Le coin des p’tits loups ! N°61

Dans ce tout nouveau coin des p’tits loups, avant les vacances, je demande : des livres et des jeux d’éveil pour les tout p’tits bouts, des albums rigolos qui font réfléchir, des petits et des plus grands romans pour les plus grands des p’tits loups et deux revues originales ! Bingo ! Tout y est ! Vous ne manquerez pas de munitions pour vous occuper agréablement et intelligemment ! Bonnes lectures à toutes et à tous… Et amusez-vous bien !!!

Le coin des tout p’tits loups !

Découvrir les animaux : les jets d’eau de l’énorme baleine, les plumes toutes douces de l’oiseau, la fourrure soyeuse de l’ours… Et l’environnement où ils évoluent : petit faon dans la forêt, papillon au milieu des nuages, petits poissons dans l’océan… Voici, dans un graphisme très design, ce que proposent ces deux adorables albums à dévorer des yeux et à toucher du bout des doigts ! Couleurs pastel pour les matières à toucher toutes en douceur, en circonvolutions, rondeurs et zigzags, et dessins en noir et blanc sont les atouts de ces petits livres d’éveil parfaitement adaptés aux tout-petits curieux et à leurs petits doigts ! Ces deux imagiers de la collection « Du bout du doigt » (vous pouvez également vous procurer « Bébés animaux » et « Petit tigre est content ») sont irrésistiblement câlins et malins pour découvrir le sens du toucher !

Animaux petits et gros / Devine où je vis ?, Casterman Jeunesse, 2019 / 7,95€ le livre (Format 15×15)

Ce joli coffret « sensoriel » contient cinq cartes à toucher (rugueuse, collante, piquante, douce et lisse) et vingt cartes images. Vous pouvez l’utiliser de différentes manières : un livret explicatif est fourni pour vous donner tout plein d’idées de variantes afin de l’exploiter de manière optimale ! Pour commencer, décrivez les caractéristiques des objets représentés sur les cartes et nommez-les. Incitez votre enfant à les nommer à son tour, puis, présentez-lui les cartes à toucher en les lui faisant manipuler. Demandez lui ensuite d’associer les cartes à toucher avec les cartes images correspondantes et de les classer par catégories sensorielles. Rien ne vous empêche, bien au contraire, de continuer le jeu avec des objets réels de la maison ! Ce formidable outil ludique et pédagogique permettra à votre enfant, tout en passant un agréable moment avec vous, de développer son vocabulaire et de découvrir de nouvelles sensations ! Vous pouvez également vous procurer dans la même collection « Tout-petit Montessori » : « Les couleurs », « les formes à toucher », « les objets de la maison » et « les animaux de la ferme et leurs petits » (chroniqués ici !)

Mon coffret sensoriel tout-petit Montessori par Delphine Roubieu (illustré par Mizuho Fujisawa), Nathan, 2018 / 13,95€ (Format 15×18)

Présenté dans un joli coffret, ce livre aussi ingénieux que beau avec ses couleurs pétantes, se déploie en offrant une multitude d’activités pour vos petits ! Ouvrez-le, n’importe où et dans n’importe quel ordre (il s’ouvre en deux parties centrales) et proposez à votre enfant de nommer les couleurs et les différentes formes qui s’offrent à son regard, et de les compter ! Au fil des pages, le carré se transforme en deux rectangles, des losanges se font face, suivis par une suite de ronds, le tout à l’infini ! Avec son design incomparable et toutes les possibilités qu’il offre aux tout-petits, cet ouvrage est un véritable mine de jeux à décliner pour s’amuser… Et pour apprendre !

Formes, couleurs, nombres de Dario Zeruto, Casterman Jeunesse, 2018 / 18,90€ (Format 20×16)

Le coin des 3 / 5 ans !

Ce soir, les petites grenouilles demandent à leur papa de leur raconter une histoire… Et ils aimeraient bien qu’il prenne sa très grosse voix pour leur raconter ! Seul Gaston n’est pas très emballé… Il a les chocottes, pardi ! Papa échauffe sa voix, en produisant des sons effrayants, et il éteint la lumière… déclenchant chez ses petits une subite envie de doudou, de boire un verre d’eau ou d’aller faire pipi ! Pas une si bonne idée que ça, hein, cette histoire à grosse voix, les grenouillettes ! Une toute petite voix, c’est mieux pour s’endormir, non ? Cette petite histoire, aux illustrations trop craquantes, est  à raconter à GROSSE voix à vos enfants… N’hésitez surtout pas, ils adorent se faire peur ! A partir de 3 ans.

Une histoire à grosse voix d’Émile Jadoul, L’école des Loisirs, 2018 / 12,50€ (Format 21×29)

Quand Simon le chat affirme à ses amis lion, tigre, guépard, panthère et puma que tout comme eux il fait partie de la grande famille des félins, il déclenche chez ces derniers un immense éclat de rire (après un peu de stupéfaction !) Lui, un félin, comme eux ? Non mais il ne s’est pas regardé le gringalet ! Elle est où ta crinière ? Et ton rugissement féroce ? Questionne le lion… Et à la course, hein, tu peux aller te rhabiller, affirme le guépard ! Tu ne vis pas à l’état sauvage dans les montagnes dit le puma, ni dans la jungle, surenchérit la panthère ! Quant au tigre, grand et fort, il lui fait remarquer qu’il n’est pas doté de sa belle fourrure orangée ! En gros, il ne fait pas vraiment peur le chétif et il fait davantage penser à un petit lapin apeuré !!!  Un par un, Simon va démonter tous leurs arguments, affirmant qu’en premier lieu, bien que tous félins, ils sont tous extrêmement différents et que lui, tout petit chat, a les mêmes caractéristiques qu’eux… En plus petit ! Cet album aux superbes illustrations aborde les thèmes de la différence et du besoin d’appartenance à un groupe avec intelligence et beaucoup d’humour ! A partir de 3 ans.

La grande famille de Galia Bernstein, Nathan, 2018 / 11,50€ (Format 21×26)

Léon l’ourson est bien embêté… Il devient bigleux pire qu’une taupe ! Ses amis, Lucien le chien, Zakari la souris, Aldo le veau et Anaé le porcelet, décident de l’aider en lui prêtant leurs lunettes… Mais aucune ne va à Léon ! Celles de Lucien sont bien trop « tape à l’œil », celles de Zakari sont trop petites, celles d’Aldo trop grandes et celles d’Anaé… sont des lunettes pour fille ! Léon n’a pas d’autre solution que d’avoir une paire de lunettes, bien à lui, à son goût et à sa vue ! Avec ce petit album cartonné, rigolo et tout costaud, sont fournies cinq paires de lunettes repositionnables et faciles à manipuler, afin que vos petits puissent aider Léon à choisir la paire de lunettes idéales ! Cet album va ravir et décomplexer vos petits « têtards à lunettes » : c’est pas si grave de porter des lunettes, et en plus elles sont toutes jolies ! A partir de 3 ans.

Les lunettes des animaux de Christine Faust et Bernd Penners, Flammarion Jeunesse, 2019 / 10,50€ (Format 21×23)

Les dragons sont d’affreux monstres cracheurs de feu ? Pas tous ! Voyez Norbert, il aime lire, cuisiner, jardiner et même tricoter… Une vraie fée du logis ! Aussi, quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’un beau matin notre dragon pacifiste fut réveillé par Lubin, un chevalier batailleur qui voulait le découper en rondelles ! Pourquoi tant de haine ? Pour impressionner une damoiselle ! Norbert parlementa avec Lubin, lui suggérant de trouver une méthode moins « tranchante » pour conquérir le cœur de sa belle et se proposa de le coacher pour faire de lui un prince charmant très fréquentable. Il lui fit lire la plus pure poésie, le mit aux fourneaux et au jardinage et tenta même de lui apprendre à tricoter ! En vain… Car Lubin, malgré tous les efforts de Norbert, s’avéra être le prince le plus maladroit de la planète ! Dépité, notre chevalier repartit vers son royaume…Trouvera -t-il la bonne stratégie pour s’attirer les faveurs de la princesse ? Un dragon « peace and love » et un prince calamiteux… Les auteurs de cet album savoureusement drôle ont inversé les rôles habituels dans cette histoire à l’humour décalé qui fera rire petits et grands ! Et d’ailleurs, le rire n’est-il pas le meilleur stratagème pour séduire ?! A partir de 3 ans.

Lubin pourfendeur de dragons (ou presque) de Laurent Souillé et Éléonore Thuillier, Kaléidoscope, 2018 / 13€ (Format 25×25)

Que peut-il bien y avoir derrière cette colline ? Cette question turlupine à tel point Apterus qu’il décide de l’escalader pour enfin découvrir ce que celle-ci cache à sa vue… Il prépare son matériel de randonneur : bonnes chaussures, provisions, lampe de poche et bouts de ficelle (au cas où… On n’est jamais trop prudent !), et le voilà parti ! Il grimpe, grimpe, grimpe jusqu’à l’épuisement… Cette colline n’a donc pas de fin ? Ouf ! Le voilà enfin arrivé ! Mais… Stupeur ! En haut de la colline, il voit… Une autre colline ! Je ne vous dévoilerai pas la chute, très inattendue, de cet adorable album pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte ! Disons que celle-ci est un peu vache et qu’il faut être un sacré chameau pour inventer une histoire aussi rigolote ! A partir de 3 ans.

Apterus de Marie Tibi et Sylvain Diez, Frimousse, 2018 / 13€ (Format 20×26)

Pauvre Arthur… Ses journées démarrent invariablement sur des chapeaux de roues ! Même pas le temps de déjeuner tranquillement… Il faut cavaler jusqu’à l’école ! Là-bas, pas mieux ! Il faut tout faire vite sans prendre le temps de respirer ! C’est pas une vie ! Un matin, sa maman, toujours pressée, part de la maison en oubliant Arthur… Quelle aubaine ! il va enfin pouvoir savourer son chocolat chaud et partir tranquillement pour l’école, à son rythme… Cet album, joliment illustré de couleurs vives et de dessins délicieusement naïfs, met en lumière avec humour et un brin de poésie le rythme effréné que les adultes imposent aux enfants. Un thème intéressant à débattre en famille ! A partir de 3 ans.

Arthur et les gens très pressés de Nadine Brun-Cosme et Aurélie Guillerey, Nathan, 2018 / 11,50€ (Format 21×26)

Il fait chaud et Maïa rêve d’aller se rafraichir à la rivière… Hélas, ses parents lui interdisent de fréquenter ce lieu où rôde Elzébor, un terrible monstre… Un monstre ? Mais personne ne l’a jamais vu, c’est une légende !  Devant le refus catégorique de ses parents, Maïa obéit, à contrecoeur… Deux jours durant, elle observe la rivière, perchée en haut d’un arbre… Rien à l’horizon ! N’y tenant plus, elle décide  d’aller se baigner malgré l’interdiction de ses parents. Hum… Que l’eau est bonne ! Les gens du village ont bien tort de se priver de ce plaisir ! Tout à coup, un monstre vert, borgne, griffu et à la gueule pleine de dents surgit de nulle part et avale Maïa tout cru ! A l’intérieur de l’animal, Maïa réfléchit à la meilleure manière de se sortir de ce mauvais pas… Rassurez-vous, happy end en vue ! Mais l’aventure aurait pu très mal tourner… Il faut toujours écouter ses parents, les enfants ! Ils sont la voix de la sagesse !!! Cet album, joliment illustré dans une palette de couleurs chaudes, vous en donne la preuve… Par Elzébor ! A partir de 3 ans.

La légende d’Elzebor de Michaël Escoffier et Matthieu Maudet, L’école des Loisirs, 2018 / 12,20€ (Format 30×23)

Un papa (ou une maman) tente de bâcler l’histoire du soir… Alors, voilà, c’est l’histoire d’un prince qui doit tuer un dragon pour délivrer une princesse. Mais il est tellement nul  qu’il se fait gober tout cru au bout de quelques secondes… Et oh ! C’est quand même un peu trop court ! OK… Bon, le prince, qui se nomme Bodulf, ne se fait pas boulotter par le dragon mais il devient copain avec lui. Le dragon qui n’en peut plus des hurlements de la princesse enfermée dans sa tour lui propose le deal suivant : faire semblant de mourir sous son assaut, et hip hop, les doigts dans le nez, le prince revient la tête haute dans son royaume avec sa princesse… Et lui est débarrassé pour de bon de la castafiore ! Marché conclu ! Le dragon fait le mort, mais le prince tarde tant et tant que le dragon s’endort… Quand le prince arrive enfin, il surprend le dragon qui, par réflexe, le gobe tout cru…. Et voilà ! Comment ça, elle finit mal mon histoire ? Bon, d’accord, mais après, on dort, hein ?! Quel parent n’a pas tenté d’abréger l’histoire du soir ? Ben oui, c’est humain, on a le droit d’être fatigué, non ? Mais nos chères têtes blondes sont du genre rusé et ils ont l’art et la manière de faire s’étirer le temps lorsqu’ils n’ont pas sommeil ! Une histoire courte, et au lit, ça marche rarement ! C’est ce que nous décrit avec un humour décapant cette « histoire courte » qui reflète le processus de la meilleure façon qui soit !  Ah ! Ne comptez pas sur moi pour vous en dévoiler la fin… De toute façon, il est tard… Allez, au lit ! A partir de 3 ans.

Une histoire courte de Jérôme Camil, Frimousse, 2018 / 14€ (Format 21×25)

Décidément, ce petit Louis est vraiment insupportable ! Je vous avais déjà présenté « Si tu ne vas pas te coucher » (chronique (ici !), où monsieur rechignait à aller au lit, et maintenant il ne veut pas se laver, au grand désespoir de sa maman ! Elle a beau lui faire remarquer qu’il sent l’artichaut moisi, qu’il ressemble à un cochon, qu’il risque de voir pousser sur son corps des écailles de poisson… Louis a toujours réponse à tout ! C’est énervant, hein ?! Mais maman a des arguments de choc… Et finalement, c’est en courant que Louis ira prendre sa douche !!! On retrouve avec grand plaisir les mésaventures de ce petit bonhomme désobéissant qui finit toujours par entendre raison grâce aux ruses de sioux déployées par sa maman ! Dans la même collection, vous pouvez également vous procurer « Si tu ne ranges pas ta chambre », « Si tu ne manges pas ta soupe » et « Si tu ne vas pas à l’école ». A partir de 3 ans.

Si tu ne prends pas ton bain d’Ingrid Chabbert et Séverine Duchesne, Frimousse, 2018 / 13€ (Format 25×20)

Il va y avoir un bébé à la maison !!! Splat est fou de joie et veut tout organiser pour l’arrivée de « Greuh », en commençant par décorer sa chambre et installer son berceau (avec l’aide de Papa). Ça y est, voilà Maman et… Surprise… Le bébé est un crocodile !!! Un crocodile ? La trouille !!! Il va tous les dévorer ! Splat se calme quand Papa lui dit que Greuh est inoffensif et que de toute façon, il n’est là que pour quelques jours, le temps que sa maman revienne de voyage. Ouf ! Dans ces conditions, Splat est prêt à jouer les grands frères ! Il aide sa maman à faire prendre repas et bain à Greuh et même à lui changer sa couche (beurk !). Arrive le jour où maman crocodile vient récupérer son petit… Splat se dit qu’il aimerait bien avoir un petit frère… ça tombe bien, on dirait que le ventre de sa maman est drôlement rebondi ! Avec ses illustrations empreintes d’humour, Splat fait encore mouche avec cette nouvelle aventure ! On ne s’en lasse pas !!! A partir de 4 ans.

Splat et le bébé surprise de Rob Scotton, Nathan, 2018 / 13,95€ (Format 16×21)

Avec ces « Notes concernant la vie sur la planète Terre », Oliver Jeffers anticipe les questions de son tout petit… Qu’il ne manquera certainement pas de lui poser ! Système solaire, vie sur terre ou dans les océans, population humaine et animale… Il dessine à hauteur d’enfant les grandes lignes de notre environnement, donnant ça et là quelques notions de vivre ensemble et de respect vis-à-vis de nos congénères et de la planète sur laquelle nous vivons. Avec ses illustrations colorées et ses irrésistibles traits d’humour, ce livre essentiel donne les clés aux parents pour expliquer à leurs petits… l’essentiel, justement !!! Un état des lieux à mettre entre toutes les petites mains ! A partir de 4 ans.

Nous sommes là : notes concernant la vie sur la planète Terre d’Oliver Jeffers, Kaléidoscope, 2018 / 15€ (Format 24×28)

Avec ce formidable album, qui plus est joliment illustré de dessins au charme « vintage », l’histoire des instruments de musique n’aura plus de secrets pour vos enfants ! Des bruits de la nature aux premières musiques créées par les hommes dès la préhistoire, Caroline Laffon explore ensuite chaque famille d’instruments, dévoilant pour chacun d’entre eux leur histoire, leurs caractéristiques et leur fabrication. Des « gros plans » sur la guitare et le violon (instruments « nomades » par excellence), le piano (du monumental orgue au piano électrique), l’harmonica et l’accordéon, le saxophone (clarinette améliorée !), la harpe (importée par les musiciens irlandais au Moyen-âge), précèdent un chapitre sur le solfège, les écoles de musique et les conservatoires pour finir avec la description de la composition d’un orchestre. Pour rendre encore plus ludique ce bel éveil musical, un petit jeu est proposé : à vous de deviner le nom des instruments dessinés au fil des pages ! A partir de 5 ans.

Le grand orchestre de Caroline Laffon et Gaia Stella, La Martinière Jeunesse, 2018 / 13€ (Format 21×21)

Comme dans beaucoup de contes, la petite héroïne n’a plus de maman et son père a épousé une marâtre qui la déteste copieusement… Mais en plus, la sœur de cette méchante femme n’est autre que la terrible ogresse Baba Yaga ! Un jour, sa belle-mère demande à la petite fille de rendre visite à sa sœur pour lui demander du fil et une aiguille… Apeurée, la pauvre gamine passe d’abord chez son autre tante, la sœur de sa vraie maman, pour lui demander conseil. Forte de ses recommandations, elle prend la direction de la maison de l’ogresse… Celle-ci, de méchante humeur, lui demande de broder un joli foulard pendant que la servante fait bouillir de l’eau… Car ce soir, c’est elle qui fera office de dîner ! Rusée, la petite déjoua tous ses plans : elle offrit le beau foulard à la servante, donna du jambon au chat et du pain tendre et frais aux chiens, et s’enfuit à toutes jambes, sans que ces derniers ne fassent obstacle ! Baba Yaga rentra dans une colère noire après la servante, le chat et les chiens qui l’avaient laissé filer, mais ceux-ci lui répondirent que la petite avait été gentille avec eux, bien plus que Baba Yaga ne l’avait jamais été ! Furieuse, l’ogresse partit à la recherche de la petite fugueuse… La gentillesse et le courage sont les meilleures armes contre la méchanceté : c’est ce que nous affirme ce conte populaire russe (un des premiers albums de la collection du Père Castor, sorti en 1932), revisité avec talent par Pauline Kalioujny (grand prix de l’illustration en 2018) dans cette nouvelle version dont les illustrations sont une pure merveille de délicatesse. Une splendeur ! A partir de 5 ans.

Baba Yaga de Rose Celli et Pauline Kalioujny (d’après un conte populaire russe), Flammarion Jeunesse, 2018 / 13€ (Format 26×22)

Qui ne connaît pas l’histoire de Blanche-Neige ? Et qui n’a pas frémi devant la cruauté de la méchante reine, tremblé pour cette pauvre Blanche-Neige ou siffloté avec les sept nains ?! Il existe tout plein de versions de ce conte tragique et cruel qui est devenu extrêmement populaire grâce au dessin animé de Walt Disney. La version  que je vous propose aujourd’hui est des plus remarquables. Gaël Aymon, tout en restant fidèle à l’esprit des textes des frères Grimm et de ceux de Pouchkine, a revisité cette histoire intemporelle avec un ton très personnel, moderne et vivant. Quant aux illustrations, signées par la talentueuse Peggy Nille, elles sont tout simplement somptueuses, réalisées dans les tons de noir, rouge, blanc et or, dans un style graphique « art déco » particulièrement saisissant ! La silhouette longiligne de la reine, drapée dans des tissus rehaussés d’or fait irrésistiblement penser aux femmes des tableaux de Klimt… Les images subjuguent, le texte coule comme de l’eau claire et le résultat est tout simplement grandiose ! Un enchantement !!! A partir de 5 ans.

Blanche-Neige de Gaël Aymon et Peggy Nille, Nathan, 2018 / 16,90€ (Format 23×30)

Le coin des plus grands !

Un petit garçon, pas trop pressé d’aller à l’école, réfléchit aux conséquences s’il n’apprenait pas à lire et à écrire… De ce point de départ, Michaël Escoffier et Romain Guyard échafaudent les scénarios les plus délirants ! Ben oui, comment ne pas confondre la bouteille de soda avec celle du shampoing quand on ne sait pas lire ? Et si on avale le shampoing ? On fait des bulles et on s’envole ! Et si les bulles éclatent ? On peut tomber sur un bateau de pirates ! Et ramener des pirates à la maison, ça mettrait un sacré bazar et provoquerait sans nul doute la colère de Maman ! Et ainsi de suite, pour arriver à la conclusion, que, en effet, aller à l’école et apprendre à lire et à écrire, c’est très important ! J’adore ! A partir de 6 ans.

20 bonnes raisons d’aller à l’école de Michaël Escoffier et Romain Guyard, Frimousse, 2018 / 16€ (Format 20×26)

Matheux, littéraires, manuels… Selon votre sensibilité et vos aptitudes, bien des professions s’offrent à vous ! Mais comment choisir ? Ce petit livre où sont exposés en quelques lignes trente métiers avec toutes leurs caractéristiques (illustrés dans un dessin rétro particulièrement attractif !), vous aidera grandement à faire votre choix ! Vous avez une vocation de père ou de mère nourricière ? Pourquoi ne pas devenir boulanger ou cuisinier ? Une âme de Saint-bernard ? Les professions de pompier, médecin ou avocat sont parfaites pour vous ! Vous rêvez d’un métier dont la vocation est de divertir ? Alors devenez chanteur, comédien, dessinateur, chef d’orchestre, magicien… ou footballeur ! Construire (architecte, conducteur d’engins, tailleur de pierre…), éduquer (professeur des écoles), faire régner l’ordre (inspecteur de police), informer (journaliste reporter), piloter des avions ou devenir astronaute… Vous n’avez que l’embarras du choix ! A partir de 6 ans.

Quand je serai grand… Mon petit livre des métiers de Juliette Einhorn et Sarah Andreacchio, La Martinière Jeunesse, 2018 / 12€ (Format 19×20)

Papa Tom, Maman Bou, Sergent Pok et Oncle Jo habitent chez des géants, bien cachés dans leur « maison » chaussure (qui ne sent pas des pieds). Leur mission ? Faire régner le silence car rien ne les insupporte plus que le bruit ! Gros souci… Pok est allergique à la poussière, ce qui provoque chez lui des éternuements à répétition bien trop bruyants qui déclenchent les aboiements de Chester, le chien de la maison, qui entraînent illico les cris des géants ! Effet domino garanti ! En plus, les géants, quand il y a trop de poussière, sortent le monstre suprême : l’aspirateur… Quel cauchemar ! Leur principale activité réside donc à « ranger » la poussière sous les tapis, dans des pots de yaourt ou dans la niche de Chester, les moutons étant quant à eux rangés sous les meubles sous la surveillance d’Oncle Jo… Cette « brigade du silence » est délicieuse à tous points de vue, inventive, originale et empreinte d’humour, y compris dans les illustrations, petites merveilles miniatures ! En trois histoires (« Rangeons la poussière », « Le ventre qui fait glou glou » et « La fille de la chaussure d’à côté), c’est tout un univers, fantasque et surréaliste, qui s’ouvre à vous ! Éclats de rire en perspective, mais chut… Ne réveillez pas Chester, sinon vous devrez manœuvrer la catapulte à croquettes pour faire cesser ses aboiements ! A partir de 6 ans.

La brigade du silence d’Alex Cousseau et Charles Dutertre, Le Rouergue Jeunesse, 2018 / 16€ (Format 17×25)

Pauvre tête de Mule… C’est la loi des séries (ou même celle de Murphy !) qui lui tombe aujourd’hui sur la tête… Non seulement il vient de se faire virer de son boulot de coiffeur (faut dire qu’il était archi nul, aussi…), mais en plus, à peine arrivé chez lui, il apprend que son immeuble va être démoli et que toutes ses affaires ont été enlevées pour être mises dans un entrepôt ! Cerise sur le gâteau, il devra payer une petite fortune pour les récupérer… Dégoûté, il part noyer son amertume (dans du café noir) dans une taverne malfamée du port où il rencontre une serveuse bien jolie (et un peu curieuse) et un millionnaire collectionneur qui lui propose un deal qu’il n’est pas en mesure de refuser, vu sa situation précaire. Contre la somme exacte exigée pour récupérer ses biens, celui-ci lui propose de l’embaucher comme matelot sur son navire pour partir à la recherche d’une pièce rare, l’œil le plus grand du monde qui, selon la légende, donnerait de gigantesques pouvoirs à son propriétaire… Et voilà notre Tête de Mule, heureux comme Ulysse, prêt à entreprendre un beau voyage ! Beau voyage, c’est vite dit… Entre naufrage et cyclope mangeur de chair fraîche (et j’en passe !), ce voyage n’aura rien d’une paisible croisière ! Entre album et BD, avec un graphisme original fait de dessins et de collages dans une palette de teintes fanées du plus bel effet, cet album d’aventures, décalé et délirant, lorgne autant du côté de la mythologie que sur l’univers du surréalisme ! Tête de Mule, lunaire et attachant, entouré de personnages étonnants, évolue entre deux eaux, entre rêve et réalité, tout au long des pages de cet album qui vous fera faire un voyage au long cours d’exception ! ! A partir de 6 ans.

Mulysse tête de mule prend le large d’Oyvind Torseter, La Joie de Lire, 2018 / 24,90€ (Format 23×28)

Un jeune chevalier vient tout juste de terminer ses études… Et il est trop fier de son « master en dragons » tout juste en poche ! Il faut dire qu’il en a passé des heures à potasser et à user son armure sur les bancs de l’école ! Ne lui reste plus maintenant qu’à trouver un travail… Et là, le preux chevalier n’est pas au bout de ses peines, la quête sera rude, hélas ! La dame de Pôle emploi qui le reçoit, néanmoins souriante, se trouve totalement désemparée devant son cas… Où caser un chevalier ? Les princesses à délivrer ne courent plus les donjons… et les dragons sont en voie de disparition ! Bon, puisqu’il est chevalier, il doit être courageux… L’armée le tenterait-il ? Pourquoi pas ! Hélas, s’il est brave le chevalier est aussi courtois… Ce qui n’est pas du tout du goût du général qui le flanque illico à la porte ! Retour case départ… Viré pour être trop courtois ? Mais il vous faut une place dans la vente ! Qu’à cela ne tienne… Mais si le chevalier est par nature courtois, il est également généreux… Et incapable d’escroquer les pauvres gens ! Zou, viré, illico presto ! Généreux ? Allez hop, dans le social ! Aïe… Généreux, mais honnête de surcroît, le chevalier prend fait et cause pour les revendications des déshérités…. Devinez ? Oui, oui, viré ! Ce coup-ci, la dame du pôle emploi n’est plus du tout souriante mais plutôt folle de rage ! Brave, courtois, généreux… OK ! Mais honnête !!!! ça va pas la tête, non ? Plus personne ne l’est, aujourd’hui !!!! Allez hop, il suffit, radié des listes des demandeurs d’emploi (avec les compliments de ses supérieurs pour cette petite baisse bienvenue dans la courbe du chômage) ! Pauvre chevalier, victime de ses nobles valeurs, que va-t-il devenir ? Alice Brière-Haquet, appuyée par l’irrésistible coup de crayon d’Estelle Billon-Spagnol, nous donne à travers cet album une vision du marché de l’emploi aussi drôle que réaliste… Excellentissime et jubilatoire !!!! A partir de 6 ans.

Le chevalier au chômage d’Alice Brière-Haquet et Estelle Billon-Spagnol, Frimousse, 2018 / 11€ (Format 19×26)

Contrairement à la maléfique reine de Blanche-Neige, la sorcière Clafoutu cultive l’obsession maladive d’être la plus moche, la plus hideuse, la plus tarte des créatures jamais vues sur terre ! Et elle s’en donne du mal pour parfaire sa laideur ! Fabrication de crèmes pour faire pousser les poils, de potions qui donnent des boutons et font jaunir la peau, élaboration de fausses cicatrices, décollage d’oreilles, élargissement des trous de nez (poilus, of course !), chouchoutage de points noirs : devenir disgracieux est un boulot à plein temps !!! Chaque jour, elle pose à son chaudron magique pourri et qui pue, la sempiternelle question « chaudron, qui est la plus hideuse ? » à laquelle celui-ci répond invariablement qu’elle reste sur la première marche du podium, couronnée vilaine de l’année ! Hélas, en plus d’être moche comme un pou, Clafoutu est en plus extrêmement maladroite… Et en trébuchant, elle casse en mille morceaux son précieux chaudron dégueu ! Pfff… Elle fait l’acquisition d’un chaudron tout neuf qui s’avère nettement moins complaisant : à sa requête rituelle, celui-ci lui répond que le nasique, puis le blobfish, ou encore le rat taupe sont bien plus repoussants qu’elle… Folle de rage, Clafoutu cherche des sorts pour les éliminer radicalement et expédie le nasique à Bornéo, le blob au fond des océans et le rat-taupe six pieds sous terre ! Alors, pas calmé, le chaudron ? Non ! Car cette fois-ci, il affirme qu’elle aura du mal à rivaliser en laideur avec le crapaud-buffle ! En plus, cette satanée bestiole parle et demande à Clafoutu de l’embrasser afin qu’il retrouve sa forme de prince charmant… Beurk ! Clafoutu arrivera t-elle à retrouver sa place au hit parade des affreux ? En voilà un joli détournement de conte ! Dans un langage familier extrêmement drôle, bien cerné par des illustrations trop chouettes, cet album est carrément irrésistible ! A partir de 6 ans.

Clafoutu, la sorcière la plus moche du monde de Christine Naumann-Villemin et Stéphane Henrich, Kaléidoscope, 2018 / 13€ (Format 30×21)

Cette toute nouvelle collection des éditions Voce Verso, qui porte le joli nom poétique de « Ginko », propose aux 6/8 ans des romans (très joliment) illustrés, tendres ou drôles, dont le niveau de lecture est signalé par une, deux ou trois feuilles de Ginkgo (une feuille : je commence à lire (pas encore d’album paru pour le moment), deux feuilles : je lis tout seul, trois feuilles… Je dévore !). Un joli symbole quand on sait que cet arbre (qui existait 40 millions d’années avant les dinosaures) est d’une telle résistance que même une bombe atomique ne peut l’exterminer ! Je vous présente aujourd’hui les trois premiers volumes de cette collection à qui l’on souhaite une vie aussi longue que l’emblème qui la caractérise !

Ce soir, fantômes, momies et squelettes se pressent, chargés d’offrandes (oh ! des araignées, c’est trop gentil !) pour se rendre au bal de Faustus… Un grand évènement qui se mérite car la route est bien longue pour arriver jusqu’au manoir hanté… Heureusement, en bonne compagnie, ça semble plus rapide et petit fantôme est bien content d’avoir trouvé squelette sur son chemin pour le guider ! Chouette ! Ils sont enfin arrivés à bon port ! C’est parti pour les pétards, les confettis de courge et les salsas du démon en compagnie des sorcières, vampires et farfadets… Un vrai bal d’enfer ! Champagne !!! A partir de 6 ans. (niveau : je lis tout seul)

Un bal d’enfer de Cécile Emeraud et Andrea Espier, Voce Verso, 2018 / 7,50€ (Format 13×18)

Tomy a toujours rêvé d’avoir un chien… Mais pas n’importe lequel : il le rêve grand et intelligent et surtout qu’il lui obéisse au doigt et à l’œil ! Un jour glacé d’hiver, il aperçoit un chien sans collier qui s’abrite du vent dans une haie… Il s’approche, lui donne un gâteau et tente, sans succès, de lui faire ramener le bâton qu’il lui a lancé… L’animal préfère jouer et faire des câlins ! Chaque jour, Tomy retrouve le chien qui semble l’attendre, toujours au même endroit. Un soir , alors que le petit garçon et le chien se baladent tous deux comme à leur habitude, ils rencontrent les cousines de Tomy et leur chien, racé et très bien dressé… Tomy a honte… Le sien ne sait rien faire ! Aussi, quand ses cousines lui demandent si le chien lui appartient, il répond par la négative et reprend le chemin de sa maison, sans une caresse pour le pauvre animal… Dans la nuit, pris de remords, Tomy, sans même s’habiller chaudement, s’enfuit par la fenêtre de sa chambre pour retrouver son chien…  Une jolie histoire d’amitié qui, rassurez-vous, finit en happy end !!! A partir de 6 ans. (niveau : je lis tout seul)

Un chien comme ça de Céline Claire et Clémence Pollet, Voce Verso, 2018 / 7,50€ (Format 13×18)

Ah ! Nougat… Paul se rappelle sa rencontre « coup de foudre » avec son lapin et l’élan d’amour qui l’avait submergé la première fois qu’il l’a pris dans ses bras ! Il le planquait, bien au chaud sous son tee-shirt, craignant la réaction de sa maman quand elle découvrirait la petite boule de poils… Finalement, lorsque Paul s’était fait prendre en flagrant délit de détention de lapin, les choses s’étaient plutôt bien passées et Maman l’avait autorisé à adopter son adorable petite bestiole… Pfff… ça, c’était avant…. Avant que Nougat ne devienne démesurément grand !!!!! Aujourd’hui, il lui arrive aux épaules et sa croissance ne semble pas vouloir s’arrêter ! Paul fait preuve de ruse afin que Maman ne s’aperçoive pas de ce phénomène aussi étrange qu’inquiétant… Bien sûr, Nougat ne rentre plus dans sa cage depuis belle lurette et Paul le cache dans son lit, sous les couvertures… Jusqu’au jour où le lit craque sous leurs poids respectifs !!!! Cris et stupéfaction de Maman quand elle découvre un Nougat géant dans le lit de Paul ! Qu’a-t-il bien pu se passer ? Et maintenant que va-t-on faire de lui ? Il n’est pas heureux dans cet univers étriqué, d’ailleurs, il semble devenir un peu neurasthénique… Maman conseille à Paul de le laisser sortir afin qu’il se dégourdisse un peu les pattes… Mais c’est dangereux dehors, avec les gens malveillants, les chiens qui le courseront pour le dévorer et les voitures qui risquent de l’écrabouiller ! Paul aime t-il assez Nougat pour le laisser vivre sa vie et s’envoler de ses propres ailes ? Humour décalé et lapin géant volant au menu de ce petit roman drôle et sensible qui traite d’un sujet délicat : celui de laisser partir loin de nous ceux qu’on aime, pour leur propre bonheur… A partir de 6 ans. (niveau : je dévore !)

L’amour lapin de Marie-France Zerolo et Céline Azorin, Voce Verso, 2018 / 7,50€ (Format 13×18)

Tout le monde aime Mo, le gardien de la cité… Il faut dire que Mo, discret et gentil, est diablement efficace ! Grâce à lui, bien des liens se sont tissés entre les générations et les nationalités des huit bâtiments dont il a la charge, surtout avec le grand potager dont tout le monde s’occupe et qui donne un air de fête au béton environnant ! Et c’est lui qui est à l’origine de ce petit bonheur… Personne ne se moque jamais de lui, même quand il n’arrive pas à déchiffrer les noms des locataires sur les colis qu’il doit distribuer…On le chahute gentiment : Hé, Mo ! Il te faudrait peut-être des lunettes, non ?! Mais Mo n’a aucun problème avec sa vue et jusqu’à présent, il a réussi à garder son secret bien caché : il n’a jamais appris à lire et à écrire et ce handicap le met souvent dans l’embarras… Surtout quand son patron lui demande de rédiger ses comptes-rendus, ce dont il est malheureusement incapable…. Un jour, madame Kassar, l’institutrice du bâtiment B, propose que chacun écrive le nom d’un légume sur un bout d’ardoise pour embellir leur jardin… Mort de honte, Mo esquive. Mais maintenant son secret est dévoilé…. Il se confie à Monsieur Kassar qui, avec une extrême pudeur, va le guider et lui redonner espoir… Solidarité et humanité, respect et partage sont les maîtres mots de ce roman sensible et touchant qui met en lumière l’importance de l’éducation pour vivre sereinement sa vie… Très largement illustré de superbes planches dans un graphisme design et délicat, le roman de Mo offre une bien jolie leçon de vie ! A partir de 8 ans.

Mo de Julia Billet et Simon Bailly, Pourquoi Pas, 2015 / 13€ (Format 24×14)

Dans le petit village de Noirsant, il se passe des drôles de choses du côté du vieux cimetière… Dès la nuit tombée, les dalles mortuaires s’ouvrent, des mains décharnées apparaissent… Les morts se réveillent et déambulent, loin du regard des vivants ! Oh, ils ne sont pas méchants et même carrément inoffensifs… Ils veulent juste grappiller quelques heures de vie dans leur longue éternité ! Un soir d’Halloween, Romain, qui a passé la soirée chez un ami, rentre chez lui alors qu’il fait déjà nuit… Fonçant tête baissée sur son vélo, il n’aperçoit pas l’ombre qui traverse furtivement la route… C’est Léo, une petite zombie qui chaque nuit va rendre visite à sa mère, enterrée dans le nouveau cimetière, de l’autre côté de la route… Paf ! Romain ne peut l’éviter et la percute de plein fouet ! Il la relève, s’excuse et la complimente sur son déguisement de zombie très réussi, quand soudain l’œil de Léo jaillit de son orbite…. Qu’auriez-vous fait à la place de Romain ? Oui, oui, vous vous seriez enfui à toutes jambes dans un long hurlement ! Ce qu’il fit ! Arrivé chez lui, terrorisé, il n’osa rien dire à ses parents qui, de toute façon, ne l’auraient pas cru…. Des zombies ? Quelle imagination, mon garçon ! Les jours suivants, Romain cogite… N’y tenant plus, Il décide de surmonter sa peur et de retourner au cimetière pour tenter de comprendre ce qui s’y trame… Et c’est une humanité très attachante qu’il découvre ! Léo et ses compagnons de cercueil, Marcel, Pavel, Gontran, Victorine, le baron Clodomir, son épouse et leur bébé Gerbert, ne feraient pas de mal à une mouche !!! Il devient leur ami et leur rend souvent visite. Aussi, le jour où il apprend que le vieux cimetière va être démoli, il se précipite pour les prévenir de cette terrible nouvelle… Que vont- devenir ses morts vivants préférés ? Un sort ne leur permet de renaître uniquement que dans l’enceinte du lieu où ils ont été inhumés… Romain décide de les aider et tous ensemble, ils vont chercher des solutions pour ralentir et stopper ce funeste projet de démolition…. Des zombies gentils et un peu zarbis, un garçon chevaleresque, des dialogues drôles et percutants sur un sujet dans l’air du temps, des illustrations expressives : ces « zombies zarbis », dont le troisième épisode devrait paraître prochainement, vont combler les amateurs de frissons et de suspense ! A partir de 9 ans.

Zombies Zarbis : panique au cimetière (tome 1) / Rien ne va plus ! (tome 2) de Marie Pavlenko et Carole Trébor, Flammarion Jeunesse, 2018 / 10€ le roman (Format 14×20)

Oradour sur Glane était un petit village tranquille du Limousin, un minuscule point sur la carte, parmi tant d’autres… Jusqu’à ce jour du 10 Juin 1944 où 200 soldats allemands encerclèrent le bourg et rassemblèrent toute la population sur le champ de foire pour soi-disant contrôler les identités, mitraillettes braquées sur la foule apeurée… Puis, ils séparèrent froidement les hommes des femmes et des enfants… Les hommes furent emmenés dans différents lieux du village : Les allemands installèrent leurs mitraillettes à l’entrée des bâtiments où ils les retenaient prisonniers et ils tirèrent à l’aveugle avant de mettre le feu… Pendant ce temps, d’autres soldats conduisirent les femmes et les enfants à l’intérieur de l’église…Les malheureux y subirent le même terrible sort… Ce jour-là, 642 hommes, femmes et enfants seront massacrés. Seuls cinq hommes et une femme, présents ce matin là dans le village, survivront à cette barbarie : traqués par la milice, ils furent contraints de se cacher pendant des mois… Les barbares qui ont perpétré cette ignominie ont-ils été jugés ? Oui. Mais peu ont été condamnés à la peine capitale, beaucoup écopant de peines d’emprisonnement et de travaux forcés. Certains ont même été amnistiés… En 1982, des gendarmes sont venus au domicile de Robert, un des rares rescapés, pour lui montrer la photo d’un officier allemand… Robert fut incapable de le reconnaître si longtemps après et surtout après le terrible traumatisme qui n’a pas cessé de le hanter durant toute sa vie… Il fut tout de même convoqué comme témoin au procès de cet homme, celui-ci ayant été reconnu comme un des bourreaux d’Oradour. Condamné à la perpétuité, il sera relâché en 1997… Robert, aujourd’hui dernier survivant, prend de son temps pour aller témoigner devant les enfants des écoles du terrible drame qui a bouleversé sa vie et celle de tant d’innocents… Ce roman, qui retrace au plus près ces évènements, offre une formidable leçon contre l’oubli, car Vanina Brière, malgré la dureté du sujet, donne chair et âme à ces martyrs avec sensibilité et intelligence. En fin de volume, un petit dossier historique retrace la vie quotidienne, les personnalités et les avancées scientifiques et techniques de l’époque, ainsi qu’un petit coup de projecteur sur les évènements qui se sont produits, ailleurs dans le monde. Un roman poignant et nécessaire… A partir de 10 ans.

Oradour sur Glane : un village si tranquille de Vanina Brière, Oskar, 2018 / 10,95€ (Format 19×14)

Grand « cuvée 2019 » de l’école des Loisirs est disponible !

GRAND s’adresse aux passeurs de livres et de culture, mais aussi à tous ceux vers lesquels L’école des Loisirs oriente ses efforts et son exigence : les enfants et les ados. Vous trouverez dans ces pages des réflexions de spécialistes reconnus de l’enfance, des rencontres avec des auteurs, des conseils de lecture et des activités permettant des moments d’échanges en classe, avec les proches, la famille et les amis… Pour vous le procurer, prenez contact avec votre libraire le plus proche qui mettra des exemplaires à votre disposition (dans la limite des stocks disponibles) ou consultez-le dans votre bibliothèque ! Vous pouvez également télécharger les deux précédents numéros à l’aide de ce lien . D’autre part, les lecteurs sont invités à partager leurs réalisations sur les réseaux sociaux (#jesuisgrand). Une chouette revue à partager massivement : c’est une vraie mine d’or pour les enfants et leurs parents et en plus, c’est gratuit et des cadeaux vous sont offerts !

Naissance de « Dong ! », la revue d’Actes Sud junior… qui résonne !

Depuis plus de vingt ans, les éditions Actes Sud junior publient des livres documentaires pour tous les âges. Ces livres sont le regard et le point de vue affirmés d’auteurs sur le monde. Engagés, audacieux et au graphisme exigeant, ces livres constituent souvent un chemin vers le dialogue, vers la découverte d’un ailleurs ou de l’Autre. La revue DONG !, fondée sur le reportage et le récit de vie à destination des 10-15 ans, est née dans le prolongement logique de cette démarche éditoriale, pour donner aux lecteurs une expérience encore plus immédiate de la société, à travers les voix diverses de grands reporters, d’auteurs, de photographes et d’illustrateurs. Vous y trouverez des récits incarnés portés par la narration fluide d’auteurs et de journalistes, des photos et des illustrations singulières qui aident à regarder le monde de manière différente et des rubriques régulières proches de l’univers des collégiens. LA REVUE DONG ! est en vente en librairie et sur abonnement. ( 4 numéros par an • 64 pages couleurs, 12 euros ). Une revue de « dingue »… A découvrir absolument !

Christine Le Garrec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *