Juke Box N°36

Faites chauffer les platines… Car aujourd’hui, je ne vous propose que du tout bon ! Baja Frequencia et Youthstar vous donneront un avant-goût de l’été avec leur son electro endiablé qui va vous inspirer des idées de fiesta dans la moiteur des nuits estivales ! Boztown, quant à lui, vous propose d’embarquer pour un voyage au long cours des plus délicieux, sous le soleil, exactement ! Place ensuite à la pop : inventive avec Orouni, gorgée d’émotions avec Yules… Et nul doute que vous tomberez, tout comme moi, sous le charme de Syml dont la beauté de la voix est hallucinante … Pour terminer, je vous invite à découvrir l’univers poétique de Musset pour lequel j’ai eu un gros coup de coeur ! Bonne écoute à toutes et à tous ! Enjoy !

Caramba ! Le duo Marseillais Baja Frequencia, après son remarqué et remarquable EP « Catzilla » (chroniqué ici !), vient de sortir un premier album qui nous embarque de l’Amérique du Sud aux Caraïbes dans un vent de folie électro tribal et syncopé qui va enflammer les dancefloors cet été ! En quatorze titres « Hot Kats » nous invite à onduler des hanches sous le tempo d’une Cumbia explosive, installant par ci-par là des plages planantes qui nous convient à la transe et au rêve, en l’excellente compagnie d’une dizaine de feats venus des quatre coins du monde pour apporter leur talent et leur couleur sur quelques titres : La Dame Blanche, Blimes, Skarra Mucci(des fidèles, déjà présents sur l’aventure de « Catzilla »), Warrior Queen, Paloma Pradal (qui a déjà prêté la beauté puissante de sa voix aux Aälma Dili pour « Une poignée de dinars » et à Taiwan MC sur « Cool and Deadly »), Dai Burger, Faauna, La Perla, Kid Cala)… Que du beau monde !!! Alors, laissez-vous envoûter par le chant des sirènes de Baja Frequencia et invitez leurs rythmes sur vos platines, qui n’en tourneront que mieux ! Au fait… Le titre de cet album a été inspiré par « Hot Rats » de Zappa, il y a pire référence, non ?! Allez, je vous laisse admirer l’époustouflante beauté du clip « Colombia » (réalisé par Fred & Annabelle, réalisateurs des clips de Chinese Man et de Björk)… Une splendeur !

Hot Kats / Baja Frequencia / Chinese Man Records / 12 Avril 2019 / 12€ le CD / 18€ le vinyle

Après « SA.Mod » (chroniqué ici !), Youthstar est de retour, toujours aussi chaud bouillant, avec ce deuxième EP qui balance grave la sauce : « Back to the sauce »… Retour aux sources ! Porté par son époustouflante énergie, on surfe de nouveau avec jubilation sur les bonnes vibes de notre londonien préféré, à la diction parfaite et au débit de mitraillette, qui assène avec talent son drum and bass enrobé de samples « exotiques » dans le plus pur esprit « Chinese Man »… Les six titres de ce nouvel  opus ont tout ce qu’il faut là où il faut pour nous donner la bougeotte et l’envie de faire la fête, ça hip, ça hop, ça explose de partout dans un bon gros son qui joue sur tous les styles sans que le moindre grain de sable n’enraye cette machine bien rôdée ! Youthstar s’est entouré une fois encore de feats de talent : le bluesman C.W Jones, Illaman, Jakeavelli et Dope D.O.D sont venus apporter leur grain de poivre à cet EP pimenté, syncopé et tribal, envoutant et joyeux qui est à lui seul une incitation au tapage nocturne ! Bam !

Back to the sauce / Youthstar / Chinese Man Records / 26 Avril 2019 / 8€ le CD : 12€ le vinyle

Au fil des huit titres de « Rhodes trip », Boztown nous invite à un road movie romantique et nostalgique, en autant d’escales, sur un tempo beat mêlé de trip-hop, pour une tendre balade ensoleillée et nonchalante éclairée d’images très cinématographiques… Vous êtes prêts ? Alors, c’est parti ! Ah… N’oubliez pas foulard et lunettes de soleil avant de monter, en bonne compagnie, à bord d’une décapotable (franchement, c’est mieux, même si c’est cliché !)… Vous quittez Malaga au son d’une guitare andalouse… Vous l’entendez ? La nuit tombe, vous roulez fenêtres ouvertes sur l’obscurité avec le rougeoiement de vos cigarettes pour seule lueur… Musique en sourdine et cheveux au vent, vous êtes bien… Le jour se lève sur la mer et vous longez la côte escarpée, entre terre et ciel… L’instant rêvé pour les amoureux d’échanger un long baiser langoureux et de se laisser aller à de tendres aveux… Le moment est venu maintenant d’embarquer sur un voilier blanc qui, porté par les courants, vous emportera jusqu’au soleil brûlant des Caraïbes… Clap de fin ! Quel feeling, ce Boztown… A l’écoute de sa musique, les images défilent, comme dans un rêve… Le plus dur étant de revenir les pieds sur terre dans une réalité, il faut l’avouer, bien moins souriante ! Il y a une solution : faire tourner inlassablement ce « Rhodes Trip » pour se gorger d’ondes positives, de tendresse et de soleil dans un éternel voyage immobile… Bravissimo, Maestro, vous nous offrez un délicieux moment de « Dolce Vita » !

Rhodes Trip / Boztown / 6 Mai 2019 / en téléchargement ici !

« Partitions »… Notez le pluriel ! Car c’est en chef d’orchestre talentueux qu’Orouni casse les codes du genre à travers sa pop suave et feutrée parée d’arrangements classieux qui flirtent avec l’expérimental avec bonheur. Et ça coule de source tout au long des 14 titres de ce superbe album où l’on passe sans transition, et à l’intérieur même de chaque morceau, de couleurs jazzy et planantes à des ballades purement folk traversée par éclairs de tonalités rock. Un équilibre musical parfaitement maîtrisé porté par les chœurs tout en clarté et légèreté d’Emma Droughton et Sofia Bol qui viennent habiller la voix chaude de Rémi Antoni. Dansant, hypnotique, mélancolique ou joyeux, l’univers d’Orouni nous embarque dans les nuances tout en finesse de sa musique luxuriante, jouant des rythmes comme un sorcier sage et bienveillant pour nous hypnotiser et nous charmer de mélodies harmonieuses qu’on se plaît à fredonner… Cet album audacieux sans être pompeux, inventif tout en restant mélodique nous arrive à point nommé pour fêter le printemps… Alors, ouvrez les fenêtres et laissez entrer le soleil pour mieux vous imprégner de la musique lumineuse de ce magicien !

Partitions / Orouni / December Square / 19 Avril 2019 / 13€

A thousand voices… Un millier de voix intérieures, profondes et fragiles, nous invitent au rêve et à l’introspection à travers les ballades pop folk mélodieuses et mélancoliques, rehaussées d’un électro classieux, de ce bel album… Yules met les « si » en musique, trace des ponts entre le passé et le présent pour mieux renaître des chagrins et des regrets, au creux de ces dix titres subtils où l’émotion se dévoile sous les voix harmonieuses et envoûtantes de Guillaume et Bertrand Charret. Aériennes, celles-ci  habillent les arpèges de guitares cristallines au fil de ce voyage musical qui prend parfois des accents psychédéliques où plane l’ombre des années 70, effleurés d’éclats rock savamment dosés. Les frères Charret ont attendu neuf ans entre la sortie de l’album « Strike a balance » et ce joyau d’une maturité aboutie, réalisant dans l’intervalle un album en hommage à Leonard Cohen (« I’m your man naked », en 2014) et en créant leur label « Marjan Records ». Cela valait vraiment le coup de laisser mûrir ce beau projet… Car, si la nostalgie n’est plus ce qu’elle était, avec « A thousand voices », elle retrouve ses lettres de noblesse avec élégance et sobriété.

A thousand voices / Yules / Marjan Records / 12 Avril 2019 / 15€ le CD, 18€ le vinyle

Une voix feutrée et envoûtante, des textes sincères et poétiques posés sur des ballades folk, douces et aériennes… Musset n’a pas besoin d’artifices pour nous charmer… Sa voix et ses mots, accompagnés de sa guitare dans une alchimie épurée, nous envoient direct tutoyer la voix lactée et les étoiles ! C’est du moins l’impression profonde et durable que m’a laissée l’écoute (en boucle !) de « Orion », son premier EP où il signe en quatre titres flamboyants sa renaissance artistique, après ses adieux à « Revolver », il y a maintenant quelques années. L’amour qui ne rime que rarement avec toujours, l’absence cruelle ou nostalgique d’un être autrefois aimé et jamais tombé dans l’oubli, l’espoir, car tout est toujours à construire…  Musset évoque sensibilité les amours perdues, « l’abandon qui se cache au creux de nos cœurs, à l’intérieur », intime et secret, nous invitant à écouter et suivre cette petite voix intérieure pour tracer nos chemins … Chanson après chanson, texte après texte, on se laisse imprégner par son univers apaisant et tellement authentique en fredonnant ses mélodies qui s’accrochent à nos mémoires pour ne plus les quitter…  Nul doute que sa bonne étoile a guidé Musset et que son âme vagabonde a trouvé sa voie : il ne nous reste plus qu’à patienter jusqu’à la fin de l’année pour découvrir son album après ces quatre titres en gage d’alléchantes promesses … Gros coup de cœur !

Orion / Musset / Taktic Music / 27 Avril 2019 / Téléchargement ici !

Wouaoh… La première chose qui frappe à l’écoute de « Clean eyes », c’est cette voix, hallucinante de clarté, qui grimpe allègrement dans les aigus en nous mettant illico les poils… La seconde ? C’est l’univers précieusement distillé par SYML (qui signifie « simple » en gallois) qui nous enveloppe voluptueusement au creux d’une bulle légère et aérienne, dans un climat fait de douceur mélodieuse… Au fil des douze titres de cet album magique, on se laisse porter rêveusement au fil de la pop planante et envoûtante de SYML qui s’habille avec grâce de notes nostalgiques au piano, d’arpèges veloutés à la guitare et de chœurs en parfaite osmose avec l’ensemble… Sombre et nostalgique, pur et lumineux, l’univers de cet écorché vif se décline en mots d’amour que l’on reçoit comme des caresses, sous le charme de cette voix exceptionnelle, douce et puissante à la fois… Cet album apaisant dégage un sentiment de plénitude dès la première écoute… En état de grâce, tout simplement…

Clean eyes / SYML / Nettwerk Music group / 2019 / en écoute ici

Christine Le Garrec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *