La Warm Up du Hellfest : Petit avant goût de la fête de l’Enfer !

La période estivale arrive à grands pas ! Dans presque un mois les premiers festivals pointeront le bout de leur nez ! Parmi eux le très attendu Hellfest, qui se déroulera les 21, 22 et 23 juin avec en plus cette année le festival itinérant Knotfest qui viendra s’installer sur les terres de Clisson le 20 juin ! Quatre jours de metal pour les plus téméraires d’entre nous. Mais le Hellfest a déjà pointé le bout de son nez avec sa tournée Warm Up qui a débuté le 17 avril dernier à Vannes pour se clôturer le 30 avril au Zénith de Nantes ! 14 dates qui ont pu donner un avant goût du Hellfest aux participants avec cette année Dagoba et Princesses Leya et de nombreux guests sur chaque date!
Maxime et moi avons donc décidé cette année d’aller couvrir la dernière date de la Warm Up à Nantes où Dagoba et Princesses Leya étaient accompagné de Tagada Jones, Mass Hystéria et Ultra Vomit. Spoiler… c’était une soirée d’enfer

18h30, Zénith de Nantes, les portes s’ouvrent et la marée de metalleux envahit la salle. 7000 headbangers sont venus assister à la dernière date de la Warm Up qui s’annonce épique !
La foule s’amasse peu à peu devant la scène décorée façon Hellfest avec de grands lustres de metal et d’énormes façades faites de pneus et de metal. Des décors rappelant ceux qui peuplent le festival chaque été.
La foule grossit, et l’écran derrière la scène diffuse les after movie des warm up précédentes et du Hellfest ainsi que le court métrage réalisé pour l’édition de cette année.

Et d’un coup sans prévenir, les lumières s’éteignent sous les acclamations de la foule ! Un décompte s’affiche sur l’écran, accompagné par les voix du public, puis s’achève sous des effets pyrotechniques devant la scène !


Débarque alors le groupe Princesses Leya ! Mené par Dedo au chant et Antoine Schoumsky à la guitare, le groupe propose un metal humoristique complètement décalé ! Antoine voulant absolument caler des morceaux pop tout le concert, car “n’aimant pas le metal”, on se retrouve donc avec des mashups improbables comme celui entre Sabrina et Rammstein ! Des chansons de Vianney ou même de Jain viendront se perdre dans ce show invraisemblable ponctué de nombreuses vannes à l’humour douteux.



On aura aussi droit à des disputes de couple entre la bassiste Cléo Bigontina et Antoine entre certaines chansons. Le groupe demandera même au public de faire un wall of death mais uniquement en se faisant des câlins et des bisous pour pas se faire mal ! Le concert s’achèvera avec le morceau totalement absurde Tue tes parents, ainsi qu’un slam de Dedo! Un bon concert pour chauffer tranquillement la salle et bien commencer cette soirée.

Tandis qu’une partie du public va profiter des concours de air guitare dans le hall, les autres attendent patiemment la suite en profitant des projections sur l’écran.

Quelques minutes plus tard Dagoba fait son entrée sur scène ! Totale découverte pour ma part et très bonne surprise. Le groupe propose un death metal mélodique efficace qui donne une furieuse envie de headbanguer. Le concert était accompagné par un superbe jeu de lumières qui rendait le tout très impressionnant ! Le concert s’achèvera avec la présence sur scène de Princesses Leya et d’une grande partie du staff de la tournée Warm Up, afin de fêter cette ultime date ensemble. Un très beau moment pour un super final !


Si les deux premiers concerts ont vraiment été bons et on fait bouger le public, le troisième lui a créé un véritable chaos. Il semblerait que beaucoup se soient réservés pour l’arrivé de Tagada Jones…. Quel bordel ! À peine le premier titre commençait que la foule calme quelques minutes plus tôt se transforme en malestrom humain. Des circle pit en veux tu en voilà, des pogos, des slams à foison ! Tout ça sur le punk enragé de Tagada Jones, sur lequel s’appuie la voix de Niko, qui semble tailler les paroles tel un couteau!
Le public est conquis, comme en témoigne l’énergie qui s’est dégagée dès les premières notes jusqu’au dernières. Un concert tout simplement monstrueux !

Le joyeux bordel instauré par Tagada Jones s’estompe doucement, les hordes de metalleux se dirigent vers les bars. Pendant ce temps les furieuses et les furieux trépignent en attendant la suite du show. Et quelques minutes plus tard les lumières s’éteignent à nouveau sous les acclamations du public, tandis que de légères lumières blanches percent cette obscurité. Des silhouettes apparaissent sur scène, saluant la foule, et l’écran affiche le logo de Mass Hystéria alors que les premières notes de Reprendre ses esprits résonnent. Et là c’est un déluge de lumière blanche épileptique qui dessine le contour des silhouettes enragées, comme les fans dans la fosse ! Les titres s’enchaînent, l’énergie monte, on retrouve les classiques du groupe avec Chiens de la casse, Furia ou encore le superbe Vae Soli ! Des morceaux du dernier album sont naturellement présentés comme Nerf de Boeuf ou « Arômes Complexes » que j’attendais avec impatience et qui s’avère être excellent en live. Une ambiance festive et fraternelle comme j’ai pu le voir auparavant dans les concerts de Mass Hystéria. On a hâte de les voir plus longtemps au Hellfest maintenant !

La soirée a commencé sous le signe de l’humour. Et pour boucler la boucle rien de tel que les quatre lascars d’Ultra Vomit. Un concert d’une absurdité absolument fabuleuse ! Dès le départ la couleur est annoncée. Déjà, on a pu voir les membres du groupes faire leurs réglages, en sweat, encapuchonnés et lunettes de soleil sur le nez, parodiant des attitudes de stars ayant pris le melon. Le concert commence avec le générique des Looney Tunes sur l’écran affichant tour à tour les gars du groupe dans un style cartoon ! Les membres arrivent alors sur le thème de Fort Boyard avant de se lancer dans le concert. Et là c’est la débandade, on part dans un concert totalement délirant, on pogote joyeusement tout en se marrant devant les pitreries du groupe ! On aura droit à la parodie de Gojira, Calojira, qui reprend le texte de Face à la mer de Calogero dans le style de Gojira ! On aura aussi le plaisir de pouvoir pogoter sur Un Chien Géant qui reprend le style de Tagada Jones. Le chanteur du groupe se joindra même à Ultra Vomit pour chanter le morceau. On plonge encore plus dans l’absurde avec le morceau Maïté Ravendark où derrière lequel l’écran s’affiche une image de Maïté version dark. On aura aussi droit à la chanson JESUS, qui imite le style d’ACDC sur lequel un homme habillé en Jésus (à moins que ce soit le vrai), apparait sur scène pour chauffer la foule, jeter des hosties sur le public puis séparer la foule en deux pour un wall of death sur la chanson Pipi VS Caca… je vous avais bien dit que c’était absurde.
Le concert s’achèvera sur un rappel avec les parodies de Rammstein et Iron Maiden: Kammthaar et Evier Metal ! Le tout à grand renfort de flammes!

Vous l’aurez compris cette dernière date de la Warm Up était un sacré show qui nous a bien mis l’eau à la bouche avant le Hellfest de cet été ! De plus, Dagoba, Mass Hystéria et Ultra Vomit seront présents sur la Mainstage 2 le premier jour, de quoi prolonger le plaisir avec un concert d’une durée plus conséquente. On a hâte, très hâte !

Toutes les photos sont à retrouver sur ma page L’Imaginarium – Photos & Vidéos ainsi que sur celle de Maxime, Maxime Lagerige Pro !

Photos: Alex et Maxime

Article: Alex

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *