Papiers à bulles ! N°21

Première sélection pour un début d’année très prometteur côté BD ! Vous y rencontrerez le père d’Ubu, ferez un petit tour sur la lune en compagnie d’un flic désoeuvré et retrouverez avec délices l’innénarable Nestor Burma… Gipi vous entrainera en compagnie d’adolescents paumés au coeur d’un pays en guerre et le duo talentueux Fred Bernard et benjamin Flao vous embarquera pied au plancher pour un road-trip au purgatoire paradisiaque des pilotes ! A très bientôt pour de nouvelles découvertes ! Et n’oubliez pas d’aller jeter un oeil sur le programme du festival international de la bande dessinée  qui se déroulera à Angoulême du 25 au 28 janvier 2018. Il est particulièrement copieux, cette année !

 

 

 

Achille cherche de l’essence dans un hangar désaffecté pendant que dehors, l’attendent sa voiture de sport et une superbe nana. Où sommes-nous et à quelle époque ? Hors du temps, au purgatoire des pilotes… Achille est mort : son corps a été retrouvé au fond d’un lac gelé au volant d’une Porsche 911… La superbe créature à ses côtés n’est autre que son ange-gardien (à l’essai !) missionnée pour l’aider à faire resurgir de sa conscience les circonstances de sa mort, afin qu’il trouve la paix de l’âme.  Accident ou meurtre ? Tant qu’il n’aura pas résolu ce mystère, Achille est condamné à errer à la recherche de carburant et à rouler sans fin au volant d’un bolide… Bon, pour un amateur de belle mécanique, la punition est plutôt plaisante : au gré de ses désirs, Achille peut choisir le véhicule de son choix et même sélectionner les paysages des routes qu’il sillonne, à fond la caisse ! Certains, comme James Dean, s’y sont fort bien acclimatés et n’ont jamais quitté ce purgatoire qui les enivre ! Mais l’ange gardien d’Achille ne l’entend pas de cette oreille et est farouchement déterminée à remplir sa mission… Fred Bernard et Benjamin Flao nous entraînent avec « Essence » dans un road movie décapant à la recherche de la conscience enfouie à un rythme trépidant. Tracer sa route pour retracer sa vie, trouver le carburant, l’essence des choses, pour explorer au plus loin les confins de son âme… Le scénario, particulièrement brillant et original, nous offre une lecture où la réflexion philosophique n’est pas absente. Quant au graphisme, époustouflant de beauté, il rend hommage sans les plagier aux grands noms de la bande dessinée (Hugo Pratt, Moebius…) à travers des décors (somptueux !) désertiques, futuristes ou apocalyptiques. Entre polar et science-fiction, dans un format aussi élégant qu’atypique, « Essence » dégage des vapeurs étranges et envoûtantes au coeur d’univers oniriques où l’on plonge avec délices. On n’a pas assez d’essence pour faire la route dans l’autre sens ? Pas grave ! Si le chemin du purgatoire est tel que celui parcouru par Achille, on n’est pas très loin du Paradis… Waouh !!!!! Attention, chef-d’œuvre !

Essence de Fred Bernard et Benjamin Flao, Futuropolis, 2018 / 27€

 

 

 

 

Jarry, auteur fantasque limite border line, grand consommateur d’absinthe et amateur de bicyclette (à crédit, jamais payée au grand dam du marchand de cycles !) a vécu sa vie dans l’urgence comme une tornade. Toujours fauché, réalisant ses fantasmes en grand seigneur, parlant de lui à la troisième personne, il en a agacé et provoqué plus d’un, par la parole ou revolver en main ! Insupportable, certes, le créateur de la pataphysique fut néanmoins un incroyable génie de l’absurde et son personnage d’Ubu, passé à la postérité a même donné lieu à l’adjectif ubuesque qui résume bien le tempérament de son auteur. Apollinaire, Fort, Gide, Léautaud, Mallarmé, Mirbeau, Valéry, Wilde firent partie du cercle d’amis (peu le sont restés, d’ailleurs) du sulfureux et scandaleux Jarry, décédé à l’âge de trente quatre ans… MeRDre alors !! Cet homme hors du commun méritait bien un hommage à la mesure de son talent !  Et pas seulement à travers son œuvre, publiée dans la très classieuse Pléiade ! C’est chose faite, avec brio et une admiration non feinte par Casanave et Rodolphe qui se sont amusés comme larrons en foire pour nous dépeindre une biographie dessinée de ce personnage de légende. Toute une époque abondamment détaillée défile sous nos yeux dans un scénario imparable mêlant à juste dose l’œuvre et la vie de Jarry étroitement mêlées dans un dessin en noir et blanc élégant proche de l’univers qu’il dépeint, avec humour et délicatesse. Je vous fiche mon billet qu’après avoir lu cette exquise BD, vous n’aurez qu’une seule envie : relire l’œuvre de Jarry !

MeRDre : Jarry, le père d’Ubu de Daniel Casanave et Rodolphe, Casterman, 2018 / 18,95€

 

 

C’est la guerre et le pays n’est que ruines et désolation… Où et à quelle époque ? Peu importe… Le même scénario se répète inlassablement, partout dans le monde, depuis la nuit des temps… Julien, Christian et P’tit Kalibre, trois adolescents de dix-sept ans, sans toit ni ressources, se débrouillent comme ils peuvent au milieu du chaos, récupérant et refourguant ce qu’ils trouvent pour survivre. La seule loi qui subsiste est celle du plus fort : la morale et le droit ne font plus partie du jeu dans ce monde en déliquescence absolue… Quand Félix, le chef d’une milice, leur propose de travailler pour lui, c’est l’opportunité d’une vie meilleure qui s’ouvre aux trois garçons… Mais à quel prix ? Les personnalités de chacun d’entre eux détermineront leur place dans la bande à laquelle ils vont se lier… Peut-on tout accepter pour survivre ? Où sont les frontières du bien et du mal quand on n’a plus rien à perdre ? Gipi, dans cet ouvrage, entre fiction et reportage, chapitré et rythmé comme un roman, nous met face à cette réalité, nous questionnant sur nos propres comportements face à une situation extrême. L’ambiance, sombre et tendue du récit est servie par un graphisme en totale adéquation avec le sujet, mêlant dessin au trait dur nappé d’aquarelle dans des tons noir et blanc bleutés qui renforcent la dureté du propos, créant un sentiment de malaise croissant… «‘Notes pour une histoire de guerre », premier roman graphique de Gipi, avait remporté en 2006 le prix du meilleur album au festival d’Angoulême… Il sera en compétition cette année pour « La terre des fils », paru au printemps dernier chez Futuropolis (qui a déjà raflé de multiples prix !) Un auteur singulier aux multiples talents à (re)découvrir de toute urgence !

Notes pour une histoire de guerre de Gipi, Futuropolis, 2018 / 23€

 

 

Prix SNCF du polar édition 2018

Cette année encore vous pouvez découvrir une sélection de BD, de romans policiers et de court-métrages et voter pour vos petits préférés !  Les livres sont mis à la disposition des voyageurs mais vous pouvez aussi les consulter avec l’appli « SNCF e-LIVRE » . Les titres des BD en compétition cette année  en plus de « Police lunaire » que je vous présente aujourd’hui, sont les suivants : « La loterie » (chroniqué sur Papiers à bulles N°2) , « Bâtard » (chroniqué sur Papiers à bulles N°12) « La forêt des renards pendus »(chroniqué sur le premier Papiers à bulles !) et « Tu  sais ce qu’on raconte » (pas encore lu ! Mais voici un lien pour faire connaissance !) Bonnes lectures et bon choix à toutes et à tous !

 

 

Vivre sur la lune … Ce rêve de conquête, récurrent depuis la nuit des temps, a fait fantasmer bien des artistes comme Jules Verne, Méliès ou Hergé, pour ne citer qu’eux… Depuis de nombreuses années, les progrès technologiques en matière de conquête spatiale ont fait des bonds de géant et si on est encore loin de s’approcher de l’inaccessible étoile (du moins pour s’y installer pépère), on n’est plus tout à fait dans la science-fiction. Alors, imaginons… ça y est, c’est possible ! Une simple navette comme on prendrait l’avion et nous voilà tranquillement devenus citoyens sélènes… Tranquillement… Voilà bien le problème ! Car si on peut désormais y vivre, on s’y ennuie à mourir avec l’unique envie de redescendre sur terre ! C’est le cas de ce policier lunaire qui voit en égales proportions diminuer son utilité à mesure que la colonie de terriens se réduit à peau de chagrin… Action ? Taux de criminalité à 0% ! Et pour cause… A part les robots (qui tombent en panne comme sur Terre, bien sûr !) et la marchande de donuts (dont il est le seul client), c’est le vide sidéral absolu avec pour unique paysage un désert de poussières et de cailloux. Toutes ses demandes de mutation étant systématiquement refusées, notre robocop trop humain s’ennuie et déprime, coincé avec sa Colombine (qui, elle, curieusement semble résignée… Les femmes sont plus fortes que les hommes !)… Avec un minimalisme calculé avec talent, Tom Gauld nous fait apprécier notre condition de pauvres humains en nous décrivant un monde sous cloche, fade, aseptisé, sans surprise et sans contact humain, coincé dans une routine froide et une technologie illusoire, dont on ferait bien de se méfier ! Dans les tons de bleus, presque sans dialogue (et pour cause !), ses personnages lunaires (!) à la « Tati »  apportent à son récit les touches d’humanité et de poésie qui font cruellement défaut à l’atmosphère aseptisée où il nous convie, avec un humour désabusé. Il est décidément préférable d’être dans la lune… sur Terre… Et le bonheur, sans nul doute, est dans le pré, à portée de main ! Life on Moon, not for me… dable !

Police lunaire de Tom Gauld, Éditions 2024, 2016 / 17€

 

 

 

 

Une mission pépère à Cannes, ça ne se refuse pas, même pour Nestor Burma ! Et apparemment, la banale affaire de surveillance que lui propose le comte Pierre de Fabrègues se profile comme une balade de santé, qui plus est au chaud soleil du sud ! Mais quand Nestor débarque quelque part, rien ne se passe comme prévu… Et lorsqu’il arrive chez son client, c’est pour apprendre que celui-ci  s’est suicidé… Burma, une fois de plus, va se retrouver au cœur d’une sordide affaire qu’il devra démêler au péril même de sa vie… Drogue, faux monnayeurs et tutti quanti au programme de cette nouvelle aventure de notre « Marlowe » à la française ! L’intrigue, assez complexe, demande un peu d’attention au lecteur, mais le charme et l’humour de ce personnage hors normes, entouré d’une galerie savoureuse de personnages typiques de l’univers de Malet, opère comme une mécanique bien huilée que l’on retrouve avec une indicible volupté ! Le dessin d’Emmanuel Moynot, qui a repris le flambeau de Tardi en 2005, n’a rien à envier au maître et les couleurs éclatantes et lumineuses de Chantal Quillec apportent la touche finale pour un album des plus réussi. Une recette qui a fait ses preuves et n’en finit pas de réjouir ses aficionados ! Burma forever !

L’homme au sang bleu (Nestor Burma : 11) d’Emmanuel Moynot (d’après le roman de Léo Malet et l’univers graphique de Tardi), Casterman, 2017 / 15€

 

 

Christine Le Garrec

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *