour les plus grands, je vous propose de la BD avec le retour du petit vampire de Joann Sfar, mais aussi un coup de chapeau au superbe et émouvant « La guerre de Catherine » qui a capturé le fauve du prix jeunesse au festival d’Angoulême ! Pour terminer, nous retrouvons avec un indicible plaisir Harry Potter, dont on suit les aventures… Depuis vingt ans ! Caramba, déjà ! Bonnes lectures à toutes et à tous !

 

 

Le coin des tout p’tits !

 

Petit chat a perdu son ballon… Et petit chien son os ! Allez, les bébés, donnez leur un petit coup de main à ces étourdis ! En soulevant les jolies petites feutrines colorées qui composent ces adorables petits albums, vous les aiderez à retrouver ce qu’ils ont perdu tout en découvrant tout un tas de surprises bien cachées ! Matière toute douce à toucher et jeu de « caché trouvé » sont les atouts de ces petits livres jeux qui vont déclencher bien des éclats de rire ! D’autres titres sont proposés dans cette toute nouvelle collection, adaptée aux toutes petites mains : à vous de choisir entre petit renard qui cherche un ami pour jouer, petit tigre qui part explorer la jungle, petit ours en quête de nourriture ou petit poussin qui a perdu sa maman ! Choix cornélien… Ou prenez les tous, ils sont trop mignons !!!

Cache-cache petit chat / Cache-cache petit chien par Hu-Hsuan Huang, Nathan, 2018 / 6,90€ (Format 13×16)

 

 

Non mais… Pas gêné le loup ! Quel malpoli ! D’abord, il rentre sans frapper, ni dire bonjour (mais pour les gros mots, là, y a du monde !), il se sert tout seul sans demander, se goinfre de bananes, parle la bouche pleine (beurk !) et met ses détritus par terre ! Quel odieux personnage ! Heureusement, il y a une justice… Les peaux de banane, c’est terriblement glissant ! Bon, les p’tits loups, vous aurez compris qu’on a tout à perdre en se comportant de la sorte ! Alors, n’oubliez pas les mots magiques, c’est tellement plus sympa ! Une leçon de politesse traitée avec humour (et quelques « caca prout » !) par le toujours désopilant Alex Sanders !

Pas poli ? d’Alex Sanders, L’école des Loisirs, 2018 / 12,20€ (Format 21×28)

 

 

 

Deux nouveaux petits cartonnés « mahousse costaud » vous sont proposés dans la collection « Mes premières histoires animées » ! Avec leurs jeux de « tirettes, poussettes, réglettes, roulettes », ils sont irrésistiblement malins pour susciter la curiosité des tout petits ! Que ce soit sur la banquise, en compagnie de petit manchot (que l’on voit éclore de son oeuf (couvé par papa !) ou faire des glissades avec ses copains !) ou au volant de la petite voiture rouge (qui allume ses phares !), ces petits albums interactifs vont épater vos bébés tout fiers de les manipuler!

Bonjour bébé manchot / Bonjour petite voiture de Nathalie Choux, Nathan, 2018 / 7,95€ (Format 17×17)

 

 

 

Le petit camion mélangeur arrive sur le chantier où tous les autres camions sont déjà à l’ouvrage. C’est son premier jour de travail et il est un peu intimidé… Et surtout, il ne sait pas trop par quoi commencer ! Les autres engins lui demandent de mélanger de la poudre de ciment… Bien ! Ni une ni deux, le petit camion roule à tout berzingue pour faire le plein de … Farine ! Zut, il s’est trompé de poudre ! Bon, ils ont quand même gagné un énorme gâteau ! Il retourne chercher son chargement de poudre de ciment, un peu vexé de son erreur et revient avec… Du sucre ! Oh ! Non ! Au troisième voyage, le petit camion mélangeur ne se trompera pas et se montrera même, plein de ressources… Avec son design à la « Cars », ce petit album très coloré et rigolo met en scène les engins de chantier (chers aux petits kids !) avec humour et tendresse ! Vroom !

Le camion méli-mélo de Stephen Savage, L’école des Loisirs, 2018 / 12€ (Format 23×23)

 

 

Le coin des 3/6 ans !

 

Pauvre photographe ! Il va s’arracher les cheveux tant la mise en place de cette fichue photo de classe prend des allures de tournage de film à gros budget ! Éléphante, la plus grosse de toute la classe (ben oui, c’est la vérité, pas la peine de chouiner !) ne trouve rien de mieux que de se mettre tout devant, crocodile tente, l’air de rien, de bouffer un pauvre oiseau (ne mens pas, on voit les plumes qui dépassent !), chauve-souris pleurniche parce qu’elle est la seule à avoir la tête en bas… Et paresseux ? il roupille peinard dans la poche du kangourou ! Girafe ? Elle est tellement grande qu’elle ne rentre pas dans le cadre…. Pffff ! Quel casse-tête ! Et la maîtresse, au fait, où est-elle ? Comment ça, sur les fesses de gnou ?! Trop rigolo ! Des illustrations au texte, ce délicieux petit album offre à ses lecteurs, petits et grands, une grande bouffée d’humour potache irrésistible de drôlerie ! Coup de chapeau à Lenia Major et Fabien Öckto Lambert qui semblent s’être bien amusés… Avec une belle énergie communicative ! J’adore ! A partir de 3 ans.

La photo de classe de Lenia Major et Fabien Öckto Lambert, Ricochet, 2017 / 12,50€ (Format 22×22)

 

 

Allez, c’est parti pour une partie de cache-cache dans la maison ! C’est petit chien qui s’y colle pendant que ses amis cherchent la planque idéale. Voyons voir… Au milieu des vêtements dans la penderie ? Tigre est démasqué ! Au milieu des chaussons, humm… Ne serait-ce pas les oreilles de lapin ? Bingo ! Ce coussin a une drôle de forme ! Je t’ai vu mouton ! Allez, il est l’heure d’aller goûter, maintenant ! Mais quand on chasse, on perd sa place, c’est bien connu ! Il était grand temps de se réveiller avant que les grands frères de chien n’engloutissent tous les gâteaux ! Un petit album craquant où les enfants pourront exercer leur sens de l’observation en recherchant les amis de petit chien bien cachés tels des caméléons dans les illustrations ! Tout mimi ! A partir de 3 ans.

Le cache-cache des animaux de Tomoko Ohmura, L’école des Loisirs, 2018 / 11,50€ (Format 17×23)

 

 

 

Trop fier, Oscar, dans son petit camion à pédales et sa tenue de pompier ! Et fin prêt ! Il attend de patte ferme que les soldats du feu viennent demander son aide ! Mais personne ne vient le chercher… Qu’à cela ne tienne ! Il ira tout seul ! Et voilà notre petit bonhomme parti à l’affût de la moindre fumée, prêt à sauver quiconque aura besoin de ses services ! Mais Oscar est décidément bien trop petit et, malgré sa bonne volonté, il va déclencher des avalanches de catastrophes… Cet album aux illustrations époustouflantes de beauté (les perspectives… Waouh…) retrace avec tendresse et humour la puissance évocatrice des rêves enfantins et des vocations auxquelles on s’identifie dur comme fer à cet âge tendre… Croix de bois, si je mens, je vais en enfer !  Un super héros en culottes courtes craquantissime, cet Oscar ! A partir de 3 ans.

Un jour, je serai pompier de Quentin Gréban, Mijade, 2017 / 12,00€ (Format 25×28)

 

 

 

Germaine, une poule aigrie, sèche et moche, se met le gésier au court-bouillon tant elle est dévorée de jalousie envers la belle Lulu, sympathique poulette dodue à souhait… Elle ne peut plus lui voir le bec au milieu de la figure à cette pimbêche dévergondée ! Tous les coqs tombent à ses pattes et elle pond de magnifiques œufs qui deviennent de vigoureux poussins, très très intelligents ! Pendant ce temps-là, Germaine fait fuir tous les emplumés du quartier, a péniblement réussi à pondre un œuf ridicule dont est sorti un poussin aussi bête que méchant (le portrait de sa mère !). Trop, c’est trop ! Germaine ne pourra picorer en paix que lorsque sa rivale aura disparu du paysage… Et sa vengeance sera aussi terrible que machiavélique… Pas de pitié chez les gallinacées ! Emmanuelle Eeckhout nous régale de l’aile à la cuisse avec cet album irrésistiblement rigolo qui flirte avec l’humour noir ambiance « rififi chez les poulets » ! Gros coup de cœur ! A partir de 3 ans.

La vengeance de Germaine d’Emmanuelle Eeckhout, L’école des Loisirs, 2018 / 9,50€ (Format 20×17)

 

 

 

A l’approche de Noël, Arthur est tout excité ! Il met son nez partout, agace tout le monde et fait plein de bêtises… Comme faire tomber le sapin de Noël tout décoré ! Pour avoir un peu la paix, maman l’installe devant la fenêtre et lui demande de l’avertir dès que la neige commencera à tomber… Mais bon, c’est rigolo cinq minutes ! Et pas le moindre flocon à l’horizon… A moins que… Le petit diablotin a alors une idée…. En crevant le coussin sur lequel il est installé, le rembourrage qu’il contient fera office de neige ! Aïe ! Il y en a partout et ce coup-ci, papa, très en colère, lui demande de nettoyer immédiatement tout ce bazar… Penaud, Arthur balaie et, dans son élan, enlève toutes les étiquettes collées sur les cadeaux au pied du sapin ! C’est malin ! Comment s’y retrouver maintenant ? Un délicieux album de Noël qui va ravir tous les petits impatients du genre d’Arthur… Et mon petit doigt me dit qu’ils sont bien nombreux à être pris de « gigotite aigüe » à l’approche du père Noël ! Pour se rappeler Noël dernier… Ou préparer le prochain ! A partir de 3 ans.

C’est Noël de Tracey Corderoy et Tim Warnes, Mijade, 2017 / 12,00€ (Format 26×28)

 

 

 

Suzie est une petit fille pleine de bonne volonté qui adoooore se rendre utile ! Son truc à elle, c’est aider tous ceux qu’elle aime, de toutes ses forces, avec l’énergie d’une tornade ! Et justement, comme un ouragan, Suzie crée bien souvent le bazar autour d’elle ! Tiens, le matin, par exemple… Sa manière de réveiller ses parents, si elle n’est pas très subtile, a le mérite d’être efficace ! Elle s’habille toute seule ? Mais c’est un peu carnaval ! Les courses ? Là, elle fait fort en épargnant à ses parents des allers et retours épuisants, revenant les bras chargés de produits de première nécessité tels que bonbons et gâteaux ! Brave Suzie ! Décoratrice (de bureau de maman, de chaussures de papa… et de chien !), artiste peintre, coiffeuse et maquilleuse de grands parents (endormis, c’est plus tranquille !), éducatrice avertie de petit frère , Suzie est très fière d’être la meilleure « aideuse » du monde ! Sophy Henn retranscrit à merveille ces petits gestes d’amour de nos bouts de choux qui peuvent parfois se révéler encombrants ! Ces petites anecdotes qui, mises bout à bout, font une enfance et tissent les souvenirs attendrissants que l’on gardera en mémoire… Pour nous tenir chaud quand ils seront devenus grands ! Avec son graphisme très « old school », cet album est une petite pépite d’humour et de tendresse qui fait chaud au cœur ! So cute ! A partir de 3 ans.

Suzie de Sophy Henn, Grasset Jeunesse, 2018 / 14€ (Format 22×29)

 

 

 

Telle la fourmi, Taupinette est prévoyante et vient de terminer ses provisions pour l’hiver : de délicieux gâteaux, tout chauds et croustillants, qui finissent de dorer au four. Prévoyante, mais aussi guère généreuse… Car quand Croco arrive affamé tous crocs dehors, Taupinette ment effrontément et lui dit qu’elle n’a plus rien à manger… Pas très sympa, non ? Et pas très malin non plus ! Car quand Renard débarque à son tour avec de la pâte à biscuit et lui demande de lui prêter son four pour la faire cuire, Taupinette se retrouve dans une situation bien inconfortable… Damned ! Le four ! Ses gâteaux ! Elle va être démasquée et passer pour la grosse radine de base !!! Euh… Qu’elle est quand même un peu, beaucoup, hein !!! Dans un format original entre album et bande dessinée, Delphine Bournay décrit à nos chères têtes blondes les méfaits du mensonge et les bienfaits de la générosité avec un humour dévastateur ! Et pour une fois que le renard a le rôle le plus sympa, ça fait trop plaisir ! Excellent ! A partir de 3 ans.

La recette miracle de Delphine Bournay, L’école des Loisirs, 2018 / 11,50€ (Format 16×23)

 

 

 

Oscar grimpe au grenier en catimini… Il a vu ses parents y ranger des choses devenues inutiles, cassées ou trop encombrantes… Mais il doit bien y avoir quelques trésors aussi dans ce grenier tout poussiéreux ! Muni de sa lampe, Oscar est bien décidé à ouvrir la boîte de Pandore ! Et le petit garçon va, en effet, découvrir des merveilles, sous la forme de souvenirs enfouis qui ne demandent qu’à reprendre vie… Des illustrations toutes grises, une petite lampe… Et la magie opère ! Le faisceau lumineux révèle à chaque page des explosions de formes et de couleurs, tout en mouvements gracieux, invisibles à l’œil nu ! Réalisé par Mona Leu-Leu, spécialisée dans le design papier, ce superbe album est une invitation au pays des rêves qui va faire briller les yeux des enfants… Superbe ! A partir de 4 ans.

Le grenier de Mona Leu-Leu, Seuil Jeunesse, 2017 / 15,50€ (Format 16×22)

 

 

« La moufle », « La légende de Saint-Nicolas », « Michka »… Ces trois contes classiques, issus du catalogue du Père Castor, fleurent bon l’enfance d’antan… Intemporels, délicieusement désuets et parfois un peu effrayants (brrr… le boucher de Saint-Nicolas !), ils ont fait le bonheur de plusieurs générations ! Accompagné d’un CD, ce joli album offre un triple plaisir : celui des yeux grâce à ses magnifiques illustrations (Olivier Latyk, Julia Wauters et Feodor Rojankovsky), celui que procure la musique orchestrée par Pascal Ducourtioux et Claude Arrieu, et bien sûr, celui de la lecture, que ce soit par la voix du narrateur du CD ou par celle de papa ou maman !  Par ces temps de neige, emmitouflez-vous bien au chaud et bercez vos petits avec ces trois histoires au goût de sucre d’orge, histoire de prolonger encore un peu la magie de Noël ! A partir de 4 ans.

Trois contes d’hiver du Père Castor (collectif) (+ 1 CD), Flammarion jeunesse, 2017 / 13,50€ (Format 21×18)

 

 

 

Justine est une petite fille qui a peur… de tout ! De sa maîtresse, de sa maman, des garçons… Et du poney qui, tous les ans, accompagne le photographe pour la traditionnelle photo annuelle, sensée éloigner le mauvais sort ! Pour l’occasion, tous les enfants du village sont pomponnés et vêtus de leurs plus beaux habits, avant de poser sur le dos du poney. Cette année, c’est Justine qui passe la première… Et elle n’en mène pas large ! D’autant plus que, tout à coup, l’animal se met à galoper dans raison apparente, Justine accrochée comme elle peut sur son dos… Charlotte Gingras dépeint avec sa petite écuyère une histoire d’amitié entre une petite fille et un animal qui sera déterminante pour tous deux : Justine, grâce à son ami, apprivoisera ses peurs, grandira et s’affirmera et l’animal, avide de liberté, grâce à cette petite fille, reprendra confiance en l’humain… Quant aux illustrations de Gérard DuBois , crayonnées « à l’ancienne », elles apportent à ce joli conte initiatique la touche délicieusement rétro qui colle parfaitement à cette histoire intemporelle… Une belle réussite , à tous points de vue ! A partir de 5 ans.

La petite écuyère de Charlotte Gingras et Gérard DuBois, Grasset Jeunesse, 2018 / 14,90€ (Format 20×26)

 

 

 

Eva présente à son maître le joli dessin qu’elle vient de réaliser. Celui-ci représente un homme de grande taille aux cheveux longs et blancs et à la barbe fournie : la représentation qu’Eva se fait d’un dieu… Mais son maître n’est pas d’accord ! Un dieu n’a ni barbe, ni bras, ni jambes, ni corps, ni tête ! D’ailleurs, on ne peut pas le représenter ! Eva efface au fur et à mesure tous les éléments de son dessin et sa feuille se retrouve toute blanche… S’il n’a pas de forme, dieu peut-il exister ? Mystère… Mais qu’il existe ou non, chacun a le droit de l’imaginer comme il veut ! Écrit par Atiq Rahimi (prix Goncourt en 2008 pour « Syngué Sabour »), et illustré des dessins très doux et aériens de Bruno Salamone, cet album aborde avec finesse et intelligence la représentation du divin par une petite fille prénommée « Eva » qui, dans l’histoire, créé un dieu, ce qui ne manque ni d’humour ni d’impertinence ! Simple et efficace pour se poser les bonnes questions ! A partir de 5 ans.

Dessine-moi un dieu d’Atiq Rahimi et Bruno Salamone, Actes Sud Junior, 2017 / 15,90€ (Format 26×30)

 

 

 

Léon est l’archétype du sale type : crado, grincheux, méchant comme la gale, il ne supporte rien ni personne… Quant à la gentillesse, elle lui donne des boutons ! Inutile de vous dire que Léon n’a pas d’amis et qu’il n’est guère apprécié de ses malheureux voisins… Mais un jour, qui l’eût cru ? Léon tomba amoureux, malgré son peu de disposition au bonheur et son caractère acariâtre ! L’élue de son cœur ? Certainement pas une douce et gentille jeune femme ! Mais une sorcière aussi laide que mauvaise, affublée d’une grosse verrue sur le nez ! Ah ! Ils sont beaux, tiens les tourtereaux ! Ils se marièrent (et n’eurent certainement pas d’enfants… quelle horreur !) et pour leur voyage de noces, ils décidèrent de fuir tous les endroits un tant soi peu romantiques pour prendre la route vers l’Afrique où pullulent hideux crocodiles et autres bestioles toutes plus effrayantes (et sales) les unes que les autres. Mais pas de bol… Ils installèrent leur campement tout près du lieu de résidence de Richard, un lion végétarien doux comme un agneau, d’Alfred, un éléphant apprivoisé par une anglaise aux manières délicates, et d’Émilie, une tortue aussi douce que timide… Gaffe, les affreux jojos ! La gentillesse peut parfois écrabouiller la méchanceté… Politiquement incorrect de la première à la dernière ligne, cet album abominable est à mourir de rire jusqu’à sa chute (dans tous les sens du terme… je ne vous en dis pas plus !) où le paradis peut être l’enfer, même (et surtout !) s’il est pavé de bonnes intentions ! Gros coup de cœur !!!! A partir de 6 ans.

Une si charmante verrue sur le nez d’André Bouchard, Seuil Jeunesse, 2017 / 13,50€ (Format 28×28)

 

 

 

C’est le coup de foudre à la piscine entre Georges, le maître nageur et Josette, qui pratique la natation synchronisée ! Comme toutes les histoires d’amour, tout commence par des yeux doux, des gestes tendres et des premiers baisers. Ils se marièrent, eurent beaucoup, beaucoup, beaucoup d’enfants, qui grandirent et devinrent adultes à leur tour, et la vie s’écoula avec tout plein de petits bonheurs et de grands chagrins… Gilles Bachelet nous joue la mélodie du bonheur avec une immense tendresse qui confine à la nostalgie, en retraçant le parcours d’un couple et d’une famille magnifique dans sa banalité heureuse… Mais on se doute bien qu’avec Monsieur Bachelet, on a droit à un univers qui sort des sentiers battus ! Nos deux amoureux et leur progéniture ? Des gants Mapa, mis en scène avec un humour joyeux et une imagination fertile ! Rien n’est laissé au hasard, pas le moindre détail qui jure ou fait fausse note… Tout est parfait ! On plonge dans les décors aux couleurs acidulées et dans cette histoire douce-amère avec délices, épaté par le foisonnement d’idées ingénieuses qui fourmillent à chaque page ! Bravo monsieur Bachelet de décliner avec un tel talent cette riche palette d’émotions …  Du grand art ! A partir de 6 ans.

Une histoire d’amour de Gilles Bachelet, Seuil Jeunesse, 2017 / 15€ (Format 28×28)

 

 

Le coin des ados !

 

Après « Le serment des pirates » paru l’an dernier, voici le deuxième tome tant attendu des aventures de Petit vampire et de son ami humain, Michel le petit orphelin. Dans ce deuxième opus, aussi déjanté et rigolo que le premier, petit vampire fait des pieds et des mains pour que son jeune ami reste près de lui à « La maison de la terreur qui fait peur »… Mais ce n’est guère un endroit fréquentable pour un mortel et les jeux turbulents de tous ces petits monstres risquent d’envoyer Michel « ad patres »! Le capitaine des morts et Pandora décident donc avec sagesse , pour sa sécurité, de le ramener chez ses grands-parents… Mais petit vampire n’a pas dit son dernier mot ! Et pour tout arranger, le Gibbous, dont on n’avait plus entendu parler depuis de nombreuses années, refait surface, toujours avide de vengeance… Dur, dur ! il va falloir attendre un peu pour connaître la suite et fin de cette trilogie qui nous tient décidément en haleine ! En attendant, relisez le premier tome et précipitez-vous sur le second… Patience !

Petit vampire acte 2 : la maison de la terreur qui fait peur de Joann Sfar, Rue de Sèvres, 2018 / 13€ (Format 32×24)

 

 

 

Il en a fait du chemin, le jeune Harry Potter, depuis ses premières aventures « A l’école des sorciers » ! Il est maintenant un monsieur respectable et respecté au sein du ministère de la magie, est marié à Ginny avec qui il a trois enfants, dont Albus, un adolescent un peu difficile avec qui Harry a bien du mal à communiquer… Quant à Albus, grandir à l’ombre du héros n’a pas été une partie de plaisir et il a bien des difficultés à assumer cet héritage des plus pesant, d’autant plus que son père ne semble jamais en paix, toujours en proie aux démons de son passé… Lorsqu’Albus devient ami avec Scorpius, le fils de Malefoy, (dont la rumeur affirme à tort ou à raison qu’il est le fils de « celui dont on ne prononce pas le nom »), les rapports déjà tendus entre Harry et Albus vont s’envenimer… D’autant plus que les deux garçons se sont emparés d’un retourneur de temps qu’ils comptent utiliser pour réparer une injustice qui a coûté la vie, il y a fort longtemps,  à un ami de Potter… Mais ce n’est pas un jeu… Et les conséquences de leurs actes pourraient avoir des répercussions terribles sur le présent et l’avenir… Comme le retour de Voldemort… Vingt ans qu’Harry Potter captive un public de 7 à 77 ans, à tel point qu’il est devenu une véritable institution ! Pour fêter cet anniversaire, plus de deux cents librairies ont participé (du 1er au 4 février) à l’opération «Nuits des livres d’Harry Potter » organisé par Gallimard Jeunesse, où les aficionados ont ainsi pu tester avec bonheur leurs connaissances sur l’univers fascinant de J.K. Rowling ! L’autre événement de début d’année fut incontestablement la sortie de « Harry Potter et l’enfant maudit » sous forme de pièce de théâtre, enrichie de bonus tels que l’arbre généalogique de la famille Potter, une chronologie de la vie d’Harry et une interview des auteur et metteur en scène de la pièce. Loin d’être gênante, la lecture sous forme de dialogue est carrément très agréable car les rebondissements et le suspense de l’histoire collent parfaitement à une mise en scène théâtrale ! On voit presque s’ouvrir et se refermer le lourd rideau de velours sur des décors que les précédents opus (sans compter les films) nous ont rendus tellement familiers ! On ne s’en lasse toujours pas ! Harry forever !

Harry Potter et l’enfant maudit (Parties I et II) de J.K Rowling, John Tiffany et Jack Thorne, Gallimard Jeunesse, 2018 / 8,90€ (Format 12×17)

 

 

Un grand bravo à l’excellent « La guerre de Catherine » qui a obtenu le prix Jeunesse au festival d’Angoulême !

 

Seconde guerre mondiale. Les parents de Rachel l’ont confiée aux bons soins de la Maison de Sèvres, une école alternative aux méthodes révolutionnaires qui accueille en son sein des enfants juifs. Rachel s’y sent bien, en dehors du fait, bien évidemment que ses parents lui manquent, car cela fait maintenant longtemps qu’elle est sans nouvelles d’eux… La vie coule tranquille, Rachel se réchauffe à l’amitié de Sarah et de Jeannot et les trois jeunes gens deviennent inséparables… Et puis, il y a Pingouin, un professeur qui va lui faire le plus beau des cadeaux : lui donner le goût et les moyens de s’adonner à sa passion pour la photographie. Mais le danger rôde… Craignant une dénonciation, les professeurs décident, la mort dans l’âme, de séparer les enfants juifs et de les envoyer dans des lieux différents pour les mettre en sécurité … Ils seront contraints de changer d’identité : Sarah s’appellera désormais Catherine. La séparation est déchirante … La seule consolation de Rachel est de conserver l’appareil photo que Pingouin lui a offert… C’est à la pension des sœurs de la Providence qu’elle va se réfugier et c’est dans le village d’à côté qu’elle rencontrera Etienne, lui aussi photographe… Mais le bonheur est de courte durée. Catherine est contrainte de fuir à nouveau pour se réfugier dans une ferme près de Limoges… Puis, ce sera dans les Pyrénées qu’elle trouvera un nouveau refuge pour terminer dans un camp de résistants où elle résidera jusqu’à la libération… Pendant toutes ces années, la jeune fille n’aura cessé de photographier ce qui l’entoure, avec sensibilité et talent … « La guerre de Catherine » est d’autant plus poignante qu’elle s’inspire de faits réels : la maman de l’auteur a séjourné pendant la guerre dans cette fabuleuse Maison de Sèvres et c’est sur ses souvenirs et photographies que l’histoire s’est construite. Quant à Pingouin et Goéland (la directrice de la Maison de Sèvres), ils ont été décorés de la médaille des justes quelques années après la guerre. Cette histoire de persécution et de survie mais aussi de passion et d’amour pour la vie et la beauté, est sublimée par le dessin de Claire Fauvel. Cette bande dessinée est adaptée du roman éponyme de Julia Billet, sélectionné par le ministère de l’éducation nationale.  Un livre et une BD à faire découvrir d’urgence aux jeunes générations, pour ne pas oublier…  Superbe témoignage, une réussite à tous points de vue ! A partir de 8/10 ans.

La guerre de Catherine de Julia Billet et Claire Fauvel, Rue de Sèvres, 2017 / 16€

 

Christine Le Garrec

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *