Des Nuits de Nacre estivales… Sous le soleil exactement ! 1er jour !

C’est sous un soleil de plomb que cette 31ème édition des Nuits de Nacre a débuté ce vendredi 29 Juin ! Après l’inauguration du festival avec (entre autres) notre ancien président de la république (le dernier en date, bien sûr !), les festivités ont démarré très fort avec l’arrivée tonitruante d’Amsterdam Klezmzer Band qui a d’emblée annoncé la couleur de cette première édition d’été : musique d’ici et d’ailleurs et fête générale pour tous ! La bonne humeur et les sourires étaient sur tous les visages, jeunes et moins jeunes, avec la même ferveur, ont chanté et dansé une bonne partie de la nuit… Un vrai bonheur ! La programmation ? Le top du top !!!

 

 

L’inauguration du festival en images et en musique avec Fabrice Charpentier !

 

 

 

 

C’est avec un groupe à la portée internationale que s’est ouvert le festival ! Amsterdam Klezmer band, c’est des cuivres, des mélodies et des rythmes venus tout droit des Balkans, assortis d’une énergie pure qui vous met direct envie de bouger… Et le public, largement incité par les membres de ce groupe d’exception, ne s’en est pas privé : c’est à une vraie communion fraternelle, empreinte d’un esprit libre et festif, que nous avons été conviés ce Vendredi soir et la place Gambetta s’est transformée en un tournemain en bal populaire ! Sans inhibition, les corps se sont défoulés, tous âges confondus, les plus anciens ayant jeté aux orties douleurs et rhumatismes pour se lancer à corps perdus dans de frénétiques danses ! Il y avait de la ferveur et de la sueur, des envies de partage et des mains tendues, et surtout une furieuse envie de faire la fête, tous ensemble, sur et devant la scène ! Franchement, c’était aussi exaltant… que beau à voir !  La magie du Klezmer s’est déployée et a retenti sous le souffle et les doigts de ces virtuoses et on est bien contents que leur route les ait menés jusqu’à nous… C’est une vraie chance d’assister à un de leurs concerts ! Tous ceux présents Vendredi soir ne me démentiront pas !!! Pour faire durer le plaisir, vous pouvez vous procurer leur dernier CD sorti le mois dernier !

 

« Szikra » / Amsterdam Klezmze Band Söndörgö / Vetnajs records / Mai 2018 / 12,99 €

 

 

 

 

 

 

Deux guitares, un accordéon. Deux jeunes gens entourant un patriarche à l’allure de seigneur, le regard droit et farouche. Dan Gharibian, c’est l’âme du peuple gitan et de tous les persécutés, une « gueule » et un franc parler où la poésie s’affronte aux dures réalités, une voix qui chante l’exil et l’humanité toute entière entre tendresse et colère, humour et nostalgie… Si son dernier album se nomme « Affamés d’éphémère », la carrière de Dan est loin de l’être ! Son nom ne vous dit rien ? Et si je vous dis Bratsch ?  Et oui, Dan est un des fondateurs de ce groupe mythique qui s’est séparé (en excellents termes !) fin 2015, pour que chacun puisse mener, après toutes ces années de route, ses projets personnels. Ainsi est né le trio Dan Gharibian, presque une affaire de famille, en tout cas d’évidents atomes crochus et le même amour de la musique, entre ces trois là ! Entouré d’un jeune guitariste qui tient du prodige (trop bluffée !) et d’un jeune accordéonniste qui n’ a rien à lui envier (il est tombé dedans tout petit, c’est le neveu de Bruno Girard, autre fondateur de Bratsch !), Dan Gharibian a trouvé la mesure de son talent avec cette nouvelle génération prometteuse, c’est certain ! On a savouré ce concert magique, presque les yeux fermés, pour savourer chaque note et chaque mot… Leur premier album est sorti ce printemps, il n’est pour le moment qu’en vente lors de leurs concerts, mais il devrait bientôt « officiellement » sortir !

 

 

« Affamés d’éphémère«  / Dan Gharibian Trio / Lamastrock / printemps 2018

 

 

 

Interview

 

 

 

 

 

 

L’apache de Montreuil était de retour sur nos terres corréziennes ce Vendredi après deux passages remarqués avec le groupe Aälma Dili que nous avions savouré au « Balkan Trad Fest » et au « café de l’espace » de Flayat au cours de ces deux dernières années. Cette fois-ci, c’est accompagné des quatre compères de « Johnny Montreuil » que nous avons retrouvé notre Johnny préféré (sans commune mesure avec celui qui a rejoint ses potes au paradis) ! Et c’est du lourd, du très lourd qu’ils nous ont balancé les narvalos ! ça a pogoté grave devant la caravane du Vladkistan où contrebasse, gratte, batterie et deux harmonicas se sont déchainés en entraînant le public dans leur fougue ! Les amateurs de blues, de rock, de country et de Johnny Cash (Tiens, un autre Johnny !) ont manifesté joyeusement leur enthousiasme devant leur musique « zéro défaut » et les textes déjantés ou tendres de notre Johnny national ! L’espace était petit sur scène, la lumière un peu rare ? Pas grave, le Johnny Montreuil Band », lui nous a éblouis ! Damned ! Quelle pêche !!! Et quelle ambiance !!! Leur album « Narvalo City Rockerz » est toujours disponible et c’est du bonheur en barre ! Et un nouveau CD va sortir très bientôt ! On vous tient au courant, of course !

 

« Narvalo city rockerz » / Johnny Montreuil / Les facéties de Lulu Sam / Mars 2015 / 12,99€

 

 

 

 

Interview

 

 

 

 

 

Un Wally peut en cacher un autre : le Wally en duo, le Wally solo et le Wally en projet Derli, accompagné de cinq musiciens (il ne fait pas les choses à moitié !). De chansons courtes et rigolotes, il est passé pour ce projet à des chansons « normales » où il laisse planer un petit vent doux de nostalgie, entrecoupé de rafales de colères, mais baignant tout de même dans le délicieux bain d’humour qui le caractérise si bien ! Ce sacré bonhomme, l’oeil rieur, le sourire en coin et la voix chantante au doux accent aveyronnais (c’est déjà de la musique !) nous a offert un sacré moment de plaisir l’espace d’un moment qu’on aurait aimé étirer encore plus longtemps tant c’était bon d’être là ! Il faut dire que Wally en plus de cultiver son propre talent sait repérer celui des autres : il était fort, fort bien entouré de musiciens talentueux et dotés du graal nécessaire pour entrer dans la bande à Wally : un précieux sens de l’humour partagé dans une osmose totale ! « Le projet Derli » nous a fait sourire, nous a émus et nous a fait rire de bon coeur. Pour le moment, pas de trace vidéo ou audio du spectacle… Il faudra patienter encore un peu ! N’ayez crainte, on surveille ça de près !!!

 

 

 

Interview

 

 

 

 

 

François Castiello était à l’honneur de cette 31ème édition des Nuits de Nacre (je dirai même plus, un super fil rouge !) et c’est entièrement mérité et justifié ! Ancien musicien de Bratsch, il est aujourd’hui à la tête de Lalala Napoli, une formation qui décoiffe tous azimuts !!! Mazette, diantre, saperlipopette, quel concert !!! L’Italie, bien sûr, fait partie de l’univers de François, mais, loin du folklore elle est présente dans ses combats et sa rage, dans sa tendresse et sa nostalgie, servie par une musique aux multiples horizons aux accents jazz qui font toute sa singularité…  Deux accordéons en écho nous ont parlé, ils ont pleuré, se sont fait rageurs ou joyeux en répondant à un violon ou à une flûte enchantée sur la ligne de contrebasse et de batterie, parsemés de riffs de guitare.. Et c’était grandiose, que dis-je dantesque !!! Impossible de rester impassible à moins d’être sourd et aveugle ! D’ailleurs, vu l’ambiance, nous n’avons pas été les seuls à être sous le charme… Lalala Napoli ? C’est le feu du Vésuve sous la douceur d’un capuccino bien frappé… Des émotions, des sensations de grande, très grande classe ! Précipitez-vous sur les albums… Vous les écouterez en boucle !

 

« Disperato » / Lalala Napoli / La Curieuse / Avril 2017 / 12,99€

 

 

 

 

Interview

 

 

 

 

 

Entre Balkans et rythmes venus de l’Inde sur fond d’électro, Olivero et Sukh Mahal ont terminé la soirée avec un public assez jeune… ça bougeait grave, malgré l’heure tardive ! La musique métissée que nous ont offert ces trois musiciens proposait le cocktail parfait pour s’éclater avec des plages un peu planantes (Inde, oblige !) pour souffler un brin ! Comme on commence à se faire vieux (pffff…) et qu’on commençait salement à ressentir la fatigue après cette journée remplie d’émotions en tous genres, nous avons lâchement et à regret pris le chemin  du retour, pour recharger nos batteries (dans tous les sens du terme) et être un minimum frais pour la journée du Samedi afin de tout vous raconter l’esprit clair et dispos ! Et oui, chers lecteurs et lectrices, on s’est en quelque sorte sacrifiés pour la bonne cause de « A vos marques… Tapage ! » Et on a bien fait, parce que Samedi…. Allez, un peu de patience, on vous raconte tout demain ! C’était trop bien !

 

 

Photos et compte-rendus : Christine Le Garrec / Photos et vidéos : Bruno Robert / Interviews : Bruno Robert et Christine Le Garrec

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *