Juke Box N°42

Et voici ma sélection de cette fin d’été ! Pour vous faire passer la pilule de la rentrée, je vous propose un voyage en compagnie de Virginie Daïdé et d’Alpha Pétulay qui nous embarquent en musique du Brésil à l’Afrique, de la cumbia festive avec Combo Pacheco, de l’électro chic avec Caravan Palace et celui mâtiné de hip hop de Rumble, du label Chinese Man. Je vous propose ensuite de découvrir le dernier opus de Magma, enregistré avec l’orchestre philarmonique de Prague (en ce qui me concerne, une révélation !) et le dernier album « live » de Matmatah pour lutter contre la sinistrose ! Allez, bonne écoute à toutes et à tous… Et à très vite pour une autre sélection !

Hommage à Antônio Carlos Jobim, ce disque de « rêve »nous entraîne au cœur de la musique brésilienne, dans un jazz classieux qui alterne rythmes de sambas entraînantes et titres enjôleurs et langoureux. Pas moins de sept musiciens (Luca Fattorini à la contrebasse, Donald Kontomanou à la batterie, Pierre Olivier Govin aux saxophones alto et baryton, Agnès Vesterman au violoncelle, Léonida Fava à la guitare et bien sûr Virginie Daïdé aux saxophones ténor et baryton) nous accompagnent durant ce voyage au long cours, métissé de cordes et de cuivres, qui nous enivre de somptueuses tonalités riches d’émotions. Si Virginie signe la plupart des arrangements et nous offre deux compos originales (six titres sur les neuf de cet album sont des œuvres du grand Jobim), ses musiciens ont également mis la main à la pâte et Tom Harrell, en invité prestigieux, a apporté le son unique de sa trompette et de son bugle à cet album chaleureux et chatoyant de mille couleurs. Sensuel et hypnotique, « Dream Jobim » est décidément un rêve de douceur et d’énergie à écouter encore et encore, sans se lasser… Alors, embarquez sur le « barquinho » de Virginie, vous ne regretterez pas la traversée ! Vous pourrez aller l’écouter à Paris où elle se produira le 10 Septembre au « Sunside Sunset » et le 15 Octobre au « Jazz Café Montparnasse« .

Dream Jobim / Virginie Daïdé / L’Autre Distribution / Juin 2019 / 13€

Née au Congo, Alpha Pétulay a grandi au Brésil… Et ce métissage s’entend avec bonheur dans sa musique, son « Byangu rock », (mon rock à moi) qui porte dans son appellation toute l’alchimie des mélanges des genres que cette jeune femme en marche, énergique et survitaminée, manie avec délectation ! Les sonorités africaines mêlées à des rythmes brésiliens s’accordent à la perfection au bon son pop rock qui lorgne de temps à autre sur le rap, le funk ou le jazz : un mélange détonnant qui, au fil des onze titres de cet album, nous balade d’un continent à l’autre, dans des univers qui se marient harmonieusement. Sa voix ? Elle est le reflet de sa belle énergie et d’un tempérament qu’on imagine aisément rebelle et indomptable ! Une voix qui s’accorde mélodieusement aux sonorités des instruments mais aussi à celles des langues, ses textes étant interprétés en swahili, anglais, portugais ou français. Alpha Pétulay a fait des premières parties prestigieuses avec la grande Susheela Raman, le Staff Benda Bilili, le grand (et regretté…) Jacques Higelin ou Sir Jean (en « feat » à deux reprises sur cet album)… On ne s’étonne guère que ces grands artistes aient remarqué son immense talent ! Festif, tendre et bigrement groovy, cet album cosmopolite et bigarré est une tour de Babel, une arche de Noé sonore qui nous invite à vivre et à nous aimer « right here, right now », ici et maintenant… Le genre d’invitation que nous serions bien stupides de décliner !

Byangu Rock / Alpha Petulay / Inouïe Distribution / Avril 2019 / 18€

Ambiance de fiesta débridée avec cet EP annonciateur d’un album explosif ! Six titres pour nous mettre en bouche (et surtout en jambes !) au son de rythmes latinos électrisés qui nous ligotent pieds et poings liés dès la première écoute, en nous rendant définitivement « accro »… Mais quels sont donc les ingrédients de cette papaye juteuse et pimentée ? Une pincée de salsa, une bonne dose de cumbia, un bon vieux dub façon Massilia Sound System, le tout lié à un son électro bien efficace : voilà la recette infaillible pour vous faire tourner la tête et vous donner une irrépressible envie d’onduler de tout le corps dès les premières notes ! Les Combo Pacheco n’ont pas ménagé leur énergie (fort communicative !) pour nous inciter à mouiller le maillot sous leurs rythmes indéniablement créés pour la danse, afin d’enflammer nos soirées « Muy calente » ! La musique ensoleillée de ce combo d’enfer au parfum d’été et de lumière nous réchauffera, de la plus belle manière qui soit, tout au long de nos longues soirées d’automne et d’hiver… En attendant de se les geler grave, on peut encore aller les voir et les écouter, le 21 Septembre prochain au festival d’Ortaffa (66) ! En ce qui me concerne, et je vais sans l’ombre d’un doute faire des émules… J’ai trop hâte de découvrir le prochain opus ! Aïoli, c’est d’la bombe !!!

Wesh Papaye / Combo Pacheco / Pacheco Lab / Septembre 2018 / Téléchargement ici !

Ils ont cumulé tous les succès, les Caravan Palace ! Aussi, on attendait de pied ferme ce dernier opus, impatients de constater si la magie opérait encore… Et bien oui ! Et je dirai même encore plus que jamais car « Chronologic » est un album bouillonnant d’inventivité qui joue avec les styles et le temps pour nous embarquer dans une odyssée entre passé et futur, en 11 titres inclassables ! Si on y retrouve clairement leur « patte » électro swing, celle-ci se pare désormais de nombreuses autres couleurs jazzy, rhythm’n’blues, soul et latinos, dans une alchimie parfaite qui dégage une classe monstrueusement efficace ! Pas le temps de souffler entre un électro chaleureux et coloré, un swing ondulant, des ambiances enveloppantes légères comme des bulles de savon, portées avec une élégance rare par la voix hypnotique de Zoé Colotis, et des titres dansants qui vous mettent la bougeotte ! L’ensemble,  loin d’être disparate, forme un puzzle dont les pièces s’emboîtent à la perfection, pour un résultat groovy, joyeux et feutré… Un vrai bonheur ! Alors, ne ratez pas le passage de cette caravane… Ils sont encore en France pour une date (le 6 Septembre au parc des Lilattes à Bourgoin Jallieu) avant de s’envoler pour une tournée qui les emmènera aux quatre coins du monde ! Ah ! Ils sont forts, très forts !!!

Chronologic / Caravan Palace / Lone Diggers / Caroline International / 30 Août 2019 / 14€

Rumble, encore un coup d’éclat du label Chinese man… Car cet EP de 4 titres électro hip hop « sauce chinois » est aussi hypnotique que tonique ! Les américains OfNazareth et CYPH4 ont prêté leurs voix et leurs talents sur trois des titres de ce mini album flegmatique et dansant qui se termine par un instrumental flamboyant qui nous envoie des images, comme la BO d’un film, apaisante et douce. Avec Rumble, la folie du monde gronde à l’extérieur et nous apporte les échos des lignes ennemies, dans une bulle protectrice faite d’énergie. C’est beau, ça s’immisce dans votre tête pour ne plus en sortir… Alors, il est pour quand l’album ? Hâte !

Enemy Lines / Rumble / Chinese Man Records / Juin 2019 / 12€

Composé et joué dans les années 70 mais jamais achevé ni enregistré dans son intégralité, « Zëss » voit enfin le jour… Et c’est un pur chef-d’œuvre ! Enregistrée avec « le city of Prague philarmonic orchestra », la partition de Christian Vander prend toute sa dimension et nous révèle l’immense génie créateur de ce compositeur d’exception. « Zëss » veut dire maître en kobaïen (le langage inventé pour Magma) et c’est à une histoire « presque » sans paroles que nous sommes conviés avec cet opéra cosmique et symphonique, mâtiné de jazz rock aux allures très contemporaines, typique du « zeuhl » de Magma… La puissance de la musique et des voix (superbes harmonies !) racontent à elles seules ce « jour du néant » où le maître du temps et des éléments annonce l’apocalypse et le chaos avant le vide sidéral, ce que nous comprenons grâce au seul texte en français, époustouflant de lyrisme et de poésie, déclamé et chanté par Vander lui-même, les autres textes étant en Kobaïen, hermétique au commun des mortels ! Mais qu’importe. Le langage est superflu pour ressentir l’intensité de cette pièce d’une incroyable puissance, les mots ne faisant rajouter qu’à sa musicalité : il suffit de s’imprégner des émotions dégagées par cette musique mystique tour à tour inquiétante  et apaisante… Chœurs célestes, éden perdu… Les instruments montent en puissance, le tempo s’accélère, nous propulsant dans un tourbillon qui nous aspire comme un fétu de paille dans une spirale qui nous mène irrésistiblement vers le chaos qui succède aux derniers feux d’une civilisation… Une voix surgit du néant, apaisée comme après un mauvais rêve… Des éclats de vie, quelques notes d’espoir… Renaissance d’un nouveau monde… On ressort « sonné » après une écoute attentive de cet album tant il recèle de trésors précieux et bruts, en sept mouvements qui n’en font qu’un seul… 38 minutes pour s’immerger et se laisser porter par la grâce et par l’incroyable talent de ce grand monsieur qui n’aura décidément jamais fini de nous étonner…. Tout simplement Magistral.

Zëss / Magma / Seventh Records / Juin 2019 / 20€

Après dix ans d’absence, Matmatah s’est reformé il y a deux ans pour nous offrir le superbe album « Plates coutures » (chroniqué ici !). Suite logique, les revoilà de retour avec un live pêchu, « You’re here, now what ? », formidable témoignage de leur énergie scénique et de la ferveur qu’ils déclenchent devant un public toujours plus nombreux, et renouvelé… Car Matmatah, c’est chaleureux, ça sonne grave et ça déchaîne les passions, toutes générations confondues ! Sur cet album enregistré au Zénith de Nantes en Décembre 2017, on retrouve quelques titres de leur dernier album mais aussi tous les tubes qui les ont rendus célèbres comme « Lambé an dro », « Ouache », « L’apologie »… Et bien, d’autres encore, car le CD contient 15 titres et dure plus d’une heure ! Paroles engagées, rock aux accents celtiques, guitares énergiques, voix électrisante : le cocktail Matmatah est décidément encore meilleur dans la chaleur festive d’un concert, comme vous pourrez le constater avec cet enregistrement public, si vous ne les avez encore jamais vus sur scène. J’ai eu cette chance l’an dernier au festival Pause Guitare (reportage ici !) et j’avoue qu’ils m’ont bluffée grave, même s’ils nous ont amené la pluie dès les premières notes de… « Il fait beau sur la France» ! Ah, ces bretons, ils sont trop balèzes !!! Alors, maintenant on fait quoi ? On écoute en boucle cet album, précieux pour les fans… Et on le fait découvrir à tous ceux qui ne se sont pas encore fait mordre par la « Matmatah mania » !!!!

You’re here, now what ? / Matmatah / La Ouache Production / Mai 2019 / 15€

Christine Le Garrec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *